Dégageons Puma : Journée internationale d’action #BoycottPuma le 15 juin 2019

11 avril 2019 / par la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

Rejoignez la journée internationale d’action pour exiger de Puma qu’il mette fin à son soutien aux colonies israéliennes illégales sur la terre volée aux Palestiniens. Intervenez dans les magasins Puma, les bureaux de Puma ou les bureaux des équipes sponsorisées par Puma.

Les équipes et les athlètes palestiniens appellent à un boycott de Puma à cause de son soutien aux colonies israéliennes illégales sur la terre volée aux Palestiniens.

Fabricant mondial d’articles de sport, Puma est le principal sponsor de l’Association du Football Israélien (IFA) qui comporte des équipes dans les colonies israéliennes illégales sur la terre volée aux Palestiniens.

Le mois de juin commémorera les 52 ans de la brutale occupation militaire israélienne. Samedi 15 juin, rejoignez la Journée Internationale d’Action #BoycottPuma !

Votre association est-elle intéressée par la Journée Internationale d’Action #BoycottPuma ?

Inscrivez vous ici

pour mises à jour et ressources !

Quand des sociétés comme Puma sponsorisent et tirent profit des colonies israéliennes illégales, elles donnent leur aval au régime israélien d’extrême droite pour qu’il poursuive aussi intensément le vol de la terre et les agressions criminelles contre les sports palestiniens.

A travers la planète, des associations organisent des campagnes et des actions pour exiger de Puma qu’il prouve que son engagement déclaré pour la justice sociale n’est pas qu’un coup de marketing.

Intervenez dans les magasins Puma, les bureaux de Puma ou les bureaux des équipes sponsorisées par Puma, organisez un groupe de travail sur les agressions d’Israël contre les sports palestiniens, impliquez les équipes des sports populaires et les fans clubs, rejoignez les actions sur les réseaux sociaux et davantage. Regardez ci-dessous pour d’autres idées sur comment participer.

C’est le moment maintenant de commencer à identifier les localisations de Puma et les équipes sponsorisées par Puma dans votre région.

Inscrivez votre association ici

pour la Journée Internationale d’Action #BoycottPuma afin de recevoir les ressources et les mises à jour.

Agissez :

Ci-dessous vous trouverez quelques façons dont votre association pourra s’impliquer dans la Journée d’Action #BoycottPuma.

Impliquez les associations sportives locales, les équipes de sports populaires, les fan clubs et les tournois anti-racistes.

Et devenez créatifs ! Apportez des thèmes sportifs dans vos manifestations et des actions retransmises en direct sur les réseaux sociaux.

1. Organisez une action créative dans un magasin Puma

Devenez créatif. Organisez un faux match de foot ou un événement sportif dans un magasin Puma. Utilisez le localisateur de magasins de Puma pour trouver les magasins de la marque Puma dans votre ville.

2. Organisez une manifestation dans les bureaux de Puma

Remettez aux bureaux de Puma la lettre des 200 clubs palestiniens.

Puma a des bureaux en Allemagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays Bas, en France, en République Tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, dans les Émirats Arabes Unis, aux États Unis, en Argentine, au Mexique, au Pérou, en Inde, en Australie, à Singapour, en Malaisie, en Indonésie, au Japon, en Corée du Sud, à Hong Kong.

3. Organisez un débat ou un atelier

Faites venir les associations sportives locales dans un atelier ou un débat public sur les agressions contre les sports palestiniens et la campagne #BoycottPuma. Prenez contact avec des débatteurs possibles : pacbi@bdsmovement.net

4. Appelez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma

Puma sponsorise des équipes, des ligues, des athlètes et des artistes. Vérifiez si des équipes locales sont sponsorisées par Puma et exhortez les à laisser tomber Puma. Demandez aux athlètes locaux sponsorisés par Puma d’user de leur influence pour convaincre Puma de mettre fin à son accord de parrainage avec la IFA. Suivez #PumaFam pour avoir des nouvelles sur de nouveaux accords de parrainage. Prenez contact pour avoir des lettres types d’approche : pacbi@bdsmovement.net

5. Démarrez une campagne de désinvestissement

Cherchez à savoir si votre fond de pension, votre banque ou tout autre institution dont vous êtes membre s’investit dans Puma et demandez leur de se désinvestir. Prenez contact pour trouver de l’aide à ce sujet : pacbi@bdsmovement.net

6. Accueillez chez vous une fête via les réseaux sociaux

Rejoignez les actions des réseaux sociaux #BoycottPuma pour enrayer la culture Puma avec vos amis.

 

Source : PACBI

Traduction : J. Ch. pour BDS France

 




AXA IM se désinvestit d’Elbit Systems – impliqué dans des crimes de guerre israéliens

SumOfUs et la Coalition Stop Assistance to Israeli Apartheid se félicitent de la décision d’AXA de se retirer – en partie – du capital d’Elbit Systems mais appellent AXA à aller plus loin en mettant un terme à l’ensemble de ses investissements dans les sociétés complices de l’Occupation israélienne.

Suite à une année de campagne de pression citoyenne contre l’assureur français AXA, exigeant de la multinationale qu’elle cesse ses investissements dans le fabricant d’armes Elbit Systems et cinq banques israéliennes (Bank Hapoalim, Bank Leumi, Bank Mizrahi-Tefahot, First International Bank of Israel et Israel Discount Bank) impliqués dans les crimes de guerre de l’Etat Israélien, AXA commence discrètement à réduire ses investissements scandaleux en 2019.

SumOfUs, ONG internationale qui agit comme un contre-pouvoir des grandes entreprises, a lancé une pétition internationale en avril 2018 qui a réuni plus de 140 000 signatures, en soutien à la mobilisation Stop Assistance to Israeli Apartheid, en partenariat avec les nombreuses organisations du mouvement BDS France, à l’initiative de la campagne en 2016.

La fin de l’année 2018 a semble-t-il marqué un nouveau tournant pour les investissements peu scrupuleux des entreprises bancaires et financières dans le fabricant d’armes Elbit Systems — sordidement célèbre pour avoir fourni des armes à sous-munitions interdites par le droit international et des obus au phosphore blanc, tous deux utilisés contre les populations civiles palestiniennes – un usage également condamné par le droit international.

En décembre 2018, suite à la campagne menée par une coalition d’ONG britanniques contre ses investissements, HSBC a décidé de se retirer du capital d’Elbit Systems en raison de son implication dans la production et la commercialisation de bombes à sous-munitions. C’est aujourd’hui au tour d’AXA de prendre le chemin du désinvestissement et nous nous félicitons de ce premier pas.

AXA Investment Managers (une filiale appartenant totalement à AXA) a ainsi vendu toutes ses parts dans le fabricant d’armes le 31 décembre 2018 et nous a affirmé la semaine dernière « ne pas investir dans des producteurs d’armes à sous-munitions ».

Cependant AXA reste encore lié à Elbit Systems via sa filiale Alliance Bernstein (AB). Le mois dernier, nous avons appris qu’AXA ne contrôlait plus AB – passant de 65.6% à 31.7% de parts dans la société.

Si cette vente semble affecter le pouvoir décisionnel d’AXA au sein d’AB, elle ne déresponsabilise absolument pas la multinationale de sa complicité dans les investissements maintenus par AB dans le fabricant d’armes ainsi que dans cinq banques israéliennes — qui toutes participent au financement des activités illégales d’occupation militaire et de colonisation de l’Etat israélien.

De plus, cette vente ne vient en rien amoindrir les investissement directs détenus par AXA IM dans quatre des cinq banques israéliennes. Interrogés depuis plusieurs années sur ses investissements, à la fois dans le fabricant d’armes et les banques, l’assureur AXA continue de nier la problématique légale et morale qu’ils posent.

« Si nous saluons cette première décision de la part du groupe AXA, nous la considérons comme une première étape insuffisante vers la fin de la complicité d’AXA, aussi bien directe qu’indirecte, dans de graves violations du droit international et des droits humains, a exprimé Leyla Larbi, chargée de campagnes SumOfUs. Nous travaillons actuellement sur un rapport faisant la lumière sur l’ampleur des investissements d’AXA, qui participe toujours au financement de ces entreprises à hauteur de dizaines de millions via sa filiale AXA IM et ses participations au sein de sa filiale AB. Nous attendons de la multinationale AXA qu’elle aille jusqu’au bout de cette logique de désinvestissement afin de se mettre en totale conformité avec la législation internationale et qu’elle respecte enfin ses principes d’investissements responsables qu’elle promeut tant. »

La campagne contre les investissements problématiques d’AXA n’est pas prête de faiblir :

« En cette journée Internationale de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens, la Coalition Stop Assistance to Israeli Apartheid organise des actions à travers le monde pour appeler AXA à se désinvestir de ces compagnies qui violent le droit international et participent à maintenir un régime d’oppression violent et illégal contre les populations palestiniennes, a déclaré Imen Habib, coordinatrice de la campagne BDS France.

Lien vers la pétition :

« AXA doit cesser de faire du profit sur la colonisation de la Palestine »

Sources :

  • Base de données financières Fintel faisant état de la sortie d’AXA IM du capital d’Elbit Systems.
  • Communiqué du groupe AXA annonçant la diminution des ses parts dans AXA Equitable Holding, la filiale jusqu’alors actionnaire majoritaire du groupe AB.

# # #

SumOfUs est un mouvement mondial de consommateurs, d’investisseurs et de travailleurs, unis pour contrebalancer le pouvoir grandissant des entreprises à travers le monde. Nous voulons acheter, travailler et investir dans des entreprises qui ne nuisent pas à l’environnement, traitent convenablement leurs salariés et respectent les droits humains.

 

 

 




BDS 63, le droit de manifester, et la liberté d’expression

Une demi-douzaine de militant-e-s AFPS 63 et BDSF 63, renforcés par un militant UJFP et une militante BDS en tournée, ont défilé derrière une grande banderole BDS. Ce qui, comme l’action BDS AXA du matin même, a contribué à faire connaitre et discuter la question de l’apartheid israélien auprès de citoyen-ne-s qui se mobilisent et convergent sur différentes questions sociales, écologiques et politiques dans notre pays.



GAZA et BDS au spectacle « Tous des oiseaux » à Clermont-Fd.

Treize militants AFPS 63 et BDSF 63, portant des visuels réclamant « Stop au blocus de Gaza », « Halte aux massacres », « Boycott d’Israël » ont distribué les 3 et 5 avril, devant la maison de la culture de Clermont-Fd, 900 tracts pour GAZA et BDS à l’entrée du spectacle « Tous des oiseaux » de Wajdi Mouawad, « Production La Colline – théâtre national. Avec le soutien des services culturels de l’Ambassade d’Israël en France, du théâtre Cameri de Tel-Aviv ».
Les spectateurs ont pour la plupart accepté le tract, avec des réactions allant du soutien à la discussion, ou à l’indifférence.



Coalition Stop AXA à Clermont-Ferrand

Douze militant-e-s AFPS, Attac, BDSF, CGT, LDH, Solidaires du 63, renforcés par un militant UJFP et une militante BDS en tournée, se sont rassemblés le 13 avril 2019 devant une agence AXA du centre ville de Clermont-Ferrand, avec deux grandes banderoles, des drapeaux, un tract pour la Coalition « Stop AXA Assistance to Israeli Apartheid » de 19 pays, cosigné par les 6 organisations, et des cartes postales à envoyer au président d’AXA France. Ils ont demandé à AXA de mettre fin à ses investissements dans les banques israéliennes complices de la colonisation des territoires palestiniens, et dans la firme Elbit Systems qui fournit l’armée israélienne pour ses opérations meurtrières à Gaza. Et proposé aux citoyens de participer à une action internationale sur twitter, le 17 avril 2019.

L’action s’est terminée en déployant nos banderoles et distribuant nos tracts (1.100 au total) devant l’entrée du centre commercial voisin. L’accueil a été bon de la part de nombreuses personnes, qui souvent découvraient l’investissement d’AXA dans l’apartheid israélien, nous ont parfois encouragé et ont signé 37 cartes postales que nous enverrons au Président d’AXA France.




Conférence à l’Université du Temps Libre de Pithiviers

Nous avons le plaisir de vous rendre compte d’une conférence tenue mercredi dernier , dans les locaux de l’UTL (Université du Temps Libre) de Pithiviers (Loiret 45) , à l’initiative de notre présidente Yvette Vollet, et de l’animatrice de l’UTL.

Cet événement a permis aussi de présenter le rôle du mouvement BDS à nos interlocuteurs.

Nous avons particulièrement apprécié le nombre de participants : +80 personnes, et leur implication dans les échanges qui ont suivi.

L’accueil a donc été excellent, avec, en fin de séance, le souhait exprimé de rééditer l’expérience…

Nous avons donc le sentiment qu’une bonne partie des informations échangées pourront être répercutées auprès des proches…

Nous allons maintenant recenser les différentes UTL de notre secteur, pour planifier d’autres interventions dans le futur.

Agir pour la Palestine.Montargis & BDS Montargis

cof




Succès de la 15ème édition de la Semaine contre l’apartheid israélien en France !

 

[ English below ]

Cycle de conférences, diffusions de film, soirées musicales, lecture collective, théâtre… Plus de 10 villes en France ont mis en place une série d’évènements dans le cadre de la Semaine contre l’apartheid israélien s’étalant en France du 18 Mars au 4 Avril 2019 avec pour thématique cette année : « Cesser d’armer le colonialisme ».

Des évènements ont eu lieu le 18 mars à l’IEP de Rennes et à Montpellier;  le 19 mars à l’Université de Rennes 2;   le 20 mars à Rennes 2 et à Sciences Po Paris;  le 21 mars à Rennes 2;  le 22 mars sur le campus de l’Université Paul Valéry à Montpellier;  le 23 mars à Marseille;  le 25 mars sur le campus de l’Université de Grenoble;  le 26 mars à Rennes, à Saint-Étienne et à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse;  le 27 mars à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, à l’Université de Strasbourg et à l’Université de Paris 8;  le 28 mars à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse;  et le 4 avril à Lille.

Pour rappel, la Semaine contre l’apartheid israélien (Israeli Apartheid Week IAW) a deux objectifs principaux :

  • Alerter l’opinion publique sur le projet colonial en cours d’Israël et sur sa politique d’apartheid vis-à-vis du peuple palestinien
  • Parler de la campagne de  Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) lancée et portée par la société civile palestinienne depuis 2005.

Plus d’une centaine d’autres évènements se sont déroulés de par le monde dans le cadre de cette IAW 2019.

La Campagne BDS France a reçu en tournée cette année Madame Rania Madi, avocate et juriste palestinienne, membre de BADIL (Centre de Ressources pour le droit à la résidence et les droits des réfugié-e-s palestinien-ne-s), grande spécialiste de cette question.  Résidant à Genève où elle travaille auprès de l’ONU et de plusieurs institutions européennes, elle nous a fait l’honneur de sa présence et nous tenions à la remercier chaleureusement.

De nombreuses villes ont également projeté le film documentaire de Yotam Feldman intitulé « The Lab » qui dévoile le fonctionnement et le rôle de l’industrie militaire israélienne au sein tant de la société israélienne, de l’économie israélienne que du rôle des universités israéliennes dans la machine coloniale. Nous tenions également à remercier chaleureusement Monsieur Feldman pour les droits à la diffusion.

Certaines des villes organisatrices se sont vu censurer la tenue de leurs conférences avec Mme MADI, néanmoins l’ensemble des évènements prévus ont eu lieu et ce majoritairement  au sein  des campus universitaires. Le public était également au rendez-vous!

Inspiré-e-s par la résistance populaire en Palestine, nous avons, en tant que complices, fait de l’IAW 2019 une contribution pertinente à la lutte palestinienne pour la liberté et la justice.  Nous ne nous tairons pas !

Retrouvez tous les détails de chaque événement sur Facebook:

IAW France, BDS France , et sur Twitter: CampagneBds

 

SUCCESSFUL OUTCOME OF THE 15th ISRAELI APARTHEID WEEK IN FRANCE
8 April 2019

A series of lectures, debates, film screenings, musical evenings and theatre were organised in over ten French cities in the framework of the Israeli Apartheid Week, which in France extended from 18 March to 4 April 2019, this year’s theme being “Stop Arming Colonialism”.
Events took place as follows: 18 March at the Institute of Political Studies in Rennes and in Montpellier; 19 March at the University of Rennes 2; 20 March at Rennes 2 and at the Paris Institute of Political Studies; 21 March at Rennes 2; 22 March on the campus of the Paul Valéry University in Montpellier; 23 March in Marseille; 25 March on the campus of the University of Grenoble; 26 March in Rennes, in Saint Etienne and at the Jean-Jaurès University in Toulouse; 27 March at the Jean-Jaurès University in Toulouse, at the University of Strasbourg and at the University of Paris 8; 28 March at the Jean-Jaurès University in Toulouse; and on 4 April in Lille.
The principle aims of Israeli Apartheid Week (IAW) are:
• to alert public opinion on Israel’s ceaseless colonial project and its apartheid policies regarding the Palestinian people
• to discuss the ongoing Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) campaign launched by Palestinian civil society in 2005.
Over one hundred other events have been held around the world in the framework of IAW 2019.
The BDS France Campaign was pleased to welcome, as speaker touring the country for IAW 2019, the Palestinian lawyer Mrs Rania Madi, a member of BADIL (Resource Centre for Palestinian Residency and Refugee Rights), and a leading expert on those issues. A resident of Geneva, where she works with the United Nations and several European institutions, she honoured us with her presence for which we warmly thank her.

Several cities also screened the documentary film by Yotam Feldman entitled “The Lab”, which reveals the workings of the Israeli military industry and its role within Israeli society and the Israeli economy, along with the role played by Israeli universities in the colonial machine. Our thanks also go to Mr Feldman for the right to air the film.
The universities of certain cities censored the holding of the conferences with Mrs Madi; nevertheless all of the planned events took place and the majority were held on university campuses before large audiences.
Inspired by and supporters of the popular resistance in Palestine, we made IAW 2019 in France a fitting contribution to the Palestinian struggle for liberty and justice. We will not be silenced!

Details of each event are available on Facebook: IAW France, BDS France and on Twitter: CampagneBds




GAZA et BDS au marché d’Aubière (63)

Treize militants de l’AFPS 63 et BDSF 63 se sont retrouvés le 31 mars au grand marché d’Aubière (63) pour informer la population sur la colonisation de la Palestine, le blocus de GAZA et les massacres qui continuent depuis le début de la grande marche du retour il y a un an, la journée de la Terre, l’apartheid, l’épuration ethnique, le droit au retour des réfugiés. Habillés de noir et portant des visuels et une banderole réclamant « Stop au blocus de Gaza », « Halte aux massacres », « Boycott d’Israël », les militants alignés et silencieux ont fait de longues pauses bien visibles en 4 lieux du marché, et distribué 750 tracts GAZA-BDS. L’accueil des passants a été le plus souvent très bon, parfois indifférent, et ce fut aussi l’occasion  de discuter avec nos camarades de la municipalité d’Aubière ou de syndicats locaux, et de prendre de nouveaux contacts. 




Des artistes israéliens se joignent aux Palestiniens en exhortant les participants à l’Eurovision de ne pas se produire à Tel Aviv

29 mars 2019

Chers participants à l’Eurovision,

Nous sommes israéliens, musiciens, cinéastes, et auteurs. Nombre d’entre nous ont signé une lettre de soutien à l’appel palestinien pour que le concours de l’Eurovision ait lieu ailleurs qu’à Tel Aviv.

Voici pourquoi.

Nous, en tant qu’Israéliens juifs qui aspirons à vivre dans une société pacifique, démocratique, reconnaissons qu’il n’y a pas moyen d’y arriver sans mettre fin à l’oppression exercée par notre gouvernement sur des millions de Palestiniens. Une société ne peut être considérée démocratique si elle maintient un régime militaire sur des millions de gens, leur déniant les droits fondamentaux, dont le droit de vote. Que signifie la démocratie lorsque un cinquième des citoyens israéliens, des Arabes palestiniens, se voient refusés leurs droits par la loi ?

Nos jeunes hommes et femmes sont obligés de servir dans l’armée d’occupation israélienne, participant ainsi à la perpétuation de toutes sortes de crimes contre les Palestiniens, notamment en maintenant un siège illégal sur Gaza.

« Nous vivrons pour toujours par le glaive » a promis notre fanatique premier ministre Benjamin Netanyahou. Eh bien nous ne souhaitons pas vivre toujours par le glaive ! Nous voulons vivre des vies normales, pacifiques, sans opprimer ou soumettre qui que ce soit. Nous ne voulons pas que nos enfants rejoignent une armée que la plupart des gens dans le monde accusent de commettre des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

À Tel Aviv même, Israël déplace les Palestiniens indigènes de Jaffa en usant de moyens économiques et légaux, en expulsant des familles, en démolissant des maisons et en négligeant des quartiers entiers qu’il prive de ressources.

Vous devez vous produire au centre des expositions de Tel Aviv, sur les ruines du village palestinien de al-Shaykh Muwannis dont les habitants ont été déplacés de force et n’ont jamais eu le droit de revenir.

Nous avons longuement réfléchi à la programmation de vos performances. D’un côté, il serait vraiment merveilleux d’entendre vos musiques et vos messages d’inclusivité. D’un autre côté, ces messages seront transmis depuis Tel Aviv, qu’Israël utilise comme un outil de relations publiques, pour distraire de son occupation militaire, de sa politique d’apartheid, et du nettoyage ethnique du peuple palestinien indigène. Ce serait une parfaite diversion.

Nous, en tant qu’artistes, ne pouvons rester silencieux tandis que nos homologues palestiniens souffrent en silence de déshumanisation et de violence et nous vous demandons de vous joindre à nous en vous exprimant publiquement. Des artistes palestiniens vous ont exhorté à vous retirer de l’Eurovision et nous nous joignons à leur appel pour leur bien et pour notre propre avenir.

Sincèrement,

Aviad Albert, musician

Shlomit Altman, artist

Meira Asher, sound artist

Kerem Blumberg, filmmaker

Dror Dayan, filmaker

Anat Even, filmmaker

Ohal Grietzer, musician

Nir Harel, artist

Avi Hershkovitz, film director

Liad Hussein Kantorowicz, performance artist

Noki Katan, DJ

Jonathan Ofir, conductor and violinist.

Hagar Ophir, installation and performance artist

David Oppenheim, artist, musician

Michal Peleg, writer

Nira Pereg, artist

Timna Peretz, filmmaker

Sigal Primor, artist

Danielle Ravitzki, musician, visual artist

Ben Ronen, visual artist

Michal Sapir, musician, writer

Anka Schneidermann, artist

Yonatan Shapira, musician

Eyal Sivan, documentary filmmaker

Eran Torbiner, documentary filmmaker

Eyal Vexler, art and cultural producer and curator

Oriana Weich, artist

Source : Mondoweiss

Traduction SF pour BDS France




Au premier anniversaire de la Grande Marche du Retour, le Comité national du BDS réitère son appel pour un embargo militaire contre Israël

Comité national palestinien du BDS (BNC) / Palestine

30 mars 2019 – Les Palestiniens dans la bande de Gaza célèbrent la Journée de la Terre et le premier anniversaire de la Grande Marche du Retour de Gaza en protestant contre le siège cruel israélien et en exigeant leurs droits. Ces manifestants non armés sont confrontés aux tirs des tireurs embusqués israéliens qui, à ce jour, ont tué 195 manifestants, et en ont blessé 29 000. La Commission d’enquête des Nations-Unies a fait le constat que les attaques israéliennes contre les manifestants « peuvent constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ».

Aujourd’hui, la société civile palestinienne renouvelle son appel pour un embargo militaire contre Israël et amplifier les campagnes BDS pour mettre fin à l’impunité d’Israël et le tenir responsable de ses crimes.

Sabreen Al Najjar, auxiliaire médicale de Gaza :

« Ma fille, Razan Al Najjar, auxiliaire médicale, a été abattue par un tireur embusqué israélien alors qu’elle avait revêtu son uniforme blanc et qu’elle tentait de porter secours à des blessés qui manifestaient pour leurs droits. Durant la courte vie de Razan, elle a été contrainte de rester dans une bande de terre qui est une prison, densément peuplée, enfermée par les blocus et les murs israéliens. Elle a été le témoin de trois agressions militaires israéliennes qui ont blessé et tué des milliers de Palestiniens innocents. Pour elle et pour nous tous, les Palestiniens, la Grande Marche du Retour est notre cri pour la justice.

En nous rassemblant pacifiquement, chaque fin de semaine, pour des droits et libertés qui sont sans aucune hésitation librement reconnus à d’autres, c’est une obligation pour la communauté internationale que d’agir et de cesser de fournir à Israël les armes qu’il a utilisées pour tuer Razan, et tant d’autres comme elle. Je m’adresse aux organisations et aux États pour qu’ils mettent en pratique notre appel palestinien pour un embargo militaire contre Israël, afin que nous puissions vivre dans la liberté et la paix. »

 Abulrahman Abunahel, organisateur communautaire et coordinateur du Comité national palestinien du BDS (BNC), basé à Gaza :

« Depuis plus de sept décennies, les Palestiniens luttent pour rentrer dans leurs foyers dont ils ont été déracinés lors de la Nakba en 1948. Israël nous prive de notre droit au retour. Au premier anniversaire de la Grande Marche du Retour qui se poursuit à Gaza, nous réitérons l’appel au boycott, au désinvestissement et à des sanctions pour les droits des Palestiniens. Il est grand temps d’isoler totalement et de poursuivre en justice le régime israélien de colonialisme de peuplement, d’occupation et d’apartheid. L’effusion de sang, à Gaza et ailleurs en Palestine, doit être arrêtée. »

 Najwan Berekdar, défenseur des droits humains, de Nazareth :

« En tant que citoyens palestiniens d’Israël, nous nous joignons à la Grande Marche du Retour pour exiger le respect du droit, reconnu par les Nations-Unies, au retour de tous les réfugiés palestiniens. Comme la plupart des Palestiniens de Gaza, beaucoup d’entre nous, Palestiniens de 48, avons été contraints de quitter nos foyers durant la Nakba de 1948, et nous n’avons jamais été autorisés à y retourner. Nous avons vécu sous une loi martiale jusqu’en 1966, et nous souffrons encore aujourd’hui sous les lois de l’apartheid israélien. La Journée de la Terre, que tous les Palestiniens célèbrent aujourd’hui, commémore ce jour de 1976 où les forces israéliennes ont tué six Palestiniens lors de manifestations de masse pacifiques en Galilée contre la confiscation par Israël de leur terre ancestrale. Israël doit être tenu responsable de ses crimes. »

 Le Comité national palestinien du BDS (BNC) est la plus large coalition de la société civile palestinienne. Il dirige et soutient le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions pour les droits des Palestiniens.

Source : BDS Movement

Traduction : JPP pour BDS France

 




CLERMONT-FD VEUT DU SOLEIL POUR GAZA !

 

Environ 400 personnes sont venues au cinéma le RIO de Clermont-Ferrand, écouter François Ruffin autour de son film « J’veux du soleil » (qui saisit sur le vif une partie du mouvement des gilets jaunes, fin 2018), et près de 320 ont pu assister à une des deux projections. Six militant-e-s AFPS 63 et BDSF 63 ont distribué 300 tracts sur Gaza et BDS, ainsi que le flyer du festival Palestine en Vue, avec un très bon accueil. Et 44 personnes ont accepté de poser devant une banderole « Stop au blocus de Gaza, Boycott d’Israël », pour notre album photo sur Gaza.

 

 



Rassemblement le 30/03/19 à Marseille !

RASSEMBLEMENT POUR EXIGER
DROIT AU RETOUR DE TOUS LES RÉFUGIÉS PALESTINIENS !
FIN DU BLOCUS DE GAZA !
JUSTICE ET DIGNITÉ pour le Peuple Palestinien !
BOYCOTT, DÉSINVESTISSEMENT et SANCTIONS jusqu’à ce que l’état israélien respecte le droit international !

 




Appel d’artistes palestinien-ne-s à boycotter l’Eurovision

25/03/2019

Nous, chanteurs-ses, compositeurs-trices, danseurs-ses, musicien-ne-s et autres artistes, exhortons tous les finalistes 2019 de l’Eurovision à se retirer du concours afin d’éviter de participer au programme explicite d’Israël qui consiste à utiliser les apparitions d’artistes internationaux pour blanchir ses crimes contre l’humanité.

Le centre des congrès de Tel Aviv qui héberge l’Eurovision est construit au-dessus du village palestinien d’al-Shaykh Muwannis qui a subi un nettoyage ethnique. Le « Village de l’Eurovision », où les fans feront la fête, est situé dans un parc qui est construit au-dessus de Manshiya, une autre des 500 localités palestiniennes détruites et vidées des Palestinien-ne-s pour laisser la place à l’apartheid israélien.

Si on suit la côte depuis Tel Aviv, on trouve la Bande de Gaza assiégée, où Israël a mis en cage deux millions d’entre nous. La plupart des gens à Gaza sont des réfugiés d’une agression préalable israélienne, et la plupart sont des enfants.

Presque personne ni rien ne peut y entrer ou en sortir. Les tireurs d’élite israéliens, les tanks et l’armée de l’air ont tué plus de 200 Palestiniens ici l’année dernière, dont des enfants, et en ont mutilé des milliers d’autres.

En tant qu’artistes palestinien-ne-s – brutalisé-e-s, assiégé-e-s, occupé-e-s et exilé-e-s – nous ne pouvons pas offrir le faste et le glamour de l’Eurovision. Nous pouvons offrir quelque chose de plus grand : une place dans les livres d’histoire.

Nous n’oublierons jamais la commerçante irlandaise Mary Manning et ses collègues qui, en 1984, a refusé d’avoir des produits de l’Apartheid sud-africain. Leurs actions désintéressées à amené l’Irlande à directement interdire les marchandises sud-africaines.

Peu après sa libération, Nelson Mandela a rencontré ces courageuses travailleuses, disant que leur résistance l’avait inspiré. Lorsque il est mort des années plus tard, elles ont été invitées à ses funérailles.

L’histoire des participant-e-s n’est pas encore écrite. Nous les encourageons à l‘écrire.

Signataires:

TAREQ ABBOUSHI,

(musician, composer),

DYALA ABDALLAH,

(dancer),

FATHI ABDELRAHMAN,

(theatre director),

SAMA ABDULHADI,

(DJ, producer),

WALEED ABDULSALAM,

(musician, singer, actor),

KHALID ABU AL SABER, dancer, actor

RAYAN ABU DAYEH, dancer

KHALID ABU ERAM, dancer

TAMER ABU GHAZALEH, singer, composer

MIRA ABU HILAL, singer

YOUMNA ABU HILAL, singer

LAMA ABU HILAL, singer

AHMAD ABU RAHMEH, dancer

ABAD ABU SWAI, singer

MOHAMMAD ABU TALIB, circus performer

ALAA ABULRUB, circus performer

RAMZI ABUREDWAN, musician, composer

SHAHD ABUSALAMA, dancer

MURAD AL ASHHAB, dancer

MANAR AL AZZA, dancer

KAMAL ALJAFARI, filmmaker

RAED ANDONI, filmmaker

ÉMILE ANDRE SABA, theatre actor, director

YOUSEF AREF SBEIH, dancer

NADIA AROURI, dancer

MAHMOUD AWAD, musician, singer

MANAL AWAD, actor

HAZAR AZZEH, circus performer

MOHAMMAD AZZEH, circus performer

NIDAL BADARNEH, actor, director

MOHAMMAD BAKRI, actor, director

SALEH BAKRI, actor

ZIAD BAKRI, actor, filmmaker

NAI BARGHOUTI, singer

NABIL BEY, musician, singer, songwriter

SAMER BISHARA-SHAHOUK, musician

ASHRAF DABBAH, musician

CHERIEN DABIS, filmmaker

SHARAF DARZAID, dancer, choreographer

HAIDAR EID, musician, author

MOHAMMAD EID, actor

SAMIR ESKANDA, musician

BAKER EWISS, dancer

MOHAMMAD FARAKHNA, dancer

IBRAHEM FENO, dancer, choreographer

MAHDI FLEIFEL, film director

THAER FUAD, dancer

MUTASIM GHAITH, circus performer

YASMIN HADI, dancer

HENA HAJ HASAN, singer

JACOB HAMMODEH, musician, composer

EHAB HANIYAH, musician

DIA HARB, actor

AMMAR HASSAN, singer

MIDHAT HUSSEINI, musician

RIHAM ISAAC, actor, director

LEEN ISSA, dancer

YAZAN IWIDAT, dancer, choreographer

ANNEMARIE JACIR, filmmaker, poet

AYHAM JALAL, musician

SAMER JARADAT, musician, producer

SALWA JARADAT, singer

NIVIN JAYUSI, singer, musician

AHMAD JOUBEH, circus performer

SAMIR JOUBRAN, musician

KAMILYA JUBRAN, singer, songwriter, musician

REMI KANAZI, poet

SAMER KARAJA, dancer, choreographer

MAJDOLEEN KARAKRA, dancer

MUTAZ KAWASMI, dancer, photographer

REEM KELANI, singer, musician

HANNAH KHALIL, playwright

ATA KHATAB, dancer, choreographer

NADIA KHATAB, dancer

FIRAS KHOURY, actor

RAED KOBARI, musician

RAMZI MAQDISI, actor, filmmaker

AHMED MASOUD, author, playwright

GEORGE MATAR, dancer, choreographer

JENIN MERRI, dancer

SANAA MOUSSA, singer

EDWARD MU’ALIM, actor

SALEEM NABALI, actor, dancer

GHASSAN NADDAF, playwright

TAMER NAFAR, rapper, actor

IBRAHIM NAJM, musician

IBRAHIM NASRALLAH, poet, novelist, painter

TAMER NASSAR, musician

MAI ODEH, filmmaker, producer

HAFEZ OMAR, graphic designer

IMAN OUN, actor, director

MOHAMMAD QUTATI, musician

YASSAR S’ADAT, musician

GANDHI SAAD, musician

JOWAN SAFADI, musician

MOHAMMAD SAFADI, dancer

AHMAD SAJADEHE, dancer

FARAH SALEH, dancer, choreographer

KAREEM SAMARA, musician

NIVEEN SAWI, singer

YASMIN SAMEER SHALADAH, actor

AMER SHOMALI, filmmaker, visual artist

TEREZ SLIMAN, singer, songwriter

YANAL STAITI, musician

LOAI TAFESH, dancer, choreographer

HANNA TAMS, dancer, choreographer

ISSAM TURKI, circus performer

RENAD URI, dancer

AMER ZAHR, comedian, writer

ZEINA ZAROUR, theatre director

RAFEEF ZIADAH, poet

SHADI ZOMORROD, circus school founder

NICOLA ZREINEH, actor.

Source : The Irish Times

Traduction : J. Ch. pour BDS France




24/03/19 – BDS France Paris invité par BDS Gaza pour IAW 2019

La Campagne BDS France à Paris a eu l’immense honneur d’être invité par les militant-e-s BDS à Gaza pour l’évènement qu’ils-elles organisaient dans le cadre de la semaine contre l’apartheid israélien, IAW 2019.

Nous nous sommes réunis, ce dimanche 24 mars à partir de midi à Paris à l’invitation de Haidar Eid, professeur de littérature et coordinateur du BNC (la direction palestinienne du BDS) à Gaza, pour participer à un skype dans une période marquée à la fois par l’édition 2019 de l’Israël Apartheid Week et par la proximité de la Journée de la Terre et de la commémoration du premier anniversaire du lancement des Marches du Retour.

Nous étions une douzaine de militant-e-s et avons été à la fois ému-e-s et stimulé-e-s par cette rencontre, que nous avons vécue comme une brèche symbolique et mobilisatrice contre le blocus.

Haidar Eid puis Sabreen Najjar, la mère de Razan Najjar, la jeune infirmière assassinée au printemps dernier par des snipers israéliens, ont pris la parole.

Puis nous sommes intervenus pour saluer le courage des résistant-e-s palestinien-ne-s de Gaza et l’héroïsme des martyr-e-s assassiné-e-s pour le seul fait d’avoir manifesté lors de la Grande Marche du Retour, et pour dire que nous sommes convaincu-e-s que le droit au retour est une exigence essentielle pour la libération du peuple palestinien.

Nous avons ensuite relaté nos mobilisations de solidarité et affirmé :

– que de multiples mobilisations de solidarité auront lieu le 30 mars pour la Journée de la Terre et que BDS France sera dans la rue malgré les tentatives d’intimidation des lobbys sionistes et la complicité de notre gouvernement ; et que nous participerons à un meeting organisé le 2 avril par l’association des Palestinien-ne-s d’Ile de France pour commémorer la Journée de la Terre et soutenir les Marches du Retour,

– que malgré des censures des autorités nous poursuivons l’IAW, pour laquelle nous avons invité Rania Madi, juriste palestinienne membre de BADIL,

– que nous sommes activement engagés dans la campagne pour l’embargo sur le commerce d’armes avec Israël et particulièrement en direction de la société AXA qui est complice des violations du droit international par Israël (elle participe notamment au capital de l’entreprise militaire israélienne Elbit Systems), les 2 prochaines échéances étant la journée de mobilisation européenne du 17 avril lors de la journée des prisonniers palestiniens et l’assemblée générale annuelle d’AXA le 24 avril,

– que nous continuons à nous mobiliser contre la tenue de l’Eurovision 2019 à Tel Aviv et que nous avons perturbé en direct devant des millions de téléspectatrices et téléspectateurs la retransmission d’une demie-finale pour la sélection de la/du candidat-e de la France.

Il y a eu ensuite un débat et d’autres témoignages de solidarité.

Nous remercions la militante palestinienne et traductrice Abeer pour sa précieuse traduction.

Photo : Dominique Grange

 

Voici un reportage en photos de ce moment important      :

https://photos.app.goo.gl/wqEvdUTz4UGdGTPD9




Conférence avec Rania MADI à Rennes le 21/03 dans le cadre de l IAW

La conférence avec Rania Madi s’est déroulée le 21 Mars à l’Université de Rennes 2 marquant le 3ème RDV rennais dans le cadre de cette 15ème édition de l’IAW.

Mme MADI a pu revenir sur la définition de l’apartheid, l’origine de ce mot, son application juridique et du pourquoi il est applicable en Palestine. L’exemple de la ville de Khalil a pu servir malheureusement d’exemple concret. Mme MADI nous a également fait part de l’important travail de plaidoyer sur la question palestinienne qu’elle effectue auprès des instances onusiennes en vue de faire condamner le projet colonial israélien… Un combat de tous les jours en parallèle de son travail de juriste…

 

Une conférence qui s’est conclue sur un temps d’échanges avec la salle notamment sur les pistes de résistances possible de mettre en place tant à l’échelle individuelle que collectivement pour enrayer la machine coloniale israélienne.




Montpellier : IAW le 18 mars

Nous avons commencé la semaine contre l’apartheid israélien, lundi 18 mars en diffusant le film – documentaire « The lab », suivit d’un débat. dans un lieu militant, car la fac de lettres « Paul Valéry » nous a refusé l’accès à une salle.

Une trentaine de personnes présentent, une majorité venue grâce aux plusieurs séances de tractages sur la place de la comédie et à la fac.
Des discussions dans le débat d’après film assez intéressant, sur l’armement israélien, sur le boycott culturel, sur la répression que subit le BDS à Montpellier et plus largement sur le plan national.

Le prochain événement a lieu aujourd’hui vendredi 22 mars, avec la conférence de Rania Madi, devant la fac Paul Valéry qui nous censure et nous a refusé même la fac pour la conférence.
Nous avons de nouveau tracté à la fac pour cet événement. nous attendons du monde pour cet événement qui a pas mal « choqué » les étudiantes et étudiants qui ne comprennent pas pourquoi une telle censure pour le BDS.



L’IAW à Rennes ! Retour sur les évènements

Le 19 Mars dernier, plus de 60 personnes se sont réunies à Rennes 2 pour la représentation de « Made in Palestine », par la compagnie Croquemitaine dans le cadre de cette 15 ème édition de l’ IAW.

Un public relativement nouveau, composé pour moitié d’étudiants.esvenu-e-s découvrir la situation de l’apartheid israélien, l’occupation de la Palestine et ses effets sur la population, au quotidien.
La pièce a été appréciée, un court débat a suivi, ponctué par la photo (maintenant) traditionnelle derrière la banderole BDS !
Un grand merci à la compagnie de théâtre !
Et la semaine continuait à Rennes encore aujourd’hui ce 20 Mars à Rennes 2 à 14h….
Transformation de la session d’animation de l outil « Vivre la Palestine » de la plate-forme des ONG pour la Palestine en une session de formation à l’outil en présence des MJC de Rennes et de membres de l’ AFPS Lorient !
Nous vous attendons nombreuses et nombreux jeudi 21 Mars dans l’amphi E3 toujours à Rennes 2 à 18h30 pour une conférence en présence d une camarade Palestinienne Rania MADI sur le thème : « Cessez d armer le colonialisme »

Cette conférence s inscrit dans le cadre d une tournée en France et fait l objet de censure dans les villes de Paris et Montpellier ! Besoin de soutien !

Boycott de l État colonial israélien!

Soutien aux résistances populaires palestiniennes ! ✌️✌️




Strasbourg : Non à l’Eurovision en Israël !

Samedi 16 mars à Strasbourg, sous un soleil printanier, les gens se pressaient sous notre tonnelle pour signer la pétition contre l’organisation de l’Eurovision à Tel-Aviv…Une action du CJACP avec son comité BDS 67 et l’Association France-Palestine Solidarité Alsace.

De nombreux documents à disposition: le 4 pages de BDS France, l’annonce de nos prochaines actions (Film « The Lab » le 27 mars à la MISHA à 17h, Film « Le Chanteur de Gaza » le 23 mars, festival du film palestinien du 2 au 7 avril 2019, Manifestation le 30 mars pour la journée de la terre et Gaza, et actions de la campagne  BDS à venir)

Contact: cjacp@orange.frhttps://www.facebook.com/CJACPalestine –  https://www.bdsfrance.org/




#IAW 2019 Semaine contre l’apartheid israélien : le programme !

 

Nous recevons cette année Mme Rania Madi, avocate et juriste palestinienne – membre de Badil, Centre de Ressources pour le droit à la Résidence et le droit des Réfugié-e-s palestinien-ne-s, grande spécialiste de cette question. Résidant à Genève où elle travaille auprès de plusieurs institutions européennes, elle nous fera l’honneur de sa présence.

 

  • 18 Mars

– RENNES : 18H15 à l’IEP – Diffusion du film « The Lab »

https://www.facebook.com/events/628080994282733/

– MONTPELLIER : 19h, Projection du film documentaire « The Lab » – La Carmagnole 10, rue Haguenot, la projection sera suivie d’une discussion

  • 19 Mars

– RENNES : 18H30 – Amphi B7 Université Rennes 2 – Théâtre – Made in Palestine

https://www.facebook.com/events/255944965326675/

  • 20 Mars

– RENNES : 14H – Découvrir et animer l’outil « Vivre la Palestine »

https://www.facebook.com/events/2281318835448488/

PARIS : Conférence avec Mme Madi

Le 20 mars de 19h15 à 21h au 13 rue de l’Université, salle Érignac – Sciences Po Paris

https://www.facebook.com/events/626325904487581/?ti=cl

  • 21 Mars

– RENNES : 18h30 – Amphi E3 – Université Rennes 2 – Conférence « Cessez d’armer le colonialisme »

https://www.facebook.com/events/2145131732236890/

  • 22 Mars

– MONTPELLIER : 17h30, en extérieur, devant l’entrée, Université Paul Valéry – Conférence « Cessez d’armer le colonialisme israélien »avec Mme Rania Madi

  • 23 Mars

– MARSEILLE :  18h Conférence de Rania MADI – Film « The Lab » du réalisateur Yotam Feldman – Dar Lafima, 127 rue d’Aubagne
https://www.facebook.com/events/1997347037239903/

  • 25 Mars

– GRENOBLE –  20h30 : Conférence « Cessez d’armer le colonialisme » de Rania Madi –  à EVE (Espace de Vie Étudiante) : DOM Universitaire, 701, AV Centrale, 38400 Saint Martin d’Hères   Tram B et D Bibliothèques Universitaires

https://www.facebook.com/events/307109189973288/

  • 26 Mars

– RENNES : 18h30 – Bar La Bascule – Lecture collective de l’ouvrage  « MIRAGE GAY A TEL AVIV »

https://www.facebook.com/events/297533760929832/

– SAINT-ÉTIENNE : 18h30 – Université Jean Monnet – Amphi E01 – Conférence avec Rania MADI

https://www.facebook.com/events/159555144965174/?ti=as

– TOULOUSE :  12-14h « Comprendre la Palestine » (Formation) par Jean-Claude Bouchet. Université Jean-Jaurès Toulouse

  • 27 Mars

– TOULOUSE :  12h-14h repas et musique/chants Palestiniens. Université Jean-Jaurès Toulouse 

– STRASBOURG : 17h – Projection du film « The Lab » de Yotam Feldman et d’une interview de Shir Hever, politiste spécialiste en armement – Débat avec le public –  allée du Général Rouvillois (Campus Esplanade)

https://www.facebook.com/events/399194903961860/

– SAINT-DENIS : 18h30 – Projection du film The Lab –  Table-ronde animée autour du sujet « le complexe militaro-industriel israélien et ses relations avec la France » – 2 Rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis, France

  • 28 Mars

– TOULOUSE :  12h-14h « L’apartheid Israélien » avec Rania Madi et André Rosevègue (UJFP). Université Jean-Jaurès Toulouse 




Marseille: Action contre l’Eurovision au pays de l’apartheid !

Marseille, le 12/03/2019
Action contre l’Eurovision au pays de l’apartheid !
Nous étions une vingtaine de militant-e-s de BDS France Marseille, de l’UJFP et de Palestine 13. Nous avions décidé de cibler les lycéens, susceptibles de s’intéresser au concours Eurovision.

Nous avons distribué 600 tracts devant deux lycées de Marseille. Accueil trop souvent indifférent, quelques refus de prendre le tract. Mais aussi quelques jeunes intéressés par nos explications.


Nous sommes ensuite allé-e-s devant les locaux de France 2/France 3 Provence Alpes avec l’intention de demander un entretien avec la directrice régionale qui n’avait pas répondu à notre courrier de janvier. Locaux fermés, il faut sonner. Nous nous retrouvons devant la porte fermée avec des personnes salariées de l’agence. Refus d’ouvrir, même aux employées, sous prétexte de risque de perturbation. Les employées prennent la copie de la lettre envoyée à la directrice en nous disant qu’elles vont essayer de la lui remettre. Le vigile descend le rideau de fer en enfermant les employées entre le rideau et la porte, de façon à les faire entrer. Il demande aux autres qui arrivent plus tard de rentrer par une autre porte par derrière le bâtiment. Le rideau de fer reste fermé !

Voir la vidéo sur Facebook