Action #PUMA à Tours

8 juin 2019
Action PUMA dans une rue piétonne du centre de Tours, à proximité de 3 petits magasins commercialisant PUMA (Courir, Foot Locker et Ad9 Store).
Nous avons distribué 500 tracts en 2 heures, avec des contacts intéressants et pas mal de discussions en petits groupes, en particulier avec des jeunes.



#BoycottPuma à Clermont-Ferrand, le 8 juin

15 militant.e.s, 800 tracts #BoycottPuma, 3 banderoles, bonne visibilité, bon accueil des passants et clients de Décathlon et Sport 2000.

Les partisans des droits des Palestiniens appellent les consommateurs à #BoycottPuma à Clermont-Ferrand, en raison du soutien de @Puma à l’association israélienne de football, qui comprend des équipes installées dans des colonies de peuplement israéliennes illégales sur des terres palestiniennes.

 

Une quinzaine de militant.e.s et sympathisant.e.s de l’AFPS 63 et de BDSF 63 ont déployé le 8 juin 2019 une banderole #BoycottPuma devant deux magasins Decathlon et Sport 2000 qui vendent du matériel @Puma dans une zone commerciale en périphérie de Clermont-Ferrand.

La plupart des militant.e.s portaient un t-shirt « Boycott Israel Apartheid ». Ils ont aussi déployé une banderole « Stop au blocus de Gaza, Boycott Israël » et une banderole « Boycott Israel Apartheid ».

De 15h à 17h, ils ont distribué aux passants 800 exemplaires du tract signé par 26 organisations, ainsi qu’aux nombreux automobilistes sur le parking de la zone commerciale. De nombreux passants nous ont encouragés et remerciés, et plusieurs ont dit qu’ils n’achèteraient pas de matériel @Puma. L’un d’entre eux est même retourné à sa voiture pour quitter le maillot @Puma qu’il portait !

Lorsque les vigiles de Décathlon nous ont demandé de quitter la zone appartenant au magasin, nous avons installé les banderoles bien en vue sur le centre du rond-point face à l’entrée du magasin, et reçu de nombreux coups de klaxon amicaux des automobilistes.

 

Un courrier avait été envoyé auparavant à Decathlon et Sport 2000, expliquant l’action #BoycottPuma, et leur fournissant notre tract et la lettre de 215 clubs de sport palestiniens exhortant @Puma à mettre fin à son parrainage de l’apartheid israélien.

Nos photos iront alimenter notre album #BoycottPuma

#BoycottPuma jusqu’à la fin de son soutien à l’accaparement illégal de terres par Israël, obligeant les familles palestiniennes à quitter leurs terres.
Clermont-Ferrand fier de participer!




Dégageons Puma : Journée internationale d’action #BoycottPuma le 15 juin 2019

11 avril 2019 / par la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

Rejoignez la journée internationale d’action pour exiger de Puma qu’il mette fin à son soutien aux colonies israéliennes illégales sur la terre volée aux Palestiniens. Intervenez dans les magasins Puma, les bureaux de Puma ou les bureaux des équipes sponsorisées par Puma.

 

Les équipes et les athlètes palestiniens appellent à un boycott de Puma à cause de son soutien aux colonies israéliennes illégales sur la terre volée aux Palestiniens.

Fabricant mondial d’articles de sport, Puma est le principal sponsor de l’Association du Football Israélien (IFA) qui comporte des équipes dans les colonies israéliennes illégales sur la terre volée aux Palestiniens.

Le mois de juin commémorera les 52 ans de la brutale occupation militaire israélienne. Samedi 15 juin, rejoignez la Journée Internationale d’Action #BoycottPuma !

Votre association est-elle intéressée par la Journée Internationale d’Action #BoycottPuma ?

Inscrivez vous ici

pour mises à jour et ressources !

Quand des sociétés comme Puma sponsorisent et tirent profit des colonies israéliennes illégales, elles donnent leur aval au régime israélien d’extrême droite pour qu’il poursuive aussi intensément le vol de la terre et les agressions criminelles contre les sports palestiniens.

A travers la planète, des associations organisent des campagnes et des actions pour exiger de Puma qu’il prouve que son engagement déclaré pour la justice sociale n’est pas qu’un coup de marketing.

Intervenez dans les magasins Puma, les bureaux de Puma ou les bureaux des équipes sponsorisées par Puma, organisez un groupe de travail sur les agressions d’Israël contre les sports palestiniens, impliquez les équipes des sports populaires et les fans clubs, rejoignez les actions sur les réseaux sociaux et davantage. Regardez ci-dessous pour d’autres idées sur comment participer.

C’est le moment maintenant de commencer à identifier les localisations de Puma et les équipes sponsorisées par Puma dans votre région.

Inscrivez votre association ici

pour la Journée Internationale d’Action #BoycottPuma afin de recevoir les ressources et les mises à jour.

Agissez :

Ci-dessous vous trouverez quelques façons dont votre association pourra s’impliquer dans la Journée d’Action #BoycottPuma.

Impliquez les associations sportives locales, les équipes de sports populaires, les fan clubs et les tournois anti-racistes.

Et devenez créatifs ! Apportez des thèmes sportifs dans vos manifestations et des actions retransmises en direct sur les réseaux sociaux.

1. Organisez une action créative dans un magasin Puma

Devenez créatif. Organisez un faux match de foot ou un événement sportif dans un magasin Puma. Utilisez le localisateur de magasins de Puma pour trouver les magasins de la marque Puma dans votre ville.

2. Organisez une manifestation dans les bureaux de Puma

Remettez aux bureaux de Puma la lettre des 200 clubs palestiniens.

Puma a des bureaux en Allemagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays Bas, en France, en République Tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, dans les Émirats Arabes Unis, aux États Unis, en Argentine, au Mexique, au Pérou, en Inde, en Australie, à Singapour, en Malaisie, en Indonésie, au Japon, en Corée du Sud, à Hong Kong.

3. Organisez un débat ou un atelier

Faites venir les associations sportives locales dans un atelier ou un débat public sur les agressions contre les sports palestiniens et la campagne #BoycottPuma. Prenez contact avec des débatteurs possibles : pacbi@bdsmovement.net

4. Appelez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma

Puma sponsorise des équipes, des ligues, des athlètes et des artistes. Vérifiez si des équipes locales sont sponsorisées par Puma et exhortez les à laisser tomber Puma. Demandez aux athlètes locaux sponsorisés par Puma d’user de leur influence pour convaincre Puma de mettre fin à son accord de parrainage avec la IFA. Suivez #PumaFam pour avoir des nouvelles sur de nouveaux accords de parrainage. Prenez contact pour avoir des lettres types d’approche : pacbi@bdsmovement.net

5. Démarrez une campagne de désinvestissement

Cherchez à savoir si votre fond de pension, votre banque ou tout autre institution dont vous êtes membre s’investit dans Puma et demandez leur de se désinvestir. Prenez contact pour trouver de l’aide à ce sujet : pacbi@bdsmovement.net

6. Accueillez chez vous une fête via les réseaux sociaux

Rejoignez les actions des réseaux sociaux #BoycottPuma pour enrayer la culture Puma avec vos amis.

 

Source : PACBI

Traduction : J. Ch. pour BDS France

 




Aux puces de Clermont-Fd pour GAZA et pour BDS

Une demi-douzaine de militant.e.s AFPS 63 et BDSF 63, et deux sympathisants, ont distribué 1.000 tracts pour Gaza et BDS, le dimanche 26 mai, de 10h à 12h, au marché aux puces des Salins, à Clermont-Ferrand. Notre banderole « Stop au blocus de Gaza », « Boycott d’Israel » et deux drapeaux AFPS ornaient une des entrées du marché.

Les passants nous ont souvent remercié pour notre action, et 4 ont laissé leur contact pour connaitre nos futures actions. Quelques partisans d’Israël ont déchiré le tract, ou souhaité l’extermination de la population de Gaza…




PalestineVision à Argenteuil, un beau moment de solidarité !

Plus de 120 personnes ont assisté hier soir à la « PalestineVision » qui a été organisée pour un boycott actif de l’Eurovision qui se tenait au même moment à Tel Aviv, en Apartheid Israël.

 

Après des interventions sur BDS, la vidéo de l’émission  « Palestine Vision  » a été projetée,  qui a permis à certains-es de découvrir la culture et la chanson palestiniennes, avec ces « Chansons pour la Palestine », composées depuis 70 ans.

On peut maintenant la voir ICI dans son intégralité.

Se sont succédées ensuite de belles prestations artistiques, avec les chants/musiques de nos camarades Atmane de BDS France Saint-Étienne, Hassan de BDS France Tours, et la chanteuse palestinienne Abeer d’Artists for Palestine.

Un beau et fort moment militant, qui a attiré de nombreux habitant-e-s du quartier populaire de la dalle d’Argenteuil.
Un grand bravo à tous-tes les camarades d’Argenteuil Palestine Solidarité qui ont travaillé dur pour cette soirée alternative !

Imen Habib, Dominique Grange, Tardi et Abeer Hamad




PalestineVision, c’est ici : 3 heures de spectacle et de solidarité !




Regardons PalestineVision ce samedi 18 mai à 21h

PALESTINEVISION, Chansons contre l’apartheid

Ce samedi 18 mai 2019 à partir de  21:00

Le LIVE apparaitra ci-dessous. Pensez à rafraîchir la page à 21h…

Ce soir switchez la télé qui diffuse Eurovision en Israel apartheid et regardez à partir de 21h jusqu’à minuit passé en direct : PALESTINEVISION Chansons contre l’apartheid
Live streaming avec des dizaines de chansons pour la Palestine depuis 70 ans.

 

Organisé par :

#ArtistsForPalestine
#GazaStories
#BDSfrance
#AFPS
#LeTempsDeLaPalestine
#AgenceMediaPalestine
#ArgenteuilPalestineSolidarité



Événement exceptionnel « Palestinevision » à Argenteuil le 18 mai

Après la soirée du 12 mai organisée au CICP par la Campagne BDS France à Paris, Artists for Palestine et l’Association Argenteuil Solidarité Palestine, une nouvelle soirée

 PalestineVision

aura lieu le 18 mai à partir de 19h, Salle Saint Just sur la dalle d’Argenteuil.

Il s’agira d’un Eurovision alternatif au concours officiel, qui se tiendra en même temps que des initiatives de plusieurs groupes solidaires en Europe.

Cette soirée relayée en Palestine et partout dans le monde entre dans le cadre de la Campagne de Boycott de l’Eurovision en Israël, initiée depuis plusieurs mois par des Artistes Palestinien.ne.s, et relayée par la société civile palestinienne au travers de la Campagne BDS.

Sur la dalle d’Argenteuil, illuminée par des bougies dédiées à toutes les victimes de la barbarie coloniale, la diffusion filmée des chansons pour la Palestine dans l’Eurovision alternatif s’opèrera en même temps qu’un grand  « Ftour Solidaire »

Soyons nombreux à participer à cet évènement exceptionnel !!

Ce sera une manière de protester contre l’instrumentalisation de l’art pour une opération de propagande visant à redorer l’image d’Israël.

 Nous vous invitons à diffuser très largement cette émission sur vos listes de diffusion, vos pages Facebook, vos comptes Twitter etc…afin de dénoncer cet Eurovision 2019 au pays de l’apartheid israélien !

Plus d’infos sur le site du Temps de la Palestine

À samedi !!




120 PERSONNES POUR GAZA ET BDS, ET CONTRE L’EUROVISION, A CLERMONT-FD

Cent-vingt personnes de tous âges et origines rassemblées à Clermont-Fd ont scandé de nombreux slogans devant Vercingétorix et un arrêt de tramway, pour la levée du blocus de Gaza, pour le Boycott et des Sanctions contre Israël, et contre l’Eurovision à Tel-Aviv.

  

Une demi-douzaine de militant.e.s AFPS, BDSF et NPA ont distribué au centre ville de Clermont-Fd 700 ex. d’un tract de 28 organisations appelant à un rassemblement pour la levée du blocus de Gaza, pour le Boycott et des Sanctions contre Israël, et contre l’Eurovision à Tel-Aviv. Puis 120 personnes de tous âges et origines, dont de nombreuses têtes inconnues, se sont rassemblées et ont formé un grand cercle sur la place de Jaude, près de la statue de Vercingétorix et d’un arrêt du tramway, autour de 4 banderoles appelant à la levée du blocus, au boycott de l’Etat d’apartheid et de l’Eurovision, et au droit au retour des réfugiés, en écoutant des chants militants pour la Palestine.

   

Des prises de parole de l’AFPS 63-BDSF 63 , de l’UNEF et du Collectif des Mosquées de Clermont-Auvergne ont rappelé, en ce jour anniversaire de la Nakba, la situation humanitaire dramatique de Gaza sous blocus et massacres, et la nécessité de BDS face à l’inaction ou la complicité des grandes puissances avec l’Etat colonial d’apartheid. La nécessité de se mobiliser plus largement a été soulignée. Des slogans ont été criés et parfois dansés entre les prises de parole :

Gaza / Vivra // Palestine / Vaincra

Israël / Assassin // Macron / Complice

Boycott / Israël / Etat / Criminel

A Paris / comme à Bruxelles // des sanctions / contre Israël

Occuper / est un crime // résister / est un droit

Halte / aux massacres / à Gaza

Pas d’Eurovision // Au pays / de l’apartheid

France Télévision // Complice / d’Israel

    

De nombreux passagers descendaient du tramway, toutes les 6 minutes environ, et pouvaient assister à cet événement qui a duré près d’une heure trente. Avant dissolution du rassemblement, rendez-vous a été donné pour nos prochaines actions BDS, notamment contre PUMA qui sponsorise le foot israélien, ainsi qu’au prochain rassemblement du collectif RESF 63. Radio Coquelicot (03-Ebreuil) a couvert notre événement. Plusieurs personnes nous ont laissé leur contact, et deux jeunes sont venus ensuite nous rejoindre dans notre local pour acheter des T-shirts BDS. Et des photos de cette soirée ont complété nos albums facebook sur Gaza et sur l’Eurovision…

 




Marseille commémore la Naqba

Hier, mercredi 15 mai, en commémoration de la Naqba et contre l’Eurovision à Tel Aviv, nous étions une cinquantaine de personnes devant la bibliothèque centrale de Marseille.

Distribution de 700 tracts. De belles rencontres.

Puis nous avons défilé sur les trottoirs jusqu’au Vieux-Port tout en rappelant, tout le long du parcours, au mégaphone, la Naqba, le nettoyage ethnique, le viol du droit international, les crimes de guerre et en appelant au boycott de l’Eurovision !

Prise de parole sur le Vieux-Port.

Nos masques blancs ont suscité beaucoup d’intérêt et de photos de la part des passants…




Déclaration commune pour un #WorldwithoutWalls (Monde Sans Murs) des groupes et réseaux européens de solidarité avec la Palestine et pour la défense des droits des migrants

73 groupes et réseaux européens de solidarité et de défense des droits des migrants de 17 États européens ont choisi la Journée de la Nakba 2019 – la Journée des Palestiniens réaffirmant leur engagement en faveur de la lutte pour le retour de leurs réfugiés – pour s’unir dans un appel commun en faveur d’un #WorlwithoutWalls (un Monde sans Murs) afin de faire valoir nos droits à circuler, à rester et à retourner, dans la liberté, la justice et l’égalité.

De la Grèce à l’Irlande et de la Finlande à l’État espagnol, des organisations se sont engagées à sensibiliser le public aux interconnexions de nos luttes contre les murs, l’exclusion et la répression, à lutter conjointement contre les politiques européennes anti-migration et à mettre un terme à la mercantilisme corporatif de ‘l’industrie des murs’ qui permet, facilite et profite des murs visibles et invisibles de l’injustice, notamment en renforçant le mouvement palestinien BDS.

Les murs, les politiques anti-migration et le racisme sont en hausse en Europe et à travers la planète. Nous, mouvements et organisations soussignés, connaissons trop bien les souffrances que les Murs et leurs politiques associées occasionnent. C’est pourquoi nous nous engageons à nous rassembler et à organiser ensemble des combats pour un #WorldwithoutWalls (un Monde sans Murs) pour faire valoir nos droits à circuler, à rester et à retourner, dans la liberté, la justice et l’égalité.

Nous avons choisi d’émettre cette déclaration le 15 mai – Journée de la Nakba – qui commémore l’expulsion massive de la population palestinienne en 1948 et la lutte continue des six millions de réfugiés palestiniens qui, jusqu’à aujourd’hui, sont interdits par Israël d’exercer leur droit fondamental à retourner chez eux. Nous sommes attentifs au fait que la constante politique israélienne de déplacement et sa politique d’enfermement du reste de la population palestinienne derrière des murs est, de bien des manières, reliée à nos vies en tant que migrants et à la politique européenne.

30 ans après le Mur de Berlin, l’Europe a déjà construit plus de mille kilomètres de murs à ses frontières et continue d’accroître ses financements pour toujours plus de murs, physiques et virtuels. Elle réduit les migrants d’êtres humains à ‘risques sécuritaires », dont les droits fondamentaux sont régulièrement violés en toute impunité.

La politique anti-migratoire européenne, inspirée dans une très large mesure par les paradigmes israéliens et mise en œuvre avec la technologie israélienne, cible les migrants, finance l’apartheid israélien et l’occupation militaire sur les Palestiniens et militarise les sociétés européennes.
Afin de briser ces liens de complicité qui aggravent les violations des droits de l’Homme, nous avons décidé de rejoindre l’appel à un #WorldwithoutWalls, lancé en 2017 par des mouvements palestiniens et mexicains et soutenu par plus de 370 mouvements, réseaux et organisations à travers la planète.

Nous allons travailler ensemble à:
• Nous instruire, nous et le monde dans lequel nous vivons, à propos des profondes interconnexions entre nos combats et l’urgence de vaincre l’idéologie des murs, de l’exclusion et de la répression et de construire des alternatives de solidarité et de justice mondiale.
• Nous opposer à la politique européenne anti-migration qui nous heurte tous
• Arrêter le mercantilisme corporatif de ‘l’industrie du mur’ et nous attaquer à l’architecture de l’impunité qui protège les corporations qui permettent, facilitent et profitent des murs, visibles et invisibles, de l’injustice, y compris en renforçant le mouvement BDS conduit par les Palestiniens.

Les soussignés:

1. Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (France)
2. Alternative Refugee Centre (Switzerland)
3. Association France Palestine Solidarité – AFPS (France)
4. Associatión France-Palestine Solidarité – Lyon (France)
5. Associatión France-Palestine Solidarité (France)
6. Association France-Palestine Solidarité 63 (France)
7. Associatión France-Palestine Solidarité Saint Etienne (France)
8. Association pour Jérusalem (France)
9. Assopace Palestina (Italy)
10. Attac AG Globalisierung und Krieg, Deutschland (Germany)
11. BDS 34 (France)
12. BDS Berlin (Germany)
13. BDS France (France)
14. BDS Initiative Oldenburg (Germany)
15. Brighton Migrant Solidarity (UK)
16. Centro de Documentación en Derechos Humanos « Segundo Montes Mozo S.J. » (CSMM) (Spanish State)
17. CNT 57 (France)
18. Collectif 69 de Soutien au Peuple Palestinien (France)
19. Collectif 69 Palestine – Union Juive Française pour la Paix (France)
20. Collectif Migrants (France)
21. Collectif Palestine 12 – Millau (France)
22. Collectif solidaire des réfugiés (France)
23. Comité des migrants- Millau (Aveyron) (France)
24. Comité Palestine Israël Pays de Châteaubriant (France)
25. Comité pour une paix juste au Proche-Orient (Luxembourg)
26. Commission for Filipino Migrant workers (Europe)
27. ConfederaciónIntersindical Galega (CIG) (Spanish State)
28. Construire et Alerter par la Non Violence Active CANVA (France)
29. DocP (Netherlands)
30. ECCP (European Coordination of Committees and Associations for Palestine)
31. Escuela Con Alma-Skola Sa Dusom (SpanishState/Serbia)
32. Espacio Social y Cultural La Karakola (Italy)
33. Finnish-Arab Friendship Society (Finland)
34. Forum Contro la Guerra (Italy)
35. Gibanje za pravice Palestincev (Slovenia)
36. Groupe d’Amité Islamo-Chrétienne (France)
37. Gruppo Ibriq (Italy)
38. ICAHD Finland (Finland)
39. Interculturalism, Migration and Minorities Research Centre (Belgium)
40. Ireland-Palestine Solidarity Campaign (Ireland)
41. Jewish Network for Palestine, JNP (UK)
42. Jewish Voice for a Just Peace in the Middle East (Germany)
43. KASAPI – Hellas Union of Philippine Migrants in Greece (Greece)
44. Kent Refugee Help (UK)
45. LAB Sindikatua (Basque Country)
46. Legal Centre Lesvos (Greece)
47. MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente) Orléans (France)
48. Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples – MRAP (France)
49. Mouvement Pour Une Alternative Non Violente (France)
50. Movimento dos Atingidos por Barragens (MAB) (Brazil)
51. Netherlands Palestine Committee (Netherlands)
52. New Weapons Research Group (Italy, Lebanon, Palestine)
53. Ongd AFRICANDO (Spanish State)
54. Palestine 69 (France)
55. Palestine Solidarity Campaign UK (UK)
56. Pour rester HUMAINS (France)
57. Reseau Education Sans Frontiéres – RESF (France)
58. Reseau Education Sans Frontiéres – RESF 63 (France)
59. Réseau Foi & Justice Afrique Europe antenne France (France)
60. Réseau RITIMO (France)
61. Salaam Ragazzi dell’Olivo Comitato di Trieste (Italy)
62. Section LDH – Millau (France)
63. Stop Mare Mortum Sants, Hostafrancs i la Bordeta (Catalunia/Spanish State)
64. Transnational Institute (International)
65. Transnational Migrant Platform-Europe (Europe)
66. Union Juive Française pour la Paix (France)
67. Union Juive Française pour la Paix Lyon (France)
68. United Against Racism (Ireland)
69. Verein zur Förderung der Flüchtlingsarbeit (Germany)
70. Waling _Waling Org.
71. WISE (France)
72. Women in Black – Vienna (Austria)
73. Women in Black (France)

Source : Stop The Wall




Montargis : Action contre l’Eurovision en Israël

Ce samedi 11 mai, une vingtaine de personnes ont répondu à l’appel du comité BDS du Montargois, pour dénoncer la tenue de l’Eurovision à Tel Aviv et inviter les passants à boycotter la diffusion de cet événement le 18 mai.

Derrière une banderole :

« Droit international bafoué, Palestiniens opprimés, L’Eurovision en Israël, C’est NON! »,

nous avons défilé dans la rue principale, en faisant plusieurs haltes pour chanter « Attention Mesdames et Messieurs » de Michel Fugain avec de nouvelles paroles dénonçant l’apartheid et les violations du droit international par Israël.

Malgré une météo instable qui a restreint le nombre de passants, 270 tracts ont été distribués.

L’action a reçu un bon accueil.

Le comité BDS du Montargois




Nous, artistes français, dénonçons l’Eurovision 2019 en Israël

10 mai 2019

Le blog de Les invités de Mediapart

Plus de 100 artistes français, dont les dessinateurs Willem et Tardi, Imhotep, compositeur du groupe IAM, le cinéaste Alain Guiraudie, l’artiste lyrique Marie Soubestre ou encore l’artiste plasticien Ernest Pignon Ernest, annoncent qu’ils «n’irons pas à Tel Aviv blanchir le système de discriminations légales et d’exclusion qui y sévit contre les Palestiniens, et (appellent) France Télévisions et la délégation française à ne pas servir de caution au régime» israélien.

Du 14 au 18 mai prochain, France Télévision a l’intention de diffuser le Concours Eurovision 2019 qui se tiendra en Israël, à Tel Aviv, dans le quartier de Ramat Aviv, sur les ruines du village de Sheikh Muwannis qui, comme le rappelle l’ONG israélienne « Zochrot » (« elles se souviennent » en hébreu), est l’un des centaines de villages palestiniens  vidés de leurs habitants et détruits en 1948, lors de la création de l’Etat d’Israël.

Pour France Télévisions, l’Eurovision est « un divertissement d’une ampleur internationale unique et ouvert à une très grande diversité artistique » qui revendique de célébrer la diversité et l’inclusion. Selon la chaine publique « la musique, qui n’a pas de frontière, en est son essence, avec pour ambition universelle le dialogue entre les peuples, l’ouverture et le vivre-ensemble ».

Mais ce message sonne creux lorsque qu’il  cherche à nous divertir des violations des droits humains à l’égard des Palestinien·ne·s. Discrimination et exclusion sont profondément ancrées en Israël, où notamment la loi « Israël, État-nation du peuple juif » a été adoptée le 19 juillet 2018, proclamant que seuls les Juifs ont le « droit à l’autodétermination nationale », entérinant ainsi officiellement l’apartheid.

Le sens de l’histoire, de l’inclusivité et de la solidarité est plutôt du côté des nombreuses manifestations en Palestine et dans toute l’Europe, appelant artistes et diffuseurs à ne pas se rendre à Tel-Aviv. Par cette tribune, nous tenons également à participer à ce mouvement, pour manifester notre soutien aux artistes palestinien.ne.s, dans la guerre que leur mène Israël.

En mars et avril 2018, des tireurs israéliens ont ciblé et tué des journalistes qui filmaient les manifestations pacifiques à Gaza. En août, un F16 israélien a détruit le centre Said al-Mishal à Gaza, lieu de musique, de théâtre et de danse. Des artistes palestinien·ne·s, actrices, acteurs et musicien·ne·s se voient régulièrement empêchés de voyager par les autorités israéliennes d’occupation, ou comme dans le cas de la poétesse engagée Dareen Tatour, emprisonné·e·s pour « incitation au terrorisme ».

Aujourd’hui ce sont aussi les organisations israéliennes progressistes qui sont entravées par les autorités israéliennes. Le Ministère de la Culture les accuse de subversion, et réduit leurs financements. En 2017 par exemple, le festival de théâtre de Saint Jean d’Acre a dû retirer une pièce consacrée aux prisonnier·e·s politiques palestinien·ne·s pour éviter les coupures budgétaires gouvernementales. Galeries et festivals de cinéma sont aujourd’hui menacés de la même manière.

L’Eurovision, selon l’Union européenne de radio-télévision (UER), prétend être un événement « non politique ». Il est malheureusement impossible de réconcilier ce que dit l’UER avec la réalité. Israël est un État qui considère officiellement la culture comme un instrument de propagande politique: son Premier ministre, Benjamin Netanyahou, a félicité l’israélienne Netta Barzilai, lauréate de l’Eurovision 2018, pour avoir « accompli un travail exceptionnel en matière de relations extérieures ».

Nous, artistes et travailleur·se·s culturels français qui signons cet appel, n’irons pas à Tel Aviv blanchir le système de discriminations légales et d’exclusion qui y sévit contre les Palestiniens, et nous appelons France Télévisions et la délégation française à ne pas servir de caution au régime qui  envoie ses snipers tirer tous les vendredi contre les enfants  désarmés de la marche du retour à Gaza. Un divertissement qui se respecte ne se joue pas en terre d’Apartheid. Nous ne l’aurions pas accepté pour l’Afrique du Sud , nous ne l’accepterons pas pour Israël.

 Signataires : 

 

Samir ABDALLAH, cinéaste ; Pierre ALFERI, auteur ; Nadia AMMOUR, chanteuse ; Henri d’ARTOIS, musicien ; Jean ASSELMEYER, réalisateur ; Alain AUBIN, artiste lyrique ; Nicolas AUDOIN, musicien ;

Allaoua BAKHA, musicien ; Mohamed BAOUZZI, conteur ; Marine BACHELOT Nguyen, autrice et metteuse en scène ; Edmond BAUDOIN, dessinateur ; Safia BENHAIM, réalisatrice ; BEN ART’CORE, photographe ; François BEAUNE, écrivain ; Michaël BIDEAULT, musicien ; Julien BLAINE, poète ; Xavier BOEDA, musicien ; Marion BORDESSOULLES, comédienne ; Bruno BOUSSAGOL, metteur en scène ; Sarah BOY, danseuse ;

Françoise CABANAC, artiste lyrique ; Alain CASTAN, éditeur ; Laurent CAUWET, auteur ; Youssef CHARIFI, producteur ; Anne-James CHATON, poète ; Jean-Christophe CHAUZY, dessinateur ; Franck CHENAL, musicien ; Matthieu COLLOGHAN, peintre ;  Enzo CORMANN, écrivain ; Jean-Luc COUDRAY, dessinateur ; Philippe COUDRAY, dessinateur ;

Atmane DAHMANI, chanteur ; Gerty DAMBURY, metteure en scène ; Bruno DARAQUY, chanteur ; Yvan DAUTIN, chanteur ; Fanny DEKKARI, conteuse ; Gérard DELAHAYE, auteur et compositeur ; Marie DEVROUX, comédienne et metteure en scène ; Joss DRAY, auteure et photographe ;

ELCHICOTRISTE, dessinateur ; Annie ERNAUX, écrivaine ;

Abbas FAHDEL, réalisateur ; Nicolas FERNANDES, musicien ; Pedro FIDALGO, réalisateur ; Sandrine FLOCH, programmatrice cinéma; Nicolas FRIZE, compositeur ;

Pierre-Louis GARCIA, musicien ; Rémo GARY, chanteur ; Marina GILABERT, danseuse ; Liliane GIRAUDON, écrivaine ; Julien GONZALES, musicien ; Dominique GRANGE, chanteuse ; Annette GUILLAUMIN, auteure ; Alain GUIRAUDIE, cinéaste ; Christian GUY, photographe ;

Didier HABOYAN, musicien ; Abeer HAMAD, chanteuse ; Eric HAZAN, écrivain ; Michael HOARE, réalisateur ;

IMHOTEP compositeur du groupe IAM ; L’1NCONSOLABLE, rappeur ;

Lyang KIM, cinéaste ; Nicolas KLOTZ, cinéaste ; Victoria KLOTZ, artiste plasticienne ;

Armelle LABORIE, auteure ; Julio LAKS, musicien ; Anne-Marie LALLEMENT, cinéaste et écrivaine ; Iwan LAMBERT, comédien ; Léopold LAMBERT, auteur et éditeur ; Esther LAURENT-BAROUX, réalisatrice ;Françoise LEBEAU, productrice ; Sarah LECARPENTIER, comédienne et metteure en scène ; Marc LENOT, critique d’art ;

Raphaël MAILLET, musicien ; Jonathan MALNOURY, musicien ; Nathanaël MALNOURY, musicien ; Sébastien MARCHAL, graphiste ; Joëlle MARELLI, auteure et traductrice ; Michel MARRE, musicien et cinéaste ; Jacqueline MARTIN, comédienne et directrice de théâtre ; Nicolas MATOS ITXASO, auteur et réalisateur ; Gérard MAYEN, auteur- Elli MEDEIROS, chanteuse ; Ismaël METIS, rappeur ; Hassane MEZINE, photographe et réalisateur ; Muriel MODR, artiste plasticienne et poète ; MRIC, dessinateur ; José MUÑOZ, dessinateur ;

Bernard NOËL, poète et écrivain ;

Annie OHAYON, productrice

Bruno PAOLI, musicien ; La PARISIENNE LIBEREE, chanteuse ; Lucile PAYSANT, comédienne ; Elisabeth PERCEVAL, actrice et cinéaste ; Léonie PERNET, musicienne ; Mireille PERRIER, comédienne, metteur en scène ; Ernest PIGNON-ERNEST, artiste plasticien ; Denys PININGRE, cinéaste documentariste ; Jean-Marc POLI, musicien ; Anastasia POLITI, comédienne et metteure en scène ; Aurélien PROST, artiste circassien ;

Serge QUADRUPPANI, écrivain ; Nathalie QUINTANE, écrivaine et poète ; Luc QUINTON, plasticien ;

RAPSA, rappeur ; Anna RICHE, monteuse ; RLM, rappeur ; Renata ROAGNA, chanteuse ; André ROBÈR, peintre, poète, éditeur ; François RUDEL, sculpteur

Abdelwaheb SEFSAF, comédien et musicien ; Jean-Michel SICARD, metteur en scène ; Eyal SIVAN, cinéaste ; Francesca SOLLEVILLE, chanteuse ; Marie SOUBESTRE, artiste lyrique ; SPOIR, rappeur

Piotrek TAGART, musicien rock ; TARDI, dessinateur ; Jean-Pierre THORN, cinéaste ;

Robert VALBON, auteur et metteur en scène ; Maril VAN DEN BROEK, comédienne ;

WILLEM, dessinateur ; Willis From Tunis, dessinatrice

Djamila ZEGHBAB, comédienne.

Source : Mediapart




Chansons pour la Palestine

À l’appel de BDS France Paris et de « Artists for Palestine »

Pour un boycott actif de l’Eurovision 2019 en Israël Apartheid

#ApartheidFreeEurovision

Venez participer, le Dimanche 12 mai 2019, de 18H30 à 21h15, au CICP*, à l’enregistrement filmé de l’événement « 70 ANS DE CHANSONS POUR LA PALESTINE »

À l’issue du tournage, un repas palestinien vous sera proposé.

* CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris (métro rue des Boulets – ligne 9, ou RER A Nation)

Merci de confirmer votre inscription à : boycotteurovision@gmail.com

 




ISRAELI APARTHEID WEEK 2019 : tout ce qui s’est passé !

Grâce à votre soutien, l’Israeli Apartheid Week (IAW, Semaine contre l’apartheid israélien) 2019 a été un succès encore plus grand cette année !

L’IAW a présenté plus de 200 événements, dans 30 pays, sur cinq continents, tous sur le thème « Cessez d’armer le colonialisme ». Les événements incluaient de grandes tables rondes dans des universités, des concerts, des films, des manifestations, des lectures de poésie, des spectacles comiques, de l’art de rue, des randonnées sponsorisées, des défilés de mode et d’autres choses encore !

L’Israeli Apartheid Week (IAW) est une série internationale d’événements qui vise à accroître la sensibilisation sur le régime d’apartheid en Israël et à bâtir un soutien pour le mouvement croissant de Boycott, désinvestissement et sanctions. Israël est capable de maintenir son occupation illégale et son régime d’apartheid sur les Palestiniens en partie à cause de ses ventes d’armes et du soutien militaire qu’il reçoit de gouvernements du monde entier.

Voici quelques-uns des événements marquants

En Palestine, la sixième conférence nationale BDS s’est tenue à Ramallah. La conférence, à laquelle participaient plus de 800 personnes de toute la Cisjordanie occupée, incluait une allocution liminaire par vidéo de Mme Baleka Mbete, présidente de l’Assemblée nationale de la République d’Afrique du Sud.

L’Israeli Apartheid Week a lancé ses événements à Gaza avec des paroles de Razan Najjar, un membre du personnel médical tué pendant la Grande Marche du retour, lues par sa mère, Sabreen Najjar, qui a inauguré l’événement. Bien que deux événéments de l’IAW aient dû être retardés à cause des bombardements israéliens sur Gaza le 26 mars et malgré le siège en cours, plusieurs événements ont eu lieu, dont une campagne de sensibilisation dans la rue sur le boycott économique, et des projections de films. A l’université de Birzeit en Cisjordanie la Campagne sur le droit à l’éducation a organisé sur le campus une exposition de photos sur la Grande Marche du retour à Gaza. Pendant cette semaine ont eu lieu le lancement d’une campagne sur les prisonniers palestiniens soumis au brutal système israélien d’incarcération et un séminaire sur l’éducation dans les prisons, ainsi qu’un envoi de lettres et de dessins aux prisonniers. Les étudiants ont aussi regardé le filmBetween Two Crossings[Entre deux carrefours] de Yasser Murtaja, un journaliste palestinien tué par les forces israéliennes à Gaza. D’autres activités et des manifestations ont été organisées à Risan, Nilin, Bilin, Beit Sira et Kafr Qaddum.

L’entreprise G4S perdant de nombreux contrats dans les pays arabes, des dizaines d’événements de l’IAW organisés dans le Monde arabe étaient concentrés sur G4S et d’autres multinationales complices. Les activités incluaient des projections de films, des tables rondes, des exposés et plus encore, visant à accroître la sensibilisation sur la normalisation, l’embargo militaire et la campagne BDS. Au Kowait, trois poètes importants ont organisé une nuit de poésie pour la Palestine, en plus d’une projection de films, d’un événement avec des cerfs-volants pour les enfants et d’une dynamique table ronde avec des militants koweitiens et palestiniens sur le boycott culturel. En Jordanie, avec BDS Jordanie, le militant palestinien Tarek Bakri a présenté son film Missing 48[ Il en manque 48] et discuté de son projetWe were and We still are here[Nous étions ici et nous y sommes encore] qui reconnecte les réfugiés palestiniens avec leur pays natal. Bakri a aussi présenté son projet au Maroc, où BDS Maroc a organisé des événements de solidarité dans plusieurs villes. En Egypte, BDS Egypte a organisé plusieurs événements en coopération avec l’Association des étudiants en science politique de l’AUC[Université américaine du Caire] et Visualizing Palestine, terminant la semaine en plantant des orangers le Jour de la Terre palestinien.

Du Portugal à la Hongrie, en Suède, dans l’état espagnol, en Allemagne et dans de nombreux autres pays, plus de 100 événements ont été organisés en Europe cette année pour l’ Israeli Apartheid Week! Les organisateurs européens ont eu l’honneur d’accueillir le leader sud-africain de l’ANC Ronnie Kasrils qui a pris la parole lors d’événements de l’IAW à Vienne, Berne, Genève, Berlin, et Londres. Malgré la répression anti-palestinienne croissante dans plusieurs pays européens, ses interventions ont inspiré ceux qui l’ont entendu et sa voix a atteint des milliers de lecteurs grâce à son éditorial publié dans le journal britannique The Guardian. Au Royaume-Uni, des dizaines d’universités ont organisé des jours d’action pour l’Apartheid Off-Campus [Apartheid hors des campus], appelant les universités à se désinvestir de compagnies profitant du régime d’apartheid israélien sur le peuple palestinien. En France, Rania Madi du Badil, qui a aussi été confronté à une forte répression de la part de l’état français, a fait le tour du pays et organisé des événements dans cinq villes différentes.

L’IAW continue de croître sur le continent africain, avec un fort leadership féminin. Des membres de BDS Afrique du Sud et l’équipe de l’IAW ont rencontré le président du Parlement de Namibie, ainsi que des membres du conseil des femmes du SWAPO (Organisation du peuple du Sud-Ouest africain) à Windhoek. Plusieurs rencontres avec des partis politiques, des syndicats et des groupes de la société civile ont eu lieu au Botswana. Le peuple de Swaziland est confronté lui-même à l’oppression, pourtant, dans un acte de généreux internationalisme pendant l’IAW de cette année, le parti communiste du Swaziland (CPS) et l’union nationale des étudiants du Swaziland (SNUS) ainsi que des églises locales et d’autres organisations partenaires progressistes, ont organisé avec succès un événement à Manzini. CPS a expliqué que l’objectif de cet événement était « la relation historique entre les luttes de libération africaines et celles des Palestiniens, ainsi que l’oppression actuelle d’Israël et l’expulsion des réfugiés africains ». En Afrique du Sud, des dizaines d’événements ont été organisés dans tout le pays. L’humoriste Mashabela Galane est monté sur scène dans cinq villes pour une tournéede la comédie Apartheid Aint Funny! [l’Apartheid, c’est pas drôle]. Ali Abunimah était sur SABC TV News!

Des militants d’Amérique latine ont organisé plusieurs activités dans différentes parties du continent, avec des événements multiples au Chili, en Argentine, au Brésil, en Colombie et au Mexique. Les activités cherchaient à rendre visibles les crimes croissants d’Israël contre le peuple palestinien, y compris la colonisation en cours des territoires et la construction de colonies illégales, l’imposition de lois d’apartheid et le siège brutal de Gaza. Au Mexique, pour la première fois, un tribunal populaire a été organisé sur « le rôle d’Israël dans la militarisation de l’Amérique latine ». La tribunal était un point de rencontre pour les différentes victimes de la militarisation et aussi pour coordonner les luttes transversales pour la démilitarisation du Mexique et du continent.

Aux Etats-Unis, les étudiants de plus de vingt collèges et universités de dix états dans tout le pays ont organisé des événements pour la Semaine contre l’apartheid israélien (IAW). La solidarité entre Noirs et Palestiniens était un thème fréquent, y compris à Harvard, Tufts, et Kent State. Le poète palestinien Remi Kanazi a donné un spectacle sur six campus différents. Des étudiants de Harvard et de Georgetown ont publié des éditoriaux vigoureux dans les journaux étudiants expliquant pourquoi le régime imposé par Israël aux Palestiniens correspond à la définition de l’apartheid selon le droit international. Hors campus, des manifestations ont eu lieu contre les représentations de la Compagnie de danse Batsheva d’Israël à cause du parrainage de Batsheva pour le gouvernement israélien et son rôle dans le blanchiment de l’apartheid israélien.

En Asie, des événements ont été organisés à l’occasion d’IAW par des groupes en Inde et en Malaisie. Sur les campus universitaires à Calcutta et Delhi, en Inde, les événements incluaient des discussions et des projections de films sur la Palestine et BDS. Les discussions ont été centrées sur les liens croissants de l’Inde avec Israël, qui vont de pair avec le programme de droite du gouvernement actuel. En Malaisie, BDS Malaisie a organisé une conférence, Enhancing Palestine Solidarity in Malaysia [Améliorer la solidarité avec la Palestine en Malaisie], avec des exposés, des discussions et une projection de film. L’exposé liminaire couvrait les violations du droit international qui sont manifestes dans l’occupation par Israël de la Palestine. Le renforcement du mouvement de solidarité de masse par des campagnes BDS et l’importance de la lutte des femmes dans le mouvement de libération de la Palestine ont été des thèmes de discussion.

Merci de contribuer à mettre fin à l’apartheid israélien.

Restez à l’écoute pour les mises à jour et préparez vous pour une Semaine contre l’apartheid israélien encore plus grande en 2020 !

Source : IAW

Traduction : C.G pour BDS France




Action eurovision du Collectif BDS 45

Après avoir vainement demandé un rendez-vous à France 3, le collectif orléanais BDS a décidé d’interpeller France Télévisions, dont la chaine  France 2 diffuse la finale l’Eurovision 2019 au nouveau pays de l’apartheid, Israël.

Les militants ont accroché une banderole devant la grille de France 3 pour attirer l’attention des passants et des employés de France 3 sur la nécessité de boycotter la politique colonialiste d’Israël :

–          Détention administrative, sans jugement, de Palestiniens, y compris de jeunes adolescents

–          Invasion et occupation de nombreuses terres appartenant à la Palestine, restrictions drastiques des zones de pêche

–          Viol de l’espace aérien, incursions en Palestine

–          Destruction d’installations vitales : électricité, eau potable

–          Assassinats et mutilation d’une partie de la population palestinienne qui manifeste, dans son propre pays, pour le respect de ses droits tels que définis par l’ONU : depuis le 30 mars 2018, plus de 270 Palestiniens ont été tués et des dizaines de milliers autres blessés, dont des centaines se trouvent dans un état critique.

–          Non-respect délibéré de plus d’une trentaine de résolutions de l’ONU qui affirment les droits des Palestiniens

–          Routes séparées, check points raciaux, différences d’accès (ou de non-accès) à la propriété, au mariage, à l’accès et aux droits liés au travail…

 

Avec la société civile palestinienne, nous demandons le respect du droit international par Israël :

1. fin de l’occupation et de la colonisation de toutes les terres arabes et démantèlement du Mur
2. Reconnaissance des droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël à une complète égalité
3. Respect des droits des réfugiés palestiniens à recouvrer leurs maisons et leurs biens comme le stipule la résolution 194 de l’ONU

 

Nos moyens d’actions : la résistance non-violente, l’appel au boycott culturel, sportif, universitaire, institutionnel ; au désinvestissement des entreprises en Israël et à l’application de sanctions internationales pour faire respecter le Droit.

Cette action s’arrêtera dès qu’Israël respectera le droit international.

 Le collectif BDS Orléans




Rassemblement cet après midi lors de l’assemblée générale d’AXA au Palais des Congrès à Paris

24 avril 2019, Paris – Plus de 50 militant-e-s de la Coalition Stop AXA Assistance à l’apartheid israélien se sont réunis à l’extérieur du Palais des Congres cet après-midi ou se tenait l’assemblée générale a Paris. Ils ont appelé AXA à se désengager de l’apartheid israélien .

AXA investit, par l’intermédiaire de sa filiale AXA IM, dans cinq des plus grandes banques israéliennes, qui constituent l’épine dorsale des colonies de peuplement illégales par le biais des services financiers qu’elles fournissent. Alliance Bernstein, une filiale d’AXA, détient également des actions dans les banques israéliennes et dans le fabricant d’armes israélien Elbit Systems.

Bien que la police française ait tenté d’interdire la manifestation et de nier les droits de réunion et les libertés d’expression, les activistes ont réussi à rester devant le Palais des Congrès pendant plus de 20 minutes en brandissant une banderole de 10 mètres de long indiquant «Stop AXA Assistance à l’apartheid israélien». Les discours ont été prononcés par Jean-Guy Greilsamer de l’Union juive française pour la paix, Olivier Schulz et Imen Habib de BDS France, Alys Samson du Comité national BDS et Verveine Angeli de Solidaires. Les activistes portaient également des chapeaux bleus, de la couleur d’AXA, et ont déclaré que s’ils étaient actionnaires de AXA, ils appelleraient à mettre fin à ces investissements.

Avant de partir, du fait de la répression policière, des dizaines de brochures d’information sur les investissements contraires à l’éthique d’AXA ont été distribuées aux actionnaires.

Imen Habib de BDS France a déclaré: «Même si, grâce à la mobilisation populaire, l’une des filiales d’AXA, AXA IM, récemment cédée d’Elbit Systems, la campagne contre les investissements contraires à l’éthique d’AXA se poursuivra jusqu’à ce qu’AXA ne finance plus les banques israéliennes qui financent les colonies israéliennes. et se désengage totalement de Elbit Systems, qui teste des armes sur le peuple palestinien. “

Alys Samson, coordinateur européen du Comité national du BDS palestinien (BNC), a déclaré: «Soutenant la manifestation à Paris, de nombreux partisans de la liberté, de la justice et de l’égalité pour les Palestiniens du monde entier se sont joints à Twitter pour demander à AXA de mettre fin à ses investissements dans les banques israéliennes et Elbit. Systèmes. En utilisant le hashtag #ProudToBeAXA d’AXA, ils ont affirmé que l’assureur français ne peut être fier de ses activités tant que AXA n’a pas mis fin à son rôle dans l’oppression du peuple palestinien. « 




AXA IM se désinvestit d’Elbit Systems – impliqué dans des crimes de guerre israéliens

SumOfUs et la Coalition Stop Assistance to Israeli Apartheid se félicitent de la décision d’AXA de se retirer – en partie – du capital d’Elbit Systems mais appellent AXA à aller plus loin en mettant un terme à l’ensemble de ses investissements dans les sociétés complices de l’Occupation israélienne.

Suite à une année de campagne de pression citoyenne contre l’assureur français AXA, exigeant de la multinationale qu’elle cesse ses investissements dans le fabricant d’armes Elbit Systems et cinq banques israéliennes (Bank Hapoalim, Bank Leumi, Bank Mizrahi-Tefahot, First International Bank of Israel et Israel Discount Bank) impliqués dans les crimes de guerre de l’Etat Israélien, AXA commence discrètement à réduire ses investissements scandaleux en 2019.

SumOfUs, ONG internationale qui agit comme un contre-pouvoir des grandes entreprises, a lancé une pétition internationale en avril 2018 qui a réuni plus de 140 000 signatures, en soutien à la mobilisation Stop Assistance to Israeli Apartheid, en partenariat avec les nombreuses organisations du mouvement BDS France, à l’initiative de la campagne en 2016.

La fin de l’année 2018 a semble-t-il marqué un nouveau tournant pour les investissements peu scrupuleux des entreprises bancaires et financières dans le fabricant d’armes Elbit Systems — sordidement célèbre pour avoir fourni des armes à sous-munitions interdites par le droit international et des obus au phosphore blanc, tous deux utilisés contre les populations civiles palestiniennes – un usage également condamné par le droit international.

En décembre 2018, suite à la campagne menée par une coalition d’ONG britanniques contre ses investissements, HSBC a décidé de se retirer du capital d’Elbit Systems en raison de son implication dans la production et la commercialisation de bombes à sous-munitions. C’est aujourd’hui au tour d’AXA de prendre le chemin du désinvestissement et nous nous félicitons de ce premier pas.

AXA Investment Managers (une filiale appartenant totalement à AXA) a ainsi vendu toutes ses parts dans le fabricant d’armes le 31 décembre 2018 et nous a affirmé la semaine dernière « ne pas investir dans des producteurs d’armes à sous-munitions ».

Cependant AXA reste encore lié à Elbit Systems via sa filiale Alliance Bernstein (AB). Le mois dernier, nous avons appris qu’AXA ne contrôlait plus AB – passant de 65.6% à 31.7% de parts dans la société.

Si cette vente semble affecter le pouvoir décisionnel d’AXA au sein d’AB, elle ne déresponsabilise absolument pas la multinationale de sa complicité dans les investissements maintenus par AB dans le fabricant d’armes ainsi que dans cinq banques israéliennes — qui toutes participent au financement des activités illégales d’occupation militaire et de colonisation de l’Etat israélien.

De plus, cette vente ne vient en rien amoindrir les investissement directs détenus par AXA IM dans quatre des cinq banques israéliennes. Interrogés depuis plusieurs années sur ses investissements, à la fois dans le fabricant d’armes et les banques, l’assureur AXA continue de nier la problématique légale et morale qu’ils posent.

« Si nous saluons cette première décision de la part du groupe AXA, nous la considérons comme une première étape insuffisante vers la fin de la complicité d’AXA, aussi bien directe qu’indirecte, dans de graves violations du droit international et des droits humains, a exprimé Leyla Larbi, chargée de campagnes SumOfUs. Nous travaillons actuellement sur un rapport faisant la lumière sur l’ampleur des investissements d’AXA, qui participe toujours au financement de ces entreprises à hauteur de dizaines de millions via sa filiale AXA IM et ses participations au sein de sa filiale AB. Nous attendons de la multinationale AXA qu’elle aille jusqu’au bout de cette logique de désinvestissement afin de se mettre en totale conformité avec la législation internationale et qu’elle respecte enfin ses principes d’investissements responsables qu’elle promeut tant. »

La campagne contre les investissements problématiques d’AXA n’est pas prête de faiblir :

« En cette journée Internationale de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens, la Coalition Stop Assistance to Israeli Apartheid organise des actions à travers le monde pour appeler AXA à se désinvestir de ces compagnies qui violent le droit international et participent à maintenir un régime d’oppression violent et illégal contre les populations palestiniennes, a déclaré Imen Habib, coordinatrice de la campagne BDS France.

Lien vers la pétition :

« AXA doit cesser de faire du profit sur la colonisation de la Palestine »

Sources :

  • Base de données financières Fintel faisant état de la sortie d’AXA IM du capital d’Elbit Systems.
  • Communiqué du groupe AXA annonçant la diminution des ses parts dans AXA Equitable Holding, la filiale jusqu’alors actionnaire majoritaire du groupe AB.

# # #

SumOfUs est un mouvement mondial de consommateurs, d’investisseurs et de travailleurs, unis pour contrebalancer le pouvoir grandissant des entreprises à travers le monde. Nous voulons acheter, travailler et investir dans des entreprises qui ne nuisent pas à l’environnement, traitent convenablement leurs salariés et respectent les droits humains.

 

 

 




BDS 63, le droit de manifester, et la liberté d’expression

Une demi-douzaine de militant-e-s AFPS 63 et BDSF 63, renforcés par un militant UJFP et une militante BDS en tournée, ont défilé derrière une grande banderole BDS. Ce qui, comme l’action BDS AXA du matin même, a contribué à faire connaitre et discuter la question de l’apartheid israélien auprès de citoyen-ne-s qui se mobilisent et convergent sur différentes questions sociales, écologiques et politiques dans notre pays.



GAZA et BDS au spectacle « Tous des oiseaux » à Clermont-Fd.

Treize militants AFPS 63 et BDSF 63, portant des visuels réclamant « Stop au blocus de Gaza », « Halte aux massacres », « Boycott d’Israël » ont distribué les 3 et 5 avril, devant la maison de la culture de Clermont-Fd, 900 tracts pour GAZA et BDS à l’entrée du spectacle « Tous des oiseaux » de Wajdi Mouawad, « Production La Colline – théâtre national. Avec le soutien des services culturels de l’Ambassade d’Israël en France, du théâtre Cameri de Tel-Aviv ».
Les spectateurs ont pour la plupart accepté le tract, avec des réactions allant du soutien à la discussion, ou à l’indifférence.