Les syndicats palestiniens exhortent les syndicats d’AXA à demander à AXA de se désinvestir des entreprises qui arment et financent l’apartheid israélien

Les syndicats palestiniens soussignés

Aux syndicats d’Axa

Octobre 2019

 

Nous, les syndicats palestiniens soussignés, militons pour protéger les droits des travailleurs palestiniens et participons à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité pour tous. Les syndicats ont la responsabilité et le devoir de protéger les droits des travailleurs dans leur pays, mais encore de mettre à l’abri tous les travailleurs du monde entier.

Nous, qui sommes Palestiniens, ne sommes pas autorisés à revenir dans nos foyers depuis 70 années. Nous vivons sous une occupation militaire brutale en Cisjordanie, nous vivons sous un blocus à Gaza, et nous vivons comme des citoyens de seconde-classe en Israël – nous subissons une politique discriminatoire et raciste chaque jour de notre vie.

Les travailleurs palestiniens sont, en toute illégalité, arrêtés, tués, soumis aux pires conditions, bloqués aux check-points sur le chemin de leur travail et risquant de perdre leur emploi.

Israël ne peut maintenir son régime d’apartheid, de colonialisme et d’occupation sur le peuple palestinien que grâce au soutien des institutions et d’entreprises.

À la lecture du rapport « Quand AXA finance des crimes de guerre », nous avons appris qu’AXA avait investi plus de 91 millions de dollars dans Elbit Systems et dans les cinq plus grandes banques israéliennes. Elbit est une société privée israélienne, de sécurité militaire, qui remet ses armes à l’armée israélienne pour qu’elle les teste sur les Palestiniens, puis elle les vend au reste du monde comme « testées au combat ».

Les cinq premières banques israéliennes, Bank Hapoalim, Bank Leumi, Mizrahi Tefahot, First Israel Bank et Israel Discount Bank, financent et maintiennent les colonies de peuplement illégales israéliennes, lesquelles sont illégales en vertu de la législation internationale et considérées comme des crimes de guerre.

AXA a fait un premier pas positif en se débarrassant partiellement d’Elbit Systems en décembre dernier. Mais elle y investit encore pour plus de 1,2 million de dollars.

Nous ne comprenons pas comment une compagnie d’assurance, qui devrait protéger la vie des gens, puisse être impliquée dans leur destruction.

Nous savons qu’il y a des militants qui ont demandé à AXA de se désinvestir des sociétés citées ci-dessus. Mais maintenant, de syndicats à syndicats, nous nous adressons à vous pour que vous demandiez à AXA de ne pas détenir ces investissements complices. Nous savons bien qu’AXA entendra votre message.

Tenez-vous du bon côté de l’histoire, et assurez-vous que votre entreprise AXA n’investit pas en nuisant à nos droits de Palestiniens, et qu’elle ne se rend pas complice des violations par Israël du droit international.

 

Palestinian General Federation of Trade Unions – Gaza Strip

The Palestinian New Unions

Palestinian Union of Postal, IT and Telecommunication workers

General Union of Palestinian Workers

Source : BDS movement




A Clermont-Ferrand : NON à l’effacement de la Palestine par les agences de voyage

Sept militant.e.s AFPS 63 et BDSF 63 ont distribué 400 tracts devant les agences SELECTOUR Bleu voyages et HAVAS voyages du centre-ville (deux réseaux contrôlés, comme une dizaine d’autres, par le groupe Marietton développement).

Ils portaient une pancarte « Non à l’utilisation du tourisme par Israël pour coloniser la Palestine », qui était brandie vers le tramway à chaque passage de celui-ci. Ils portaient aussi des affichettes « Non, Bethléem n’est pas en Israël », « Non, Jéricho n’est pas en Israël », « Jérusalem-Est n’est pas israélienne ». Un panneau avec les 4 cartes de la Palestine avait été placé entre les vitrines des deux agences.

Le tract (adapté à partir de celui de la plateforme 44 pour la Palestine) a été distribué pendant 2 heures (*). Le taux de refus a été assez important, mais des retours très positifs nous sont venus de jeunes , qui passaient seuls ou en groupe.

A la fin de l’action, nous avons porté dans les boutiques une copie de nos lettres envoyées aux directions des deux agences. La gérante de Selectour nous a dit de façon assez hautaine avoir déjà reçu le courrier et transmis à sa direction, qui était au courant. Le gérant de Havas, qui était venu chercher un tract au début de l’action, nous a indiqué qu’il transmettrait, que les voyages dépendent des voyagistes (« tour operators ») et donc pas des agences (il a souligné que de ce point de vue notre tract confondait les deux). Nous lui avons répondu, de façon très sereine, que si on pouvait mettre en cause leur image, les agences feraient probablement remonter aux voyagistes…

A noter que parmi les agences de voyage ciblées par notre campagne, SELECTOUR organise son prochain congrès, en Décembre 2019, en Israël !

(*) Notre tract a aussi été diffusé à toutes les sections syndicales CGT du 63, ce qui permettra une information plus large de la population sur les pratiques non-éthiques des agences ciblées.




Communiqué – Tourisme dans les colonies : Quand des entreprises encouragent les crimes de guerre.

Comme rapporté par Amnesty International dans un document publié au début de l’année 2019, des entreprises telles que TripAdvisor, Booking.com, Airbnb, Expedia offrent de logements ou des loisirs dans les colonies illégales israéliennes.

Ces activités contribuent  au maintien, au développement et à l’extension des colonies, qui constituent des crimes de guerre au titre du droit pénal international. Ces entreprises normalisent et légitiment une situation d’occupation illégale. Aucun avertissement sur le fait que ces activités sont en zone occupée n’accompagne les offres.

« Airbnb, Booking.com, Expedia et TripAdvisor s’inspirent de l’idée de partage et de confiance mutuelle, mais ils contribuent aux violations des droits humains en proposant des logements dans les colonies », a déclaré Seema Joshi, le directeur des questions thématiques mondiales d’Amnesty International.

https://amnestyfr.cdn.prismic.io/amnestyfr%2F6c305652-71a5-47d4-80b1-197a95fd7556_mde_15_9490_2019_extraits_ext_fr.pdf

La Campagne BDS France soutient et relaie l’appel d’Amnesty International en direction de ces entreprises, ainsi que celui de la société civile palestinienne dans un appel publié par le PACBI (Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël) en mars 2019, pour un tourisme éthique, respectueux du droit international humanitaire et des droits humains :

La société civile palestinienne en appelle à tous les visiteurs étrangers, en particulier à ceux qui font un pèlerinage et aux gens de conscience pour qu’ils ne nuisent pas à notre lutte pour nos droits  sous l’égide du droit international, et qu’ils respectent nos consignes pour un tourisme éthique :

https://www.bdsfrance.org/ne-nuisez-pas-appel-palestinien-pour-un-tourisme-pelerinage-ethique/

Nous appelons toutes les personnes de conscience à respecter cet appel lors de leur projet de voyage en Palestine/Israël, en particulier :

-Faites appel aux agences de tourisme qui n’ont aucun lien institutionnel avec le gouvernement israélien, des institutions complices ou des groupes de lobbying.

– Évitez tout itinéraire de voyage dans ce qui est aujourd’hui Israël ou dans les colonies illégales dans les territoires palestiniens occupés dès lors qu’il a un lien avec le gouvernement israélien ou des corporations et des institutions israéliennes complices.

– Faites pression en France, sur les compagnies de tourisme comme Booking.com, Airbnb, Expedia et TripAdvisor, mais également sur des organisations israéliennes qui proposeraient des voyages en lien direct avec l‘idéologie sioniste.

Nous demandons également au gouvernement français de prendre les mesures nécessaires pour réglementer les activités des entreprises concernées afin de les empêcher d’alimenter l’économie des colonies et de ce fait, de se rendre complices d’une colonisation plusieurs fois condamnée par la communauté internationale.

La Campagne BDS France




Action BDS culturel à Paris le 29 septembre: Catherine Ringer, ne chantez pas pour l’apartheid israélien!

Le 29 novembre dernier,  nous étions près d’une dizaine de militant-e-s BDS France à Paris à avoir distribué à cent spectateurs la lettre de la Campagne à l’attention de Catherine Ringer, devant la Philarmonie :
La distribution s’est très bien déroulée, public bien sympathisant, on a eu des retours majoritairement approbatifs, des gens nous ont même demander quoi faire à leur niveau
Quelques photos en pièce jointe et dans cet album photo:
 
Petite vidéo:
Nous avons pu expliquer entre autres que le gouvernement israélien se servait des artistes comme Catherine Ringer et de la culture en général comme d’un instrument de propagande, et évoquer le fait que plus 1,8 millions de personnes à Gaza sont actuellement sous un blocus inhumain entre autres.
Nous espérons que Catherine Ringer se placera du bon coté de l’Histoire, et refusera de chanter pour l’apartheid israélien.
amicalement,
Imen



Communiqué : Halte à la répression de la Campagne BDS France à Montpellier

COMMUNIQUÉ

Halte à la répression de la Campagne BDS France à Montpellier

La Campagne BDS France déclare son soutien au groupe BDS France- Montpellier et dénonce le harcèlement policier aux ordres de la Mairie dont les militant.e.s sont l’objet.

En 2018​, plusieurs procès-verbaux ont été dressés au nom d’un militant membre de ce groupe pour «​ occupation illégale de l’espace public​ », des contraventions ont été envoyées pour «​ Émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme​ ».

Ces faits ne sont pas isolés,  ils s’inscrivent dans une longue suite d’attaques menées contre BDS France-Montpellier depuis 2015 : plaintes contre les militant.e.s, intimidations, brimades, PV et contraventions, saccage du chapiteau BDS sur la place de la Comédie par la police, interdiction de manifestations,  une vingtaine d’auditions au commissariat, convocations en préfecture, plainte pour diffamation, rappel à la loi …

Parce qu’il conteste cette contravention et dénonce une nouvelle atteinte à la liberté d’expression et de manifester qui se cache derrière une prétendue infraction au code de la santé publique, notre camarade militant est convoqué au tribunal de police le 16 octobre 2019 à 8h30.

La liberté d’expression, fondement de toute démocratie, est le pilier de toutes les libertés civiques. En soutenant le groupe BDS France-Montpellier, nous nous battons pour notre liberté et pour le droit à l’appel au boycott.

Nous appelons à être présents le 16 octobre 2019 pour manifester notre solidarité avec nos camarades de BDS France-Montpellier, devant le tribunal de police à Montpellier dès 8H.

La Campagne BDS France




#BoycottPuma à Cournon (63)

Suite à l’AG de l’UD-CGT (63), des militant.e.s de l’Union Locale CGT de Cournon (20.000 habitants) sont allés le 21 septembre 2019 à la foire de la Saint-Maurice de cette grande ville du 63.

Ils ont, entre autres, distribué 300 Tract BDS PUMA – 26 cosignatures 63 qui appellent au Boycott de Puma tant que cette société sponsorisera le foot israélien et son développement dans les colonies israéliennes en Palestine. Ce fut une occasion pour nombre de citoyen.ne.s de découvrir la situation en Palestine.




De citoyens israéliens aux participants de DGTL à Tel Aviv: S’il vous plaît, ne légitimez pas I’apartheid israélien

À: Adriatique, Parallells,  I Hate Models, Bob Moses, Richie Hawtin, Amelie Lens, DJ Boring, Ben Klock, Gerd Janson, Hunee, Jan Blomqvist, Recondite,  Mind Against, Kerala Dust, Artbat, Matrixxman,

Nous sommes un millier de citoyens israéliens qui nous opposons à la politique de notre gouvernement, de colonialisme, d’occupation militaire et d’apartheid contre le peuple palestinien indigène1. Nous soutenons l’appel de la société civile palestinienne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) d’Israël, jusqu’à ce qu’il se plie au droit international et aux principes universels sur les droits humains2. Nous vous écrivons pour vous demander de respecter l’appel palestinien et d’annuler votre passage au festival DGTL de Tel Aviv, le 14 octobre3

Le site internet de DGTL déclare que le festival « entend maintenir par dessus tout la stabilité… élever le niveau de conscience et stimuler une participation durable de nos visiteurs . Nous partageons le progrès ouvertement et honnêtement ». Tandis que ces objectifs sont certes louables et importants, en plaçant le festival à Tel Aviv les organisateurs vont en fait agir pour détourner l’attention des problèmes nés de soixante dix ans de pillage systématique et quotidien par Israël des ressources naturelles et de l’exploitation de la terre palestinienne4, et faire en sorte qu’on ne s’y intéresse pas.

Les artistes internationaux qui se produisent en Israël servent involontairement le blanchiment que le gouvernement mène sur ses crimes de guerre contre la population palestinienne, en faisant « comme si de rien n’était », tandis que le statu quo – pour les Palestiniens, la réalité de la colonisation et de l’occupation militaire – s’est normalisé. Le maintien d’une telle atmosphère dépend largement de la possibilité de donner à Israël le visage d’un État progressiste doté d’une scène culturelle vibrante et – dans ce cas – engagé sur les thèmes environnementaux. Le gouvernement israélien, ses ambassades et organisations affiliées publient des communiqués de presse triomphants et des posts sur les réseaux sociaux confondant les concerts d’artistes internationaux avec le soutien à la politique israélienne5. Ainsi que cela a été résumé par l’ancien directeur général du ministère israélien des affaires étrangères, « nous voyons la culture comme un outil de premier plan de hasbara (propagande) et je ne fais pas la différence entre la hasbara et la culture »6.

DGTL promet un « programme de Révolution à Tel Aviv, avec des objectifs à la mesure de la ville ». Il faut se demander qui sont les gens de cette ville, bâtie sur les ruines de villages palestiniens indigènes, qui ont été violemment dépeuplés en 1948, lors de la Nakba, le nettoyage ethnique de la Palestine7. Le festival lui-même va se passer au Parc Yarkon, l’ancien village palestinien de Jarisha8.

En tant que citoyens israéliens, nous refusons de jouer le jeu, avec notre gouvernement, de l’effacement du peuple palestinien indigène et nous demandons que vous fassiez de même. S’il vous plaît, annulez votre participation au festival DGTL de Tel Aviv. 

 

Sincèrement

Boycott from within

Source: Boycott from within

 Traduction SF pour BDS France




Réunion publique sur les investissements d’AXA dans les énergies fossiles et la colonisation israélienne.

Devant une salle pleine, la réunion publique « Les investissements d’AXA dans les énergies fossiles et la colonisation israélienne » s’est tenue au CICP le 24 septembre dernier à Paris, dans le cadre de la semaine internationale d’action pour le climat.

Chaque intervenant-e a exposé les raisons et le contexte de l’engagement de son association.

Lucie Pinson a expliqué que les annonces de désinvestissements d’AXA d’énergies fossiles signifient uniquement que cette société n’engage pas des investissements nouveaux supplémentaires alors que son implication constante dans ces énergies fossiles est considérable. Elle a aussi montré par des exemples qu’AXA cherche à soigner son image par son engagement dans diverses fondations humanitaires.

Olivier Schulz a raconté les 3 ans de campagne menées par BDS France et la création de la coalition européenne contre AXA. De par ses participations au capital de banques et de la 1ère industrie d’armement israéliennes, AXA soutient et profite de la colonisation de la Palestine et du régime d’apartheid imposé aux Palestiniens. Les leviers pour faire pression sur un groupe gigantesque comme AXA sont multiples : le droit international, l’attaque de sa précieuse image de marque d’assureur mondial, la pression des clients, salariés et actionnaires qu’il faut continuer à mobiliser pour amplifier les victoires obtenues en début d’année 2019.

Verveine Angeli, représentant le syndicat Solidaires, a expliqué que les syndicats, dont le sien, peuvent mobiliser pas à pas sur les divers aspects des batailles ciblant ce qui est reproché à AXA

Hala Marshood a captivé l’auditoire en expliquant comment les recherches de l’ O.N.G. « Who Profits » permettent de dévoiler les processus de colonisation et de dépossession du peuple palestinien, et a évoqué  l’industrie verte israélienne,  l’usage qui en est fait pour blanchir l’occupation israélienne, en mettant en avant l’implication de grosses entreprises dans des champs de panneaux solaires et d’éoliennes installés sur des terres syriennes et palestiniennes occupées.

Le débat avec le public a été très riche.

Il a porté notamment sur : l’articulation entre le greenwashing et le pinkwashing, les liens d’AXA avec les mutuelles complémentaires des salariés, et sur la nécessité de lier nos luttes.

Nous avons conclu en marquant notre volonté de continuer à nous mobiliser à la fois dans nos engagements particuliers et aussi, à chaque fois que le contexte le permettra, ensemble dans notre diversité.




Agissez pour mettre fin à l’apartheid climatique d’Israël envers les Palestiniens

Chers sympathisants, chères sympathisantes

Nous participons à la semaine mondiale d’actions pour le climat (20-27 septembre) en exigeant la fin de l’utilisation des combustibles fossiles, la justice climatique pour tous, et une action gouvernementale au sommet des Nations unies pour le climat.

La crise climatique de plus en plus catastrophique, aggravée par les inégalités globales, est le fruit de la complicité de grandes sociétés et de gouvernements qui placent le profit avant les gens et la planète.

Celles et ceux qui détiennent le moins de pouvoir sont les plus affectés par la crise climatique. Ne contrôlant ni leur territoire ni leurs ressources naturelles, les Palestiniens indigènes soumis au régime répressif d’Israël subissent un apartheid climatique.

Les firmes multinationales investissent dans les combustibles fossiles ainsi que dans l’oppression du peuple palestinien par Israël, le pillage des ressources naturelles palestiniennes et l’exploitation des terres palestiniennes.

Menez deux actions sans délai :

  1. Cliquez ici pour dire à la banque britannique HSBC de cesser de financer la répression israélienne et l’industrie des combustibles fossiles
  2. Cliquez ici pour dire à AXA, géant français des assurances, de désinvestir du régime colonial d’Israël et des combustibles fossiles qui détruisent la planète

La pollution de l’eau, de l’air et des sols causée par le blocus israélien de Gaza et les guerres menées par Israël contre Gaza empoisonnent la vie de ce territoire. Dans le reste des territoires palestiniens occupés, Israël vole la terre et l’eau palestiniennes, et détruit des oliviers centenaires et des installations d’énergie solaire.

Israël s’efforce de repeindre son image en vert. Cependant Israël exploite d’importants gisements de gaz à des fins d’exportation, et 97,7% de sa production d’électricité provient de combustibles fossiles. La guerre, activité régulière du gouvernement israélien, est l’une des industries les plus polluantes du monde.

Les combats contre le racisme et la militarisation, pour le climat, pour la justice économique et sociale sont profondément interconnectés. Participez, là où vous vous trouvez, aux actions de la semaine pour le climat, et agissez pour mettre fin à l’apartheid climatique d’Israël envers les Palestiniens.

En solidarité,

Comité national palestinien pour le BDS (BNC)

Source : BDS movement

Traduction SM pour BDS France




Lettre à Catherine Ringer : S’il vous plaît, ne chantez pas pour l’apartheid !

Solidarité Palestine
21 ter rue Voltaire
75011 Paris
campagnebdsfrance@yahoo.fr

à Catherine Ringer Because Music
173 rue du Faubourg Poissonnière
75009 Paris

Paris, le 9 septembre 2019

Chère Catherine Ringer,

On annonce votre concert le 19 décembre prochain à Tel Aviv, ville construite sur les ruines de sept villages palestiniens, capitale reconnue d’Israël, symbole de sa politique d’apartheid, et théâtre de ses tentatives de blanchiment artistique auxquels nous vous demandons par ce courrier de refuser de contribuer.

Vous êtes pour nous une icône: nous avons toujours aimé votre voix rauque, votre liberté, votre humour, votre gravité teintée de dérision…Vous avez fait souffler un vent nouveau sur la musique française grâce à votre ouverture à toutes les influences.

Prévoyez-vous de chanter à Tel Aviv les plus grands titres du duo magique que vous formiez avec Fred Chichin, les Rita Mitsouko?

Ce serait la clôture de votre tournée, tout un symbole…

Aujourd’hui, nous vous invitons à refuser d’être mise au service d’une politique de blanchiment culturel de l’apartheid israélien.

Votre magnifique chanson «Obstination», semble avoir été écrite pour le peuple palestinien. Cette chanson parle de l’exil, de l’asphyxie, de la rage, du courage, «rester ou partir, vivre ou mourir»…Elle se termine par une magnifique espérance: «Fleurissent les étoiles, les chants de l’espérance»…

Obstination des sept millions de réfugiés palestiniens qui ne pourront pas à assister à votre concert parce qu’Israël leur refuse le droit au retour dans leur pays…

Obstination des habitants de Gaza à qui Israël impose un blocus depuis plus de 12 ans, qui manquent d’eau, d’électricité, de nourriture et subissent une catastrophe humanitaire sans précédent.

Obstination des Palestiniens de Cisjordanie qui subissent mur de séparation, check-point et humiliations quotidiennes, dont l’accès à l’eau est soumis au bon vouloir d’Israël et qui subissent la présence de plus de 600000 colons.

Obstination des Palestiniens de Jérusalem dont la ville est illégalement annexée par Israël depuis1967, dont les maisons sont quotidiennement saisies et démolies.

Mais espérance de votre soutien à une campagne initiée par la société civile palestinienne, soutenue par la frange la plus progressiste des citoyens israéliens, mise en place en 2005.

Cette campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanctions), non-violente, s’inspire de la campagne contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Elle ne vise pas des personnes, mais un régime politique et ses institutions.

L’appel au boycott de la campagne BDS a pour but de mettre au grand jour les violations constantes que subit la population palestinienne, et d’œuvrer notamment à la promotion d’une parfaite égalité des droits entre Israélien-ne-s et Palestinien-ne-s.

Vous le savez, Israël bafoue depuis de nombreuses années et quotidiennement les droits fondamentaux d’une grande part de ses habitants, les Palestiniens, ainsi que le droit international.

Depuis quelques années, Israël s’enfonce dans une logique de guerre permanente, en ayant voté la loi de «l’État-Nation du peuple juif» qui confère un statut constitutionnel à son régime d’apartheid, avec le soutien de Donald Trump pour s’approprier Jérusalem-Est et bientôt le Golan et la Cisjordanie, en dépit du droit international.

Depuis plus d’un an, chaque vendredi, les tireurs d’élite israéliens prennent délibérément pour cibles des manifestants palestiniens non armés dans la bande de Gaza assiégée, notamment des médecins, des journalistes, des enfants, et des personnes handicapées.

La politique culturelle n’est pas en reste, avec la ministre Miri Regev qui met au pas les artistes «déloyaux » à l’égard d’Israël, comme le rappeur Tamer Nafar, la poétesse Dareen Tatour, le Théâtreal-Midan, le Festival palestinien de marionnettes, etc.

 N’est-ce pas le pire moment pour y aller et légitimer par votre présence, même à votre corps défendant, cette dérive d’un régime que l’on peut qualifier de droite extrême?

Aucun doute pour nous que vous refuseriez de vous produire par exemple dans une municipalité gérée par un parti fascisant. Il s’agirait donc tout simplement d’appliquer cette éthique et de remettre en question la tenue de ce concert.

Nous devinons bien évidemment votre souci d’objectivité et d’équilibre, mais ambassadrice de la culture française, ne prêtez pas votre image au service de la discrimination, de l’épuration ethnique et de l’occupation militaire.

Souvenez-vous des mots de Desmond Tutu: “rester neutre face à l’injustice, c’est choisir le camp de l’oppresseur”.

Chère Catherine, nous vous demandons simplement de ne pas chanter pour l’apartheid !

Nous aimerions venir en parler avec vous, par exemple avant ou après l’un de vos concerts lorsque votre tournée passera par nos villes, en septembre, octobre ou novembre.

En attendant, nous nous permettons de vous faire parvenir un livre écrit par Eyal Sivan et Armelle Laborie, intitulé «Un boycott légitime», qui vous apportera de précieuses informations sur la légitimité du boycott culturel.

En espérant une réponse favorable de votre part, nous restons à votre entière disposition pour toute information utile…

 

Sincèrement,

Yves (Clermont-Ferrand, 24 septembre), Dror (Paris, 27-29 septembre), Juliette (Marseille, 10 octobre), Elise (Rennes, 7 novembre), André (Cenon, 8 novembre), Perrine(Strasbourg, 12 novembre), Olivier (Grenoble, 13 novembre)…

Pour la campagne BDS France




#BoycottPuma avec Emmaüs au RIO de Clermont-Ferrand

50 tracts distribués, 27 signatures de pétition et 3 photos pour Facebook.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont informé et mobilisé une soixantaine de spectateurs sur #BoycottPuma lors de la projection le 18 septembre du film de Dominique Gautier « Parlons utopie » et du débat qui a suivi, organisé au RIO par les Amis de l’Huma 63. Ce film, disponible en DVD (2018), montre le village Emmaüs Lescar-Pau, qui accueille depuis plus de trente six ans les exclus de l’économie libérale et ses déçus qui cherchent une autre voie.

Une séquence du film montre les liens entre ce village, et les descendants du village « Emwas » de Palestine. Suite aux interventions durant le débat de deux militants AFPS-BDSF, notamment sur les actions des militants de l’AFPS de Pau (64) en lien avec Emmaüs Lescar, le réalisateur a largement illustré cet aspect des luttes du village.

Avant ou après le film, les spectateurs ont reçu le tract #BoycottPuma (signé par 26 orgas, dont les Amis de l’Huma 63), la moitié d’entre eux ont signé la pétition, et trois ont posé pour notre album facebook #BoycottPuma, dont le réalisateur du film. Soixante photos à ce jour.

Note d’information :  l’abbé Pierre a baptisé en 1949 son mouvement « compagnons d’Emmaüs » en référence biblique au village « Emwas » de Palestine. Ce village est situé dans la vallée de Latroun, et a résisté à l’attaque des armées sionistes en 1948 quand elles ont expulsé la majorité des Palestiniens de leurs terres et villages. Mais lors de la guerre de 1967, par vengeance, l’armée israélienne a rasé ce village et deux villages voisins, laissant des vieillards et des malades mourir sous les ruines. Le site a été transformé en un parc par le Fonds National Juif du Canada, dans le but d’effacer les traces et la mémoire de la Palestine.

Cette histoire est à la base de relations entre le village Emmaus-Lescar-Pau et les descendants du village Emwas de Palestine. Par exemple, un ancien habitant d’Emwas est venu participer à la construction d’une maison de style palestinien. La clé de la maison a été remise par une cinéaste originaire d’Emwas (Dima Abu Ghoush), qui a fait un film de mémoire (« Emwas, des souvenirs en construction »). Cette clé symbolise le droit au retour des millions de réfugiés palestiniens, voté par l’ONU mais jamais appliqué par Israel.

Le réalisateur Dominique Gautier a produit un court-métrage sur ce sujet : « « Il y a 50 ans … Emmaüs en Palestine »

Un diaporama sur le village Emmaüs a aussi été produit par l’AFPS 64




Mercredi 11 septembre à Lille : Action #BoycottPuma

Lille le 16 septembre 2019

Par AFPS 59/62

 

Pour notre première action sur la campagne de boycott de Puma, 4 militantes de l’AFPS 59/62 ont distribué entre 18 et 19h ce mercredi 11 septembre, au carrefour de rues piétonnières du centre de Lille, 200 tracts et fait signer 50 « cartes » pétition (format papier) adressées à Richard Teyssier, directeur général de la branche française.

 

Lieu ciblé car à l’intersection de 3 magasins de sport. Sauf que ce Décathlon ne vend pas de Puma (sauf sur commande), le second a fermé ses portes mais le 3ème nous a très bien accueillies et pris le dossier à remettre au responsable du magasin.

 

 

 

Dossier comprenant : le courrier postal envoyé le 28 août à R.Teyssier par la présidente de notre groupe local, le tract, la carte/pétition, la charte éthique de Puma, le texte d’Amnesty International Pensez-y à deux fois et l’alerte de l’ONU de mai 2019.

 

 

Très bon accueil des passants, des échanges qui confirment une curiosité pour la « question » palestinienne et un élan de sympathie et de solidarité avec le peuple palestinien, une écoute très intéressée pour les non informés… Seuls 3 jeunes dans le négationnisme total de la colonisation et de l’apartheid, récusant même le droit international, nous ont cassé un peu les oreilles.

 

 

Nous nous inscrirons sans doute dans la 2ème journée internationale d’action Puma en octobre :

Campagne BDS France – Boycott Désinvestissement Sanctions contre Israël

Source : AFPS Nord Pas de Calais




#BoycottPuma au Forum des Associations de Clermont-Ferrand

150 tracts distribués, 86 signatures de pétition et 18 photos pour Facebook, 12 nouveaux contacts.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont tenu un stand le 14 septembre 2019 au Forum des +250 Associations de Clermont-Ferrand. La campagne #BoycottPuma était le thème principal du stand, avec deux banderoles bien visibles, le tract signé par 26 organisations de la Coalition BDS63, et la signature de la pétition correspondante.

Nous avons reçu de nombreux visiteurs/euses, très divers (dont des jeunes de Gaza, d’Iran, d’Algérie, de Syrie, sans parler de Mr le Maire de Clermont-Fd ou de celles et ceux qui rejoignaient la scène des musiques du monde voisine de notre stand, d’une élue de Clermont qui a posé pour la photo, ainsi que la représentante du comité pour Wissam, et d’un autre élu qui a signé la pétition), la plupart très encourageants, participants et demandeurs d’infos. Des cartes postales « PUMA », et des stickers Carte Vitale ont aussi été distribués en nombre. Et nous avons réalisé plus de 170 euros de ventes de produits palestiniens et cahiers de formation.

Dix huit nouvelles photos de citoyen.ne.s qui boycottent PUMA ont été ajoutées à notre album Facebook (57 photos à ce jour).




Franc succès de la Campagne BDS France à la fête de l’Humanité

La Campagne BDS France a rencontré un franc succès à la fête de l’Humanité cette année, durant les 3 jours de présence.

Quelques photos sur cet album :

https://photos.app.goo.gl/XaS5Mmjt9ix894tr9

La première rencontre « De la partition à l’apartheid » du samedi 14 septembre avec le journaliste et romancier palestinien Majd Kayyal et l’universitaire Jim Cohen a attiré plus d’une cinquantaine de personnes.

A peu près pareil pour le deuxième débat sur les 10 ans de Campagne BDS en France où sont intervenus Alima Boumedienne Thierry, Jean Guy, Perrine et Pierre.

Toujours le samedi, Céline Lebrun Shaath est intervenue sur notre stand pour parler de la campagne pour la libération de son époux Ramy Shaath, coordinateur du BDS Égypte, arrêté par les autorités égyptiennes.

La rencontre du dimanche sur notre stand avec l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri et Amany Khalifa, de « Grassruts Al Quds » a attiré plus de 70 personnes, du monde sur notre stand comme en témoignent les photos !

Un camarade cinéaste a filmé certains des débats et nous avons réalisé des petites interviews avec les invités pour BDS France.

Nous avons fait signer plus d’une centaine de cartes postales PUMA et AXA et expliquer nos campagnes en direction de ces entreprises, et on a pu, durant ces 3 jours  largement informer sur BDS.

Nous avons eu un très très bon accueil du public, et avons réalisé de très nombreuses ventes pendant ce week-end, ce qui témoigne fortement de l’envie de nous soutenir également.

Ce succès dément le point de vue selon lequel les gens aujourd’hui ne s’intéresseraient plus guère à la Palestine.

BDS est souvent apparu comme la plus importante pratique de solidarité politique avec le peuple palestinien

Beaucoup de personnes ont demandé à être associées à nos activités, et ce, dans toutes les régions !

Sur la petite scène de la fête de L’Huma  samedi après-midi, des camarades ont également chanté en portant côte à côte les banderoles BDS et « Libérez Georges Ibrahim Abdallah ». Le concert juste avant était donné par Sidi Wacho.

Un énorme bravo à la trentaine de camarades de BDS Paris, BDS Saint-Étienne, Strasbourg, Tours, Montreuil (etc…) qui se sont alternés en amont de la fête et pour tenir notre stand durant le weekend, qui ont fait que nous avons eu une magnifique et significative présence.




La Baule : action contre la venue de l’équipe du Maccabi

Ce mercredi soir, une belle équipe (25 personnes)  pour informer les Baulois et les Bauloises des conditions de vie en Palestine, alors que la région des Pays de la Loire invitait l’équipe nationale israélienne du Maccabi – Tel Aviv dans le cadre de leur tournoi de basket « Pro Stars Pays de la Loire ».

Ce tournoi de basket est organisé chaque année, l’équipe du Maccabi-Tel Aviv était déjà venue il y a quatre ans et nous y étions aussi.

Avec la Plate-Forme 44 pour la Palestine, nous avons distribué au moins 700 tracts.

Comité Solidarité Palestine de la Région nazairienne
Agora, maison des associations
2 Rue Albert de Mun
44600  Saint-Nazaire



Rejoignez l’action : 9 novembre – Journée internationale d’InterAction pour un MondesansMurs ( #WorldwithoutWalls)

La campagne palestinienne contre le mur de l’apartheid

Samedi 7 septembre 2019

From Palestine

Rejoignez l’action : 9 novembreJournée internationale d’InterAction pour un MondesansMurs ( #WorldwithoutWalls)

Faites partie d’un monde sans murs : construisez des liens entre les mouvements luttant contre les murs physiques — en Palestine et tout autour du globe — ou contre les murs virtuels de l’injustice — y compris le racisme, la xénophobie, l’islamophobie, l’hétéropatriarchie, la militarisation, l’injustice climatique et bien d’autres — dans votre région, votre pays, et invitez à un moment de réflexion ou à rejoindre la lutte.

Construisez la résistance, pas les murs !

Vous pouvez :

  • organiser des discussions ou des projections de films

  • organiser des expositions ou des actions de rue

  • planifier un programme pour les médias de votre communauté (radios, vidéos ou écrits)

  • renforcer vos campagnes intersectionnelles existantes pour construire des ponts entre les luttes

  • montrer votre solidarité avec d’autres luttes !

SVP, faites-nous savoir ce que vous projetez de faire et enregistrez votre évènement ici : https://form.responster.com/yZ6hSj

Il y a deux ans, des mouvements palestiniens et mexicains ont lancé un appel pour le 9 novembre – Journée internationale d’InterAction pour un monde sans murs un appel aujourd’hui approuvé par plus de 400 organisations, réseaux et mouvements du monde entier.

Cette année, le 9 novembre marque les 30 ans de la chute du mur de Berlin et les trois ans depuis que Donald Trump a été élu président des États-Unis après une campagne qui promettait de construire un « grand et beau mur ».

Cela fait maintenant 15 ans que la Cour internationale de justice a déclaré illégal le mur d’apartheid israélien sur les terres palestiniennes, ainsi que toute aide ou toute reconnaissance de celui-ci. Pourtant le Mur mettant en cage les communautés palestiniennes grandit et, internationalement, les murs sont devenus le signe de notre temps.

Il est urgent que nous continuions à nous unir, à nous mobiliser et à faire un front commun pour un Monde sans murs.

Le nombre toujours croissant de murs déchirant aujourd’hui les paysages et les cités sont l’expression visuelle des politiques d’extrême-droite et des paradigmes de ségrégation, d’oppression, d’exclusion et d’exploitation qui gagnent du pouvoir, de l’Inde aux États-Unis, de la Hongrie au Brésil. L’apartheid israélien est le modèle idéologique de la droite montante, qui en retour soutient l’occupation israélienne par des liens militaires et commerciaux croissants.

Il est temps d’unir nos luttes pour un Monde sans murs et contre un monde où des droits, la vie et la dignité sont garantis seulement à quelques-uns, où les peuples et la planète sont de simples objets de pouvoir et de domination.

Construisons le 9 novembre comme un espace pour une lutte conjointe, un moment de réflexion pour les interconnexions entre nos luttes et les structures de l’injustice.

Montrons que la Palestine n’est pas seule dans ce combat. La Palestine est partie intégrante de notre lutte commune pour l’humanité.

Pour plus d’information, contactez : global@stopthewall.org

Source : Stop the wall

Traduction : CG pour BDS France




La Campagne BDS France à la fête de l’Humanité 2019

Comme chaque année, la campagne BDS France sera présente à la

FÊTE DE L’HUMANITÉ DU 13 AU 15 SEPTEMBRE 2019,

VILLAGE DU MONDE

 

Venez rencontrer les militants qui pourront vous renseigner sur les différents volets de la campagne!

Des livres, dvd, documents, tee-shirts, stickers, drapeaux palestiniens, keffiehs et autres matériels militants seront en vente.

Deux  débats sont organisés  sur notre stand.

Voir le programme ci-dessous:

  • UJFP/BDS France : SAMEDI 14 septembre 2019 de 14h00 à 15H45

Débat : De la partition à l’apartheid

Intervenants : Majd Kayyal,  journaliste et romancier de Haifa, Jim Cohen, universitaire.

  • BDS France : SAMEDI 14 septembre 2019 de 16h00 à 17H30 

 10 ans de campagne BDS France 

Avec  plusieurs membres de l’Équipe d’animation de la Campagne BDS France

 

  • BDS France : DIMANCHE 15 septembre 2019 de 13h00 à 14H30

Résistances populaires en Palestine occupée et rôle du BDS – Focus sur Jérusalem

Rencontre avec Amany Khalifa, coordinatrice palestinienne de «Grassroots Al-Quds » et Salah Hamouri, avocat franco-palestinien

 

Infos pratiques pour venir à la fête :

https://fete.humanite.fr/Venir




La Campagne BDS France mobilisée au contre sommet du G7

Paris le 28 août 2019

La Campagne BDS France a participé activement du 20 au 24 août 2019 à Hendaye et Irun au Pays Basque au contre sommet du G7 de Biarritz.

Voir les photos ICI

Nous avons animé pendant toute la durée du contre-sommet un stand militant sur lequel nous avons diffusé notre matériel militant et le tract ci-joint.

Nous avons rencontré beaucoup de participant-e-s et avons longuement discuté avec elles/eux.

Tou-te-s ont manifesté leur intérêt pour la Campagne internationale BDS et pour les mobilisations de BDS France.

La Campagne citoyenne, non violente et anti-raciste BDS, à laquelle nous participons en solidarité avec le peuple palestinien est un engagement majeur pour la solidarité internationale aujourd’hui. Sa place était donc naturellement aux côtés d’autres organisations et associations qui luttent notamment pour un autre monde, pour plus de justice, contre les guerres.

Nous n’avions apporté qu’une dizaine de T-Shirts « Israël Apartheid Boycott » et les avons rapidement vendus malgré les nombreux autres T-Shirts diffusés sur les autres stands.

Nous avons été interviewés plusieurs fois et avons noué des contacts.

BDS France a co-organisé et participé à 2 conférences/ateliers*, qui ont été appréciés par les participant-e-s, et ont rassemblés plus de 120 personnes, ce qui témoigne également d’un intérêt continu pour la Campagne.

Nos camarades basques ont expliqué la situation au Pays Basque concernant les mobilisations BDS, et particulièrement celles qu’ils vont développer.

Notre participation samedi 24 août à Hendaye à la grande manifestation contre le G7  qui a rassemblé plus de 10 000 personnes a également été très remarquée.  Nous avons beaucoup été photographiés et de nombreux manifestants ont exprimés leur solidarité avec notre cortège.

Au cours de ce  contre G7, l’équipe BDS France sur place a  participé à divers autres ateliers, notamment concernant les luttes contre les multinationales et pour la mise en pratique du devoir de vigilance des entreprises.

La Campagne BDS France

 

*Présentation des conférences/ateliers :

 

  • [CONFÉRENCE] De la Palestine à Ceuta : pour un #MondesansMurs

Organisation participantes : Stop the Wall Campaign, Palestinian BDS National Committee (BNC), Komite Internazionalistak, Internazionalistak Auzolanean, Askapena, BDS France, BDS Madrid, RESCOP, Caravana Abriendo Fronteras, Coordinadora Andalucía con Palestina

La conférence cherche à regarder les connections entre les paradigmes, méthodes et technologies des politiques discriminantes européennes anti-immigration.  Nous discuterons des politiques d’apartheid , colonialisme et d’occupation et des crimes systémiques de l’Union Européenne contre les migrants. Nous présenterons l’appel commun de 73 collectifs de solidarité avec la Palestine et de droits des migrants qui ont affirmé que « les politiques anti-immigration européennes, qui dans de nombreux cas ressemblent aux paradigmes Israéliens et sont souvent implémentés avec des technologies israéliennes, ciblent les migrants, financent l’apartheid israélien et l’occupation militaire contre les palestiniens et la militarisation des sociétés européennes. »

Nous discuterons sur la manière de construire des actions, comprenant notamment des campagnes de Boycott, Désinvestissement et de Sanctions (BDS).

  • [ATELIER] La Campagne citoyenne et non-violente BDS, engagement majeur pour la solidarité internationale

Organisation participantes : BDS France, UJFP (Union Juive Française pour la Paix), STOP THE WALL, BNC

La Campagne internationale BDS, s’inspirant de la lutte victorieuse contre l’apartheid en Afrique du sud est aujourd’hui l’une des  principales campagne de solidarité avec le peuple palestinien.

Pourquoi est-il fondamental de la renforcer, où en est-elle à l’échelle globale aujourd’hui ?

L’atelier traitera aussi de la manière dont nos luttes sont connectées, et notamment des campagnes de désinvestissement en direction des entreprises complices de violations des droits humains.

 

 




Appel à action #BoycottPuma deuxième round: participez à la deuxième journée mondiale d’action, le 26 octobre 2019.

23 août 2019/ Par la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI)

Des associations du monde entier se préparent pour la deuxième journée d’action pour protester contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes volées. Rejoignez-les le 26 octobre.

Des associations du monde entier se préparent pour la deuxième journée d’action pour protester contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes volées. Rejoignez-les le 26 octobre. Dans le monde entier, des amateurs de fair-play et de sports pour tous rejoignent l’appel d’équipes et d’athlètes palestiniens appelant au boycott du fabricant de vêtements de sport Puma jusqu’à ce que le soutien à l’occupation militaire illégale et le déni des droits du peuple palestinien par Israël cessent.

Puma est le sponsor principal de l’Association de football israélienne (IFA), qui regroupe et défend fièrement les équipes des colonies de peuplement israéliennes qui poussent les familles palestiniennes hors de leurs terres. Les colonies israéliennes sont illégales et constituent un crime de guerre au regard du droit international.

En juin dernier, des groupes de plus de 20 pays ont participé à la première Journée d’action mondiale #BoycottPuma, avec des manifestations dans les magasins et les bureaux Puma ainsi qu’auprès des équipes parrainées par Puma. Sur les médias sociaux, #BoycottPuma était LE hashtag le plus tweeté relatif à Puma ce jour-là.

Nous sommes de retour pour le deuxième round.

Rejoignez la deuxième journée d’action mondiale #BoycottPuma, le 26 octobre 2019.

Manifestez dès maintenant l’intérêt de votre association pour recevoir des informations et du matériel.

Puma sent la pression. En marge de la critique, Puma recourt à des prétentions ridicules, notamment à un «dévouement à l’égalité universelle».

Une «dévotion à l’égalité universelle» doit signifier ne pas faire du sport avec l’apartheid! Puma doit mettre fin à:

-sa complicité de blanchiment des saisies illégales de terres par Israël qui privent les Palestiniens de territoire et de ressources naturelles.

-son soutien à l’infrastructure d’occupation israélienne qui prive les athlètes palestiniens de leur droit à la liberté de circulation et à la pratique du sport.

-son parrainage de la Fédération israélienne de football.

La Coupe de football de Palestine de cette année a été reportée indéfiniment car Israël a refusé à pratiquement tous les joueurs de l’équipe gagnante de la Ligue de Gaza de se rendre en Cisjordanie occupée pour la finale. Très récemment, les forces israéliennes ont effectué une intervention sur un tournoi de football amical à Jérusalem-Est occupée, l’empêchant de se poursuivre.

Le «chat»emblématique de Puma profite de l’installation et de l’extension des colonies illégales d’Israël et de son déni des droits fondamentaux du peuple palestinien.

Rejoignez-nous dans notre demande à Puma de se montrer à la hauteur de son objectif de promotion de la justice sociale.

Manifestez l’intérêt de votre association pour la deuxième journée d’action mondiale #BoycottPuma, le 26 octobre 2019.

Passez à l’action.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples des moyens par lesquels votre groupe peut participer à la Journée d’action #BoycottPuma.

Impliquez les associations sportives locales, les équipes sportives populaires, les clubs de supporters et les tournois antiracistes dans vos actions.

Et soyez créatifs! Ajoutez des thèmes sportifs à vos manifestations et à vos actions sur les réseaux sociaux.

1. Organisez une action créative dans un magasin Puma.

Faites preuve de créativité. Localisez les magasins Puma dans votre ville et organisez une simulation de match de football ou d’un événement sportif dans un magasin Puma.

2. Organisez une manifestation dans les bureaux de Puma.

Remettez la lettre de 200 clubs palestiniens aux bureaux de Puma.Puma a des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays-Bas, en France, en République tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, aux Émirats arabes unis, aux États-Unis, en Argentine, au Chili, Pérou, Inde, Australie, Singapour, Malaisie, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Hong Kong.

3. Organisez une conférence ou un atelier

Faites participer les associations sportives locales à un atelier ou à une discussion publique sur les attaques israéliennes contre le sport palestinien et la campagne #BoycottPuma. Contactez d’éventuels intervenants: pacbi@bdsmovement.net

4. Invitez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma

Puma sponsorise des équipes, des ligues, des athlètes et des artistes. Vérifiez si les équipes locales sont parrainées par Puma et encouragez-les à laisser tomber Puma. Appelez les athlètes locaux sponsorisés par Puma à user de leur influence pour convaincre Puma de mettre fin à son contrat de sponsoring avec l’IFA. Suivez #PumaFam pour des informations sur les nouveaux contrats de sponsoring. Contactez-nous pour un exemple de lettre d’approche: pacbi@bdsmovement.net

5. Lancez une campagne de désinvestissement

Vérifiez si votre fonds de pension, votre banque ou toute autre institution dont vous êtes membre investit dans Puma et demandez-leur de se désinvestir. Contactez-nous pour obtenir de l’aide à ce sujet: pacbi@bdsmovement.net

6. Organisez une fête dans les médias sociaux

Rejoignez #BoycottPuma dans les médias sociaux pour bloquer la culture Puma auprès de vos amis.

Inscrivez-vous à la journée d’action pour plus d’informations.

Source : PACBI




Boycottez le festival Pop-Kultur 2019 de Berlin

Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) / Allemagne – 30 juillet 2019

Les Palestiniens appellent au boycott du festival Pop-Kultur de Berlin, jusqu’à ce qu’il cesse son partenariat avec Israël.

La campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) demande à tous les artistes participant au festival Pop-Kultur de Berlin de se retirer, en raison de son partenariat en cours avec l’ambassade d’Israël. Quatorze artistes de six pays différents se sont, pour cette raison, retirés des deux dernières éditions du festival, tout comme ils se seraient retirés d’un évènement en une Allemagne en partenariat avec le régime d’Afrique du Sud au plus fort de son apartheid.

En effet, Israël a conféré un statut constitutionnel à son régime d’apartheid contre les Palestiniens, établi de longue date, avec sa loi « État-Nation-juif » de l’an dernier. Enhardi par des niveaux sans précédent de soutien de l’Administration Trump, Netanyahu a récemment déclaré qu’ « Israël n’est pas un État de tous ses citoyens » et il a promis d’annexer la Cisjordanie palestinienne occupée.

Les enquêteurs de l’ONU ont bien affirmé que les tirs des tireurs d’élite israéliens prenant délibérément pour cibles des manifestants palestiniens non armés dans la bande de Gaza assiégée, notamment des médecins, des journalistes, des enfants, et des personnes handicapées, « pouvaient constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Et pourtant Israël n’a pas eu à rendre des comptes. Son siège sauvage de deux millions de Palestiniens à Gaza se poursuit, et son impunité sur la scène mondiale reste intacte.

Cette impunité explique pourquoi des milliers d’artistes soutiennent aujourd’hui le boycott culturel du régime d’Israël et de ses institutions complices, et en privé, les groupes lobbyistes pro-Israël reconnaissent son impact et son développement. Mais en dehors du fait qu’un artiste particulier soutienne ou approuve, ou non, le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) pour les droits des Palestiniens, chacun a une obligation morale de ne pas nuire aux luttes non-violentes pour les droits de l’homme en ne les sapant pas, et de défendre la liberté d’expression.

Le régime d’extrême droite israélien, d’apartheid, d’occupation et de colonialisme de peuplement  blanchit explicitement son oppression contre les Palestiniens au moyen de la culture, notamment par des partenariats avec des festivals prétendument progressistes. Pourtant, les organisateurs de Pop-Kultur ont clairement affirmé à maintes reprises, en termes bruts, grossiers et anti-Palestiniens, qu’un partenariat avec Israël est plus important que de maintenir son propre programme artistique.

Effectivement, le festival n’est plus en mesure d’attirer le large éventail d’artistes progressistes qu’il attirait il y a seulement quelques années. Ses organisateurs sélectionnent tous les artistes potentiels, excluant tous ceux qui pourraient marquer leur désaccord avec la collaboration du festival avec le régime d’oppression israélien. C’est pourquoi nous nous attendons à moins d’annulations cette année. Mais nous et nos partenaires, en Allemagne et ailleurs dans le monde, notamment des organisations et personnalités juives et israéliennes progressistes, nous allons poursuivre la campagne de boycott du festival Pop-Kultur, jusqu’à ce qu’il mette fin au partenariat.

Alors que l’extrême droite continue de se renforcer dans le monde, les mouvements antiracistes comme le BDS subissent de plus en plus d’agressions antidémocratiques, notamment en Allemagne. Nous sommes bien d’accord avec Martin Luther King Jr. : « Une injustice, où qu’elle se produise, est une menace pour la justice partout ailleurs ». Nous exhortons tous les artistes participants à considérer le « caractère indivisible de la justice » et à refuser de saper la lutte pacifique menée pour les droits humains des Palestiniens.

Source : BDS movement

Traduction : JPP pour BDS FRANCE