Home»CRIMINALISATION DE BDS»Compte rendu du procès BDS Alençon

Compte rendu du procès BDS Alençon

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Procès BDS d’Alençon : la politique coloniale israélienne mise en accusation

 

Les 7 militants du Collectif Palestine Orne ont été enfin auditionnés ce jeudi 27 juin 2013 par le TGI pour une action BDS datant du 13 février 2010 !

Dans un premier temps, Me Dominique Cochain l’avocat des prévenus, a plaidé la nullité de l’ensemble de la procédure (prescription d’un an, cumul d’infractions, convocation, et non citation, identique pour les 7 prévenus…) ainsi que l’irrecevabilité des parties civiles (Chambre de Commerce France-Israël, BNVCA, Les Avocats sans Frontières). Après une suspension de l’audience de près de 40 minutes, ce qui prouve que cette question, loin d’être anecdotique, a visiblement interpellé les juges; ils reportent leur décision sur le fonds.

Puis après avoir visionné la bande vidéo de l’action du 13 février 2010, le juge a rappelé les faits qui se sont déroulés dans le magasin concerné et a invité chacun des prévenus à venir témoigner à la barre.

Lien direct vers la vidéo: http://www.dailymotion.com/video/xc859e_action-bds-carrefour-gare-alencon-o_news#.Uc2lYtj_mO8

 alt

Tous, bien sûr, ont reconnu les faits et ont, en particulier, souligné qu’ils appelaient à boycotter, non seulement les produits fabriqués dans les colonies mais aussi et surtout, tous les produits israéliens et cela pour deux raisons essentielles;

D’une part, il est impossible d’avoir une traçabilité des produits, fiable (comme l’a confirmé à maintes reprises l’U.E. en particulier) et d’autre part, ils ont très bien expliqué et démontré que l’objectif de BDS est de dénoncer la politique colonialiste de tous les gouvernements israéliens menée depuis des décennies.

Tous ont souligné l’aspect non-violent de leur action et leur engagement, souvent très ancien, pour la paix et la justice entre Israël et la Palestine qui ne sera possible que lorsqu’Israël respectera le droit international.

Leur intervention et témoignage a été empreint d’une très grande dignité et de beaucoup d’émotion qui ont touché le public, très nombreux, présent dans la salle d’audience.

Ensuite, le juge a appelé les 4 témoins, Alain Bosc, Alain Krivine, Jean-Claude Lefort et Daniel Lévyne à venir à la barre pour expliquer leur soutien aux 7 prévenus. Et là aussi leurs interventions, aussi diversifiée et d’une très haute tenue, a été un véritable réquisitoire contre la politique d’Israël. Chacun dans son domaine, selon ses engagements a dénoncé de manière magistrale cette politique du fait accompli, bafouant droit international et conventions de Genève, qui mène au pire et, a contrario, justifie toute la pertinence de la campagne BDS.

Ils ont aussi insisté sur le fait que ce procès était avant tout un procès politique; à double titre : procès de la politique des gouvernements israéliens et dénonciation de la lettre – circulaire d’Alliot – Marie de février 2010; circulaire « scélérate » qu’il faut absolument abroger.

Puis, parole a été donnée à Me Markovitch, seul avocat représentant l’ensemble des parties civiles. Sa plaidoirie fut un véritable catalogue à la Prévert où nous avons eu droit à tout; du ridicule (scandalisé par la « violence » des rayons vidés des produits frauduleux) à l’ignoble, quand il a évoqué une fatwa d’un iman appelant à boycotter les produits « juifs » et voulant ainsi introduire le religieux dans le débat.

Insupportable quand il est allé jusqu’à faire l’amalgame honteux entre appel au boycott des produits israéliens et l’affaire Merah !!!

Sans oublier qu’il parle de Territoires « disputés », qu’il doit n’y avoir que des négociations directes entre les 2 parties, comme si elles étaient sur un même pied d’égalité…

Moment éprouvant, tant il est difficile d’entendre de tels propos sans pouvoir réagir

20130627_111331

La Procureure a pris le relais et son intervention n’a concerné que le boycott, tout à fait illégal pour elle, et l’entrave à l’activité commerciale normale d’un magasin; discours laborieux et besogneux; rien bien sur concernant l’aspect éminemment politique de ce procès. A noter que, pas une seule fois elle a daigné regarder les prévenus.

Et elle a requis, au titre de l’article 225 et suivants du code pénal, une peine de 1 000 € pour chacun des prévenus et la suppression de la vidéo sur internet.

Me Cochain a tout d’abord réagi et s’est indignée des propos outranciers, voire haineux et violents tenus par le représentant des parties civiles.

Elle a ensuite souligné la différence de traitement qu’il y avait dans les appels à boycott. Pourquoi, parmi les dizaines d’appels à boycott, seul le boycott des produits israéliens , était répréhensible ? C’est l’effet direct et concret de la circulaire Alliot-Marie que le Syndicat de la Magistrature a qualifié d’ »attentat judiciaire » et que Me Cochain reprend à son compte

Après avoir démontré que les prévenus ne pouvaient pas être poursuivis pour entrave (ils ne sont pas prestataires de services ou / et de biens), elle a démonté méthodiquement et efficacement tous les arguments de la partie civile.

Une plaidoirie qui a suscité le respect de tous tant sa force de conviction a été grande et qu’elle a su rester digne et efficace face une accusation qui n’aura reculé devant rien.

Enfin, il faut souligner la très forte mobilisation autour de ce procès; des dizaines, des centaines de témoignages sont arrivés de toutes parts; près de 200 personnes ont été présentes à un moment ou à un autre lors de cette journée du 27 juin; une date qui marquera le mouvement de solidarité avec la Palestine à Alençon et bien au-dela.

COLLECTIF PALESTINE ORNE AFPS61

21, rue d’Argentan
61, rue E. Lecointre
61000 Alençon 61000 Alençon

 Une vidéo de cette journée est en cours de montage.

Voir d’autres photos :
https://picasaweb.google.com/103443993096431512362/ProcesBDSAAlenconSolidarite27Juin2013
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.667132889966944.1073741828.247567411923496&type=1&l=073fa2ede7

Article de Ouest France :
http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Alencon.-Quand-le-tribunal-devient-tribune-politique_40771-2207027-pere-bno_filDMA.Htm

Article de Saphir News :
http://www.saphirnews.com/Boycott-Israel-des-amendes-requises-contre-des-militants-BDS_a17064.html

Previous post

Lettre de BDS France à Amadou et Mariam et à Salif Keita

Next post

BDS, un engagement politique majeur pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens !