Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»Cyndi Lauper, ne prêtez pas votre voix au blanchiment des crimes israéliens

Cyndi Lauper, ne prêtez pas votre voix au blanchiment des crimes israéliens

1
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Chère Cyndi Lauper,

 

Nous avons récemment appris que vous envisagez de vous produire à Tel Aviv, Israël, le 4 janvier 2014. Au moment où vous avez signé le contrat, vous ignoriez peut-être qu’un boycott généralisé d’Israël par des artstes existe. Nous aimerions saisir cette occasion pour vous informer du contexte et des raisons de l’appel palestinien au boycott et à la solidarité.

Le peuple palestinien, qui vit sous une occupation, un apartheid et un siège imposés par Israël, a demandé aux artistes de conscience de ne pas jouer en Israël, de ne pas franchir la ligne rouge qu’il a fixée.

Le fait de jouer en Israël viole l’appel au Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS) contre Israël lancé par 170 organisations de la société civile palestinienne en juillet 2005, et l’appel à un boycott culturel lancé par des cinéastes, des artistes et des organisations culturelles palestiniens. Nous espérons sincèrement que vous ferez appel à votre conscience et que vous rejoindrez la liste croissante des artistes, universitaires et sportifs qui répondent à l’appel.

Peut-être ignorez-vous qu’Israël a recours au « blanchiment » pour essayer de normaliser ses crimes ; le terme fait référence aux tentatives israéliennes de dissimuler ses actes illégaux contre le peuple palestinien sous une couverture « libérale » en matière de droits des LGBTQ. C’est simplement, bien sûr, un écran de fumée puisque Israël traite tous les Palestiniens, LGBTQ ou non, comme des citoyens de deuxième classe à l’intérieur d’Israël ; et occupe, assiège et expulse ceux qui vivent en Cisjordanie, à Gaza, et la très importante population réfugiée palestinienne. Il est très possible que des promoteurs cyniques utilisent cet argument pour vous convaincre de la bonne foi de l’Etat et pour manipuler votre activisme remarquable pour les droits LGBTQ, nous espérons que vous en êtes consciente. Sami, militant al-Qaws (mouvement palestinien LGBTQ) a déclaré : « Les puissances oppressives ne font aucune différence entre les gays et les hétéros, » – et c’est certainement vrai en Israël. Lorsque les bombes tombent sur Gaza, que les maisons sont démolies en Cisjordanie, que le mur d’apartheid illégal sépare les communautés palestiniennes les unes des autres et vole la terre, pour Israël l’identité des victimes est sans importance.

Selon l’organisation israélienne « Rabbins pour les Droits de l’Homme », près de 2000 oliviers palestiniens ont été déracinés ou brûlés en Cisjordanie au cours des derniers mois. Les Palestiniens et leurs alliés israéliens et internationaux sont régulièrement attaqués pendant la récolte des olives. Tout ceci se produit en toute impunité, en l’absence de poursuites de l’Etat, et souvent sous la protection de l’armée. Un tel Etat « voyou » mérite-t-il le nom de « démocratie » ?

Pendant ce temps, la Bande de Gaza assiégée est inondée par les eaux usées, un désastre qui est la conséquence directe du siège israélien ; des milliers de personnes sont sans abri depuis les inondations et les conditions météorologiques très dures, et la population n’a que quelques heures d’électricité par jour, à cause de la fermeture de la seule centrale électrique de Gaza. La catastrophe sanitaire est imminente en raison de la pénurie de nombreuses fournitures et équipements médicaux comme les couveuses qui sont maintenant branchées sur des générateurs peu fiables. Amnesty International, les Nations-Unies et nombre d’autres organisations pour les droits de l’homme ont demandé à Israël de lever immédiatement son blocus illégal de Gaza, qui est perpétré sur une population dont la moitié sont des enfants, juste à quelqes kilomètres du lieu où votre concert doit avoir lieu. Déjà traumatisés par les attaques à la bombe constantes menées par Israël, les Palestiniens à Gaza souffrent aussi de ce blocus interminable.

Vous produire dans un Etat qui pratique l’occupation, la colonisation et l’apartheid ne peut être considéré comme un acte purement artistique, si cela existe. Indépendamment des intentions, un tel acte est une forme consciente de complicité manipulée par Israël dans ses efforts évidents pour blanchir ses violations persistantes du droit international et des droits palestiniens. Les spectacles artistiques en Israël renforcent une attitude de « business as usual » qui normalise et exonère un Etat qui a commis des crimes de guerre … sous une apparence de glamour artistique et scientifique et une image trompeuse d’excellence culturelle et de « libéralisme ».

Un artiste qui se produit en Israël aujourd’hui – exactement comme tout artiste qui a violé le boycott et s’est produit à Sun City, en Afrique du Sud, pendant l’apartheid – ne peut être considéré par les Palestiniens et les gens de conscience dans le monde entier que comme motivé par le profit et les bénéfices personnels, bien plus que par les principes moraux. Les promoteurs de concerts isnraéliens offrent d’importantes sommes d’argent pour attirer des artistes de renommée internationale dans le cadre de la campagne « Marque Israël » conçue explicitement pour masquer les violations criminelles des droits de l’homme par Israël. Le ministère israélien des Affaires étrangères a clairement déclaré que « il ne voit pas de différence entre la culture et la ‘hasbara’ [propagande]« , et que vous le souhaitiez ou non, votre concert sera interprété comme un soutien à l’Etat israélien.

Le 10 décembre, vous avez demandé sur votre page Facebook : « Que faites-vous pour marquer la Journée des Droits de l’Homme ? » Eh bien, vous pourriez prendre une décision importante pour les droits de l’homme en ne franchissant pas la ligne rouge palestinienne. Alors que nous commémorons la mémoire de Nelson Mandela et célébrons sa lutte contre l’injustice et l’apartheid en Afrique du Sud, il est utile de rappeler ses paroles : « Nous ne savons que trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens. » L’archevêque Desmond Tutu et d’autres personnalités importantes du mouvement anti-apartheid soutiennent le boycott d’Israël et voient des parallèles dans les luttes.

Cyndi, merci de prendre position en faveur des droits de l’homme et refusez de prêter votre voix au blanchiment des crimes israéliens. S’il vous plaît, annulez votre concert à Tel Aviv.

Chaleureusement,

DPAI (Don’t Play Apartheid Israeli)
https://www.facebook.com/dontplayapartheidisrael?sk=info

Nous sommes un groupe de plus de 1000 membres représentant de nombreuses nations de par le monde, qui croient qu’il est essentiel que des musiciens et autres artistes répondent à l’appel PACBI et se joignent au boycott d’Israël. C’est essentiel pour oeuvrer pour la justice pour le peuple palestinien sous occupation, et aussi dans les camps de réfugiés et dans la diaspora à travers le monde.

Références :
http://electronicintifada.net/

http://www.amnesty.org/en/for-

Autre page Facebook :
« Cyndi Lauper, Israel’s True Colors Shining Through, Like Apartheid »
https://www.facebook.com/Cyndi.Lauper.Israel.Colors.Apartheid

 

Source : http://refrainplayingisrael.blogspot.fr/2013/12/cyndi-lauper-stand-for-human-rights.html

Previous post

Omar Barghouti : De la liberté universitaire et du mouvement BDS

Next post

Lettre ouverte à la LICRA