Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT DES ENTREPRISES»Les exportateurs de fruit israéliens :  » il n’y a plus d’intérêt pour les produits israéliens »

Les exportateurs de fruit israéliens :  » il n’y a plus d’intérêt pour les produits israéliens »

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

NB: L’article de The Marker donne d’excellentes nouvelles pour la campagne BDS : le public de plusieurs pays est vigilant et s’abstient des produits israéliens, à un point tel que les professionnels s’en détournent. Mais The Marker est une publication israélienne appartenant au groupe de Haaretz, et comme telle reproduit les clichés destinés à l’opinion israélienne. Dans cet article, ceci se traduit en début d’article par l’affirmation selon laquelle dans les pays européens, les chaines craignent des protestations « violentes » ou un boycott des consommateurs à cause de « puissants lobbies musulmans ». Les « puissants lobbies musulmans » prêtent à rire pour certains des pays les plus avancés dans le boycott, Scandinavie ou Irlande. Mais le scandale est surtout d’attribuer à la campagne BDS, campagne non violente basée sur les droits humains, un caractère violent et confessionnel, ou même de nier le caractère politique du boycott pour le limiter à une pure réaction confessionnelle. Nos lecteurs auront certainement rectifié d’eux-mêmes ».


Les exportateurs de fruit israéliens : la semaine passée, des grossistes en Europe, qui commercialisent pour des chaînes importantes, nous ont dit que ces chaînes n’étaient plus intéressées par les produits israéliens.

Pour l’instant, il n’y a pas d’annonces officielles de ces chaînes, mais le message a été transmis par téléphone aux grossistes commercialisant en Scandinavie, au Royaume-Uni, en France, en Belgique et en Irlande. Les exportateurs israéliens disent qu’il y a un lobby musulman important dans ces pays et que certaines chaînes craignent des manifestations violentes ou un boycott des consommateurs.

Amir Porat, directeur marketing à Edom Fruits, qui exporte principalement des mangues et des grenades, déclare :  » Des importateurs d’Europe nous disent qu’ils ne peuvent vendre de produits israéliens. Je suis au courant d’une campagne de boycott des mangues. Ceci dit, on doit se souvenir qu’août est légèrement [un mois] faible, donc il y a peut-être des acheteurs qui profitent de la vague politique pour se trouver une excuse afin de ne pas commander à Israël …Un acheteur européen m’a dit qu’il avait été bloqué dans plusieurs chaînes au Danemark et en Suède et ensuite en Belgique. Le week-end dernier, il m’a dit que des mangues qui avaient été emballées aux Pays-Bas, comme toujours, et expédiées en Irlande, étaient retournées, avec la déclaration que les produits israéliens ne seraient pas acceptés. L’atmosphère sur le marché est inconfortable actuellement. Nous sommes passés par beaucoup de guerres et de périodes de tension. Mais cette année, je ressens de l’embarras parmi les clients qui sont sous pression. J’ai entendu que des dizaines de tonnes de mangues étaient coincées au Sud de la France et pas vendues. J’ai entendu de la part d’exportateurs importants que les chaînes du Sud de la France n’achetaient plus. Ce n’est pas un boycott officiel, mais tout le monde a peur de vendre des fruits israéliens. Nous pouvons seulement espérer que les choses ne s’aggravent pas ».

Ben Cohen, un exportateur de grenades, dit : »Les exportateurs de grenades ont reçu des e-mails d’acheteurs en Grande-Bretagne et d’autres pays, demandant qu’on leur garantisse que leurs exportations n’incluaient pas de produits des Territoires occupés. Ceci dit, pendant des conversations [informelles], ils nous ont dit que pour le moment il n’y avait pas non plus de place sur le marché pour les fruits israéliens, parce que les chaînes ne sont pas intéressées. Ce sont les trois acheteurs grossistes du Royaume-Uni qui servent les chaînes principales. Je m’occupe des grenades, mais j’ai compris que le message concernait tous les produits israéliens. Cela nous a fait annulé notre plan de travail entier au Royaume-Uni. Un message analogue est arrivé de Belgique et de Scandinavie ».

Cohen affirme que là où il y a une importante population musulmane, les consommateurs préfèrent des fruits venant des pays musulmans. « Bruxelles est une ville avec une forte population musulmane. De même Rotterdam. Les grenades israéliens sont en concurrence avec celles de Turquie ou d’Égypte et les chaînes préfèreront ces derniers. Cela n’a pas changé avec l’opération sur Gaza. C’est aussi évident en Allemagne, dans les endroits à forte population musulmane. Ce sont les préférences des consommateurs, pas un mouvement politique ».

Traduction: Catherine G. pour BDS France

Source: 

 http://www.themarker.com/news/macro/1.2402510

Previous post

" Jour de rage " Samedi 9 août 2014, BDS France répond à l'appel des Palestiniens

Next post

Le monde soutient l’appel des Palestiniens de Gaza pour faire pression sur Israël