Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»Mark Rylance appelle le Théâtre du Globe de Londres à boycotter la compagnie de théâtre israélienne

Mark Rylance appelle le Théâtre du Globe de Londres à boycotter la compagnie de théâtre israélienne

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Mark Rylance, fondateur et ancien directeur artistique du Globe de Shakespeare, soutient l’appel au Théâtre pour qu’il annule la représentation de la compagnie de théâtre israélienne Habima, dans une lettre au Guardian (ci-dessous).

Rylance est l’une des 37 personnes à avoir signé une lettre publiée vendredi dernier exprimant leur « consternation et regret » que le Globe ait inclus la représentation théâtrale du Marchand de Venise dans son festival Globe to Globe, en mai prochain, dans le cadre du Festival mondial de Shakespeare sous l’égide de la RSC (Royal Shakespeare Company).

Parmi les autres signataires : les directeurs Mike Leigh et Jonathan Miller, les dramaturges Caryl Churchill et Trevor Griffiths, et les acteurs Emma Thompson, David Caldere, Harriet Walter, et Miriam Margoyles (voir ci-dessous).

La lettre poursuit : « En invitant Habima, le Globe s’associe aux politiques d’exclusions appliquées par l’État israélien et approuvées par sa compagnie du théâtre national. Nous demandons au Globe d’annuler son invitation de sorte que le festival ne se fasse pas le complice de violations des droits humains et de la colonisation illégale de terres occupées. »

Et Rylance d’ajouter : « Agir dans les colonies illégales me semble un acte de provocation et d’irrespect. Il est certain que la paix ne pourra naître que lorsque chacun respectera les frontières de l’autre ».

En début d’année, le groupe israélien de la campagne Boycott de l’intérieur a adressé au Globe une lettre ouverte critiquant Habima pour s’être produite dans les colonies israéliennes en Cisjordanie. Un certain nombre de professionnels de premier plan du théâtre israélien ont rejeté de semblables invitations.

Dans sa réponse, le Globe de Shakespeare décrit le festival comme une « célébration de la langue et non… une célébration des nations et des États. »

La lettre ouverte du Théâtre présente Habima comme «  la plus connue et respectée des compagnies de théâtre de langue hébraïque dans le monde » et comme «  un choix naturel pour tout organisateur désireux d’accueillir une production dramatique en hébreu ».

Globe to Globe comprend aussi une représentation de Richard II, par la compagnie palestinienne, Théâtre Ashtar, laquelle, fait valoir le Globe, « a fait plus que tout autre groupe de théâtre pour mettre en évidence la nature de la vie dans la bande de Gaza ».

Rylance a été le directeur artistique du Globe de Shakespeare les dix premières années après sa création, et en a remis les rênes à Dominic Dromgoole en 2005. Cet été, il y jouera pour la première fois depuis qu’il n’est plus directeur, et mettra en vedette les reprises des productions, toutes masculines, de la Nuit des Rois et de Richard III.

3 avril 2012 – The Guardian

(JPG)

Théâtre du Globe de Shakespeare, à Londres.
Photo : Linda Nylind pour The Guardian

 

Consternation au Théâtre du Globe de Shakespeare à Londres après invitation du théâtre israélien

The Gardian – 29 mars 2012

Nous notons avec consternation et regret que le Théâtre du Globe de Shakespeare à Londres a invité le Théâtre national d’Israël, Habima, pour présenter Le Marchand de Venise à son festival Globe to Globe en mai prochain.

Le directeur général de Habima a déclaré que cette invitation était «  une réussite honorable pour l’État d’Israël. » Mais Habima a un passé honteux d’implications dans les colonies israéliennes illégales en territoire palestinien occupé. L’an dernier, deux grandes colonies israéliennes ont ouvert des « salles de culture » et demandé à des groupes de théâtre de venir s’y produire. Un certain nombre de professionnels israéliens du théâtre – acteurs, metteurs en scène, dramaturges – ont déclaré qu’ils ne participeraient pas. Mais, avec empressement, Habima a accepté l’invitation et a promis au ministre israélien de la Culture de « s’occuper de tous les problèmes qui pourraient entraver de telles représentations ».

En invitant Habima, le Globe de Shakespeare sape l’action des acteurs et dramaturges israéliens de conscience qui ont refusé de violer le droit international.

Le Globe dit vouloir « inclure » la langue hébraïque dans son festival, mais nous n’avons aucun problème avec cette « inclusivité » qui est une valeur fondamentale de la politique artistique en Grande-Bretagne, et que nous soutenons. Mais en invitant Habima, le Globe s’associe aux politiques d’exclusions appliquées par l’État israélien et approuvées par sa compagnie du théâtre national.

Nous demandons au Globe d’annuler son invitation de sorte que le festival ne se rende pas complice des violations des droits humains et de la colonisation illégale de terres occupées.

David Aukin, producteur
Poppy Burton-Morgan, directeur artistique, Metta Theatre
Leo Butler, dramaturge
Niall Buggy, acteur
David Calder, acteur
Jonathan Chadwick, directeur
Caryl Churchill, dramaturge
Michael Darlow, auteur, directeur
John Graham Davies, acteur, auteur
Trevor Griffiths, dramaturge
Annie Firbank, actrice
Paul Freeman, acteur
Matyelok Gibbs, acteur
Tony Graham, directeur
Janet Henfrey, actrice
James Ivens, directeur artistique, Flood Theatre
Andrew Jarvis, acteur, directeur, professeur
Neville Jason, acteur
Ursula Jones, actrice
Professeur Adah Kay, universitaire, dramaturge
Mike Leigh, cinéaste, auteur dramatique
Sonja Linden, dramaturge, Ice and Fire Theatre
Roger Lloyd Pack, acteur
Cherie Lunghi, actrice
Miriam Margolyes, actrice
Kika Markham, actrice
Jonathan Miller, directeur, auteur et distributeur télévision
Frances Rifkin, directeur
Mark Rylance, acteur
Alexei Sayle, comédien, auteur
Farhana Sheikh, auteur
Emma Thompson, actrice, scénariste
Andy de la Tour, acteur, directeur
Harriet Walter, actrice
Hilary Westlake, directrice
Richard Wilson, acteur, directeur
Susan Wooldridge, actrice, auteur

The Guardian

3 avril 2012 – The Guardian – 29 mars 2012 – The Guardian – Traduction : JPP