Home»ACTIONS ET EVENEMENTS»Mettre fin à la perpétuelle Nakba palestinienne #KeyToJustice

Mettre fin à la perpétuelle Nakba palestinienne #KeyToJustice

3
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Par Comité National Palestinien BDS (BNC), 14 mai 2020

Alors que nous commémorons la Nakba, nous appelons à renforcer les campagnes pour mettre fin à la complicité internationale avec la perpétuelle Nakba d’Israël contre le peuple palestinien.

Tout en faisant face à l’impact effrayant de la pandémie et au racisme de son traitement par Israël #CoronaRacism, les Palestiniens commémorent partout le 72e anniversaire de la Nakba — le nettoyage ethnique prémédité et violemment exécuté d’une majorité des Palestiniens autochtones chassés de notre pays natal en 1948, par des milices sionistes, pour faire place à un état exclusionniste et colonial.

Israël et le mouvement sioniste avaient espéré que les Palestiniens « oublieraient » un jour, mais en perpétrant chaque crime imaginable contre nous, ils ont par inadvertance assuré que nous ne le ferons jamais. Le siège et ce que l’historien israélien Ilan Pappe appelle le « génocide progressif » de deux millions de personnes dans le ghetto de Gaza ; le vol incessant de nos terres et le déplacement forcé de nos communautés, particulièrement à Jérusalem, dans la vallée du Jourdain et dans le Naqab (Néguev) ; les colonies sans fin ; et le système d’apartheid général qui nous rappelle sans relâche que nous, les peuples autochtones du pays, ne peuvent réaliser la liberté, la justice ou l’éagalité qu’après la fin de ce brutal régime israélien d’oppression.

Malgré l’agonie inexprimable de la Nakba de 1948, la violente dépossession et le nettoyage ethnique de la majorité du peuple palestinien, la plupart des Palestiniens exilés de leur terre natale ont emporté avec eux les clés de leurs foyers bien-aimés, s’accrochant à l’espoir qu’ils y retourneraient bientôt. Depuis la clé du réfugié palestinien est devenue un symbole de la tragédie palestinienne et un rappel que nos refugiés reviendront un jour. Le retour est devenu notre clé pour la justice, #KeyToJustice.

Cette seule année a vu le déni criminel par Israël des droits palestiniens et la violation du droit international atteindre un nouveau plancher. Avec le frauduleux Marché du siècle de Trump en toile de fond et en utilisant la pandémie comme couverture, le gouvernement d’extrême-droite d’Israël avance vers l’annexion de parties du territoire palestinien occupé. Aujourd’hui plus que jamais, les Palestiniens réalisent que mettre fin au régime colonial vieux de plusieurs décennies d’Israël, à l’occupation militaire et à l’apartheid requiert un renforcement de la puissance de notre peuple et du mouvement international de solidarité.

Dans des mots célèbres, Nelson Mandela a déclaré que « notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens ». Aujourd’hui, les Palestiniens partagent avec les communautés opprimées du monde entier la profonde conviction que notre liberté et la justice sont entrelacées avec les leurs. Notre combat pour la libération fait partie de, et intersecte, la vague mondiale de luttes pour la justice raciale, autochtone, sociale, économique, de genre et climatique. Au-delà de la moralité, notre unité est plus que jamais une nécessité.

Alors que nous pensons à notre Nakba et résistons à la Nakba perpétuelle d’Israël, nous pensons aussi aux millions de migrants, de réfugiés et de personnes faisant l’expérience de n’avoir pas d’abri, aux personnes qui ajourd’hui n’ont aucune place qu’ils peuvent appeler leur maison, à cause des ravages sociaux et économiques d’années de capitalisme néolibéral, de militarisme et de destruction climatique — une condition d’injustice accrue aujourd’hui par la pandémie de COVID-19.

Beaucoup de réfugiés fuient les guerres et la répression quisont alimentées par les armes et les experts militaires israéliens, de Myanmar et du Sud Soudan au Rwanda et à l’ Amérique latine. Beaucoup sont retenus aux frontières ou sont contraints dans des passages rendus dangereux par la technologie israélienne et des murs inspirés des murs israéliens.

La frontière américaine avec le Mexique est fortifiée par un mur et des tours de surveillance partiellement construites par la plus grande compagnie militaire d’Israël, Elbit Systems. De nombreux demandeurs d’asile ont perdu la vie dans la Méditerranée à cause des politiques illégales et immorales anti-migration de l’Union européenne, qui utilisent les drones tueurs d’Israël. Israël lui-même traite les demandeurs d’asile africains comme un « cancer » qui doit être éradiqué.

Cette année, la Journée de la Nakba, dans les terrifiantes conditions de la pandémie, est un rappel que la justice est de fait indivisible, comme le dit Angela Davis. La clé de la justice est de placer les gens avant le profit et de réaligner partout les priorités pour désinvestir du complexe militaro-sécuritaire et investir dans la santé, l’éducation, la protection du climat, des emplois dignes et une véritable sécurité humaine. #HealthcareNotWarfare! [La Santé, pas la guerre]

Alors que nous, dans le mouvement BDS pour les droits palestiniens, nous commémorons la Nakba, nous appelons à renforcer les campagnes pour mettre fin à la complicité internationale dans la Nakba perpétuelle d’Israël contre le peuple palestinien, en particulier en stoppant le commerce militaro-sécuritaire avec Israël.

Nous réitérons notre appel à une pression par boycott/désinvestissement des compagnies israéliennes et internationales complices listées sur la banque de données des Nations Unies ou n’y figurant pas encore —comme G4S, Hewlett Packard, Elbit Systems, Caterpillar, Hyundai Heavy Industries, Volvo, Heidelberg Cement, et Cemex — qui sont impliquées dans les crimes d’Israël contre les Palestiniens, pour qu’elles mettent fin à leur complicité.

Des cibles particulièrement dignes de boycott sont les compagnies d’espionnage et de surveillance israéliennes, comme NSO Group et AnyVision, qui facilitent la répression contre les défenseurs des droits humains et le meurtre de journalistes.

Le mouvement BDS cible aussi le fabricant ferroviaire basé au pays basque CAF, pour son implication dans le projet israélien illégal de train léger de Jérusalem ; le géant français de l’assurance AXA, qui investit dans des banques israéliennes qui sont sur la liste des Nations Unies des compagnies complices ; les entreprises de HP qui ne mettent pas fin à leur complicité avec les graves violations des droits humains par Israël; Puma à cause de son soutien pour les équipes de football des colonies illégales israéliennes ; et la compagnie britannique de sécurité G4S, pour son implication dans l’entrainement de la police israélienne qui est connue pour perpétrer des crimes de guerre.

Nous appelons les entreprises et les espaces culturels et communautaires à se déclarer Zones sans apartheid.

Cela et d’autres tactiques de pression similaires seraient des mesures concrètes et importantes vers la réalisation de la justice pour les Palestiniens et pour de nombreuses communautés opprimées dans le monde entier.

Cette crise mondiale est une opportunité pour une mobilisation mondiale en soutien de la justice sociale, raciale et écologique. Travaillons ensemble pour garantir que nous ne revenions pas à la normale, puisque cette « normale » était le problème. Imaginons, et travaillons pour, un changement vers la justice, la dignité et les droits pour tous.

Traduction : CG pour BDS France

Source : BDS Movement

Previous post

Action: Marquez les 72 ans depuis la Nakba avec #KeytoJustice

Next post

Levez le siège : Des artistes appellent à mettre fin au siège de Gaza par Israël lors de la crise de coronavirus