Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»PACBI à Lauryn Hill : boycottez l’apartheid d’Israël comme à Sun City !

PACBI à Lauryn Hill : boycottez l’apartheid d’Israël comme à Sun City !

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

PACBI – 1er avril 2015

 

La Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI) est profondément troublée d’apprendre que vous avez prévu de chanter à l’amphithéâtre Live Park de Rishon Lezion, le 7 mai 2015, alors qu’Israël persiste avec la même violence vers ses objectifs de colonisation de peuplement et d’apartheid pour toujours déposséder, opprimer et nettoyer ethniquement les Palestiniens autochtones de leur patrie. Vous, une artiste de conscience qui vous opposez à l’oppression raciale, nous vous exhortons à annuler votre spectacle et à boycotter Israël jusqu’à ce qu’il respecte la législation internationale et qu’il mette fin à son oppression du peuple palestinien.

Se produire en Israël aujourd’hui ce serait comme se produire à Sun City, en Afrique du Sud, durant la période de l’apartheid. L’archevêque émérite Desmond Tutu et l’ancien ministre du gouvernement sud-africain, Ronnie Kasrils, ont déclaré à plusieurs reprises qu’Israël avait institué une forme d’apartheid racial qui est bien pire que tout ce qui a pu exister en Afrique du Sud. Nous vous exhortons, vous, femme de couleur et artiste de conscience, à ne pas prêter votre nom pour couvrir les crimes d’Israël.

Vous pouvez ne pas en être consciente mais les Palestiniens résistent au colonialisme de peuplement et à l’apartheid d’Israël depuis plus de 64 ans. À des miles de là où vous devez vous produire, plus de 4,5 millions de Palestiniens originaires de ce pays sont emprisonnés au sein d’un système de bantoustans et d’enclos spatiaux entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, la plus grande prison à ciel ouvert au monde. Vous avez prévu de vous produire le 7 mai, une semaine avant que nous, les Palestiniens, ne commémorions la catastrophe de 1948.

En 1948, l’État d’Israël s’est implanté grâce à une dépossession méthodique et un nettoyage ethnique de plus de 750 000 Palestiniens autochtones afin de créer un État exclusivement juif ; Israël a nié aux réfugiés palestiniens, qui aujourd’hui sont au nombre de plus de 7 millions, leur droit internationalement reconnu à revenir dans leurs foyers. Israël continue aussi d’expulser les Palestiniens autochtones de leurs maisons à Jérusalem et dans le Naqab (Neguev), et il maintient plus de 50 lois racistes, discriminatoires à l’encontre des citoyens « non juifs », les citoyens palestiniens autochtones de l’État (1). Aujourd’hui, la dernière cible de la politique coloniale raciste d’Israël est ces 60 000 migrants africains environ qui ont pénétré dans le pays, y cherchant refuge en tant que réfugiés, fuyant souvent des persécutions dans leurs pays d’origine. Au lieu de leur accorder protection, Israël voit dans les migrants africains une menace pour « le caractère de l’identité juive de l’État » (2). En vertu de ses lois racistes, les demandeurs d’asile africains peuvent être emprisonnés jusqu’à un an, et se voir proposer en toute illégalité une petite somme d’argent pour quitter le pays (3).

Les luttes des Palestiniens autochtones et des demandeurs d’asile africains seraient mieux aidées si vous preniez une position de principe contre l’oppression raciste et coloniale d’Israël en refusant de divertir l’apartheid israélien. Comme vous l’avez si éloquemment chanté, « La rage noire est fondée sur un déni flagrant… un silence assourdissant et un contrôle social ». S’il vous plaît, ne perpétuez pas le silence et le mur de déni qui cache au monde les réalités quotidiennes d’une dégradation, d’un terrorisme racial, d’un vol de terre, d’un nettoyage ethnique contre lesquels, nous, les Palestiniens sommes en train de combattre, et qui, de la même manière, empêchent les gens de prendre conscience de l’exclusion et de la répression racistes contre lesquelles ces demandeurs d’asile africains résistent.

Chanter en Israël ce serait donner votre aval à l’occupation militaire brutale d’Israël de la Cisjordanie (dont Jérusalem) et de la bande de Gaza. Les Palestiniens dans la bande de Gaza sont soumis à un siège criminel et menaçant pour leur vie depuis 2007, un siège que l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour les droits de l’homme, Richard Falk, a décrit comme « un prélude à un génocide ». L’été dernier, Israël a déclenché une campagne meurtrière contre Gaza assiégée et tué plus de 2168 Palestiniens, dont 500 enfants (4) ; Israël a anéanti des familles entières dans leurs maisons, alors que ses avions ciblaient et bombardaient maison après maison (5). Un chant raciste israélien s’est moqué de ces centaines d’enfants palestiniens assassinés par Israël durant son massacre à Gaza : « Demain, il n’y a plus d’école à Gaza, il n’y a été laissé aucun enfant » (6).

Votre concert vient à un moment où les relations entre les Afro-Américains et les Palestiniens autochtones luttant contre le racisme anti-noir et le colonialisme de peuplement se sont renforcées. Les Défenseurs du Rêve ont récemment conduit une délégation de dirigeants de Ferguson et du mouvement Black Lives Matter en Palestine pour approfondir ces liens « dans l’esprit de Malcom X, d’Angela Davis, de Stokely Carmichael et beaucoup d’autres » (7). Nous vous demandons de suivre leur chemin et de nous rejoindre dans la construction de ces relations.

Des artistes internationaux de premier plan, comme Roger Waters, Sting, le regretté Gil Scott heron, Snoop Doc, Carlos Santana, Cold Play, Lenny Kravitz, Cassandra Wilson, Elvis Costello, Cat Power et Faithless, entre autres, ont tous annulé leurs spectacles en Israël. Comme l’émérite archevêque Desmond Tutu le souligne, « Si vous restez neutre dans une situation d’injustice, vous avez choisi le côté de l’oppresseur ».

PACBI et plus largement le mouvement BDS, représentant la majorité de la société civile palestinienne, font donc appel à vous pour que vous respectiez notre lutte. Nous vous demandons de confirmer notre stratégie de résistance non violente et d’éviter de franchir une ligne de piquetage demandée par la société palestinienne, approuvée par des organisations internationales, et de plus en plus soutenue par les Israéliens progressistes (8). La solidarité avec les combats contre le racisme, comme dans le cas du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis, et du combat contre l’apartheid en Afrique du Sud, a été un apport puissant pour arriver à mettre fin à l’injustice raciale et à l’oppression coloniale. Prenez part à la lutte contre le colonialisme et l’apartheid d’Israël, et pour le renforcement des liens entre les peuples afro-américains et palestiniens. Ce n’est qu’en se tenant solidaire des autres que nous pouvons instaurer la liberté, la justice et l’égalité.

Cordialement

PACBI

www.pacbi.org – pacbi@pacbi.org

Source: http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=2697
traduction : JPP pour BDS France

Rejoignez aussi la page facebook pour demander à Lauryn Hill de ne pas chanter pour l’apartheid :
https://www.facebook.com/Lauryn.Hill.Everything.Apartheid.Israel?fref=ts
 



Previous post

Succès de la conférence de Farid Esack à Science-Po Bordeaux : quand l'UEJF perd une bataille et s'entête dans le mensonge !

Next post

Le Maire de Toulouse censure la liberté d’expression et diffame la Campagne BDS France