Home»CRIMINALISATION DE BDS»Succès de la conférence de Farid Esack à Science-Po Bordeaux : quand l’UEJF perd une bataille et s’entête dans le mensonge !

Succès de la conférence de Farid Esack à Science-Po Bordeaux : quand l’UEJF perd une bataille et s’entête dans le mensonge !

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Le 24 mars dernier, l’UEJF publiait sur son site internet un appel, notamment à l’attention de la direction de Science Po Bordeaux, pour interdire la conférence arguant que Farid Esack incarnait l’antisémitisme et la violence.

La réponse faites à ces allégations fallacieuses a été unanime et rapide. En effet, comme en témoigne cette pétition, lancée 2 jours plus tard et signée par plusieurs ministres sud-africains et plus de 300 universitaires renommés dans le monde entier, « le professeur Esack, dans toutes ses publications et discours, a montré un engagement remarquable pour les principes de justice et de lutte contre toutes formes de racisme -y compris l’antisémitisme, le sexisme, l’exploitation économique et l’homophobie. Son engagement dans la lutte pour la justice en faveur du peuple Palestinien n’est que la suite logique d’une vie d’engagement pour la justice. »

L’UEJF, malgré le soutien considérable en faveur du maintien des conférences IAW prévues en France, s’est entêté en vain : arrachage d’affiches, diffusion de fausses informations concernant la tenue de cette conférence, intimidations visant personnellement les organisateurs de cette conférence sur les réseaux sociaux, pression sur la direction de Science Po.

Ainsi, le directeur de Science Po a été dans l’obligation d’ adresser un message aux organisateurs le jour même de la conférence pour mettre fin aux pressions de l’UEJF.
« Le directeur de Sciences Po Bordeaux, Vincent Hoffmann-Martinot, n’a pas souhaité donner suite aux différentes demandes qui lui ont été adressées visant à annuler la conférence prévue à 17h30 ce jour et pour laquelle vous avez fait une demande de réservation de l’amphi C en votre qualité de responsables d’un syndicat étudiant et d’élu·e·s étudiant·e·s au CA de l’Institut. Le principe de respect de la liberté d’expression a motivé cette décision. »

Malgré cette nouvelle désillusion, une dizaine de membres (bordelais et parisiens) de l’UEJF se sont retrouvés devant les portes de l’IEP avant la conférence pour distribuer un tract reprenant les allégations mensongères, mais cette fois co-signé par l’UNEF Science Po et MET-UNI Science Po.

Malgré les demandes d’un responsable de l’IEP adressées à l’UEJF les invitant à évacuer pour ne pas bloquer l’entrée de l’IEP, ces derniers ont interpellé Farid Esack en insinuant une nouvelle fois qu’il était antisémite dès son arrivée dans l’enceinte de l’Institut.

Bx_03

Pourtant accueillis et invités à participer à la conférence et à poser toutes leurs questions, les membres de l’UEJF ont quitté l’amphithéâtre au moment des questions de la salle, le cœur plein d’amertume suite à cette victoire du BDS face à la propagande pro-israélienne dont ils sont le relais dans les universités françaises.

Previous post

Communiqués de soutien suite à l'interdiction de la conférence organisée par BDS-France Toulouse

Next post

PACBI à Lauryn Hill : boycottez l’apartheid d’Israël comme à Sun City !