1

BDS France Paris au rassemblement de solidarité avec le peuple égyptien

Le mardi soir 8 décembre à 18 H devant l’Assemblée Nationale BDS France Paris a participé au rassemblement de solidarité avec le peuple égyptien appelé par diverses O.N.G., des syndicats et des partis politiques.  Nous avons exhibé des visuels pour la libération inconditionnelle de Ramy Shaath et des autres prisonniers d’opinion en Egypte et avons diffusé le Tract BDS France – Solidarité avec Ramy Shaath.
Il y avait environ 150 participant-e-s.

Voici un petit album photo : https://photos.app.goo.gl/DDkpB8CWUPSxM4Ba8

Le rassemblement était combatif, avec de nombreux visuels et des prises de parole déterminées pour dénoncer  la politique de Sissi, et de nombreux médias et élus de tous niveaux.

 

Le matin Céline Lebrun Shaath avait répondu à cette interview sur France Inter :




La France reçoit le président égyptien Al-Sissi: libérez Ramy Shaath!

Campagne BDS France, le 5 décembre 2020

La Campagne BDS France, dans le cadre de la campagne de soutien au défenseur des droits humains Ramy Shaath, soutient l’appel à rassemblement, le mardi 8 décembre à 18h, devant l’Assemblée Nationale, en solidarité avec le peuple égyptien et contre la visite du président égyptien Al-Sissi à Paris les 7-8 décembre 2020.

Ramy Shaat est un défenseur des droits du peuple palestinien à l’autodétermination, de double nationalité palestino-égyptienne.

Il est coordinateur du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) en Egypte depuis 2015. Il a rejoint la coalition de militants à l’origine du soulèvement populaire de janvier 2011 qui a conduit au départ du président égyptien Moubarak. Il a joué un rôle important dans la transition démocratique du pays, notamment au sein du parti El-Dostour.

Sous le régime du maréchal Al-Sissi, il est détenu arbitrairement depuis le 5 juillet 2019 pour ses activités politiques légitimes et pacifiques. Il a été inculpé dans une affaire criminelle sans aucun fondement et sans aucune preuve tangible contre lui, à l’exception des « conclusions de l’enquête policière » auxquelles ni lui ni ses avocats n’ont eu accès. Les conditions de détention de Ramy Shaath et des autres prisonniers d’opinion égyptiens sont révoltantes.

BDS France tient à manifester sa solidarité avec Ramy Shaath et les autres prisonniers d’opinion égyptiens pour leur libération inconditionnelle.

Nous sommes solidaires également de Céline Lebrun Shaath, épouse de Ramy Shaath, pour qu’il soit mis fin à son expulsion d’Egypte intervenue consécutivement à l’arrestation de son mari.




Avec BDS-Egypte, pressons Orange !

Samedi 13 juin le comité BDS France a mené une action contre l’agence centrale d’Orange Montpellier et un second magasin Orange. Nous pensons en effet, que c’est maintenant qu’il faut presse Orange de rompre son contrat avec Partnair Communications.IMG_8559

Microsoft Word - tractOrange 12 juin.docx

cliquez sur l’image pour lire le tract.

L’appel au boycott de BDS-Egypte et les résiliations d’abonnements qui s’en sont suivies ont contraint le PDG d’Orange à reculer et envisager le retrait d’Orange  d’Israël. Il a immédiatement été traité d’antisémite ! et certains mouvements israéliens ont même appelé au boycott d’Orange pour antisémitisme ! Netanyhaou en personne est intervenu et Stéphane Richard a été convoqué par l’ambassadeur d’Israël en france pour se faire sermonner. Il a prononcé l’élément de langage qui sauve « j’aime Israël »  et a pu ressortir « blanchit » de l’ambassade d’Israël.

AIMEZ-VOUSORANGE1

Sauf que cette petite phrase n’est pas du gout des égyptiens qui poursuivent le boycott de Mobinil, l’Orange égyptien. Orange détient 99% de parts de Mobinil qui représente 33 millons d’abonnés soit un marché plus important que la France ! Il va bien falloir qu’Orange choisisse : ou le marché israélien qui est infime ou le marché égyptien, un des plus importants d’Orange.

ESPAGNE

Nous avons eu le plaisir d’accueillir pour l’action des militantes du comité BDS de Séville ! Les espagnols sont toujours étonnés du poids des pressions sionistes en France …

 

 

IMG_8547

 

IMG_8553

à peine arrivés Orange baissait son rideau, refusait de nous recevoir, la panique …

Nous leur avons dit que nous n’avions rien contre les employés des agences, bien évidemment. Les quelques échanges que nous avopns eu ont montré qu’ils étaient parfaitement au courant de la situation et du boycott de BDS Egypte !

IMG_8549

STOPCOMMERCE   Orangepourrie - copie

plus de 500 tracts ont été distribués

 

IMG_8550

Idem au second magasin qui était fermé avant même notre arrivée !

IMG_8554

IMG_8565

OPÉRATEUR - copie

IMG_8563




Sous la pression du boycott, Orange cherche à prendre ses distances avec les opérations israéliennes

Par Ali Abunimah , Jeudi 28/05/2015

L’entreprise de télécommunications multinationale Orange cherche à prendre ses distances avec son partenaire israélien alors qu’elle fait face à une pression croissante d’un boycott visant sa filiale égyptienne Mobinil.

Mais BDS Egypte, organisateur du boycott de Mobinil, a rejeté les déclarations de l’entreprise qualifiées de «tromperie éhontée » et a dénoncé une volonté de tromper le public égyptien.

La campagne a affirmé que le boycott de Mobinil se poursuivra jusqu’à ce qu’Orange mette fin à son contrat avec sa filiale israélienne Partner Communications pour sa complicité dans les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre commis contre les Palestiniens.

Mobinil, avec au moins 33 millions de clients en Egypte, est détenue à plus de 99 pour cent par Orange, faisant de l’Égypte un des plus grands marchés de la multinationale basée en France.

Pendant ce temps, des militants français ont accru la pression, organisant un rassemblement mercredi à Paris devant le lieu où Orange tenait son assemblée générale annuelle des actionnaires.

La pression monte en Egypte

Il n’a fallu que quelques jours pour que la campagne de boycott, lancée en Egypte samedi dernier , n’attire l’attention des médias nationaux et ne suscite une réaction défensive de la filiale d’Orange.

Le boycott a bénéficié d’un coup de pouce de haut-rang par la personne de Hamdeen Sabahy, le candidat à l’élection présidentielle démocratique de 2012 ainsi qu’à l’élection truquée de 2014, exhortant ses 2,6 millions d’abonnés sur Twitter à soutenir le boycott contre Mobinil et à changer de fournisseur de services mobiles.

La société a réagi rapidement, via son compte Twitter officiel niant l’existence de preuves irréfutables des connexions existant entre Orange et l’entreprise israélienne Partner Communications.

Le directeur général de Mobinil Yves Gauthier a affirmé dans des déclarations publiées par le site égypyien youm7.com qu’Orange « n’a pas de présence opérationnelle en Israël, et n’a aucun lien de propriété avec la société israélienne Partner Communications. »

Gauthier a ajouté que le contrat en vertu duquel Partner Communications opère sous l’appellation Orange Israël était un héritage d’accords du passé datant de 1998.

«Malhonnêteté éhontée »

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook , BDS Egypte a rejeté les affirmations de Gauthier les qualifiant de «malhonnêteté éhontée par lequel l’entreprise cherche à dissimuler sa complicité dans les crimes de l’occupation [israélienne]. »

En fait, Orange opère en Israël à travers un contrat de franchise avec la société indépendante Partner Communications Ltd.

Orange participe à des violations systématiques des droits des Palestiniens, selon une enquête publiée ce mois-ci par une coalition d’organisations syndicales et des droits de l’homme françaises et palestiniennes.

Le rapport note qu’Orange tire profit des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée dans la mesure où la société Partner gère des centaines d’antennes de télécommunication et autres infrastructures, en grande partie sur des terres confisquées à des Palestiniens.

Il existe également des dizaines de boutiques de la marque Orange dans les colonies, construites par Israël en Cisjordanie en violation du droit international.

Soutien aux massacres de Gaza

Ce qui a particulièrement généré l’indignation est le fait qu’Orange Israël parraine directement deux unités militaires israéliennes, dont l’une – la Ezuz tank brigade – a directement participé à certaines des opérations les plus sanglants de l’assaut de l’été dernier sur la bande de Gaza qui a tué plus de 2200 Palestiniens.

En Avril, The Electronic Intifada a révélé que Ezuz était présente à deux endroits dans la bande de Gaza – près de Khan Younis et de Rafah – à des moments précis où des centaines de civils ont été tués et des milliers de maisons détruites.

Orange Israël, en outre, fournit des services gratuits aux soldats israéliens et a envoyé trois unités mobiles vers le front pour répondre à tous leurs besoins.

Le PDG de Mobinil Gauthier a ajouté qu’Orange était contractuellement défendue d’interférer dans les activités de Partner en Israël. Mais son affirmation que le contrat avec la société israélienne était en quelque sorte un héritage du passé est démentie par le fait que le contrat lucratif a été renouvelé en 2011 .

Il a été modifié à nouveau en Avril , portant la durée du renouvellement du contrat à dix ans et incluant une augmentation des redevances versées par Partner à Orange pour l’utilisation de sa marque.

À la lumière de ces faits, BDS Egypte a mis en garde Mobinil que « cette tentative de tromper le peuple égyptien ne fonctionnera pas. »

« Si Orange souhaite s’acquitter de ces crimes », a-t-il ajouté, la société « devrait prendre la bonne décision de mettre fin à son contrat avec la société israélienne Partner, de stopper son soutien à l’occupation et de cesser de tirer profit de cet odieux accord. »

BDS Egypte a publié un rapport détaillé en arabe sur les activités d’Orange en Israël ainsi qu’en Cisjordanie occupée.

Manifestation à Paris

Mercredi à Paris, des militants de BDS France – flanqués de perruques orange – se sont rassemblés devant le Palais des Congrès où Orange tenait sa réunion annuelle:

L’Etat français détient 25 pour cent des actions d’Orange, ce qui signifie que le gouvernement tire profit des colonies israéliennes auxquelles il prétend officiellement s’opposer.

Des Organisations de la société civile française et des syndicats ont exhorté le gouvernement à mettre fin à sa complicité.

Dans un communiqué publié sur son site web , BDS France a précisé que le PDG d’Orange Stéphane Richard a déclaré aux actionnaires que la société cherche à étendre ses activités au Moyen-Orient – où elle opère déjà en Tunisie, en Jordanie, en Irak, en Égypte ainsi qu’en Israël.

L’organisation ajoute : « Mais il n’a pas mentionné la relation honteuse de l’entreprise avec Partner. »

« Grace aux récentes révélations de The Electronic Intifada, nous avons pu voir jusqu’à quel point va la complicité avec le régime israélien, » a déclaré BDS France en référence à l’appui d’Orange Israël aux unités militaires israéliennes à Gaza.

La campagne a rappelé à Orange les « échecs commerciaux d’une autre société française, Veolia, suite à sa complicité avec les politiques coloniales et d’apartheid d’Israël. »

Après avoir été pendant des années la cible des militants et perdu des milliards en contrats, Veolia a été forcé de céder la quasi-totalité de ses activités liées à l’occupation israélienne en Cisjordanie.

BDS Egypte et BDS France ont mis en ligne des pétitions conjointes en anglais , français et arabe exhortant Orange à mettre fin à son accord avec Partner.

Ils ont également été tweeté utilisant le hashtag #OrangeSanguine et قاطع_موبينيل # (boycott Mobinil).

Traduction Youssouf R. pour BDS France

Source: Electronic Intifada : http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/under-boycott-pressure-orange-tries-distance-itself-israeli-operation?utm_source=EI+readers&utm_campaign=7137aa72b1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_e802a7602d-7137aa72b1-299171081 

Les militants protestent devant l’assemblée générale annuelle d’Orange au Palais des Congrès à Paris, le 27 mai (BDS France)



Egypte : la colonisation israélienne peut coûter cher à Mobinil

En Egypte, l’opérateur de téléphonie Mobinil, dont l’actionnaire majoritaire est le français Orange, doit faire face à un appel au boycott pour ses relations avec l’opérateur israélien Partner. En France, cinq ONG et deux syndicats avaient interpellé Orange au sujet de ses liens avec l’opérateur israélien dont elles dénonçaient les activités dans les territoires palestiniens.

C’est Hamdin Sabbahi, l’adversaire de Abdel Fattah al-Sissi à l’élection présidentielle qui a lancé le hashtag « boycottez Mobinil ». Il précisait qu’Orange, principal actionnaire de Mobinil, était aussi lié à l’opérateur israélien Partner. Partner, qui utilise le logo Orange, opère non seulement dans les colonies de peuplement en territoire palestinien mais avait, de plus, lancé une opération baptisée « Adopte un combattant » lors de l’offensive israélienne contre Gaza l’été dernier. Il s’agissait de fournir une aide matérielle et morale aux militaires israéliens participant à l’offensive. Mobinil a soutenu qu’Orange n’opérait pas en Israël et n’avait aucun lien capitalistique avec l’opérateur israélien Partner. C’est à moitié vrai. Orange est effet lié à Partner par un contrat de marque permettant à l’opérateur israélien d’utiliser le nom et le logo Orange. Un logo qui est un des principaux arguments de vente de l’opérateur israélien qui détient 28% des parts de marché. Déja critiqué Mobinil, qui est le deuxième opérateur égyptien après Vodaphone, avec 34 millions d’utilisateurs, avait déjà perdu plusieurs millions de clients il y a trois ans suite à une polémique similaire. Son fondateur, Naguib Sawiress, avait publié sur Twitter une caricature d’un salafiste déguisé en Mickey ce qui avait entrainé un appel islamiste au boycott. Après les islamistes, ce sont donc les nationalistes qui appellent au boycott de Mobinil. Plus grave, cette fois le nom d’Orange est cité ce qui veut dire que l’impact peut aller au-delà des frontières égyptiennes et toucher d’autres partenaires de l’opérateur français au Proche-Orient.

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20150528-egypte-operateur-mobinil-boycotte/




Au Caire aussi on se mobilise contre l’Euro Espoirs en Israël!

Au Caire aussi on se mobilise contre l’Euro Espoirs en Israël !

Photos prises le 15 mars lors d’un match entre le club de Zamalek (Caire) et le Vita CLub (Kinshasa). Bravo !

alt

alt




2012 : Une année de succès pour BDS dans le monde

Des actions de boycott et des victoires ont eu lieu dans le monde entier, en 2012 (Nedal Eshtayah / APA images)

 

Janvier :

Février :

  • La chanteuse américaine Cat Power a annulé son spectacle en Israël.
  • Au Canada, le corps estudiantin de l’Université de Regina a adopté une motion BDS « en tant que moyen d’exercer des pressions sur Israël afin qu’il se plie aux lois internationales et aux droits de l’homme ».
  • La chanteuse de jazz américaine Cassandra Wilson a annulé son spectacle à Holon. Elle a déclaré : « En tant qu’activiste des droits de l’homme, je m’identifie au boycott culturel d’Israël. »
  • Les produits de la firme israélienne de cosmétiques Ahava — qui pille les ressources de la mer Morte en Cisjordanie occupée et produit des cosmétiques dans une colonie illégale tout en les étiquetant « made in Israel » — ont été retirés des rayons partout au Japon. DaitoCrea, le distributeur japonais de la ligne de cosmétiques d’Ahava, a annoncé qu’il cesserait immédiatement de stocker les produits d’Ahava en raison de la politique frauduleuse de cette société en matière d’étiquetage.
  • Un juge a rejeté un procès intenté par un groupe de pression israélien contre Olympia Food Co-op à Washington, aux États-Unis, protégeant ainsi la décision de la coopérative de ne pas stocker de produits israéliens et de maintenir le boycott.

Mars :

  • Des étudiants en licence de l’Université de Carleton à Ottawa, au Canada, ont adopté par une majorité écrasante une résolution de soutien des désinvestissements dans les sociétés tirant profit de l’occupation israélienne et des violations des droits de l’homme.
  • L’Université de Glasgow n’a plus repris l’eau Eden Springs (une firme israélienne) dans ses cafeterias.
  • L’organisation mondiale de justice pour l’eau, Blue Planet, a officiellement adopté les BDS et a condamné la discrimination sur le plan de l’eau et les mesures d’inaccessibilité à l’égard des Palestiniens appliquées par Israël.
  • Les tentatives du gouvernement israélien de promouvoir Israël en tant que havre d’« accueil pour les homosexuels » tout en nouant des liens avec les communautés LGBT aux États-Unis et ailleurs dans le monde (ce qu’on appelle communément le « pinkwashing ») ont échoué à Seattle, Tacoma et Olympia, Washington.
  • Les produits Ahava ne sont plus distribués par une importante chaîne de magasins en Norvège. 
  • M.E.Ch.A., la plus importante association de la jeunesse latino-américaine (Latin@) aux États-Unis, a décidé par une majorité écrasante de répondre favorablement à l’appel palestinien aux BDS (Latin@ est un terme neutre pour Latino – masculin – et  Latina – féminin.) L’annonce a été faite le 30 March, qui marque à la fois la Journée palestinienne de la Terre — commémorant les assassinats, les blessures et les arrestations massives de Palestiniens qui, en 1976, avaient protesté contre les confiscations de terre — et la Journée César Chávez, célébrant le dirigeant mexicain des droits civiques mexicain qui avait mené des actions de boycott et de grève pour les droits des travailleurs agricoles.

Avril :

  • L’association des étudiants en candidature de l’Université du Massachusetts, à Boston, a adopté une résolution afin de désinvestir chez Boeing, une société américaine qui tire profit des violations des droits de l’homme par l’armée israélienne.
  • Le deuxième Mediterranean Delight International Belly Dance Festival (danse du ventre), qui devait se tenir à Marrakech, a été annulé en raison d’une intervention manifeste des autorités marocaines, qui ont subi des pressions de groupes palestiniens de solidarité dans l’ensemble des milieux religieux et culturels du Maroc. En outre, le Festival de danse du ventre était sponsorisé en partie par la société israélienne Sea of Spa, qui entretient des liens avec Ahava.
  • L’Association égyptienne de football a boycotté Adidas du fait que la société sponsorisait le marathon de Jérusalem.
  • La chaîne britannique de supermarchés The Co-op a décidé d’étendre son boycott des marchandises produites dans les colonies israéliennes des territoires palestiniens occupés à un boycott total des sociétés israéliennes qui se procurent la moindre marchandise dans les colonies.
  • Le groupe de musiciens irlandais Dervish a annulé une série de spectacles en Israël, déclarant qu’il ne souhaitait pas rompre le boycott.

Mai :

Juin :

Juillet :

L’Église presbytérienne des États-Unis a décidé de boycotter les produits des colonies israéliennes, même si sa résolution en faveur du désinvestissement total a échoué à deux votes près seulement.

Août :

Septembre :

Octobre :

Novembre :

Décembre :

On peut trouver d’autres succès des BDS et de l’activisme sur cette excellente liste, très complète, établie par Don’t Play Apartheid Israel, et nous encourageons nos lecteurs à la consulter.
2012 a été une année de développement important, pour le mouvement de boycott dirigé par les Palestiniens.

A coup sûr, 2013 construira du solide sur ces victoires dans le monde entier.

 

Publié sur The Electronic Intifada le 2/1/2013. Traduction pour ce site : JM Flémal.