Propagande israélienne ? Une conférence universitaire contestée

Par Edouard Schoene | 13 Oct 2020 |

Dans le cadre des « lundis de l’innovation » la maison de la création et de l’innovation (université
Grenoble Alpes) invitait un conférencier sur un thème étonnant : « Israël la « start-up nation », un
modèle pour la France ? »
Boycott , désinvestissement, sanctions (BDS) et l’Association France Palestine solidarité étaient
présents devant le bâtiment universitaire pour manifester.

Des étudiants, dont la conférence faisait parti de leur cursus obligatoire, ont lu avec intérêt le tract
distribué. Une dizaine d’autres, d’un autre cours, outrés par cette initiative « pas très
universitaire » ont pris un paquet de tracts et sont allés intervenir dans l’amphithéâtre quasi vide
(des auditeurs écoutaient la conférence en ligne).
Le professeur Ménissier, invitant, responsable du cycle de conférences, s’est étonné de cette
manifestation qui a perturbé la conférence, invitant les étudiants à entrer et à intervenir en fin de
conférence.

Le tract distribué devant le bâtiment dévoilait « ce que nous cache Israël start up
nation » : « L’économie d’Israël est l’une des plus militarisée du monde … La recherche et
développement en Israël est structurellement liée à l’armée et à l’occupation. Le succès de
l’innovation israélienne en matière de sécurité et de surveillance est largement dû à son terrain
d’expérimentation de choix qu’est la Palestine occupée »
Au palmarès de la « start-up nation » : la barrière de protection qui court le long des 700 km du
mur de béton de huit mètres de haut enserrant la Cisjordanie, les instruments de surveillance Elbit
System et Technion, les drones de surveillance d’Elbit. Nombre de dictatures achètent les produits
hich tech israéliens pour surveiller notamment leurs citoyens via la téléphonie.

Les militants de la campagne BDS France (Boycott Désinvestissement Sanctions) et de l’AFPS
dénonçaient le fait que l’UGA « participe à cette hypocrisie en accueillant depuis 2014 au sein du
conseil scientifique le président de la Technion, université israélienne la plus engagée auprès du
complexe militaro industriel ».
Dans la conclusion de la soirée le professeur Ménissier, a déclaré : « Les activistes qui sont
intervenus tout à l’heure étaient fondés à émettre les critiques qu’ils ont formulées. Dommage
qu’ils ne soient pas restés pour en débattre. »

Source: le travailleur alpin




Dans deux universités américaines, les étudiants viennent de voter le désinvestissement d’Israël

L’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign et l’Université de Columbia ont toutes deux voté des résolutions historiques appelant à se désinvestir d’Israël.

La semaine dernière, le gouvernement étudiant de l’Illinois a voté une résolution appelant l’établissement à se désinvestir des entreprises transnationales qui collaborent avec l’armée, les prisons, les forces de police ou ICE [police aux frontières USA] américaines et israéliennes. La résolution a d’abord été présentée au gouvernement étudiant en février, mais a initialement fait l’objet d’un veto.

« Cette victoire signifie énormément pour moi, à la fois en tant que Palestinienne et en tant qu’étudiante à l’UIUC. Il existe chez les étudiants et les professeurs un racisme anti-palestinien rampant, qui est encouragé et protégé par l’administration de l’université », a dit à Mondoweiss Buthaina Hattab, étudiante à l’UIUC et coauteure de la résolution. « Pour moi, cette victoire a renforcé la centralité et l’importance cruciale de la Palestine dans tout combat qui cherche à maintenir et à défendre la liberté d’expression et les droits de la personne humaine. »

Hattab a également établi un lien entre la résolution et l’actuel mouvement La Vie des Noirs Importe qui s’empare du pays. « Au moment de l’audition de la résolution, il y avait une manifestation d’urgence pour Breonna Taylor dans le Service de Police de Champaign (CPD) », a-t-elle dit. « Beaucoup de nos alliés étaient à la manifestation et vivaient vraiment avec la réalité de l’injustice tandis que nous essayions de faire passer cette résolution. Voter une résolution qui appelait au désinvestissement des entreprises de la police et de l’armée ne pouvait pas arriver à un moment plus critique de notre combat. J’espère que les gens réaliseront l’urgence et l’immédiateté du désinvestissement alors que, dans les villes américaines, à la frontière américano-mexicaine, et en Palestine, les forces de la police et de l’armée continuent de nous faire du mal. »

L’ensemble des étudiants de l’Université de Columbia a voté un référendum qui avait été mis en place par le Désinvestissement de l’Apartheid de l’Université de Columbia (CUAD), association créée en 2016. Le référendum demandait : « L’université de Columbia doit-elle désinvestir ses actions, ses fonds et sa dotation des sociétés qui profitent de ou s’engagent dans les actions de l’État d’Israël envers les Palestiniens qui, selon le Désinvestissement de l’Apartheid de l’Université de Columbia (CUAD), relèvent de la Convention Internationale des Nations Unies sur la Punition du Crime d’Apartheid ? »

Le président de l’Université de Columbia Lee Bollinger a immédiatement pris ses distances avec le vote et a clairement dit qu’il n’approuvait pas la démarche. Dans une déclaration, Bollinger a dit que « Modifier notre dotation afin de faire progresser les intérêts d’un des côtés ne fait pas partie des voies que nous emprunterons ».

« Ces victoires de BDS sur les campus sont un signe du changement rapide de courant que nous constatons à travers les Etats Unis », a dit à Mondoweiss la coordinatrice du Mouvement BDS d’Amérique du Nord Olivia Katbi Smith. « Malgré l’aggravation des campagnes de répression sur les campus et dans les allées du pouvoir, il devient impossible d’être ‘progressiste sauf pour la Palestine’, parce qu’il devient impossible de réduire notre mouvement au silence. Le combat des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité recoupe ainsi clairement les autres combats des peuples opprimés partout. »

 

Source : MONDOWEISS
Traduction : AURDIP




9 novembre – 4ème journée mondiale d’InterAction pour un monde sans murs

Le 9 novembre – Journée mondiale d’InterAction pour un monde sans murs – Cela approche et cette année, l’appel à démolir ces symboles et structures d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination et d’exploitation est plus urgent que jamais. Veuillez lire l’invitation à participer à l’interaction mondiale du 9 novembre ici. Veuillez nous faire savoir par le biais de ce formulaire en ligne ce que vous prévoyez, comment vous voulez vous mettre en relation avec d’autres et comment nous pouvons vous aider.


9 novembre – 4ème journée mondiale d’InterAction pour un monde sans murs

L’appel pour un monde sans murs est plus urgent que jamais : Avec la pandémie mondiale de la COVID-19, les murs qui oppriment et excluent sont devenus plus hauts, plus brutaux et plus visibles.

Les contributions à l’exposition en ligne « Un monde sans murs » montrent les communautés de migrants confrontées à l’enfermement et à des frontières toujours plus militarisées, tandis que les prisons, la répression et l’exclusion sous toutes les formes sont devenues encore plus inhumaines et fatales.

Le capitalisme racialisé et les politiques coloniales en cours produisent davantage de morts, d’expulsions, d’exclusions, d’oppressions, de discriminations et d’exploitations. Les communautés noires, brunes, indigènes, pauvres ou autrement marginalisées portent le poids du virus et de l’aggravation des crises économiques, écologiques et morales de notre époque.

Alors qu’une grande partie de nos vies et de nos luttes se sont déroulées en ligne, les « murs numériques » façonnent de plus en plus nos sociétés. Ils bloquent l’accès à l’information et à la communication tout en imposant des mécanismes de surveillance et en perpétuant le colonialisme et l’autoritarisme dans la sphère numérique.

La montée en flèche des inégalités renforce les murs et les idéologies de haine, de suprématie et de fanatisme. Au lieu des soins de santé et des services sociaux, les ressources sont consacrées à la surveillance et à la sécurité de quelques-uns.

C’est un monde où les intérêts de l’Israël de l’apartheid prospèrent :

En Palestine, le régime israélien profite de l’occasion pour faire avancer l’effort de légitimation de son régime d’apartheid et donner un statut de droit aux politiques d’annexion de fait en cours. Soutenu par l’administration Trump, il cherche à normaliser et à sceller son plan visant à enfermer les Palestiniens derrière des murs, en augmentant l’expansion des colonies, le vol de terres et les expulsions en Cisjordanie occupée et en intensifiant le siège et les attaques militaires sur la bande de Gaza occupée.

Partout dans le monde, Israël exporte ses techniques de surveillance et tire profit de la militarisation et de la répression croissantes.

Pourtant, ces derniers mois ont également montré l’existence et la puissance de la solidarité et de la lutte continue contre le racisme, l’exclusion, la dépossession et la répression. La myriade d’actions visant à briser l’isolement et la fragmentation et à construire des alternatives collectives nous donne non seulement l’espoir mais aussi la certitude que, tôt ou tard, des personnes et des mouvements abattront les murs de l’oppression et construiront un monde sans murs – un monde de liberté, de justice et d’égalité.

Le 9 novembre, Journée mondiale d’InterAction, nous vous invitons à vous lever pour exiger et construire un Monde sans Murs !

  • Célébrez les actions qui détruisent les murs de l’oppression, en les partageant en ligne, en organisant des webinaires, des expositions, des espaces pour raconter des histoires….   
  • Nommez et faites honte à ceux qui construisent les murs, (re)publiez des informations sur leurs responsabilités et leurs profits ou lancez une action de campagne pour contester leurs sales affaires….
  • Relier nos luttes en enquêtant et en montrant comment nos oppresseurs sont liés entre eux.  

Vous pouvez vous organiser sur le net, au sein de votre communauté ou de vos mouvements, car un monde sans murs n’a pas de limites.

 

Source : Stop The Wall




Lettre aux mairesses de Montréal, Paris et Rome

[In italiano sotto]

A l’attention de Anne Hidalgo, mairesse de Paris, Valérie Plante, mairesse de Montréal, et Virginia Raggi, mairesse de Rome:

Comme vous le savez, le prochain G20 aura lieu en Arabie Saoudite, alliance du capitalisme sauvage, de l’autoritarisme féroce, et du sexisme le plus violent.

Sous la présidence de l’Arabie Saoudite, plus d’une centaine d’événements sont prévus, pour essayer de faire oublier les turpitudes de cette dictature pétrolière protégée par le président américain Donald Trump. Source du pétrole que nous consommons, cette monarchie est également l’un des principaux pays acheteurs d’armes, ce qui explique le silence gêné des gouvernements occidentaux lorsque ces armes sont utilisées pour bombarder des populations civiles, au Yémen par exemple.

Sans la moindre once de démocratie, nous n’oublions pas la façon dont y sont traité.es les opposant.es, dont le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné et démembré en Turquie le 2 octobre 2018, grâce à la collaboration de l’entreprise israélienne de surveillance NSO. Pour couvrir le bruit des commémorations de cet assassinat, le sommet des maires des grandes villes du G20, aussi appelé « Urban 20 », aura lieu du 30 septembre au 2 octobre 2020. Il est annoncé que vous y participerez.

L’Arabie Saoudite bénéficie d’une étonnante indulgence en matière d’atteinte aux droits humains, et singulièrement d’atteinte aux droits des femmes. C’est bien simple, en Arabie Saoudite, elles n’en ont pas. Lorsque Loujain Al-Hathloul a réclamé des droits en mai 2018, elle a fini en prison, sans charge et sans avocat. Deux ans et demi plus tard, elle y est encore, et subit des séances d’électrocution et des violences sexuelles. Alors que vous êtes, à juste titre, intraitables sur ce sujet dans vos villes, vous ne semblez pas être aussi préoccupées par le sort de Loujay in Al-Hathloul ou par les droits des Saoudiennes. Malgré quelques déclarations creuses, c’est donc sans sourciller que vous allez apporter votre soutien, par votre présence, aux autorités saoudiennes.

Il est temps que la participation de nos représentant.es élu.es obéisse à des critères de respect des droits humains et du droit international. Il est temps qu’ils et elles boycottent les États voyous tels que l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, ou Israël, entre autres, tant que ces États ne se conforment pas au droit international.

Nous vous demandons, Anne Hidalgo à Paris, Valérie Plante à Montréal, et Virginia Raggi à Rome, de vous retirer de Urban20 et de tout événement soutenu par la monarchie saoudienne.

Dans l’attente d’une réponse de votre part,

En solidarité avec les femmes d’Arabie Saoudite et d’ailleurs,

La Campagne BDS France, La Coalition BDS Québec et BDS Italia

————————-

All’attenzione di Anne Hidalgo, sindaca di Parigi, Valérie Plante, sindaca di Montreal, e Virginia Raggi, sindaca di Roma:

Come sapete, il prossimo G20 si svolgerà in Arabia Saudita, un’alleanza di capitalismo selvaggio, feroce autoritarismo e sessismo più violento.

Sotto la presidenza dell’Arabia Saudita sono in programma più di cento eventi, per cercare di far dimenticare le turpitudini di questa dittatura petrolifera protetta dal presidente degli Stati Uniti Donald Trump. Fonte del petrolio che consumiamo, questa monarchia è anche uno dei principali paesi che acquistano armi, il che spiega il silenzio imbarazzato dei governi occidentali quando queste armi vengono utilizzate per bombardare le popolazioni civili in Yemen, per esempio.

Senza il minimo grammo di democrazia, non dimentichiamo il modo in cui vengono trattati gli oppositori, compreso il giornalista saudita Jamal Khashoggi, assassinato e smembrato in Turchia il 2 ottobre 2018, grazie alla collaborazione dell’azienda israeliana di sorveglianza NSO. Per coprire il rumore delle commemorazioni di questo assassinio, il vertice dei sindaci delle grandi città del G20, chiamato anche « Urban 20 », si svolgerà dal 30 settembre al 2 ottobre 2020. È stata annunciata la vostra partecipazione.

L’Arabia Saudita gode di una straordinaria indulgenza in termini di violazione dei diritti umani, e in particolare di violazione dei diritti delle donne. È molto semplice, in Arabia Saudita, le donne non ne hanno. Quando Loujain Al-Hathloul ha rivendicato dei diritti nel maggio 2018, è finita in prigione, senza accusa e senza un avvocato. Due anni e mezzo dopo, è ancora lì e subisce sedute di tortura con scariche elettriche e violenza sessuale. Sebbene voi siate giustamente intransigenti su questo argomento nelle vostre città, non sembrate essere così preoccupate per il destino di Loujay ad Al-Hathloul o per i diritti delle donne saudite. Nonostante alcune dichiarazioni vuote, è quindi senza batter ciglio che darete il vostro sostegno, attraverso la vostra presenza, alle autorità saudite.

È ora che la partecipazione dei nostri rappresentanti eletti obbedisca a criteri di rispetto dei diritti umani e del diritto internazionale. È tempo per loro di boicottare gli stati canaglia come l’Arabia Saudita, gli Emirati Arabi Uniti o Israele, tra gli altri, fino a che questi Stati non rispetteranno il diritto internazionale.

Chiediamo a voi, Anne Hidalgo a Parigi, Valérie Plante a Montreal e Virginia Raggi a Roma, di ritirarvi da Urban20 e da qualsiasi evento sostenuto dalla monarchia saudita.

In attesa di una vostra risposta,

In solidarietà con le donne dell’Arabia Saudita e altrove,

La Campagne BDS France, La Coalition BDS Québec e BDS Italia




Lettre de BDS France Toulouse après les appels à la violence du CRIF

BDS France Toulouse
10bis, rue du Colonel Driant
31000 Toulouse

Toulouse le 25 septembre 2020.

Monsieur le Préfet de la Haute-Garonne
1, place Saint Etienne 31000 Toulouse

Monsieur le Préfet,

Dans un article publié par la Dépêche le 4 juillet 2020, M. Touboul, le représentant local du CRIF, après avoir déclaré : « Il faut rétablir l’autorité de l’État », se livre à une menace directe : « Faut-il attendre que je laisse intervenir les militants de ma communauté pour démonter leur stand [le stand du Collectif Palestine Vaincra] et ainsi caractériser le trouble à l’ordre public ? »

M. Touboul est un habitué de ce type d’interventions, cautionnant à plusieurs reprises les violences de ses amis du CRIF et ennemis de la liberté d’expression. Rien de bien nouveau ! Cette fois-ci il va plus loin en s’en prenant directement à vos services et en vous proposant publiquement de réaliser avec l’aide d’une de ses milices « un trouble à l’ordre public » qui permettrait d’interdire l’expression d’une association solidaire du peuple Palestinien.

Nous voulons attirer votre attention sur les menaces et les incitations à la violence de ce récidiviste qui ne sont pas à prendre à la légère. Dans notre lettre du 29.01.2015 adressée à votre prédécesseur nous écrivions :

« Samedi 17 janvier 2015, une dizaine d’individus a violemment attaqué des militants de la campagne BDS31 (Boycott Désinvestissement Sanctions) durant une simple distribution de tracts à la sortie du métro Balma-Gramont appelant l’enseigne Auchan à cesser tout commerce avec les entreprises israéliennes. Deux militants ont été blessés, du matériel détruit, des tracts volés, des menaces de mort proférées.

Il est probable que cette attaque provienne de la Ligue de Défense Juive ou d’un groupe proche…

Nous vous demandons, Monsieur le Préfet, au nom de la liberté d’expression, de faire cesser les agissements de ces extrémistes violents. Nous demandons que la volonté politique s’exerce pour identifier les coupables le plus rapidement possible. »

Cette agression date donc de bientôt six ans ! L’enquête de police rondement menée a permis d’identifier les individus du commando, amis du CRIF. Une commission rogatoire a été mise en place fin 2019 « pour violence commise en réunion ». Mais les responsables de cette agression ne sont toujours pas jugés. Dans ce contexte le sentiment d’impunité des amis de M. Touboul ne peut que se renforcer, d’où ses incitations publiques à la violence.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme a reconnu le 11 juin 2020 le boycott comme étant un droit citoyen faisant partie de la liberté d’expression et, sur cette base, elle a condamné la France pour avoir réprimé les militant.e.s de la campagne BDS. Cette décision constitue une défaite cinglante pour le Crif après des années de lobbying pour imposer la criminalisation du BDS.

Nous conclurons avec ces mots du Président de la République le 4 septembre 2020: « Il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un Dieu, parfois avec l’aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d’un groupe. »

Lettre envoyée à M. Le Préfet de la Haute-Garonne le 9 septembre 2020.




Palestine Action étend sa protestation contre un fabricant d’armes israélien

Artcile paru dans le Morning Star | Mercredi 16-09-2020 | Peter Lazenby

https://morningstaronline.co.uk/article/b/palestine-action-extend-protest-against-israeli-weapons-manufacturer

Des militants ciblent le QG d’Elbit Systems et son propriétaire la Gestion des Investissements LaSalle

Une usine d’armement israélienne dans le Staffordshire était toujours occupée aujourd’hui pour le troisième jour tandis que les militants pour la Palestine étendaient leur protestation contre deux des sites de la société à Londres.
Elbit fabrique des parties des drones militaires dont les militants disent qu’ils ont déjà été utilisés pour attaquer Gaza en Palestine.

Au cours d’une agression sur Gaza en 2014, plus de 2.200 personnes ont été tuées, dont 500 enfants.

Comme rapporté dans le Star, les militants d’Action Palestine ont occupé lundi le toit de l’usine Elbit de moteurs de drones à Shenstone dans le Staffordshire.

Hier au petit matin, les militants d’Action Palestine de Londres ont ciblé le QG d’Elbit Systems à Holborn et son propriétaire, la Gestion des Investissements LaSalle à Mayfair.

Ils ont projeté de la peinture rouge, écrivant « Fermez Elbit » en travers des bâtiments.

Palestine Action appelle à la fermeture de tous les sites d’Elbit Systems du Royaume Uni et à la fin de la complicité de la Grande Bretagne avec l’apartheid israélien.

L’association a dit dans une déclaration : « Le gouvernement britannique est complice de la colonisation de la Palestine depuis plus de 100 ans. Maintenant, il continue de soutenir et de faciliter le régime d’apartheid israélien et d’en tirer profit.

« Tandis que notre gouvernement continue de fermer les yeux sur le fait qu’Elbit Systems continue d’armer les crimes de guerre d’Israël contre le peuple palestinien, nous aussi allons continuer à perturber et à agir directement dans l’intérêt des droits de l’être humain, de la justice et de la liberté.

« Nous appelons tous ceux qui se dressent contre le racisme et pour l’humanité à agir, à nous rejoindre et à fermer Elbit pour de bon. »

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : Morning Star

 

Palestine Action est une organisation  de militants et de sympathisants, qui a pour objectif de mettre fin à la complicité internationale avec l’apartheid israélien et de soutenir la lutte pour la libération de la Palestine.

Une belle action contre l’industrie de l’armement israélienne Elbit Systems  a duré 4 jours au Royaume-Uni.
#ShutElbitDown

https://lh6.googleusercontent.com/Q46QgHWyKG0pkj-VL6dCisojCpyD6S8D_eZwHd_RDbotAVn0BRHGmDNC-2FZHPIpRev7A4QRreg6Dzpv1H50GReCk08OJo9rsw9xHK3W
Elbit Systems est la plus grande société d’armement privée d’Israël, elle  possède dix sites à travers le Royaume-Uni, dont 4 usines d’armes.

Des militants  ont occupé l’usine UAV Engines Ltd à Shenstone, Staffordshire, qui appartient à Elbit Systems. Elbit fabrique des drones utilisés contre le peuple palestinien et fait l’objet d’une enquête préalable par l’ONU.
Plusieurs manifestant-e-s ont grimpé sur le toit du bâtiment aux premières heures du jour, le lundi 14 septembre, ils-elles ont suspendu des banderoles et déversé de la peinture rouge sur la façade du bâtiment. D’autres manifestant-e-s se sont enchainé-e-s aux portes pour bloquer l’usine et ils-elles  y sont resté-e-s plusieurs heures avant que leurs chaines soient coupées par la police et qu’ils-elles  soient arrêté-e-s.

Les autres militant-e-s ont continué à occuper le toit les trois jours suivants. Plusieurs fenêtres ont été cassées et la peinture rouge symbolisant le sang versé par l’utilisation des armes fabriquées par Elbit Systems,  couvre le devant du bâtiment. Des photos d’enfants palestiniens tués par Israël ont été exposées sur la façade de l’usine ainsi que des banderoles sur lesquelles il est écrit : ′′Armes d’Elbit, testées sur les Palestiniens ».

Tout-e-s les militant-e-s  qui étaient sur le toit ont été arrêté-e-s et emmené-e-s dans 2 postes de police. Ils-elles y ont été détenu-e-s 40 heures en garde à vue puis libéré-e-s sous caution.

Des manifestant-e-s étaient venu-e-s les soutenir devant le poste,  vite repoussé-e-s par la police mais présents plus loin.

https://lh4.googleusercontent.com/HUpN7Bp87oW_wnYRFZIe4X4OcZ6YHR9R4cLY5bMHsUBH9mgIVj6b0KF6Z0kHQ0AZZmc2zKz2Ak2126HGR1dT9wzM3BoFHYqSLApxsxsXJ9H_CXmH9HGkNmIIlprdZQXKrEFpEaCzgSlY96LDsw
Une action qui a réussi à faire fermer pendant 3 jours l’usine d’armes UAV Engines !

Un appel à dons pour soutenir les manifestant-e-s  et leur soutien juridique : https://gf.me/u/ypkrtx

https://www.facebook.com/realmediaUK/videos/711389249590056

https://www.facebook.com/palacti0n/videos/321483515817036

https://www.facebook.com/palacti0n/videos/1005559376583454




Fin du Tour de France : Mobilisation de BDS France Paris

Dans la continuité des nombreuses interventions des ami-e-s de la Palestine au cours du parcours de la Grande Boucle pour dénoncer la participation de l’équipe Israël Start-up Nation, BDS France Paris était mobilisé les samedi 19 et dimanche 20 septembre.

Cette mobilisation était organisée dans le cadre de l’appel pour une coordination de solidarité avec la lutte du peuple palestinien, appel lancé suite au succès des manifestations pour la Palestine des 27 juin et début juillet.

Le samedi 19 septembre de nombreux/breuses manifestant-e-s ont répondu à l’appel Ils roulent pour l’apartheid israélien, Nous on pédale pour la Palestine ! Manifestation à vélo, trottinette ou à pied samedi 19/09 à 14h00 à partir de la Fontaine des Innocents (M° Chatelet Les Halles)
Tract de l’appel et liste actualisée des signataires au 18.09.2020.
Le rassemblement à la Fontaine des Innocents a été un succès. Les passant-e-s étaient réceptifs.
Des photos sur ce lien
https://photos.app.goo.gl/DkbuYfwPw5wPtFTW8
témoignent de notre participation active au rassemblement puis à la manif en vélo ou à la déambulation jusqu’à la place de la République.
Deux camarades sont intervenues lors du rassemblement
Le dimanche 20 septembre nous avons réussi une opération surprise lors de l’arrivée du Tour de France à Paris.
Nous avons pu suspendre un grand drapeau palestinien au balcon d’un immeuble et manifester sous l’immeuble lors du passage du peloton
Voici des vidéos :
Par ailleurs, il y a eu aussi ce dimanche des mobilisations remarquables lors du passage du Tour de France à Mantes-la-Jolie et à Versailles
A Mantes-la-Jolie des militants ont réussi à interrompre pendant un moment le passage de la voiture de l’équipe « Israël Start-up Nation » comme vous pouvez le constater sur cette vidéo :
Nous sommes d’ores et déjà déterminé-e-s à continuer à nous mobiliser pour que cette équipe ne participe plus à des compétitions !
BDS France Paris, le 21 septembre 2020



Les dictateurs des Emirats arabes unis et du Bahrein bradent le peuple palestinien

15 septembre 2020
par le Comité National BDS (BNC) palestinien

La séance de photos de mardi à la Maison Blanche célèbre un accord cynique entre les dirigeants corrompus et fanatiques d’Israël, des Emirats, du Bahrein et des Etats Unis pour soutenir leur répression brutale et leurs violations des droits.

La séance de photos mardi à la Maison Blanche ne conduira pas à la paix ni à la justice. C’est un accord cynique entre les dirigeants corrompus et fanatiques d’Israël, des Emirats, du Bahrein et des Etats Unis pour soutenir leur répression brutale et leurs violations des droits.

Notre réponse : intensifier la pression pour un embargo militaire sur l’Israël d’apartheid.

Ne tenant aucun compte de leurs propres citoyens, les dictateurs des EAU et du Bahrein bradent le peuple palestinien pour leurs intérêts bellicistes et capitalistes. Leurs accords avec Trump et Netanyahou ne feront qu’intensifier le vol continu de terre, le nettoyage ethnique et le siège de 2 millions de Palestiniens dans le ghetto de Gaza par l’Israël d’apartheid.

Soutenus par la majorité absolue dans le monde arabe et les progressistes à travers le monde, les Palestiniens continueront de résister à l’oppression israélienne et à insister sur notre droit à la liberté, la justice et l’égalité. Nous appelons à des sanctions légales et ciblées pour arrêter l’occupation et l’apartheid pratiqués par Israël.

Traduction : J. Ch. pour BDS France
Source : BNC




Ils roulent pour l’Apartheid israélien, Nous on pédale pour la Palestine !

Manifestation à Vélo samedi 19/9 à 14h00 à partir de la Fontaine des Innocents (Chatelet les Halles)
#IsraelApartheidNation
#TDF2020

Le Tour de France n’aurait pas dû accepter l’équipe « Israël Start-up Nation » !

Alors que le Tour de France 2020 se terminera le 20 septembre sur les Champs Elysées, une équipe a été contestée dans de nombreuses villes et sur le parcours de la Grande Boucle, contestation pas ou peu relayée par les médias nationaux.

Il s’agit de l’équipe Israël Start-up Nation financée par le milliardaire israélo-canadien Sylvan ADAMS qui n’a pas caché sa volonté de promouvoir une image prestigieuse d’Israël, pays qu’il qualifie de « démocratie vibrante et robuste », de « pays sûr, ouvert et tolérant », ses coureurs étant « les ambassadeurs d’Israël ».

Cette opération n’est qu’un moyen de détourner l’attention de l’opinion publique de la politique criminelle, coloniale et d’apartheid du régime israélien, dont l’objectif est de rayer la Palestine de la carte.

Premiers signataires :
Association de Palestiniens en Île de France
Forum Palestine Citoyenneté
ACTA
‌Alternatives et Autogestion
Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association des Marocains en France (AMF)
Association des Tunisiens en France (ATF)
AFD International
Association femmes plurielles
Association France Palestine Solidarité (AFPS) Paris-Sud
Association France Palestine Solidarité (AFPS) Paris 14-6
Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA)
Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)
BDS France-Paris
Campagne Unitaire pour la Libération de George Abdallah
CAPJPO Europalestine
Cri Rouge
Collectif ni guerre ni état de guerre
Comité Montreuil Palestine
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
Émancipation, tendance intersyndicale
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
Fédération de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture (FERC CGT)
Fondation Frantz Fanon
Islam et info
Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)
Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)
Parti des Travailleurs (Tunisie) section France
Pour une Écologie Populaire et Sociale
Parti des Indigènes de la République(PIR)
Potere al Popolo Paris (Italie)
Rete dei Comunisti (Italie)
Union Syndicale Solidaires
Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)
Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

 




NOUVELLES ACTIONS  TOUR DE FRANCE A CLERMONT – 12-15 SEPTEMBRE

CLERMONT-FD – 12/09 – Quelques trente militants du Collectif Palestine BDS-63 (AFPS, BDSF, Solidaires, importante délégation de l’UNEF, RESF, Cimade, LFI, Tps des cerises, CGT, Gilets jaunes, …) ont déployé deux grandes banderoles montées sur « échasses » à 3 m de hauteur, et de nombreux drapeaux palestiniens devant la Fac de Lettres

Voir vidéo Direct sur FB (et plus de photos et vidéos sur facebook Palestine 63 Solidarité)


Très visible à l’arrivée de la caravane du Tour comme de celle des coureurs une heure plus tard. Le public nombreux était globalement réceptif à l’action et la distribution du tract dénonçant la participation de l’équipe cycliste « Israel Start-Up Nation ». Plusieurs personnes, jeunes pour la plupart, ont souhaité avoir des informations sur cette équipe « Israel » et la propagande israélienne sur le Tour.


Au passage de la caravane comme des cyclistes, appuyés par un mégaphone, les militants ont scandé « Boycott Israël, Palestine vivra », slogan repris par des sympathisants. Un suiveur, ancien coureur cycliste danois, Michael Rasmussen s’est arrêté pour photographier notre groupe et tweeter une vidéo de notre action, qui a eu plus de 9.000 vues.

PONT DU CHATEAU –  12/09 – Une autre action a eu lieu à Pont du Château où 4 personnes, dont un sympathisant du coin, ont déployé une grande banderole (4,5 * 1,5 m) au sommet d’un immeuble donnant sur le passage du Tour, bien visible des spectateurs.


AUBUSSON d’AUVERGNE – 12/09 – Une adhérente de l’AFPS 63 dont la maison est située sur le parcours de l’étape Clermont-Lyon avait apposé sur son mur un drapeau palestinien et le drapeau AFPS qui ont été filmés deux fois en direct par France Télévisions.

CLERMONT-FD – 15/09 – Six militant-e-s de la Coalition BDS 63 se sont retrouvés pour distribuer plus de 500 tracts et promener dans le marché un petit panneau cartonné sur le cycliste de Gaza, Alaa Al Dali. Bon accueil sur ce marché très populaire.

Nous avons à ce jour effectué une quinzaine d’actions, et distribué la totalité des 5.000 tracts couleur du collectif Palestine 63 (28 orgas) sur cette campagne de boycott sportif. Une partie de nos actions sont rapportées sur un blog de Mediapart

 

 

 

 




A Strasbourg, l’apartheid israélien n’est pas le bienvenu !

Samedi 12 septembre nous avons roulé pendant deux heures à Strasbourg pour dénoncer « Israel Start-Up Nation », cette entreprise israélienne de blanchiment de l’apartheid !

A différentes reprises, nous nous sommes arrêtés et avons expliqué les raisons de notre action et la nécessité de développer la campagne de Boycott-Désinvestissement-Sanctions. Plusieurs personnes ont pris également le 4 pages BDS. Nous en avons profité pour dénoncer le blocus meurtrier de Gaza, l’horreur que fait régner Israël (bombardements, 3h d’électricité par jour.)…

Nous étions au départ une trentaine, une équipe à pied et une équipe à vélo. Nous avons distribué près d’un millier de tracts signé par 16 organisations. A la fin, une partie des participants est allée rejoindre la manif pour le climat qui avait lieu ce même jour à Strasbourg. Nous avons rencontré la manif pour le climat lors de notre périple et nous avons été longuement applaudis par les participants ! La photo ci-dessus a été prise à la fin, avec la quinzaine de participants restant !




LYON : LE DRAPEAU PALESTINIEN  INCONTOURNABLE DU « TOUR DE FRANCE 2020 »

NON À « ISRAËL START UP NATION »

Le « Tour de France » a fait étape  à Lyon, les 12 et 13 Septembre.

Occasion pour les militants des droits humains de dénoncer l’équipe cycliste « Israël Start-up Nation ». Le sponsor, milliardaire israélo-canadien Sylvan ADAMS, compte blanchir la politique israélienne en présentant cette équipe en véritable ambassadrice de l’Etat criminel, le sport est mis ainsi au service d’une basse opération de propagande

Samedi, les militants s’étaient donné rendez vous au sommet de la montée des Esses à la Croix Rousse. Au bout de 3 heures d’attente, ils purent s’adresser aux centaines de personnes présentes. Grand et petits drapeaux déployés; tee-shirt et affiches arborés, slogans dénonçant l’état criminel…une belle et forte action sous la chaleur de ce mois de septembre.

Dimanche : récidive des militants à hauteur du pont Galieni (69007).

L’équipe israélienne eu droit, de nouveau, aux drapeaux et slogans en faveur de la Palestine et contre l’Etat d’Apartheid israélien.

Un week end de forte mobilisation dans la capitale des gaules.

COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN
Facebook  – Twitter:  @palestine69 – Tel : 06 01 91 52 18 – courriel : palestine69@orange.fr
Chaîne Youtube : collectif 69 Palestine Agenda et actions : http://collectif69palestine.free.fr
Instagram : collectif 69 Palestine

 




Dites-le à Puma : s’il s’oppose au racisme, il doit s’opposer à l’occupation israélienne

Nos camarades britanniques de Londres ont obtenu une couverture médiatique sur Mondoweiss, un site d’information consacré à la couverture de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient.

Black Lives Matter force le monde des sports à faire face au racisme – pourtant le préjudice qui a détruit ma carrière est en grande partie ignoré.

Par Mahmoud Sarsak 10 septembre 2020

Puma a appelé à mener des actions contre la haine. Pourquoi soutient-il la haine qui détruit des vies et empoisonne un sport magnifique ?

Il y a huit ans, ma vie a changé pour toujours. J’avais 22 ans et je vivais mon rêve de footballeur. Je faisais partie de l’équipe nationale, j’avais représenté mon pays aux Jeux olympiques, et je venais de signer un contrat en Cisjordanie. Mais sur le chemin d’une rencontre avec ma nouvelle équipe, j’ai été appréhendé par les forces de sécurité israéliennes. Je n’ai été inculpé d’aucun crime ou délit, je n’ai pas été poursuivi en justice, et cependant j’ai été incarcéré pendant trois ans et brutalement torturé. Ce n’est qu’à la suite d’une grève de la faim de 96 jours que la pression internationale a forcé le régime israélien à me libérer.

L’ombre d’un jeune Palestinien qui joue au football se découpe devant une banderole de solidarité avec le prisonnier palestinien Mahmoud Sarsak dans le sud de la Bande de Gaza, le 10 juin 2012. (Photo: Eyad Al Baba/APA Images)

Pourquoi moi ? Mon seul désir avait toujours été de jouer au football. Mon souhait le plus vif était d’utiliser mes capacités pour faire honneur à mon peuple. De faire partie d’un sport qui, pour moi, est lié à la paix, à l’amour et aux relations avec d’autres pays et cultures. Mais, aux yeux d’un régime qui a besoin que le monde ferme les yeux sur la haine, l’injustice et les violations contre mon peuple, cela fait de moi une menace. En effet, quand nous, les Palestiniens, entrons dans l’arène internationale, cela rappelle au monde que nous existons, que nous sommes aussi humains que vous, et que nous méritons le même respect, les mêmes protections élémentaires, que tout un chacun. Voilà pourquoi nous voyons les talents palestiniens étouffés et attaqués par tous les moyens possibles. Voilà pourquoi nous voyons des restrictions et des interdictions viser les matchs, empêcher l’entraînement et la présence de supporters, et imposer aux personnalités du sport et de la culture le risque de l’emprisonnement, de l’exil et de la mort.

Aujourd’hui, je vois que Black Lives Matter force le monde du sport à faire face au racisme et à la haine – et pourtant le préjudice qui a détruit ma carrière est en grande partie ignoré. Le géant du vêtement de sport Puma a pris position publiquement contre la haine, publiant des annonces et accueillant des “conversations franches” sur le racisme. Et pourtant il continue à être complice de l’assujettissement de mon peuple. Puma est le principal parrain de l’Association israélienne de football, laquelle, selon Human Rights Watch, comporte des clubs de football basés dans des colonies qui occupent des terres palestiniennes volées. Les colonies sont illégales en vertu du droit international humanitaire, contribuent à de graves atteintes aux droits humains, et nuisent directement aux droits des Palestiniens : liberté de circulation, accès aux ressources naturelles et capacité de construire des maisons. Au lieu de s’opposer à cette injustice, le parrainage de Puma confère une légitimité internationale à l’Association israélienne de football, détournant l’attention des violations croissantes et de la haine que subit le peuple palestinien.

Nous ne pouvons pas faire notre choix quand il s’agit de racisme. Soit nous nous dressons contre toutes les haines et toutes les violations des droits et de l’humanité, soit nous faisons partie du problème. Actuellement, Puma fait partie du problème.

Merci de vous joindre à moi en demandant à Puma d’être fidèle à ses propres paroles — et de vous joindre aux athlètes palestiniens pour boycotter Puma.

Pour plus d’informations : redcardpuma.com.

Mahmoud Sarsak

À 22 ans, Mahmoud Sarsak était une étoile montante du football palestinien et venait de signer un contrat avec un nouveau club, Markaz Balata. Mais en juillet 2009, alors qu’il se rendait de Gaza en Cisjordanie pour rejoindre son équipe, il a été arrêté et emprisonné sans inculpation par Israël. Pendant les trois années qui ont suivi, il a subi de façon répétée des tortures physiques et mentales, et il a finalement entamé une grève de la faim qui a duré 96 jours. Après une campagne internationale soutenue par des personnalités du football comme Eric Cantona ou l’ancien président de la FIFA Sepp Blatter, le régime israélien s’est incliné devant la pression et l’a libéré. Pour des détails sur l’histoire de Mahmoud, voir son interview en vidéo ici : https://www.palestinecampaign.org/mahmoud-sarsak-tells-his-story-to-the-uk/

Traduction : SM pour BDS France




Belle mobilisation contre la présence de l’équipe israélienne de cyclisme dans la Loire

Une trentaine de militant.e.s se sont retrouvé.e.s ce samedi à Montbrison pour protester contre la présence israélienne au Tour de France.
Les femmes en noir de Montbrison, l’AFPS Saint-Etienne, les JC de la Loire et BDS France Saint-Etienne étaient représentés.
Le matin nous avions passé 3 heures à l’entrée du marché pour distribuer des tracts et discuter avec les passants…
Beaucoup de citoyens sont surpris de cette présence d’une équipe israélienne car ils n’en ont pas entendu parler.
L’après-midi nous nous sommes positionné.e.s à un rond-point sur le passage du Tour. Dès notre arrivée, nous avons eu droit à plusieurs interventions de la police, puis de la gendarmerie, puis d’une unité spéciale. BDS et JC étant arrivés en premier, nous avons même eu droit à un contrôle d’identité. Nous avons donc mené notre mobilisation entouré.e.s des forces de l’ordre. Malgré quelques tensions de cet ordre-là, la mobilisation s’est très bien déroulée.
Notre présence a été très remarquée, plutôt positivement, l’un des chars a dit les verts sont là avec leurs drapeaux (confondre le drapeau de la Palestine avec le drapeau de l’ASSE fallait le faire), un autre des chars nous a lancé un « Bonjour la Palestine ».
Tous les représentants de #IsraelApartheidNation ont été hués et accueillis au son de « Boycott Israël ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA




Trois ACTIONS sur ETAPE TOUR de FRANCE – 11 septembre à CLERMONT-FD

#IsraelApartheidNation

#IsraelHoldUpNation

25 militants BDS-63 (AFPS, BDSF, Solidaires, UNEF, RESF, CGT, LFI, Tps des cerises, …) ont décoré la façade de la maison du peuple des syndicats de Clermont devant laquelle passait le Tour, avec l’aide de SUD Education et Solidaires.

Déco avec grande banderole contre Israel Start-Up Nation et la complicité du Tour de France, et drapeaux aux fenêtres + militants sur le toit d’un camion + militants des deux côtés de la route, avec un bon mégaphone (soutenus par des passants solidaires, dont un Palestinien de 48) qui ont indiqué à toutes les voitures de la caravane, et aux coureurs :

« Boycott Israel, Palestine vivra ».

Voir vidéo et photos ci-jointes (et sur facebook Palestine 63 Solidarité), dont voitures ISN huées par nos militant-e-s.

Les services de police et la BAC étaient largement présents sur place, sans tension.

Tout ou partie des décorations nocturnes (tags Palestine et BDS) de la route et d’une paroi rocheuse au début du col de Ceyssat sont bien visibles dans le replay de l’étape sur France-tv sports, entre 1h1min19sec et 1h3min04sec. Et un peu plus haut, dans le village de la Font de l’arbre, un sympathisant avait érigé notre banderole près de sa palissade en bord de route, où elle a été bien visible durant le passage de la caravane et pour les passants.




DEAMBULATION POUR DENONCER ISRAËL START-UP NATION SUR LE TOUR DE FRANCE ET HOMMAGE AU CHAMPION CYCLISTE DE GAZA.

#IsraelApartheidNation

#IsraelHoldUpNation

 

Le Tour de France 2020, avec la venue de l’équipe Israël Start-Up Nation, est devenu le théâtre d’une vaste opération de propagande pour faire oublier les crimes de l’Etat d’Israël, qui occupe et colonise la Palestine, discrimine les Palestiniens d’Israël, et refuse le droit au retour de millions de réfugiés.

Le 9 septembre 2020 à 18h, environ 80 personnes de tous âges, d’une quinzaine d’organisations (AFPS-BDSF, SOLIDAIRES, UNEF, CGT, FSU, ATTAC, RESF, CIMADE, Temps des cerises, Educ Interculturelle, LFI, PCF, ATELIER DE GAUCHE, Gilets Jaunes, …),  dont deux élues municipales LFI et un PCF, certain-e-s avec leurs enfants, se sont rassemblées Place de Jaude à Clermont-Ferrand, à l’appel du Collectif Palestine 63 (28 organisations), pour une déambulation, avec ou sans vélo à la main, en hommage à Alaa Al Dali, champion cycliste de Gaza, amputé suite au tir des soldats israéliens sur une marche pour le droit au retour des réfugiés (voir photos). Quelques centaines de tracts sur le Tour du Collectif Palestine 63 ont été distribués. Des prises de parole ont été faites par l’AFPS, l’UNEF, Solidaires et une militante CGT.   https://www.facebook.com/208910012579147/videos/620066195546716

Lors de la déambulation autour de la place, ses bistrots, le centre commercial et les passagers du tramway, notre affiche hommage à Alaa AlDali était suivie par un grand drapeau palestinien, puis une grande banderole « Israel Start-Up Nation ? Tour de France complice de l’apartheid ! ». Les manifestants ont scandé, entre autres, ISRAEL / ASSASSIN – TOUR DE France / COMPLICE ;

BOYCOTT / ISRAEL – ETAT / CRIMINEL ;

PALESTINE / VIVRA – PALESTINE / VAINCRA !

Outre une participation militante à ce rassemblement, l’appel a été largement relayé sur les sites web et les réseaux de nombreuses organisations, et le tract distribué à 4.000 exemplaires, ce qui a sensibilisé des milliers de personnes à cette propagande scandaleuse. Des discussions sur les actions à mener les 11 et 12 septembre lors du passage du Tour à Clermont-Fd ont terminé la soirée…

Voir page facebook Palestine63solidarité pour plus de photos et vidéo

   




Le festival Docaviv 2020 à Tel Aviv de l’apartheid ébranlé par des annulations dans sa semaine finale après des appels de BDS

9 septembre 2020, par Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI) 

Cíntia Gil, Directrice du Sheffield Doc/Fest est l’une des quatre participant·es internationaux/les qui se retirent

Docaviv 2020 – le festival international du film documentaire à Tel Aviv prend fin cette semaine, marqué par des annulations notables de la part de quatre cinéastes et invité·e·s internationaux/les.

Le festival de Tel Aviv de l’apartheid, qui se déroule essentiellement en ligne, a pour partenaires le ministère de la Culture et des Sports du gouvernement israélien d’extrême-droite et la municipalité de Tel Aviv. Il adresse également ses remerciements au ministère israélien des Affaires étrangères pour son soutien.

Parmi celles et ceux qui se retirent du festival, à la suite de demandes privées de la part des soutiens du boycott culturel d’Israël, figurent Cíntia Gil, directrice de Sheffield Doc/Fest, et la cinéaste danoise Eva Marie Rødbro, dont le long-métrage documentaire  I Love You I Miss You I Hope I See You Before I Die a été retiré de la sélection Depth of Field (Profondeur de champ) de Docaviv.

Gil, également membre du Conseil d’administration d’Apordoc, association portugaise du film documentaire, et ancienne directrice de Doclisboa, a confirmé au Comité de Solidariedade com a Palestina qu’elle s’était retirée en tant que jurée du festival Docaviv.

Elle l’a fait à la suite de demandes privées du Comité et de l’organisation antiraciste SOS Racismo Portugal, se référant à l’appel de réalisateurs palestiniens et de secteurs plus larges de la société civile en vue du boycott d’institutions culturelles israéliennes qui sont complices des violations des droits humains des Palestiniens commises par Israël.

Outre Eva Marie Rødbro, un·e autre cinéaste international·e a retiré son film du programme du festival, et un·e autre invité·e international·e du festival a annulé sa participation, ces deux personnes souhaitant ne pas être nommées pour le moment.

Les quatre cinéastes et invité·es qui se sont retiré·es avaient été contacté·es en privé par des soutiens du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) pour les droits humains des Palestiniens et ont annulé leur participation à la suite de ces demandes.

La Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI) a vérifié chaque annulation auprès de ses partenaires au Danemark, au Portugal et ailleurs. Les quatre participant·es ont été retiré·es du programme de Docaviv.

En 2014, l’acteur et militant Danny Glover a compté parmi les personnes qui condamnaient l’inclusion du film American Revolutionary: the Evolution of Grace Lee Boggs dans l’édition 2014 de Docaviv, écrivant “nous sommes solidaires du peuple de Palestine”. En 2019, le réalisateur marocain Nadir Bouhmouch a refusé d’accepter une invitation à présenter son film à Docaviv.

Alia Malak, de PACBI, a déclaré :

“Nous remercions les cinéastes et invités internationaux qui se sont retirés de Docaviv 2020 en raison de sa complicité dans le blanchiment par l’art du régime brutal d’Israël, d’apartheid, d’occupation et de colonialisme de peuplement, et en solidarité avec le peuple palestinien.

Des milliers d’artistes, y compris de nombreux cinéastes et artistes du cinéma LGBTQ+ , ont apporté  leur soutien public – et d’autres encore, en grand nombre, ont été attentifs — au boycott d’institutions culturelles israéliennes complices, conscients de leur devoir éthique de ne pas nuire aux luttes non violentes pour la justice, et refusant de blanchir par l’art les violations du droit international et les crimes de guerre commis par Israël.

Docaviv n’a jamais pris position en faveur des droits inaliénables du peuple palestinien, reconnus par le droit international. Il ne s’est même pas exprimé quand des avions de chasse israéliens ont bombardé et détruit délibérément le centre culturel Said al Mishal à Gaza, y compris son cinéma destiné aux enfants.

Malgré les efforts déployés par la prétendue “Creative Community for Peace” – une façade abondamment financée et à peine camouflée du gouvernement israélien d’extrême-droite et de son lobby – le soutien au mouvement pacifique BDS continue à croître parmi les artistes et différents groupes et  milieux dans le monde entier. Nous exhortons ceux et celles qui travaillent internationalement pour le film et la télévision à les rejoindre.”pastedGraphic_1.png

PACBI est un membre fondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions pour les droits des Palestiniens.

Traduction SM pour BDS France

Source : BDS Movement




Un argumentaire pointu contre la normalisation

Un article signé, entre autres, par BDS Malaysia en réponse à l’article écrit par l’ambassadeur des Émirats Arabes Unis en Malaisie et publié dans le même journal, le New Straits Times.

NEW STRAITS TIMES

Aidez les Palestiniens en ne normalisant pas les relations avec Israël

6 Septembre 2020

De la fumée et des flammes s’élèvent après que des avions de chasse de l’armée israélienne ont bombardé la ville de Gaza le 18 août- AFP/file pic

Nous nous référons à l’article écrit par l’ambassadeur des Émirats arabes unis en Malaisie intitulé « UAE-Israel deal will advance the cause of regional peace, security » (l’accord entre les Émirats et Israël fera avancer la cause de la paix et de la sécurité dans la région) qui a été publié par le New Straits Times le 4 septembre 2020.

Il s’agit d’une tentative très pathétique et hypocrite de défendre ce qui est indéfendable et de justifier ce qui n’est clairement pas justifiable. L’article explique en grande partie comment l’accord a soi-disant aidé ou aidera les Palestiniens, les victimes évidentes de l’État sioniste d’apartheid oppressif et criminel.

Cette affirmation mérite un rejet immédiat. Elle fait comme si le monde était aveugle à trois faits véritablement flagrants qui sont la preuve qu’une telle revendication n’a aucun fondement dans la réalité.

Premièrement, pas une seule entité palestinienne n’a été consultée par le gouvernement des Émirats arabes unis avant l’annonce de l’accord. Il est parfaitement ridicule de prétendre aider les victimes sans leur demander d’abord si l’action est utile ou non.

Deuxièmement, le rejet et la dénonciation unanimes de l’accord par les Palestiniens de toutes tendances politiques est un signe clair qu’ils savent, et le gouvernement des Émirats arabes unis aurait dû savoir, que cet accord ne mettra PAS fin à l’oppression israélienne et à l’occupation des terres palestiniennes.

Troisièmement, l’affirmation selon laquelle l’accord a contribué à mettre un terme à l’annexion de la Cisjordanie n’est pas du tout crédible. Alors même que la nouvelle de l’accord est parvenue aux médias du monde entier, les Israéliens ont clairement fait savoir que l’annexion n’était que suspendue et qu’elle était toujours d’actualité. L’article de l’ambassadeur ignore totalement ce fait.

Il demeure incontestablement que la meilleure façon d’aider le peuple palestinien est de s’abstenir de normaliser les relations avec Israël et de continuer à boycotter et à imposer des sanctions contre l’État d’apartheid qui a ignoré d’innombrables lois, conventions et résolutions internationales lui demandant de respecter les droits humains des Palestiniens.

Si le gouvernement des Émirats ne peut même pas offrir une telle aide, alors la conduite honnête et honorable à avoir est de cesser tout simulacre désintéressé, comme le résume l’article, selon lequel ses actions ont été motivées par un désir d’aider les Palestiniens.

L’ambassadeur et le gouvernement des Émirats arabes unis ne sont absolument pas en position de déclarer que « le boycott de ces dernières années n’a pas répondu aux aspirations des peuples arabes en général et du peuple palestinien en particulier ».

Le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), qui a été lancé par les Palestiniens eux-mêmes et modelé sur le mouvement anti-apartheid d’Afrique du Sud, est un moyen de pression sur Israël pour qu’il cesse son traitement d’apartheid et ses violations des droits humains des Palestiniens. C’est un mouvement populaire, pacifique et non-violent qui a trouvé du soutien dans le monde entier, y compris, il faut l’ajouter, en Israël même.

Son efficacité est prouvée par le fait que le gouvernement israélien a créé tout un ministère pour contrer les campagnes BDS et que la machine de propagande sioniste s’est employée à criminaliser un mouvement ouvert à tous qui prône l’antiracisme, la non-violence et seuls des moyens légaux dans toutes ses campagnes.

Alors que le mouvement de boycott prend de l’ampleur au niveau international, il est en effet des plus honteux pour un gouvernement arabe de déclarer qu’il ne répond pas aux aspirations palestiniennes et de s’en servir comme excuse pour normaliser les relations avec Israël.

Il est donc normal que le monde entier, à son tour, demande au gouvernement des Émirats arabes unis si l’accord entre Israël et les Émirats arabes unis répond aux aspirations des citoyens des Émirats arabes unis. Qu’on demande, en effet, si le gouvernement des Émirats a mené les consultations nécessaires avec ses propres citoyens pour savoir s’ils souhaitent voir leur pays avoir des liens diplomatiques et autres avec un régime qui opprime et brutalise d’autres Arabes et ne donne aucun signe qu’il pourrait s’arrêter.

Nous attendons un article de l’ambassadeur donnant des détails sur un référendum, un plébiscite ou une enquête nationale honnête prouvant que la décision de son gouvernement de normaliser les relations avec Israël bénéficie d’un solide soutien populaire au sein de la population des Émirats arabes unis et qu’elle répond à ses aspirations.

D’ici là, appelons un chat un chat.

La décision du gouvernement des Émirats arabes unis a été prise dans le seul but de faire les yeux doux aux sionistes et dans le but ultime d’être dans les bonnes grâces du gouvernement américain, afin de renforcer la sécurité et la longévité d’une clique au pouvoir sans tenir compte des souhaits et des opinions de ses propres citoyens.

Dans la mesure où le sort des Palestiniens n’est pas entré dans les calculs de la clique dirigeante, il s’agit indéniablement d’une trahison et d’un coup de poignard dans le dos à la cause palestinienne. Aucune lettre ou article d’un ambassadeur des Émirats arabes unis ne pourra le cacher.

1. BDS MALAYSIA

2. MUSLIM CARE MALAYSIA

3. MyCARE

4. MUSLIMAH INTEREST ZONE & NETWORKING ASSOCIATIONS (MIZAN)

5. PERTUBUHAN MAWADDAH MALAYSIA

6. PERTUBUHAN CAKNA PALESTIN MALAYSIA

7. MALAYSIAN WOMEN COALITION FOR AL QUDS AND PALESTINE

8. VIVA PALESTINA MALAYSIA

9. ANGKATAN BELIA ISLAM MALAYSIA (ABIM)

10. GLOBAL PEACE MISSION (GPM) MALAYSIA

11. PERTUBUHAN IKRAM MALAYSIA

12. PERTUBUHAN SEJAGAT MALAYSIA

13. Al-QUDS FOUNDATION MALAYSIA

14. MAPIM – MUSLIM ASSOCIATION CONSULTATIVE COUNCIL

15. MOVEMENT FOR MONETARY JUSTICE MALAYSIA

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement ceux de New Straits Times

 




Procès BDS France Montpellier : « Retournement »… de situation !

Mercredi 9 septembre 2020,  8h15. Une vingtaine de personnes sont passées pour exprimer leur soutien à BDS France Montpellier…

Contre toute attente,  la juge (Mme A. Labrousse) qui avait à deux reprises et sans hésitation, prononcé la relaxe aux deux précédents procès a immédiatement annoncé, après les explications du militant  BDS, José-Luis Moraguès et de la plaidoirie de Me Ottan,  sans mise en délibéré et sans exposer ses motifs, la condamnation du militant BDS et à travers lui de BDS France -Montpellier, à 150€ d’amende, la confiscation du matériel (d’un montant de 400€, déjà aux mains de la police) et au paiement des frais de justice.

BDS France Montpellier a décidé de faire appel de la décision.

Nous attendrons le jugement rendu par la juge (Mme Delabrousse) pour faire nos éventuels commentaires.

______________________________________________________________________________

QUELQUES TÉMOIGNAGES DE SOLIDARITÉ  (recueillis avant le jugement sur le parvis du tribunal)

Pierre Stambul, Porte parole de UJFP, venu tout spécialement de Marseille :

Nicole Ziani, pour le comité BDS France Nîmes et AFPS Nîmes

Sarah Katz, représentante d’ISM France et membre du comité G.I Abdallah

Bruno Alonso et Isabelle Quaglia, membres du « Collectif contre les armes mutilantes » de Montpellier:

Deux ami.e. de BDS France Montpellier




Action « Israël Boycott » sur le Tour de France, à Mane (31)

BDS France Toulouse, Couserans Palestine et Palestine Vaincra rejoints par le NPA31 étaient sur le Tour de France pour dénoncer la complicité de ses organisateurs dans le blanchiment de l’apartheid israélien.

Une vingtaine de militant.e.s se sont retrouvés samedi 5 septembre dans une côte à la sortie de Mane, village situé à quelques kilomètres de Salies du Salat.

Avec banderoles, une douzaine de drapeaux palestiniens dont un très grand qui a eu les honneurs du reportage de France3 pendant quelques secondes.

https://www.facebook.com/BDS.Toulouse/posts/3289797974429878

Merci à nos camarades Roger et Lidia qui ont fait les repérages et trouvé cet emplacement où on ne voyait que nous.

Pendant 2 heures et le passage de la caravane et des coureurs, nous avons repris les mots d’ordre « Et vive la lutte du peuple palestinien », « Boycott Israël » et sifflé copieusement les voitures de l’équipe Israël-start-up-nation. Beaucoup de photos de notre rassemblement par des journalistes du Tour, le Parc Astérix de la caravane a lancé au micro un soutien « à une belle cause à défendre ».

Une action réussie et sympa, qui va nous servir à préparer le Tour 2021, dans l’unité la plus large, parce qu’on ne roule pas avec l’apartheid, on le boycotte.

A l’année prochaine…