Home»GENERAL»Ils s'engagent dans BDS»Ils appellent à l’embargo sur les armes et au boycott

Ils appellent à l’embargo sur les armes et au boycott

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Cet appel vient au moment où l’administration Obama a approuvé, le 23 juillet (16ème jour du conflit), une livraison importante d’armes à Israel. Confirmant cette livraison, le porte parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a dit très sérieusement craindre (sic) que ces armes puissent être utilisées pour nuire à des Palestiniens innocents. Mais il a aussi salué la supériorité morale supposée de l’armée israélienne, disant: «Contrairement Hamas, qui tire des roquettes à partir de zones peuplées et en ciblant des civils en Israël, l’armée israélienne prend des mesures pour limiter les pertes civiles ».

C’est donc contre ce type d’aide que les signataires de l’appel s’insurge. « Nous déplorons et condamnons l’usage de la violence par n’importe qui, n’importe quand, n’importe où. Pour chacune de ces victimes est un enfant de Dieu; chacun a un nom; chacun a une famille; chacun a une histoire de vie qui est venu à une fin abrupte et tragique.

(..) L’attaque en cours se déroule dans le contexte d’un blocus israélien et égyptien imposé à Gaza qui dure depuis sept ans. Cela se rajoute au quarante-sept ans d’occupation israélienne de la Cisjordanie, Jérusalem-Est, et la bande de Gaza. De plus, la plupart des habitants de Gaza sont issus de familles qui ont été chassés de leurs maisons en Palestine en 1948, lorsque l’Etat d’Israël a été créé, et qui depuis n’ont pas été autorisé par Israël à revenir.

(..) Face à cette oppression, les Palestiniens partout doivent lutter pour leur dignité, leurs droits humains et l’égalité. En ce moment à Gaza, chaque Palestinien a littéralement du mal à rester en vie.

L’agression israélienne contre la Palestine, à la fois dans les  dernières semaines, et au cours des dernières décennies, a été en grande partie rendue possible grace à l’aide militaire américaine et les ventes militaires internationales. Le gouvernement des États-Unis donne à Israël $ 3,1 milliards par an pour acheter les armes les plus avancés dans le monde. Des pays de l’Union européenne, ainsi que le Brésil, l’Inde et le Chili ont également vendu des armes avancées à l’armée israélienne.

Nous soutenons les efforts pour empêcher la distribution d’armes à Gaza.

Nous appelons également à un blocus des armes à Israël ».

De plus, ces groupes religieux exhortent la population à signer la pétition appelant à un embargo sur les armes à Israël, organisé par le BDS palestinien, le Comité national Désinvestissement et Sanctions. Cette pétition devrait être présentée au Haut-Commissaire des Nations Unies  en Septembre.

Capture d’écran 2014-08-03 à 15.41.47

Cette initiative rejoint celle de début juillet qui émanait de dizaines de personnalités culturelles et politiques internationaux, y compris  six lauréats du prix Nobel. Ils ont lancé un appel similaire , exhortant à l’embargo et à la fin du commerce des armes avec Israël.

En France, un groupe de chrétiens ont lancé un appel identique, signé à titre individuel.

En une semaine cet appel a reçu l’appui de près de 800 personnes. Il a été relayé par Mediapart et par le journal l’Humanité.

Capture d’écran 2014-08-01 à 17.50.26

Ces chrétiens appellent également à un embargo sur les armes. Mais ils relayent également l’appel au boycott, au désinvestissement et aux sanctions  : « La campagne BDS (boycott désinvestissement sanction) est, aujourd’hui, à la fois l’unique et le plus pertinent moyen non-violent pour faire entendre la voix des peuples solidaires avec la Palestine. Il est de l’engagement de chacun de permettre à ces voix de s’élever, plus fortes encore, pour amener nos gouvernements à imposer des sanctions contre Israël. Nos actes doivent se radicaliser pour exiger que nos gouvernements arrêtent de passer le moindre accord et cessent d’investir en Israël.

Capture d’écran 2014-08-03 à 15.43.42

Un pays qui ne respecte pas le droit international, qui refuse de se retirer de territoires qu’il occupe depuis 1967, qui pratique le racisme contre les citoyens palestiniens, qui refuse de permettre aux réfugiés palestiniens de retourner dans leurs foyers et leurs terres, est un pays qui doit être mis au ban de la communauté des nations. Il en va, désormais, du bien commun de tous les peuples.»

Dans les jours qui viennent cet appel devrait être remis au Président de la République ainsi qu’au Ministres des Affaires Etrangères. Il devrait être également envoyé aux responsables  des cultes en France.

Cet appel peut-être signé ici.

 

Jean-Paul NUNEZ