Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT DES ENTREPRISES»CAF»La société espagnole CAF critiquée pour sa complicité avec l’apartheid d’Israël

La société espagnole CAF critiquée pour sa complicité avec l’apartheid d’Israël

5
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Des manifestations ont eu lieu dans toute l’Europe, en amont de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien du 29 novembre, contre l’implication de la société CAF dans le projet de tram de Jérusalem.  

Des groupes, de la Norvège à la France, se sont mobilisés sur le terrain et en ligne pour appeler la société basque CAF à renoncer au contrat du tram de Jérusalem (JLR) et à mettre fin à sa complicité avec l’apartheid israélien.  Près de 5 000 personnes ont envoyé des courriels au PDG de la CAF et le hashtag #CafGetOffIsraelsApartheidTrain a été imprimé plus d’un million de fois.

Les experts juridiques bien connus David Bondia, Juan Hernández Zubizarreta et Ferran Izquierdo ont coécrit un article expliquant pourquoi et comment les institutions espagnoles peuvent et devraient écarter le constructeur ferroviaire de ces marchés publics. Des interviews ont été diffusées sur la radio nationale espagnole et sur les radios basques 97Irratia et UHIntifada.

Le 28 novembre, des militants ont organisé des manifestations dans tout le Pays basque. Malgré les circonstances difficiles dues à la pandémie, des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Bilbao, Gipuzkoa, Gasteiz et Nafarroa. À Bilbao, le secrétaire de la section basque de CCOO, le plus grand syndicat de l’État espagnol, ainsi que des membres des partis politiques Elkarrekin Podemos et EH Bildu se sont joints aux protestations. Des mouvements sociaux tels que Ongi Etorri (un groupe de défense des droits des réfugiés) et Mujeres contra la Guerra (Femmes contre la guerre) ont joué un rôle important dans le soutien à l’organisation de la manifestation. Des membres de tous les syndicats de la CAF étaient également présents à la mobilisation et appelaient à manifester depuis des semaines.

Des personnalités connues, comme le bertsolari (poète traditionnel basque) Iñaki Viñaspre, la féministe et journaliste Irantzu Varela, les coureurs Javi Dominguez et Oihana Azkoerbebeitia, l’artiste Tasio, les journalistes Amparo Lasheras et Juan de la Vega, les groupes de musique Huntza, Herdoil, Boot Boys, Brigade Loco, Afu, Ibil Bedi et Hutsun Txalaparta, DJ Bull, ainsi qu’Alava, un groupe de femmes retraitées d’Álava, ont également appelé à la mobilisation au Pays basque le 28 novembre.

Au début du mois de novembre, des groupes du Pays basque s’étaient également mobilisés contre la CAF dans le cadre de la campagne « Un monde sans murs ».

 

Source : BNC

Traduction : SF pour BDS France

 

Previous post

Les 20 principaux impacts de notre travail collectif pour la justice en 2020

Next post

BDS : décolonisons l'espoir !