Dix associations étudiantes de l’université Complutense de Madrid se déclarent Espaces Sans Apartheid Israélien

19 mars 2020
CompluELAI

 

Déclaration de la Campagne Espaces Sans Apartheid Israéliens de l’Université Complutense de Madrid

Nous sommes heureux d’annoncer que dix associations et groupes d’étudiants de l’Université Complutense de Madrid se sont déclarés Espaces Sans Apartheid Israélien (ESAI), prenant ainsi position en faveur de la justice, de l’antiracisme et de la solidarité.

La campagne Espaces Sans Apartheid Israélien fait partie du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), mouvement international non violent conduit par les Palestiniens qui appelle à faire pression sur le régime d’oppression israélien jusqu’à ce que 1) il soit mis fin à l’occupation et à la colonisation des terres arabes et que le Mur d’Apartheid soit démoli ; 2) les droits des citoyens arabes palestiniens d’Israël soient reconnus ; 3) le droit au retour chez eux et sur leurs biens des réfugiés palestiniens soit respecté, promu et protégé.

Les Espaces Sans Apartheid Israélien s’engagent à travailler à mettre fin à l’oppression contre les Palestiniens, ainsi qu’à la normalisation des relations avec le régime colonial et génocidaire israélien. Les universités font partie des principales institutions où cette normalisation prend place grâce, par exemple, aux programmes d’échanges d’étudiants et de professeurs ou aux projets de recherche conjointe avec des universités israéliennes complices. Ces liens institutionnels promeuvent la légitimation et la continuation du régime d’apartheid contre les Palestiniens dans lesquelles les universités israéliennes jouent un rôle essentiel.

C’est pourquoi le fait que ces associations étudiantes déclarent être une ESAI n’est pas qu’un acte symbolique : toutes ces associations étudiantes, et celles qui les rejoindront, intégreront dans leurs activités quotidiennes le soutien à la lutte de libération des Palestiniens et l’opposition à la normalisation des violations des droits des Palestiniens par Israël. Elles demanderont aussi à l’Université Complutense de Madrid de faire de même et de se déclarer ESAI. CompluELAI est fière de l’engagement et de la conscience politique démontrés par les étudiants de notre université. Individus et associations, nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir continuer à travailler à nous assurer que l’Université Complutense de Madrid ne soit pas complice de l’apartheid israélien et se déclare Espace Sans Apartheid Israélien.

CompluELAI (CompluAFZ)

 

Associations et Groupes d’étudiants qui se sont déclarés ZLA (ESAI)

Acatisia-Hospital 12 de Octubre (Faculté de Médecine)
Asamblea Feminista de Somosaguas (Campus de Somosaguas)
Asociacion Colombine (Faculté des Sciences de l’Information)
Asociacion niversitaria La Caverna (Faculté de Philosophie)
Asociacion Universitaria La Chispa (Faculté des Sciences Politiques et de Sociologie)
Colectivo Ateneo (Faculté de Droit)
Economia Alternativa (Faculté des Sciences de la Gestion Economique)
Hypatia (Faculté de Physique)
La Ecoaldea (Faculté des Sciences Politiques et de Sociologie)
PQTR (Faculté des Sciences Politiques et de Sociologie)

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : BDS movement




Le club champion européen de Séville rejette les millions d’une sponsorisation israélienne

Ali Abunimah Militantisme et BDS, 12 octobre 2015

alt
Le Séville FC a rejeté l’offre israélienne qui aurait doublé les fonds que le club espagnol recevait précédemment de son sponsor malaisien ((Ismael Molina/Flickr)

Le club de football espagnol de Séville a rejeté une proposition de sponsorisation de 5 millions d’euros conditionnée par une publicité pour le tourisme en Israël à mettre sur les maillots des joueurs.

« Pour la connotation politique » qu’il y avait à paraître soutenir Israël, le FC Séville vainqueur de l’UEFA Europa League 2015 a décliné l’offre, selon le journal sportif espagnol Mundo Deportivo.

Des sources du club ont indiqué site internet ElDesmarque, que l’image que donnerait la sponsorisation d’Israël « pourrait nuire à Séville, en particulier si l’on tient compte des problèmes politiques actuels, des sensibilités et du conflit israélo-palestinien ».

Le ministère du tourisme israélien offrait à Séville plus de deux fois la somme qu’il recevait dans le cadre de son dernier contrat de sponsorisation avec la Malaisie, selon un article sur le site israélien Ynet.

En janvier 2009, Frédéric Kanouté, qui était alors un des joueurs phare du club de Séville, avait eu une amende de la fédération espagnole de football pour avoir porté un teeshirt marqué Palestine pendant un match contre la Corogne.

Ce fut une manifestation largement appréciée de solidarité avec les Palestiniens de Gaza qui essuyaient alors un bombardement massif israélien.

À présent, Séville n’a pas de sponsor pour la saison prochaine, ce qui veut dire que ses joueurs seront sur le terraine en maillots blancs, un coup dur pour les finances du club andalou d’après Mundo Deportivo.

Mais il semble que même les millions éminemment nécessaires ne peuvent tenter suffisamment Séville au point de s’associer avec la marque toxique d’Israël – les massacres à Gaza qui sont sa signature, l’occupation militaire, les attaques de colons contre des Palestiniens en Cisjordanie et les foules criant « Mort aux Arabes » dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem »

Contribution de Dena Shunra à la traduction (de l’espagnol)

Traduction SF pour BDS France

Source : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/europa-football-champions-sevilla-reject-israeli-sponsorship-millions




Marinah, la première chanteuse d’Espagne qui annule des concerts en Israël

Communiqué de BDS Catalunya

• Marinah avait prévu de participer au Festival Méditerranée d’Ashdod le 11 juin prochain ainsi qu’au festival World Music de Tel Aviv

• Le Festival d’Ashdod bénéficie d’un vaste soutien international et est financé par des entreprises impliquées dans la violation des droits des Palestiniens

 

Barcelone, le 15 mai 2015

L’ancienne chanteuse du groupe catalan Ojos de Brujo, Marina Abad, avait programmé un concert au Festival Méditerranée de Ashdod (au sud d’Israël, près de la bande de Gaza) le 11 juin prochain aux côtés d’autres artistes espagnols comme Tomatito, Diego Guerrero, Rycardo Moreno et Javier Limón. Le concert de Marinah faisait partie du Idan Raichel Project, auquel participe également le portugais António Zambujo. L’artiste originaire de Valence avait aussi prévu de chanter au  festival World Music de Tel Aviv.

Dès que nous avons eu connaissance de ces concerts, plusieurs militants de BDS Catalunya ont demandé à Marinah via les réseaux sociaux de ne pas chanter en Israël, puisqu’il s’agirait d’une violation du boycott culturel demandé par la société civile palestinienne. Sachant que Marinah aime soutenir les causes internationales et les mouvements sociaux, nous avons trouvé paradoxale sa décision de participer à un festival organisé par le même régime israélien qui opprime le peuple palestinien depuis 67 ans. Après plusieurs conversations téléphoniques, Marinah a décidé d’annuler ses deux concerts en Israël.

C’est pour BDS une victoire importante qui a été remportée quelques jours après la décision de la chanteuse américaine Lauryn Hill (anciennement chanteuse  de The Fugees)  d’annuler son concert à Tel Aviv, après une campagne internationale soutenue pour lui demander de respecter l’appel au boycott culturel lancé par la société civile palestinienne en 2004. L’artiste ne nous a pas déçus et a décidé de ne pas chanter pour l’apartheid. 

L’opération d’Israël pour « redorer »  son image

Le Festival  Méditerranée d’Ashdod illustre bien comment Israël utilise la culture pour redorer son image à l’étranger et se présenter comme un pays moderne et ouvert, dissimulant ses politiques d’occupation, de colonisation et d’apartheid. En donnant une impression de multiculturalisme et de tolérance, ce festival camoufle la machine colonisatrice sioniste et tente de présenter Israël comme un pays  « normal ».

Si on jette un œil sur la liste des sponsors et des organisateurs du festival, leur implication dans la violation des droits des Palestiniens est évidente. Parmi les sponsors, on trouve Tfahot, une banque qui finance des colonies illégales dans la Cisjordanie occupée ; le port d’Ashdod, qui exporte des produits agricoles venant des terres spoliées ; Adama, une entreprise agroalimentaire qui a des liens avec  la société Agan-Machteshim , productrice de fibre de verre dans une colonie juive illégale ; et de nombreux soutiens institutionnels de l’Etat juif (le conseil municipal d’Ashdod, le Ministre de la Culture d’Israël et la Loterie Nationale).

Comme indiqué par les directives du PACBI (Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël), « un évènement culturel doit être boycotté s’il est sponsorisé partiellement ou totalement par un organisme israélien officiel ou une institution complice », et comme nous l’avons déjà dit ce festival en est un exemple très net.

 La Nakba permanente

Nous tenons à préciser que Marinah a fait cette annonce aujourd’hui, 15 mai, jour de la commémoration de la Nakba palestinienne (le « désastre » en arabe) qui a commencé il y a 67 ans. Le 15 mai 1948 a eu lieu la création de l’Etat d’Israël, obligeant 70% des Palestiniens à quitter leurs maisons et dépossédant des centaines de milliers d’entre eux de leurs foyers. La Nakba n’est pas un évènement ponctuel,  mais un évènement permanent qui ne cesse de se reproduire systématiquement.  Depuis maintenant 67 ans, Israël viole en toute impunité les droits des Palestiniens et leur liberté, et multiplie ses assauts depuis plusieurs années.

Aujourd’hui, nous commémorons la Nakba. BDS Catalunya et RESCOP saluent la décision de Marinah et nous la soutenons pleinement. Nous insistons sur l’importance de sa décision, puisqu’elle est la première artiste espagnole à annuler un concert prévu en Israël. Marinah  donne un  bon exemple de compromis, de valeurs et de solidarité qui, nous l’espérons, incitera les autres artistes espagnols et internationaux à intensifier le boycott culturel contre Israël.

Nous ne cesserons, à BDS Catalunya et à RESCOP, d’appeler au Boycott, Désinvestissement et Sanctions jusqu’à ce qu’Israël : 1/ mette fin à son occupation et à sa colonisation de tous les territoires arabes occupés depuis juin 1967 et détruise le mur d’apartheid ; 2/ reconnaisse la pleine égalité  des droits fondamentaux des Arabes palestiniens citoyens d’Israël ; 3 /respecte, protège et promeuve le droit de retour des réfugiés palestiniens dans leurs foyers et sur leurs propriétés comme le stipule la résolution 194 de l’ONU.

Merci Marina ! Palestine libre !

 

BDS Catalunya

Red Solidaria contra la Ocupación de Palestina (RESCOP)

Source:
http://www.bdscatalunya.org/index.php/campanyes/cultural/item/345-marinah-first-singer-in-spain-that-cancels-concerts-in-israel




PACBI salue le mouvement pour le boycott universitaire qui grandit en Espagne

Pacbi – 2 juin 2014      Source: http://www.aurdip.fr/

La Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI) salue le « Mouvement BDS universitaire pour la Palestine », une campagne d’ampleur nationale en Espagne, pour sa solidarité de principe avec la lutte des Palestiniens pour la liberté et la justice. Grâce aux efforts inlassables des militants engagés dans cette campagne, le soutien à l’appel palestinien pour un boycott universitaire d’Israël s’étend dans les universités d’Espagne, particulièrement en Catalogne, développant l’activité BDS sur les campus et faisant prendre conscience du rôle joué par les institutions universitaires d’Israël dans l’organisation, la mise en œuvre, la justification et le blanchiment du régime israélien d’occupation, de colonisation de peuplement et d’apartheid.

Plus de 800 membres du personnel (dont 100 professeurs), chercheurs et étudiants universitaires, ainsi que d’importants syndicats représentant les étudiants et personnels universitaires, dans toute l’Espagne, ont fait leur l’appel de la campagne pour le boycott des institutions universitaires israéliennes complices (1). Cette campagne d’envergure a également reçu l’adhésion de groupes de recherche et d’un département d’une université, le Département des études arabes et islamiques de l’université autonome de Madrid. La pétition de la campagne appelle à la « suspension de l’accès préférentiel en vigueur à l’Espace européen de la Recherche, prévu aux accords euro-méditerranéens d’association », et exige « la suspension des relations de nos universités avec les universités et centres d’enseignement supérieur israéliens jusqu’à ce que l’État d’Israël respecte la législation internationale et les résolutions des Nations-Unies » (2).

Les Palestiniens se sentent stimulés par ce mouvement grandissant et ses efforts pour faire pression sur les universités d’Espagne et les organismes de financement de l’Union européenne afin qu’ils rompent leurs liens avec les institutions universitaires israéliennes, lesquelles se rendent complices du système israélien à trois niveaux, occupation militaire, colonialisme de peuplement et apartheid. L’intensification de l’action BDS en Espagne se produit au moment même où des accords de partenariat sont conclus, à huis clos, entre universités israéliennes et gouvernements et directeurs d’universités occidentaux, cherchant ainsi à consolider et institutionnaliser les liens avec les universités israéliennes sur les campus à l’étranger. À cet égard, nous saluons l’action courageuse qui a été organisée récemment par les militants de la Catalogne qui ont occupé les bureaux du secrétariat aux Universités et à la Recherche en Catalogne pour protester contre la signature d’accords de collaboration universitaire entre la région autonome d’Espagne et Israël (3). Cette action a mis au grand jour le manque de transparence dans lequel les accords de partenariat sont signés avec les universités de l’apartheid israélien, et imposés sur les campus d’Europe et d’Amérique du Nord.

PACBI perçoit bien, avec une reconnaissance et un respect profonds, toute la détermination des universitaires, étudiants et militants qui, à travers l’Espagne, se trouvent confrontés à ces méthodes sournoises et montrent qu’il n’est pas question de faire comme si de rien n’était, pas de « business as usual » avec des institutions universitaires directement et indirectement impliquées dans la politique raciste de l’État d’Israël et ses violations méthodiques et constantes des droits humains fondamentaux des Palestiniens.

Tout comme en Afrique du Sud où les boycotts, désinvestissements et sanctions ont joué un rôle pivot en aidant à faire tomber le régime d’apartheid, nous sommes convaincus que les démonstrations frappantes comme celles-ci de solidarité internationale sont le moyen le plus efficace pour réussir à mettre fin à l’oppression israélienne à multi-niveaux du peuple palestinien.

 

[1]http://pebai.wordpress.com/

[2] Ibid

>[3]http://electronicintifada.net/

PACBI : http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=2444
Traduction : JPP pour l’AURDIP




Des activistes contraignent les autorités catalanes à remettre en question la collaboration académique avec Israël

Plus de 60 activistes ont occupé le 15 mai 2014  les bureaux du Secrétariat des Universités et de la Recherche pour protester contre la signature d’une série de nouveaux accords de collaboration académique entre la région autonome d’Espagne et Israël.

L’action a contraint les représentants du gouvernement à accepter d’examiner les propositions des militants visant à s’assurer que ces nouveaux accords ne bénéficieront pas aux institutions et entreprises participant à l’occupation.

Prévue pour coïncider avec la journée annuelle de la Nakba – pendant laquelle les Palestiniens commémorent à travers le monde l’expulsion de plus de 750000 Palestiniens de leurs terres en 1947 – l’occupation des bureaux dura 30 minutes après lesquelles des représentants du Secrétariat se sont engagés à organiser une rencontre entre les militants et le Secrétaire Antoni Castellà. Castellà avait précédemment refusé de rencontrer les militants.

Les représentants du Secrétariat ont par ailleurs accepté les demandes réclamant plus de transparence et ont déclaré qu’ils publieront les détails des accords récemment signés avec les universités israéliennes.

Nous ne serons pas complices”

L’action s’inscrivait dans la campagne soutenue par plus de 350 membres du corps académique et universitaire de Catalogne appelant à un boycott des institutions académiques israéliennes en raison de leur rôle dans le développement de technologies et d’outils utilisés par le régime d’apartheid.

Plusieurs accords de coopération dans le domaine de la recherche ont été signés ces derniers mois entre les institutions et universités israéliennes et catalanes. Les militants voient dans cette collaboration la volonté des leaders du centre-droit de renforcer les liens avec Israël avant le référendum sur l’indépendance de la Catalogne prévu en Novembre.

« Nous réclamons la suspension des relations entre nos universités et les universités ou centres d’enseignement israéliens jusqu’à ce que l’État d’Israël respecte les lois internationales ainsi que les résolutions des Nations Unies, » selon une déclaration de la campagne de boycott, laquelle a été signée par plus de 350 membres du corps académique et universitaire.

« Le boycott académique a été lancé en réponse au soutien unanime des universités israéliennes à la politique d’occupation et d’apartheid envers les Palestiniens, lequel se matérialise par une étroite collaboration avec les forces armées et une discrimination des étudiants palestiniens » ajoute-t-on dans la déclaration.

La déclaration BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) Academic per Palestina est soutenue par d’éminents intellectuels tels Joan Subirats, Josep Fontana et Arcadi Oliveres, par les principaux syndicats et associations d’étudiants en Catalogne ainsi que par la plateforme No mes complicitat amb Israel regroupant différentes ONG et groupes de solidarité.

« Nous ne serons pas complices des politiques de colonisation et d’apartheid auxquelles Israël soumet le peuple palestinien » explique Laura Haurie, une porte-parole de la campagne et professeure à l’Université Polytechnique de Catalogne à Barcelone.

Une pétition appelant au boycott a recueilli un total de 800 signatures à travers l’Espagne.

Collaboration avec l’apartheid

Les militants ont signalé aux représentants du gouvernement qu’ils devaient, à minima, s’assurer qu’ils ne collaboraient pas avec des entreprises ou universités basées dans les colonies israéliennes, un pas que le gouvernement allemand a déjà franchi.

En Juin dernier, l’Union Européenne a annoncé de nouvelles directives visant à empêcher que des subventions européennes ne bénéficient à des structures israéliennes opérant dans les colonies illégales, et ce suite à une large campagne incluant partis politiques, ONG, universitaires et étudiants à travers l’Europe.

Marcel Masferrer, activiste de BDS Catalogne, un des groupes impliqués dans la démonstration d’hier, m’a confié que la journée avait été pleine de succès et qu’elle servirait de base solide pour de futures campagnes.

« Nous sommes satisfaits du résultat de cette action. Mais ce n’est que le début de la fin de la complicité avec les politiques israéliennes, ainsi nous devons maintenir la pression sur le gouvernement si nous voulons vraiment que ces accords de collaboration soient annulés un jour, » ajouta-t-il.

Israël n’est pas notre modèle pour la Catalogne”

En Novembre, une délégation de représentants catalans, incluant le président Artur Mas ainsi que le secrétaire des Universités et de la Recherche Antoni Castellà, se sont rendus en Israël pour signer une série d’accords de collaboration. Ils firent plusieurs déclarations en faveur d’Israël qui donnèrent l’impression d’une totale ignorance de la politique d’apartheid d’Israël.

Un reportage d’une agence de presse catalane citait le Président Mas disant qu’il espérait “apprendre comment construire une économie du savoir” et qu’il avait choisi Israël comme un “modèle” et comme un “partenaire pour l’innovation.”

De nombreux commentateurs et militants pensent que le président Mas, et d’autres membres du parti nationaliste de centre-droit au pouvoir Convergència i Unió, voit en Israël un allié stratégique potentiel pour un éventuel Etat indépendant de Catalogne ou dans le cas d’une déclaration unilatérale d’indépendance.

Une déclaration publiée par 36 organisations de la société civile a dénoncé cette délégation à l’occasion de ce voyage .

“Nous sommes extrêmement inquiets que ces représentants du gouvernement présentent Israël comme un ‘modèle’ et une ‘référence’ pour la Catalogne….L’occupation, la colonisation et l’apartheid ne sont pas notre.




Résumé des succès du BDS en 2013

 Par le BNC, comité national palestinien du BDS

10 janvier 2014

http://www.bdsmovement.net/2014/2013-round-up-11579

Janvier

Veolia se retire des enchères pour un contrat sur l’eau en Californie après les protestations contre ses violations des droits des Palestiniens

Le retrait de Veolia des enchères sur le contrat de 325 millions de dollars a fait suite aux efforts des citoyens du comté Yolo d’empêcher l’attribution du contrat à cause de l’implication de la compagnie dans l’infrastructure illégale des colonies israéliennes.

Cinq grands syndicats de Galice en Espagne adoptent le BDS

Cinq syndicats importants de la région de Galice dans l’État espagnol ont annoncé leur soutien au BDS.

L’association des étudiants de Concordia soutient la campagne BDS contre l’apartheid israélien

L’assemblée générale des étudiants de l’université Concordia de Montréal a voté sa participation au mouvement BDS à une grande majorité.

Une compagnie agricole sud-africaine coupe ses liens avec l’exportateur israélien Hadiklaim

Karsten Farms a aussi entrepris de n’établir aucune relation future avec aucune entité israélienne complice de l’occupation israélienne illégale de la Palestine.

Les magasins Sud-africains de jouets Reggies stoppent leur soutien au KKL-FNJ

Le KKL-FNJ est un organisme para étatique israélien directement impliqué dans les violations des droits humains contre le peuple palestinien. Auparavant Reggies soutenait, était partenaire et contribuait financièrement au FNJ Israélien.

Hyundai cesse ses relations avec une compagnie participant à la démolition de maisons

La compagnie coréenne Hyundai avait fourni des pelleteuses à la société israélienne AEG, utilisées par les autorités israéliennes pour détruire les maisons palestiniennes.

Le guitariste Stanley Jordan annule sa performance à l’Israeli Jazz Festival

Guitariste créatif et acclamé, Jordan avait été annoncé parmi les têtes d’affiche du festival.

Le groupe de Trash Metal Kreator annule son concert en Israël

Kreator, qui ont joué en Israël en 2006, ont annulé leur concert puis choisi de ne pas le reprogrammer.

Février

 alt

Des manifestations à Gaza et dans 40 villes européennes appellent à cesser le commerce avec les entreprises agricoles israéliennes

Les organisations agricoles palestiniennes ont lancé un appel à l’action de la société civile contre les compagnies israéliennes d’exportation agricole comme Mehadrin et Arava, en raison de leur rôle dans la colonisation de la Palestine et dans la destruction de l’agriculture palestinienne par Israël. L’appel et le document accompagnateur Farming Injustice (traduction : Cultures d’injustice) ont été lancées dans le cadre d’une journée d’action où des manifestations ont eu lieu à Gaza et dans 40 villes européennes.

Une commission d’enquête de l’ONU sur les colonies israéliennes appelle à des sanctions

Le rapport d’une commission d’enquête de l’ONU sur les colonies israéliennes illégales a appelé les Etats à accorder à Israël le traitement réservé aux Etats responsables de violations sérieuses similaires – c’est-à-dire une interdiction du commerce avec les colonies, et des boycotts et sanctions contre l’État d’Israël et ses institutions.

L’association des étudiants de l’université de Dundee vote pour la rupture des liens avec G4S

Les étudiants de l’association des étudiants de l’université de Dundee (DUSA) en Écosse ont voté à une grande majorité lors de leur assemblée générale annuelle la rupture des liens avec la société de sécurité anglo-danoise G4S pour son rôle dans le système carcéral et dans l’occupation israélienne.

Shuggie Otis annule son concert en Israël

Le chanteur compositeur légendaire Shuggie Otis a tranquillement annulé un concert en Israël

Mars

 alt

Des manifestations en Palestine et des actions internationales BDS marquent la Journée de la terre palestinienne

Les supporters internationaux de la lutte palestinienne pour la liberté, la justice et l’égalité ont marqué la Journée de la terre par des actions et initiatives pour approfondir les campagnes de boycott, désinvestissements et sanctions (BDS) contre Israël.

Un syndicat étudiant australien quitte un concours de SodaStream

Le syndicat des étudiants de l’université La Trobe applique le soutien au BDS en annulant un concours dans lequel une machine SodaStream était annoncée comme prix. SodaStream est une compagnie israélienne dont les machines à boisson sont fabriquées dans une colonie israélienne illégale.

Les étudiants californiens votent le soutien au BDS

Les conseils étudiants des collèges de l’Université de Californie à San Diego, Irvine, Riverside et Berkeley ont voté le soutien.

Le conseil du Clackmannanshire devient le troisième gouvernement local écossais à soutenir le boycott d’Israël

« Tout comme les sanctions individuelles contre l’apartheid en Afrique du Sud ont conduit finalement à sa chute, les sanctions individuelles et collectives contre l’État d’Israël mettront fin à l’apartheid et à la souffrance en Palestine », a exprimé la motion du gouvernement local. Les conseils de West Dunbartonshire et de Stirling soutiennent aussi le boycott.

La fédération des étudiants de York soutient la campagne BDS

Le bureau de la fédération des étudiants de York au Canada vote le soutien au BDS par 18 voix contre 2 et appelle l’université de York à retirer ses investissements des sociétés qui vendent des armes et de l’équipement militaire à Israël.

Le droit des syndicats universitaires britanniques à boycotter Israël est confirmé par un conseil des prud’hommes

Les organisations pro-israéliennes ont complètement échoué dans leurs tentatives soutenues par le gouvernement israélien de faire juger discriminatoire par le conseil des prud’hommes la position pour le boycott du Syndicat des universités et collèges.

L’église mennonite des USA désinvestit des violations israéliennes des droits humains

Le conseil des directeurs du comité central mennonite a décidé à l’unanimité que le MCC US n’investira pas consciemment dans des compagnies qui bénéficient des produits ou des services utilisés pour perpétrer des actes de violence contre les Palestiniens.

Avril

G4S-Oslo-University

Action mondiale contre G4S pendant le jour des prisonniers

G4S fournit des équipements de sécurité aux prisons israéliennes, aux check-point et aux colonies. Des actions contre G4S ont été organisées dans 11 pays pour coïncider avec le jour des prisonniers politiques palestiniens. Les protestations se sont tenues devant les bureaux de G4S ; le Scottish Trade Union Congress et des associations du Moyen-Orient ont publié des déclarations soutenant la campagne contre G4S.

Le syndicat des étudiants de l’université de Toronto Scarborough (SCSU) devient le neuvième syndicat d’étudiants canadiens à rejoindre le mouvement BDS

Les étudiants belges appellent au boycott universitaire

Une fédération représentant 100 000 étudiants belges de l’éducation supérieure a appelé à un gel de tous les partenariats universitaires avec les institutions universitaires israéliennes.

L’association d’études des Américains d’origine asiatique approuve à l’unanimité une résolution de boycott

L’assemblée générale de l’association d’études des Américains d’origine asiatique (AAAS) des USA a voté à l’unanimité pour une résolution soutenant le boycott des institutions universitaires israéliennes.

Les étudiants du Sussex appellent l’université à résilier les contrats avec Veolia

Des milliers d’étudiants de l’université du Sussex en Grande-Bretagne ont voté une résolution pressant le syndicat étudiant à soutenir une campagne pour que l’université résilie son contrat avec Veolia à en raison du rôle de la multinationale française dans la gestion de l’infrastructure des colonies israéliennes illégales.

Le syndicat des enseignants d’Irlande soutien le boycott universitaire

La motion du congrès annuel du syndicat des enseignants d’Irlande, qui qualifie Israël d’ « État d’apartheid », appelle « tous les membres à cesser toute collaboration culturelle et universitaire avec Israël, y compris l’échange de scientifiques, d’étudiants et de personnalités universitaires, ainsi que toute coopération dans les programmes de recherche ». La motion a été adoptée à l’unanimité.

Les étudiants de Sydney soutiennent le boycott universitaire

« Israël n’écoute ni les mots ni les motions et continue de violer les droits humains et d’agir en violation du droit international. Comme en Afrique du Sud, un changement n’aura lieu que par des actions pacifiques de campagnes telles que le BDS », explique la déclaration approuvée par le Conseil représentatif des étudiants de l’université de Sydney.

L’association d’études des Américains d’origine asiatique s’associe au boycott universitaire

L’association d’études des Américains d’origine asiatique vote de soutien au boycott universitaire des institutions académiques israéliennes, devenant la première organisation universitaire des USA à le faire.

Mai

 Hawking

Stephen Hawking s’associe au boycott universitaire d’Israël

Le physicien de renommée mondiale Stephen Hawking s’est retiré d’une conférence en l’honneur du président israélien Shimon Peres. Une déclaration publiée par le comité britannique pour les universités de Palestine avec l’approbation de Hawking décrit cette décision comme « sa décision indépendante de respecter le boycott, basée sur sa connaissance de la Palestine, et sur l’avis unanime de ses propres contacts universitaires là-bas ».

La commission chargée des associations de bienfaisance ouvre une enquête sur la légalité de la discrimination raciale du KKL-JNF

La décision d’ouvrir une enquête fait suite à une demande de la campagne Stop the JNF à la commission chargée des associations de bienfaisance pour retirer le Fonds National Juif du registre britannique des associations de bienfaisance.

L’université de Sheffield vire Veolia

L’Université de Sheffield a décidé de ne pas renouveler son contrat de collection des ordures avec la corporation multinationale Veolia, à la suite d’une campagne débutée par la Palestine Society du campus et soutenue par le syndicat étudiant. La décision couronne une année d’activité intense et réussie des militants étudiants britanniques.

La United Church of Canada débute une campagne de boycott des colonies

Cette campagne a été intitulée Unsettling Goods: Choose Peace in Palestine and Israel.

Juin

Un diplomate sud-africain rejette les honneurs du KKL-FNJ

Un ancien ambassadeur sud-africain en Israël dit qu’il va retourner un certificat l’informant que 18 arbres ont été plantés en son honneur dans une forêt israélienne par le Fonds National Juif (FNJ) et le ministère israélien des affaires étrangères.

Plus de 150 organisations de solidarité sont solidaires des militants français confrontés à des actions judiciaires

Les militants français sont confrontés à des accusations criminelles pour leur activité de solidarité BDS depuis 2009.

La réalisatrice Mira Nair soutient le boycott culturel

La réalisatrice de Bombay ! et de Monsoon Wedding refusé une invitation à porter en Israël son dernier film ‘L’intégriste malgré lui’, citant l’appel palestinien au boycott culturel dans une série de Tweets.

Juillet

 alt

Les géants du rock US The Killers se retirent d’un concert en Israël

The Killers avaient déjà reçu la moitié de leurs honoraires pour le concert quand ils ont annoncé qu’ils annulaient la performance à la suite de lettres et d’appel des militants.

L’UE exclut les entités coloniales de la réception de prêts et de financements

Après des années de lobbying par la société civile sur cette question, l’UE a publié une directive empêchant les ministères, entités publiques et entreprises israéliennes opérant dans les territoires palestiniens occupés de recevoir des prêts, valant plusieurs centaines de millions d’euros par an, par la Banque d’Investissement Européenne. La directive stoppe aussi l’attribution de subventions aux ministères, entités publiques et entreprises privées israéliennes pour des activités prenant place dans les territoires occupés, même si leur siège est dans les frontières d’Israël d’avant 1967.

Les mouvements sociaux latino-américains appellent à la fin de l’accord de libre-échange avec Israël

La société civile des cinq pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Venezuela, Uruguay et Paraguay) ont adopté à nouveau au XVe sommet social un appel clair pour la fin de l’accord de libre-échange entre le Mercosur et Israël.

Une nouvelle frise chronologique interactive du mouvement BDS expose les succès

La frise chronologique, sur le site BDS movement.net, a été lancée pour commémorer le huitième anniversaire de l’appel BDS

Le fonds de pension géant étasunien TIAA-CREF désinvestit de SodaStream

« Quelle que soit la raison pour laquelle TIAA-CREF a laissé tomber SodaStream, nous y voyons une décision scrupuleuse », dit Sidney Levy de la campagne We Divest, qui mène campagne pour que TIAA-CREF désinvestisse des compagnies qui participent aux violations israéliennes du droit international.

Des distributeurs néerlandais boycottent les colonies

Les médias ont rapporté de Hollande que deux grandes chaînes de distribution du pays ont cessé de vendre des marchandises produites dans les colonies israéliennes.

Aout

 alt

Une grande banque scandinave désinvestit de Cemex à cause de l’extraction des ressources naturelles palestiniennes

Nordea a exclu la compagnie à la suite de l’engagement militant de l’organisation Aide du peuple norvégien (NPA) et du Syndicat norvégien des employés municipaux et généraux (NUMGE).

Des musiciens de jazz boycottent le festival de la mer Rouge

Les artistes de jazz étasuniens Chris Daddy Dave et Matt Schofield avec son groupe, le Matt Schofield Trio, ont annulé leurs performances dans le festival israélien de musique.

Septembre
alt

Sous la pression du boycott, Veolia abandonne le réseau de bus des colonies

Veolia a révélé qu’il cessera d’exploiter les lignes de bus pour colons en Cisjordanie occupée car la compagnie continue de perdre des contrats en Europe et aux USA à cause de son soutien à l’apartheid israélien. Veolia continue d’exploiter le projet illégal de tramway à Jérusalem.

Une firme hollandaise se retire d’une usine traitement d’eaux usées pour les colons de Jérusalem Est

Royal HaskoningDHV a annoncé qu’il se retirait d’un projet d’usine de traitement d’eaux usées à Jérusalem Est occupé à la suite de pressions du gouvernement hollandais.

Les Quakers de trois états des USA appellent au boycott et au désinvestissement

Le Lac Erie Yearly Meeting, une organisation Quaker régionale regroupant Ohio, Michigan et Pennsylvanie Ouest, est devenu le premier Yearly Meeting Quaker étasunien à adopter officiellement le boycott et le désinvestissement visant les sociétés complices de l’occupation israélienne.

Octobre

 g4s-securing-apartheid

Un syndicat norvégien termine son contrat avec G4S, un « acte de solidarité » avec les Palestiniens

Industri Energi, un syndicat pour les travailleurs des secteurs de l’énergie et de l’industrie lourde, a saqué G4S comme agence de sécurité de ses bureaux à cause du rôle de la compagnie dans les prisons israéliennes, les check-points et les colonies. La même semaine, l’association des enseignants de Londres Est a passé une résolution condamnant le rôle de G4S dans la détention des enfants palestiniens.

Les contrats liés aux colonies des territoires occupés pourraient être « criminels », avertit un expert de l’ONU

Richard Falk a dit que son bureau à essayé d’informer les sociétés, parmi lesquelles le groupe bancaire européen Dexia et la société immobilière étasunienne Re/Max que la poursuite de leurs pratiques dans les territoires pourrait être « problématique ».

Les boycotts forcent à l’annulation d’un festival de rock en Israël

Circus Maximus (Norvège), Haken (UK), et Bumblefoot (USA) étaient supposés jouer en Israël au festival de rock Progstage. Après leurs annulations qui ont suivi les discussions avec les militants BDS, le festival entier a été annulé.

Novembre

tiaa-creff-veolia

Un grand fonds de pension des USA désinvestit son fonds éthique de Veolia

Le fonds de pension géant étasunien TIAA-CREF a retiré Veolia Environnement du portefeuille de son Fonds de Choix Sociaux à la suite de la pression de la coalition We Divest.

St Louis jette le profiteur de l’occupation Veolia

L’opposition rencontrée par Veolia pour son rôle dans les colonies illégales israéliennes l’a conduit à se retirer de la ville. Veolia aurait dit que Saint-Louis « ne vaut pas le coup. Ça ne vaut pas les torts faits aux affaires [de Veolia]).

Une organisation de droits humains sud-africaine termine son contrat avec G4S

Le Trauma Centre du Cap a publié une déclaration s’opposant au rôle de G4S dans les prisons israéliennes où les Palestiniens sont détenus sans procès et torturés.

Le parti de gauche adhère à la campagne BDS

Le grand parti de gauche français, dont le leader Jean-Luc Mélenchon a gagné 11 % des voix aux élections présidentielles de 2012, s’est aussi engagé à soutenir les campagnes de BDS France.

La deuxième université norvégienne écarte G4S pour son soutien à l’apartheid israélien

L’université norvégienne de Bergen a choisi d’écarter G4S comme agent de sécurité à cause de son rôle dans le système carcéral israélien et dans les colonies illégales israéliennes.

La campagne de boycott coûte de contrats universitaires à G4S

Deux grandes universités britanniques ont choisi de ne pas accorder à G4S le contrôle de la sécurité des campus à la suite de campagnes des étudiants critiquant la compagnie

Décembre

La compagnie des eaux hollandaises Vitens boycotte la société des eaux de l’État israélien

Vitens, le premier fournisseur d’eau potable en Hollande, a mis fin à son accord de coopération avec la compagnie nationale des eaux d’Israël Mekorot à cause de son rôle dans le vol des eaux palestiniennes. Dans le même temps, le gouvernement hollandais prend des mesures pour empêcher qu’un forum d’affaires Israël-Hollande soit utilisé pour développer des liens avec les compagnies qui opèrent dans les colonies israéliennes illégales.

Le gouvernement britannique avertit les milieux d’affaires sur l’entreprise illégale israélienne de colonisation

Le gouvernement britannique a publié des conseils avertissant les milieux d’affaires sur les problèmes et les risques associés à la conduite d’affaires avec les colonies israéliennes illégales.

La Roumanie stoppe l’envoi de travailleurs du bâtiment en Israël en raison des colonies

Le gouvernement roumain a annoncé qu’il stoppera l’envoi de travailleurs du bâtiment en Israël si le gouvernement israélien ne s’engage pas à ce qu’ils ne travaillent pas en Cisjordanie.

Des détaillants de Rome boycottent SodaStream

La compagnie israélienne Sodastream est visée par une campagne internationale de boycott qui a comporté récemment 50 actions dans six pays.

Les campagnes de boycott prennent leur essor en Amérique latine

Les mouvements sociaux brésiliens mènent campagne contre l’accord de libre-échange entre le Mercosur et Israël, les groupes colombiens lancent une pétition Veolia et les militants mexicains protestent contre des événements de propagande israélienne.

Un syndicat hollandais élimine G4S pour son aide aux violations israéliennes des droits humains

AbvaKabo, un syndicat hollandais de 350 000 membres, a cessé ses relations avec G4S, une société de sécurité privée qui a équipé les prisons israéliennes en Cisjordanie occupée.

 

Traduction: JPB pour BDS France




« Israël n’est pas notre référence » : Communiqué de BDS Catalogne

« Israël n’est pas notre référence: Occupation, colonisation et apartheid ne sont pas nos modèles pour la Catalogne! »

Communiqué de  BDS CATALOGNE

Ces jours le Président de la « Generalitat » (= Gouvernement ) de la Catalogne Artur Mas, accompagné du maire de Barcelone Xavier Trias et le conseiller d’Économie et de Connaissance Andreu Mas-Colell, sont en visite officielle dans l’état d’Israël. Nous nous préoccupons énormément car notre gouvernement, nous présente Israël comme un « modèle » et un « référant » pour la Catalogne.

Ce qui est également inquiétant, c’est le fait qu’ils utilisent le domaine universitaire et de recherche, entre autres, comme outil pour essayer de forger une alliance étroite entre la Catalogne et Israël. Devant ces faits nous voulons préciser cinq considérations : 1. La visite et les mots d’Artur Mas montrent le positionnement indubitable du Gouvernement de « Convergència i Unió » en faveur de l’état d’Israël et contre les droits du peuple palestinien. Il implique, entre d’autres choses, appuyer une occupation militaire illégale et opposée au Droit international [1-4] 2.

Ce raffermissement des relations avec Israël va contre ce que la société civile palestinienne demande à la communauté internationale de forme insistante depuis 2005 : une campagne de Boycott, de Désinvestissements et de Sanctions (BDS) jusqu’à ce que cet état respecte les droits du peuple palestinien et le droit international [5] 3. La ligne adoptée par le Gouvernement de la Generalitat va à contre-courant de la communauté internationale.

Un exemple récent l’illustre clairement. La semaine dernière, le gouvernement de l’Afrique du Sud (un héritier des luttes contre le régime d’apartheid implanté dans ce pays) a annoncé qu’il réduisait au minimum ses relations institutionnelles avec Israël tant que ce dernier ne respectera pas les droits du peuple palestinien [6]. Pendant les dernières années du régime d’apartheid Sud-africain, certains gouvernements occidentaux ont appuyé le régime raciste.

Nous ne désirons pas que le Gouvernement de la Catalogne développe ce rôle vis-à-vis de l’avenir (et nous sommes sûrs que la citoyenneté de la Catalogne ne le permettra pas) 4. Le Gouvernement de la Generalitat n’a montré aucun intérêt à s’informer sur la réalité palestinienne durant la visite de ces jours. L’ignorance d’un peuple qui vit sous un régime d’occupation militaire et d’apartheid, est un mépris vers la souffrance de millions de personnes. 5. Finalement, les accords signés avec les universités et les centres israéliens de recherche vont aussi contre les temps qui courent dans ce domaine. En effet, l’Union Européenne a récemment décidé qu’elle ne collaborera pas avec les centres israéliens de recherche qui maintiennent des liens avec des centres et des institutions situés dans les colonies israéliennes des territoires occupés, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cette nouvelle, qui est passée pratiquement inaperçue dans les médias, est d’une énorme transcendance et a rendu furieux le gouvernement de Benjamin Netanyahu [7, 8].

Il faut remarquer que toutes les universités israéliennes maintiennent une collaboration étroite avec l’armée, l’industrie de l’armement et l’occupation des territoires palestiniens Devant ces faits, d’une part, nous levons une voix de protestation contre cette visite, d’autre part, nous annonçons que nous reprenons la campagne étatique de ramassage de signatures en faveur du boycott académique aux institutions universitaires israéliennes. Une campagne où nous avons déjà récupéré plus de 500 signatures du monde académique de tout l’État espagnol, et qui recevra sûrement une forte impulsion dans les semaines suivantes. Ici vous pouvez signer au cas où ne pas l’avoir encore fait : https: // spreadsheets.google.com/viewform ? Formkey=dFZOTjJWeFRUUFVkbXBSN3dEQ0pqX1E6MQ Une année avant la dernière campagne militaire nommée « Pilier de Défense », qui du 14 novembre au 21 novembre 2012 a causé la perte de 142 personnes dans la Bande de Gaza, selon des mots du secrétaire général de l’ONU [9], nous souhaitons réitérer notre appel à la société civile pour qu’elle se rallie à la campagne de Boycott, de Désinvestissements et de Sanctions (BDS) contre l’état d’Israël, le coup de lance en 2005 par plus de 170 organisations palestiniennes. En attendant il y a une occupation, tandis qu’Israël pratique d’une manière systématique l’apartheid contre la population palestinienne, nous demandons à nos gouvernements la rupture de n’importe quel accord avec Israël; qu’ils soient académique, commercial, culturel ou de tout autre type. L’occupation, la colonisation et l’apartheid ne sont pas un modèle pour la Catalogne.

Nous vous demandons de répandre ce communiqué à travers de vos réseaux sociaux et amitié.

Premiers signataires :

BDS Catalunya Junts (Associació Catalana de Jueus i Palestins) Comissió Universitària Catalana per Palestina (CUNCAP) Dones en Rebel·lia IJAN (International Jewish Antizionist Network) Red Solidaria contra la Ocupación de Palestina (RESCOP) Sodepau Ítaca (Organització Internacionalista dels Països Catalans) Revolta Global-Esquerra Anticapitalista BDS Païs Valencià Plataforma Aturem la Guerra Taula Palestina (Mallorca) ACSUR Catalunya Col·lectiu Antimilitarista de Sant Cugat (CASC) Federació d’Associacions Catalanes Amigues del Poble Saharauí

Traduction: Elyess pour la Campagne BDS France

source:
http://www.bdscatalunya.org/index.php/campanyes/legali/item/203-israel-is-not-a-reference-occupation-colonization-and-apartheid-are-not-our-model-for-catalonia
http://www.nodo50.org/causapalestina/spip.php?article324




FC Barcelona: Ne Jouez pas en Israël

Nous sommes alarmés d’apprendre que le FC Barcelone, un club vénéré par des milliers de Palestiniens amoureux du football, veut organiser un match en Israël le 31 juillet 2013. [1]

Lorsque le Président du club, Sandro Rosell, est venu à Tel Aviv, le 21 février dernier, il a indiqué que son intention est de « contribuer aux efforts de consolidation des ponts de paix et de dialogue entre communautés israéliennes et palestiniennes. La meilleure façon dont nous puissions le faire est avec un ballon. » [2]

Le Président de l’Association Palestinienne de Football, Jibril Rajoub, a répondu froidement à cette proposition. Nous pensons qu’il est dans son droit d’agir ainsi.

Les footballeurs palestiniens, comme tous les Palestiniens – qu’ils vivent sous occupation militaire en Cisjordanie, à Jérusalem Est ou à Gaza, qu’ils soient citoyens de seconde classe en Israël, ou encore réfugiés exilés à l’étranger – font face à une discrimination incessante de la part de l’état israélien.

Il a fallu au joueur de l’équipe nationale de football, Mahmoud Sarsak, trois mois de grève de la faim et des protestations internationales, pour que les autorités israéliennes soient finalement forcées de le libérer de prison, en juillet dernier. [3] Il y était emprisonné depuis 2009, sans condamnation ni procès, sous le coup de la « Loi des combattants illégaux », une loi israélienne illégale au regard du Droit international. Comme Rajoub l’avait expliqué à l’époque : « Pour les athlètes de Palestine, il n’y a pas de réelle liberté de mouvement et les risques d’être arrêté, détenu, voire même tué sont toujours dans leurs esprits ».

Pas plus tard qu’en novembre 2012, les attaques israéliennes sur Gaza ont tué plus de 140 Palestiniens, dont de jeunes garçons qui jouaient au football. Leur mort a conduit à juste titre à une condamnation émanant de 52 footballeurs internationaux, parmi lesquels Frédéric Kanoute, Demba Ba, Abou Diaby, Pape Diop et Moussa Sow. [4]

Le gardien de l’équipe olympique, Omar Abu Rois, et le joueur palestinien Mohammed Nimr sont en ce moment même en prison en Israël.

Il n’est pas possible de venir à bout de telles injustices « avec un ballon ». Une idée pareille ne sert que les intérêts de l’état israélien, qui coopte avec cynisme le concept « de construction de ponts » et le principe d’échanges culturels et sportifs, afin de se positionner comme un « état normal ». Pour autant, l’occupation militaire, les mesures accentuant la colonisation et le système d’apartheid imposés par Israël à la Palestine, ne sont pas des politiques relevant d’un état « normal ». La plupart des Palestiniens considèrent ces exercices de normalisation [5] comme des tentatives délibérées d’affaiblir la montée en puissance de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël [6], calquée sur le mouvement anti-apartheid qui a contribué à établir la liberté, la justice et l’égalité pour les noirs en Afrique du Sud.

Les supporters du FC Barcelone sont connus pour leur admirable sens de la solidarité avec le peuple de Palestine. La suggestion d’organiser un match avec une équipe commune de joueurs israéliens et palestiniens, faite par les dirigeants du club, part peut-être d’une bonne intention, mais le temps n’en est pas encore venu. Ce temps viendra le jour où Israël reconnaîtra les droits fondamentaux des Palestiniens, en se retirant des terres qu’il occupe illégalement depuis 1967, en garantissant l’égalité des droits aux citoyens palestiniens d’Israël, et en honorant le Droit au Retour des réfugiés expulsés depuis 1948.

C’est pourquoi nous en appelons au FC Barcelone d’annuler son projet de déplacement en Israël, et de plutôt consacrer ses efforts à soutenir les Palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre, et de jouer à ce superbe sport, libres de toutes formes de discrimination.
Signez la pétition ici

BDS Catalunya
Red Solidaria Contra la Ocupación de Palestina (RESCOP)

 

[1] “Palestinian leaders give support to FC Barcelona’s peace initiative”
http://www.fcbarcelona.com/club/detail/article/palestinian-leaders-give-support-to-fc-barcelonas-peace-initiative

[2] FC Barcelona – Meeting: Sandro Rosell and Shimon Peres
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9xp_rTbazI8

[3] “Palestinian footballer Mahmoud Sarsak calls for Israel to be stripped of privilege of hosting UEFA football tournaments”
http://www.bdsmovement.net/2012/mahmoud-sarsak-uefa-appeal-9826

[4] “European footballers declare support for Palestine”
http://www.kanoute.com/EUROPEAN-FOOTBALLERS-DECLARE-SUPPORT-FOR-PALESTINE_ad-id!35-l!en.ks

[5] Definition of “normalisation” according to the Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI)
http://pacbi.org/etemplate.php?id=1749

[6] Appel de la Société Civile Palestinienne Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël jusqu’à ce qu’ilapplique le Droit International et les Principes Universels des Droits de l’Homme, 9 Juillet 2005
http://www.bdsmovement.net/call#French

 

Le RESCOP est constitué des 38 organisations suivantes de l’Etat espagnol :
(http://www.nodo50.org/causapalestina/)

Acsur-Las Segovias
Asociación Al-Quds de Solidaridad con los Pueblos del Mundo Árabe (Málaga)
Asociación Andaluza por la Solidaridad y la Paz – ASPA
Asociación de Amistad Palestina-Granada «Turab»
Asociación Hispano Palestina Jerusalén (Madrid)
Asociación Pro-Derechos Humanos de Andalucía
Asociación Unadikum
BDS Catalunya
BDS Madrid
Castelló per Palestina
Comité de Solidaridad con la Causa Árabe (Madrid, Asturias)
Comité de Solidaridad con los Pueblos – Interpueblos (Cantabria)
Comunidad Palestina en Canarias
Comunitat Palestina de Catalunya
Coordinadora de apoyo a Palestina (La Rioja)
Ecologistas en Acción (Confederal)
Fundación IEPALA
Fundación Mundubat
Gipuzkoako palestinaren aldeko plataforma
Izquierda Anticapitalista
Komite Internazionalistak (Euskal Herria)
MEWANDO (Euskadi)
Movimiento Solidaridad Internacional Catalunya – ISM Cataluña / Valencia
Mujeres en Zona de Conflicto – M.Z.C.
Mujeres por la Paz – Acción Solidaria con Palestina (Canarias)
Palestinarekin Elkartasuna (Euskal Herria)
Paz Ahora
Paz con Dignidad
Plataforma de Solidaridad con Palestina (Sevilla)
Plataforma Palestina Ibiza
Plataforma Solidaria con Palestina de Valladolid
Red de Jóvenes Palestinos
Red Judía Antisionista Internacional – IJAN
Sodepau
Sodepaz
Sodepaz Balamil
Taula per Palestina (Illes Balears)
Xarxa de Solidaritat amb Palestina de València




Action de BDS Madrid contre un groupe de rock sponsorisé par Israël

Action de boycott du concert d’un groupe israélien parrainé par l’état sioniste à Rock Palace Madrid

Mercredi 12 décembre, BDS Madrid a organisé une action de boycott culturel face à l’entrée de la salle Rock Palace, où il allait jouer un groupe de musique israélien appelé Shoshana, qui s’est révélé être parrainé par l’Etat d’Israël.

La semaine dernière, le groupe BDS Madrid a tenu une réunion avec des responsables de la salle de Rock Palace pour faire connaître la situation en Palestine, leur expliquer la campagne mondiale BDS et leur exposerses objectifs. Dans deux autres salles de l’État espagnol, « El Arrebato » à Zaragoza  et « Carioca artiste Club » à Valence, les actions menées au sein de la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) ont réussi à convaincre les autorités d’annuler le concert de Shoshana, mais à Madrid, les organisateurs n’ont pas voulu réexaminer leur posture de normalisation de l’Etat d’Israël et d’équidistance vis-à-vis de l’occupation illégale de la Palestine. Ceci a motivé le groupe BDS de Madrid à organiser une action d’information lors de laquelle ils ont distribué des tracts et déployé des drapeaux palestiniens.

Cette action fait partie de la campagne mondiale menée par des associations de solidarité avec le peuple palestinien et de droits de l’Homme : la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), lancée en 2005 par plus de 60 organisations non gouvernementales, syndicats et associations de santé, d’éducation et de paysans de Palestine, devant l’impassibilité, la condescendance et la complicité de la communauté internationale envers Israël et ses crimes. La campagne BDS a déjà fait adhéré des personnalités de la culture comme : Massive Attack, Brian Enno, Pixies, Meg Ryan, Arundhati Roy, Ken Loach, Roger Waters (Pink Floyd), etc.
(…)

Plus d’info : http://www.kaosenlared.net/secciones/s2/solidaridad-con-palestina/item/40510-acci%C3%B3n-de-boicot-por-el-concierto-de-un-grupo-israel%C3%AD-patrocinado-por-el-estado-sionista-en-rock-palace-madrid.html

sur l’écriteau : L’art ne peut être aveugle face aux violations des droits de l’Homme

https://twitter.com/BDSMadrid




Action de BDS Catalogne à Barcelone

Au magasin Imaginarium à Barcelone le 29 novembre 2012.

« Nous demandons le retrait des jouets fabriqués en Israël. Cette action  est dans le cadre de la campagne de boycott, Désinvestissement et sanctions (BDS) contre l’Etat d’Israël conduit depuis 2005 par une large majorité des organisations sociales pour pressuriser l’État d’Israël pour qu’ils mettent fin à l’occupation et la colonisation des terres arabes, le mur , respectent le principe de l’égalité de la population ayant la citoyenneté israélienne et les Palestiniens et respectent le droit au retour des réfugiés palestiniens. »

Pour plus d’informations : www.bdscatalunya.orgwww.bdsmovement.net

Vidéo de l’action hier à Barcelone contre les jouets « Fabriqué en Israël » que vend  la multinationale espagnole Imaginarium. Plusieurs solidarité catalane avec des groupes palestiniens ont participé à l’action.
« Boycottons l’apartheid israélien ! … Israël terroriste ! Imaginarium… un complice ! »




Les Palestiniens au FC Barca : « Annulez la visite de Shalit ! L’inviter c’est être complices de la dissimulation de l’occupation par Israël »

29 septembre 2012 – BNC

La société civile palestinienne rejette de la façon la plus claire la tentative du FC Barcelone de « contrebalancer » son invitation de Gilad Shalit, soldat israélien portant une responsabilité dans la mise en œuvre du siège illégal de la bande de Gaza par Israël et ayant participé à des crimes de guerre, en offrant des billets à des Palestiniens pour qu’ils puissent également assister le week-end prochain au Clasico du FC Barcelone contre le Real Madrid. Selon les informations publiées par la presse, Shalit sera reçu dans la loge présidentielle du stade Camp Nou, à la demande officielle d’un ancien ministre israélien (1).

Après la colère de l’opinion en Espagne, le club s’est trouvé contraint de publier une déclaration de réconciliation en affirmant son engagement pour « la paix et l’harmonie » au Moyen-Orient et en offrant des billets pour les Palestiniens (2).

« La déclaration est hors sujet, » affirme Zaid Shuaibi, coordinateur du Networking and Outreach (Réseautage et Sensibilisation) du BNC qui est la plus importante coalition de la société civile palestinienne, « il n’existe aucune équivalence morale entre Israël, puissance occupante responsable de crimes de guerre et de violations persistantes du droit international, et une population occupée à laquelle sont déniés ses droits les plus fondamentaux. Le FC Barcelone doit rejeter toute forme de complicité avec les crimes israéliens par l’annulation de son invitation officielle à Gilad Shalit ».

Peu avant, le footballeur national palestinien, Mahmoud Sarsak, avait confirmé son refus d’une invitation que lui avait adressée le club pour assister au même match, « Je soutiens l’appel palestinien aux Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) d’Israël et je refuse d’être utilisé comme une « feuille de vigne » par le FC Barcelone, club que j’admire profondément. Je ne partagerai pas cette tribune avec quelqu’un qui est directement responsable de la souffrance de mon peuple. » Sarsak a été mis trois ans en détention et à l’isolement par Israël, sans charges contre lui, et il a été libéré en juillet dernier après une grève de la faim épique de trois mois. La FIFA et des footballeurs comme Eric Cantona, Kanoute et Anelka, entre autres, s’étaient exprimés contre son incarcération par Israël (3).

La nouvelle de l’invitation du FC Barcelone à l’ancien soldat israélien a provoqué des protestations véhémentes en Espagne et une intense couverture médiatique (4). Une pétition a jusqu’à présent recueilli 1500 signatures et d’autres actions sont projetées dans les jours qui précèdent le match (5). Les footballeurs palestiniens ont adressé une lettre au FC Barcelone dénonçant l’invitation de Shalit par le club (6).

Note aux rédacteurs :

1) Le Comité national palestinien du BDS (BNC) est la coalition la plus importante de la société civile palestinienne comprenant des partis politiques, des syndicats, des ONG et des organismes populaires palestiniens et il dirige le mouvement BDS mondial. Pour plus d’informations : http://www.bdsmovement.net/bdsintro…

2) L’appel de la société civile palestinienne aux Boycott, Désinvestissements et Sanctions contre Israël : http://www.bdsmovement.net/call (en français : http://www.info-palestine.net/artic… )

3) Les Palestiniens ont une définition commune de ce qui constitue une normalisation avec Israël, comme publiée sur le site de la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI) : http://pacbi.org/etemplate.php?id=1047

Un extrait significatif :

« (5) – Les évènements et les projets culturels impliquant des Palestiniens et/ou des Arabes et des Israéliens, qui défendent l’idée d’un « équilibre » entre les « deux côtés » dans la présentation de leurs récits respectifs comme s’ils étaient sur un même plan ou qui sont autrement fondés sur le faux principe que colonisateurs et colonisés, oppresseurs et opprimés sont à part égale responsables du « conflit », sont intentionnellement trompeurs, intellectuellement malhonnêtes et moralement répréhensibles. De tels évènements et projets, qui cherchent souvent à encourager le dialogue, ou « une réconciliation entre les deux côtés », sans tenir compte des exigences de justice, font la promotion d’une normalisation de l’oppression et de l’injustice. Tous ces évènements et projets regroupant des Palestiniens et/ou Arabes et Israéliens, à moins que le côté israélien soutienne de façon explicite les droits inaliénables du peuple palestinien, et à moins que ces évènements ou projets soient placés dans le contexte explicite d’une opposition commune à l’occupation et à toute autre forme de l’oppression israélienne contre les Palestiniens, tous ces évènements et projets sont des candidats en puissance pour le boycott. PACBI prend également d’autres facteurs en considération pour évaluer de tels évènements et projets, notamment les sources de financements, la conception du programme, les objectifs de la ou des organisations qui parrainent, les participants, et d’autres facteurs pertinents. »

Notes :

- [1] http://www.libertaddigital.com/deportes/liga/2012-09-16/gilad-shalit-invitado-al-camp-nou-para-ver-el-barca-madrid-1276468679/
- [2] http://www.fcbarcelona.com/club/detail/article/fc-barcelona-for-peace-and-harmony-in-the-middle-east
- [3] http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ipIHepnSO0qzcmm5-nxcAw8MDchw?docId=CNG.b2371552eed6d000aa85ebc4c2e4bc6b.a41
et http://www.kanoute.com/Press-Release—Mahmoud-Sarsak_ad-id!32.ks
- [4] http://www.change.org/es/peticiones/president-of-the-f-c-barcelona-don-t-invite-the-former-israeli-soldier-gilad-shalit-to-the-camp-nou#news
- [5] http://www.change.org/es/peticiones/president-of-the-f-c-barcelona-don-t-invite-the-former-israeli-soldier-gilad-shalit-to-the-camp-nou#news
- [6] http://www.odsg.org/co/index.php?option=com_content&view=article&id=2634%3Aopen-letter-from-gaza-footballers-to-fc-barcelona-club-do-not-side-with-the-oppressor&catid=39%3AStatements&Itemid=62
Pièce jointe : FC Barcelona-BNC-Press Release-30-Sep-2012 (PDF 262.8 KiB) : http://www.odsg.org/co/index.php?option=com_content&view=article&id=2634%3Aopen-letter-from-gaza-footballers-to-fc-barcelona-club-do-not-side-with-the-oppressor&catid=39%3AStatements&Itemid=62

Voir également : Protestations attendues suite à l’invitation VIP du soldat israélien Shalit par le FC Barcelona – BDS Catalogne

29 septembre 2012 – BDSMovementhttp://www.bdsmovement.net/2012/palestinians-to-fc-barcelona-cancel-shalit-visit-inviting-him-is-complicity-in-covering-up-israels-occupation-9655
traduction : JPP




Protestations attendues suite à l’invitation VIP du soldat israélien Shalit par le FC Barcelona

Malgré l’opposition de militants de la solidarité avec la Palestine et de Palestiniens, le FC Barcelone a confirmé mercredi qu’il avait adressé une invitation VIP à Gilad Shalit, le soldat de l’occupation israélienne qui a été détenu comme prisonnier de guerre dans la bande de Gaza pendant cinq ans, pour qu’il assiste au match de football contre le Real Madrid, à domicile, au Nou Camp le 7 Octobre.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

BDS Catalunya

Protestations attendues suite à l'invitation VIP du soldat israélien Shalit par le FC Barcelona

Une manifestante tient un drapeau palestinien pendant le match de basket de l’EuroLigue entre le Regal FC Barcelone et Maccabi Tel Aviv, à Barcelone, le 5 février 2009 (Toni Garriga / EPA/Newscom)
Selon le quotidien espagnol El Pais, l’invitation à Shalit, qui a été libéré il y a un an lors d’un échange de prisonniers négocié entre Israël et le Hamas, a été sollicitée par un « ex-ministre » israélien.

« Cette invitation n’indique en aucune manière la position du [club] Barça dans le conflit israélo-palestinien, » a affirmé une source du club à l’AFP : « En fait, n’oubliez pas que le vice-président [du club] Villarubí a reçu le Président palestinien Mahmoud Abbas en 2011 et lui a montré toutes les installations du club, » a ajouté la source.

Le footballeur palestinien gréviste de la faim Mahmoud Sarsak et les clubs de Gaza se prononcent

Jeudi, le gréviste de la faim Mahmoud Sarsak, qui a été détenu pendant trois ans sans inculpation ni jugement par Israël, a dit : « En tant que prisonnier libéré, footballeur de l’équipe nationale palestinienne et grand fan du FC Barcelone, je condamne fermement la décision du club d’inviter le soldat israélien Gilad Shalit à un de leurs matches et je les appelle à annuler cette décision.  »

Cette déclaration de Sarsak intervient dans une lettre ouverte signée par des dizaines de clubs de football de Gaza, des associations sportives et des entraîneurs, dont l’association des fans du FC Barcelone de Gaza, et qui affirme :

« Comme l’a montré le boycott efficace des équipes sportives du régime d’apartheid sud-africain, le sport et la vie politique ne peuvent être séparés. Nous vous demandons de ne pas faire preuve de solidarité envers l’armée qui opprime, emprisonne et tue les sportifs palestiniens, hommes et femmes, en Palestine. »

La Fondation du Qatar et Turkish Airlines sont les principaux sponsors du FC Barcelone.

Pétition : Shalit « représente » l’armée israélienne

Les militants solidaires de la Palestine en Espagne se sont fortement opposés à cette manœuvre du FC Barcelone. El Pais a cité des militants BDS ayant affirmé : « Les manifestations [vidéo] organisées pendant le match de basketball Barcelone-Maccabi Tel-Aviv [en 2011] ne seront rien comparé à ce que nous nous préparons pour le Camp Nou. »

Dès jeudi, plus de 1.000 personnes avaient signé une pétition adressée au Président de Barcelone Sandro Rosell, postée par BDS Catalogne, s’opposant à cette mesure.

« Nous comprenons qu’il s’agit là d’un geste de bonne volonté par le club envers une personne qui a subi cinq longues années de captivité dans la bande de Gaza et qui a fait connaître son admiration pour l’équipe de Barcelone, » déclare la pétition, « toutefois, l’ancien soldat Gilad Shalit n’est pas seulement un citoyen israélien, il est aussi un sergent-major des Forces de défense israéliennes (FDI), une armée qui, depuis 1967, occupe illégalement les territoires palestiniens de Jérusalem-Est, de Cisjordanie , de la bande de Gaza et le territoire syrien du plateau du Golan. »

Rappelant le long historique de la « colonisation, de l’’apartheid et du nettoyage ethnique » de l’armée israélienne, y compris l’attaque de 2008-2009 sur Gaza qui a tué 1.400 personnes, la pétition indique que même si Shalit ne fait officiellement plus partie de l’armée, « il représente encore symboliquement l’armée de défense d’Israël. »

Des groupes de pression israéliens en Espagne ont déjà riposté. Masha Gabriel, rédacteur en chef du site web espagnol du groupe anti-palestinien CAMERA, a écrit une lettre à El Pais défendant la décision d’inviter Shalit et affirmant que les références à l’attaque d’Israël sur Gaza – où des familles entières de civils ont été anéanties – comme étant un « massacre » ne pouvait pas être plus « tendancieux ».

Shalit sur la route de la célébrité

Shalit est connu pour être un fan de football et, selon les médias israéliens, battait souvent ses ravisseurs du Hamas au jeu vidéo FIFA Soccer sur Sony PlayStation.

Depuis sa libération il y a un an, Shalit est sur la route de la célébrité dans le cadre des efforts d’Israël en matière de relations publiques, écrivant sur Ynet : « J’ai rencontré beaucoup de gens, visité de nombreux endroits et vécu des choses que je n’ai même jamais rêvé de vivre. Par exemple, lors des finales NBA à Miami, j’ai célébré la victoire avec les joueurs dans le vestiaire et j’ai été arrosé du champagne qu’ils se sont aspergés les uns sur les autres. »

Aucune attention à l’égard des prisonniers et athlètes palestiniens

En revanche, la pétition de BDS Catalogne s’étonne de voir que le FC Barcelone offre « tant d’amitié et de sympathie envers le seul soldat israélien emprisonné ces dernières années en raison du conflit, en maintenant dans le même temps un silence absolu sur les 4660 prisonniers palestiniens actuellement enfermés dans les prisons israéliennes. »

Elle note que :

Le club de football de Barcelone devrait savoir que, parmi les prisonniers palestiniens il y a aussi de nombreux sportifs. Le cas de Mahmoud Sarsak est particulièrement révélateur de la façon dont le régime israélien maltraite le peuple palestinien et en particulier leurs sportifs. Sarsak, qui vient de la bande de Gaza, est un joueur de football qui a joué dans l’équipe nationale palestinienne. Il a été arrêté par l’armée israélienne le 22 Juillet 2009 et a passé 3 ans de sa vie en prison en détention administrative, c’est-à-dire sans inculpation ni procès. Sarsak a obtenu sa libération le 10 Juillet 2012, après 3 mois de grève de la faim, ce qui a forcé les autorités israéliennes à reconnaître qu’il était détenu illégalement. Au cours de sa grève de la faim, durant laquelle il était proche de la mort, il a reçu le soutien d’Eric Cantona, Frédéric Kanouté, le Président de l’UEFA Michel Platini, le président de la FIFA Sepp Blatter et la FIFPro (une association internationale de joueurs professionnels de football).

Sarsak, qui s’est récemment confié à The Electronic Intifada à Gaza, a appelé les gens du monde entier à continuer leurs actions de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Lettre ouverte des footballeurs de Gaza au FC Barcelone : Ne soyez pas du côté de l’oppresseur !

Gaza assiégée, Palestine occupée, le 27 Septembre 2012

Monsieur le Président Sandro Rosell,

Nous, footballeurs, athlètes, associations sportives et fonctionnaires du sport palestiniens, sommes consternés d’apprendre que la grande équipe de Barcelone va accueillir Gilad Shalit lors du Clasico, Barcelone vs Real Madrid, le 7 Octobre, alors que plus de 5000 prisonniers politiques palestiniens restent moisir [dans les prisons israéliennes], dont beaucoup en isolement, beaucoup sans aucune visite, beaucoup en grève de la faim, sans attention ni souci pour qu’ils soient libérés.

L’arrestation arbitraire de milliers de Palestiniens de Gaza, y compris la vedette Gazaouie de l’équipe nationale palestinienne de football Mahmoud Kamel Sarsak, qui a été détenu sans procès ni même explication publique de son arrestation, est un outil de routine de l’occupation israélienne. Mahmoud a seulement été libéré après une grève de la faim de 95 jours. Beaucoup d’autres sont, au moment où nous écrivons en grève de la faim dans une prison israélienne et certains sont proches de la mort. Mahmoud Sarsak a perdu 3 ans de sa carrière de footballeur et a failli mourir alors qu’il protestait avec le seul moyen possible pour lui. C’est lui qui mérite d’être invité !

Joseph S. Blatter, Président de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association), a exprimé sa « grave préoccupation » à l’égard des pratiques israéliennes et de ses restrictions imposées aux joueurs palestiniens, en particulier ceux incarcérés dans les prisons israéliennes, ou interdits de rejoindre l’équipe nationale. Et Michel Platini a déclaré : « Israël doit choisir entre laisser le sport palestinien se poursuivre et prospérer ou alors assumer les conséquences de leur comportement. »

L’occupation militaire illégale par Israël de la Palestine et les cinq ans de siège sur la bande de Gaza ont étouffé les aspirations des hommes, des femmes et des jeunes sportifs palestiniens, depuis des décennies. Alors, où en sont les conséquences ? [Est-ce ça,] un soutien politique aux pratiques d’Israël en recevant un des soldats des forces d’occupation israéliennes à l’un des plus grands clubs du monde ?!

Les Palestiniens de Gaza soutiennent Barcelone plus que n’importe quel autre club, surtout parmi les enfants qui constituent la majorité de la population. Nous, à Gaza, avons vécu tous tellement d’épreuves sous un siège hermétique, des bombardements réguliers, et de fréquentes incursions.

L’utilisation d’une force écrasante lors de l’Opération Plomb Durci en hiver 2008-09 a rasé de larges surfaces de la bande de Gaza, dont le stade national de football de Rafah, tuant les joueurs de football Ayman Alkurd, Shadi Sbakhe et Wajeh Moshate, ainsi que plus de 1.400 autres Gazaouis. Le gardien de but de l’équipe nationale, Omar Abou Rwayyis, a été arrêté par la police israélienne en 2012 sur des accusations de terrorisme, argument utilisé pour les personnes dont la vie était dédiée au football, et non pas à la politique. De nombreuses fois l’équipe palestinienne n’a pu se réunir, s’entrainer ou participer à des tournois en raison de restrictions israéliennes illégales imposées aux déplacements des joueurs.

Nos footballeurs sont continuellement privés d’entrée ou de sortie de ce que beaucoup d’organisations des droits humains appellent la plus grande prison à ciel ouvert. Vous devez avoir à l’esprit l’exemple de l’année dernière quand Israël a refusé d’autoriser à six membres de l’équipe nationale palestinienne de Gaza de se rendre à un match contre la Mauritanie.

Comme pour tous ceux bloqués dans la bande de Gaza, le porte-parole israélien a déclaré que les joueurs s’étaient vu refuser l’accès pour « raisons de sécurité », affirmant qu’ils n’avaient pas le permis nécessaire, rappelant ainsi la « pass law » raciste, tristement célèbre, de l’Apartheid en Afrique du Sud. [Pass Law : Loi d’apartheid instituant des passeports intérieurs pour restreindre les droits de résidence et de mouvement des populations non blanches, abolie en 1986]

Il s’agit d’une politique systématique et continue à notre égard qui a décimé notre implication dans le sport international. Les incertitudes concernant ces permissions refusées de sortie et d’entrée dans la bande de Gaza et les restrictions changeantes du siège et de l’occupation israélien sont une entrave majeur et par conséquent la Fédération d’Asie de l’Ouest de football ne programme pas toujours les matchs impliquant nos équipes.

En 2007, l’équipe nationale a été empêchée de se rendre à Singapour pour jouer un qualificatif à la Coupe du Monde et a donc été éliminée, et aussi en mai 2008 pour la Challenge Cup de l’AFC (Confédération Asiatique de Football) la privant ainsi d’une qualification pour la Coupe d’Asie 2011. Les joueurs olympiques originaires de Gaza se sont vus empêchés d’entrer en Cisjordanie et les équipes de jeunes fréquemment refusées de sortie et de ré-entrée.

Lors des attaques criminelles d’Israël sur Gaza en 2009, notre stade national a été ciblé et détruit, tout comme le bâtiment de l’Association Palestinienne de football. La construction d’un nouveau stade prévue à Beit Lahiya, Gaza, a été suspendue en raison de la poursuite du siège israélien, qui interdit encore le béton de pénétrer dans la bande de Gaza ainsi que pour d’autres infrastructures sportives. Et le seul terrain gazonné de la bande de Gaza avait déjà été précédemment détruit par un missile israélien obligeant l’équipe nationale à jouer ses matchs dans un stade quasiment vide au Qatar.

Comme l’a montré le boycott efficace des équipes sportives du régime d’apartheid Sud-Africain, le sport et la vie politique ne peuvent être séparés. Nous vous demandons de ne pas faire preuve de solidarité envers l’armée qui opprime, emprisonne et tue les sportifs palestiniens, hommes et femmes, en Palestine mais plutôt de tendre la main à ces footballeurs palestiniens dont les rêves sont détruits et les opportunités brisées, entièrement à cause de la politique d’apartheid du régime israélien contre eux.

Selon les termes de Mahmoud Sarsak :

« En tant que prisonnier libéré, footballeur de l’équipe nationale palestinienne et grand fan du FC Barcelone, je condamne fermement la décision du club d’inviter le soldat israélien Gilad Shalit à un de leurs matches et je les appelle à annuler cette décision. Il y a près de 5.000 prisonniers politiques détenus dans les prisons israéliennes, souffrant quotidiennement des horribles pratiques pénitentiaires israéliennes qui violent le droit humanitaire et les conventions internationales.

Nos prisonniers, dont beaucoup sont des footballeurs et autres athlètes, subissent des méthodes et pratiques de torture psychologique et physique des plus brutales. Seuls les anciens captifs, comme moi, connaissent l’histoire complète de cette oppression et l’humiliation qui va nous hanter pendant de nombreuses années à venir. J’appelle le Barça à boycotter sa participation contre des équipes sportives israéliennes et à appeler au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre Israël jusqu’à ce qu’il autorise les droits fondamentaux des Palestiniens, notamment le droit de participer librement au sport et à des compétitions sportives. N’invitez pas le soldat des forces d’occupation d’Israël Gilad Shalit alors que tant de Palestiniens moisissent dans les prisons israéliennes pour le crime d’être Palestiniens souhaitant jouer au football et aux autres sports. »

Inviter Gilad Shalit est comme faire défiler un soldat des Forces de Défense d’Afrique du Sud lors d’un match de football européen durant les années 80. Aurais-tu fait cela, FC Barcelone ?

Signataires :

· Association des Supporters du FC Barcelone de Gaza
· Alwehda (unity) Club-Rafah
· Alasteqlal (independence) Club-Rafah
· Jamaa’i Rafah Club
· Alnuseirat Services Club
· Deir Elbalah Services Club
· Deir Elbalah Union Club
· Alsalah Charity Club
· Alwehda Club- Jabalia
· Jabalia Youths Club
· Beit Hanoun Civil Club
· Beit Lahyia Club
· Albureij Services Club
· Alaqsa Club-Alnuseirat
· Almaghazi Services Club
· Alnuseirat Sefrvices Club
· Alzawaida Youth Club
· Jabalia Union Club
· Ansaar Jabalia Club
· Alkarama Club
· Gaza Sporting Club
· RafahYouths Club
· ALtarabot Club- Deir Albalah
· Albureij Civil Club
· Alredwan Club
· Hetteen Club
· Alta3awn (Cooperation) Club
· Alwefaq Club
· Aljazeera Club
· Alyarmouk Club
· Alrayaan Club
· Albureij Youths Club
· Alrebaat Club
· Alzawaida Union Club
· Almaghazi Youths Club
· Alqarara Club
· Alataa’ Althahabi Club
· Alshaf3’ Club
· Alshareqa Club
· Canada Club
· Alqadessia Club
· Tel Alsoultaan Club
· Shatti Services Club
· Islamic Assembly Club
· Khan Younus Union Club
· Rafah Youth Club
· Sports College—Al-Aqsa University

Joueurs et entraineurs

· Mahmoud Sarsak (Joueur de l’Equipe Nationale de Palestine de Football)
· Ghassan Balaawi (Ancien entraineur de l’Equipe Nationale de Palestine de Football
· Khaled Quake (Entraineur de l’Equipe de Palestine de Football des moins de 20 ans)
· Naim Salameh (Entraineur)
· Naif Abdul Hadi (Entraineur)
· Jamal El Houli (Entraineur)
· Abdul Hai Abu Shammaleh (Entraineur)

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Source : Electronic Intifada

Traduction : KA