Journée BDS Saint-Étienne le 10/12/16

Le samedi 10 décembre à La Gueule Noire, 16 rue du Mont, Saint-Étienne

de 10h à 22h.

(Entrée gratuite-Adhésion La Gueule Noire-Prix libre)

La société civile palestinienne a lancé la campagne « BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) » afin de lutter contre la colonisation et l’apartheid.

Rejoignez-nous pour parler de cette résistante non-violente.




Présentation du livre « Un boycott légitime, pour le BDS universitaire et culturel de l’État d’Israël » Paris, le 24/11/16

Dans le cadre de la campagne pour le boycott culturel et universitaire d’Israël
BDS France-Paris, l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine) 
et l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) vous invitent
le 24 novembre 2016 à 18h30
CICP – GRANDE SALLE
21ter Rue Voltaire – 75011  Paris
M° Rue des Boulets
 
Entrée libre – Inscriptions àrencontre24novembre@gmail.com

Présentation du livre « Un boycott légitime, pour le BDS universitaire et culturel de l’État d’Israël » (La fabrique 2016) 
en présence des auteurs, Eyal Sivan et Armelle Laborie

Défendre la liberté d’appeler au boycott ne va pas à l’encontre de la liberté critique ou de la liberté d’expression, il en fait partie.

L’idée même d’utiliser le boycott de la culture et du savoir comme un moyen de pression politique provoque la perplexité, la réticence ou même le rejet. Alors que le boycott des institutions universitaires et culturelles israéliennes, composant essentiel de la campagne mondiale Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS), recueille un nombre croissant de soutiens partout dans le monde, il reste méconnu voire ignoré en France. Il est sujet à de fausses interprétations et donne lieu à des polémiques, y compris parmi les partisans sincères de la paix en Palestine-Israël. Ces interrogations et objections sont dues à une ignorance des termes de l’appel palestinien au boycott universitaire et culturel d’Israël, et se nourrissent aussi de la méconnaissance, des idées fausses et de la perception déformée qui sont diffusées en France au sujet des universités et de la culture israéliennes. Le livre « Un boycott légitime » décrit leur réalité et le contexte dans lequel leur image idéalisée est produite.
Le livre :

Pour l’État d’Israël, la principale source d’exportation vers l’Occident n’est pas faite de mandarines ou d’avocats, ni même d’armement ou de systèmes sécuritaires : l’essentiel, c’est la promotion d’une image, celle de l’ « énergie créative » pour tout ce qui touche à la culture. « Les produits israéliens comme la littérature, la musique, la danse, le cinéma, l’art, la gastronomie, la science et les technologies, l’architecture et l’histoire sont des domaines culturels susceptibles de toucher les publics cible, particulièrement en Europe » explique un ex-député du parti de gauche Meretz.

Or cette vitrine culturelle, comme le prestige international de l’université israélienne, masquent une tout autre réalité : les liens entre cette université et l’institution militaire, le rôle de l’université dans la recherche de nouveaux outils de combat et de renseignement, la discrimination des étudiants palestiniens, l’absence de protestation contre les guerres menées à Gaza… Et l’évidence que les écrivains, artistes et cinéastes du soi-disant Camp de la paix, d’Amos Oz à Amos Gitaï ou David Grossman, ne sont que des dissidents officiels tout à fait inoffensifs.

C’est cette réalité-là qui explique le succès exponentiel du boycott académique et culturel dans le monde entier – et les réactions très vives du pouvoir israélien contre ce qu’il considère désormais comme une « menace existentielle ». Ce boycott ne concerne pas les personnes mais les institutions et ceux qu’elles soutiennent. Il n’est ni un obstacle au dialogue, ni un frein à l’action d’une « gauche sioniste » muette et paralytique. Il est un mode de résistance pacifique et parfaitement légitime.

  • Armelle Laborie
    Armelle Laborie, productrice de films pendant de nombreuses années, a également travaillé dans une agence de communication.
  • Eyal Sivan
    Eyal Sivan est un cinéaste israélien. Parmi ses derniers films : Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël (coréalisé avec Michel Khleifi, 2003), Pour l’amour du peuple (coréalisé avec Audrey Maurion, 2004), Jaffa, la mécanique de l’orange (2009) et Un État commun, conversation potentielle(2012).



Dans le cadre de la campagne pour le boycott culturel et universitaire d’Israel

arton1824-8ca03BDS France et AURDIP en collaboration avec UJFP

vous invitent

le 24 novembre 2016 à 18h30

CICP – GRANDE SALLE

21ter Rue Voltaire – 75011  Paris

M° Rue des Boulets

Présentation du livre « Un boycott légitime, pour le BDS universitaire et culturel de l’Etat d’Israël » (La fabrique 2016) 
en présence des auteurs, Eyal Sivan et Armelle Laborie

Inscription à : rencontre24novembre@gmail.com

Défendre la liberté d’appeler au boycott ne va pas à l’encontre de la liberté critique ou de la liberté d’expression, il en fait partie.
L’idée même d’utiliser le boycott de la culture et du savoir comme un moyen de pression politique provoque la perplexité, la réticence ou même le rejet. Alors que le boycott des institutions universitaires et culturelles israéliennes, composant essentiel de la campagne mondiale Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS), recueille un nombre croissant de soutiens partout dans le monde, il reste méconnu voire ignoré en France. Il est sujet à de fausses interprétations et donne lieu à des polémiques, y compris parmi les partisans sincères de la paix en Palestine-Israël. Ces interrogations et objections sont dues à une ignorance des termes de l’appel palestinien au boycott universitaire et culturel d’Israël, et se nourrissent aussi de la méconnaissance, des idées fausses et de la perception déformée qui sont diffusées en France au sujet des universités et de la culture israéliennes. Le livre « Un boycott légitime » décrit leur réalité et le contexte dans lequel leur image idéalisée est produite.



Rencontre avec Majd Kayyal à Paris le 21 novembre 2016

L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et la Campagne BDS France – Paris

vous invitent à rencontrer Majd Kayyal

           Le lundi 21 novembre 2016 à 19h30 au CICP, salle verte,

        21ter rue Voltaire, Paris 11ème M° Rue des Boulets

 

De passage à Paris, ce jeune  journaliste écrivain, présenté ci-dessous, longtemps responsable de la communication à Adalah (centre juridique pour les droits de la minorité palestinienne d’Israël, basé à Haïfa), lui-même désireux de rencontrer des militants solidaires du peuple palestinien, témoignera des aspirations d’une nouvelle génération de résistants palestiniens d’Israël.

 

Inscription à : rencontre21novembre@gmail.com

Majd Kayyal  (né en 1990) était jusqu’à récemment  rédacteur organisateur et coordinateur média pour Adalah. En 2016, il gagne le Prix du Jeune Ecrivain Palestinien pour son premier roman « La Tragédie de Sayed Mattar ». Deux ans plus tôt, il était retenu six jours en détention à l’isolement à cause de sa participation à une conférence de journalistes au Liban.

Avec de nombreux jeunes militants, il a organisé les manifestations contre le Plan Prawer.

En 2011, il était à bord de la Flottille de la Liberté pour mettre fin au blocus de Gaza, quelques mois après avoir terminé une grève de la faim de 15 jours en solidarité avec les prisonniers palestiniens.

En 2012, il lance le projet « Manasheer » de distribution de littérature dans sa ville natale Haïfa.

Majd écrit pour « Assafir Al-Arabi », et ses articles sont traduits en anglais, français, espagnol et hébreu, tout en gérant depuis 2010 son blog littéraire personnel « Message à la Tricontinentale ».

Informations complémentaires :

Interview avec Gideon Levy dans Haaretz :

http://www.haaretz.com/israel-news/twilight-zone/.premium-1.587161

Et quelques articles en anglais et français :

http://arabi.assafir.com/Article/2605

http://arabi.assafir.com/Article/25/2576

http://arabi.assafir.com/Article/25/2578

http://arabi.assafir.com/Article/25/5159

https://blogs.mediapart.fr/edition/accords-doslo-20-ans-apres/article/081013/vingt-ans-apres-oslo-12-majd-kayyal-oslo-la-monopolisation-du-conflit?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=Majd_Kayyal%3A_Oslo%3A_La_Monopolisation_du_Conflit

 




Liberté d’expression et d’opinion pour tous ! Soutien inconditionnel à l’expression de BDSF34 !

APPEL A RASSEMBLEMENT :

SAMEDI 5 NOVEMBRE 2016, 15H  PLACE DE LA COMÉDIE – MONTPELLIER.

 

Le comité BDSF34 est l’objet d’une offensive sans précédent de la part de la Mairie de Montpellier et de la préfecture. Cette offensive porte gravement atteinte à sa liberté d’expression et d’opinion. La mairie interdit toute possibilité de stand « Solidarité avec la Palestine » place de la Comédie, la préfecture envoie sa police et fait convoquer au commissariat trois militants BDS pour port du T-Shirt en raison de la mention « Boycott Israël apartheid ». Ainsi la France est un des seul pays avec Israël (!) à interdire l’appel au boycott !

Cette offensive est partie intégrante du contexte d’État d’urgence et de régression sociale (Interdiction de manifester et répression pendant la COP21, loi travail imposée, criminalisation des syndicats, répression violente et judiciaire des syndicalistes et des manifestants etc.).

À ce titre l’attaque contre BDSF34 ne concerne pas seulement les associations, partis et syndicats adhérents au plan national de la Campagne BDS France mais l’ensemble des acteurs du mouvement social, écologique, politique, alternatif. Ensemble ils doivent faire bloc et riposter pour imposer, sur tous les terrains la défense de leur liberté d’expression et d’opinion, notamment en revendiquant l’occupation de l’espace publique comme espace d’information, d’expression et de rencontre avec la population.

C’est la raison pour laquelle les signataires appellent à une action de réappropriation de l’espace public en vue de réaffirmer ensemble et en acte, notre liberté d’expression et d’opinion, en marquant notre solidarité avec BDSF34 en participant au RASSEMBLEMENT

Samedi  5 NOVEMBRE  2016 de 15h à 17h30 Place de la Comédie.

LES SIGNATAIRES : (premiers signataires)

AL (Alternative Libertaire)

APLR (Association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon)

ADN34 (Arrêt Du Nucléaire 34)

Amis de l’Arche

CCIPPP34 (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien)

CIMADE (Région)

CMF (Collectif des Musulmans de France)

Comité BDS France 34

GIA Montpellier (Comité de Soutien à Georges Ibrahim Abdallah)

CGA (Coordination des Groupes Anarchistes)

CRI (Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie)

Ensemble ! 34

Les Désobéissants 34

MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente)

Maison de la paix

NPA 34 (Nouveau Parti Anticapitaliste)

PG (Parti de gauche)

Podemos (Cercle de Montpellier)

Solidaires 34

UJFP (Union Juive Française pour la Paix)

Pour se joindre aux signataires, contact : comitebdsfrance34@gmail.com

____________________________________

Rappel succinct des faits :

Rôle de la LICRA et complicité de la Mairie et de la préfecture pour bâillonner BDSF34.

 

La LICRA fer de lance de l’offensive contre bdsf34

Le 30 mars 2015, la LICRA (le CRIF en sous-main) largement relayée par les médias annonce qu’elle se porte partie civile aux côtés de la LDH dans le procès contre Saadia et Husein et s’emparant des motifs de la plainte déclare : « L ‘antisionisme radical dont fait preuve cette organisation et qui n’est rien d’autre que de l’antisémitisme (…) » et demande au maire de Montpellier d’interdire désormais toutes les manifestations de rue de cette organisation (…) ».

Le 30 mai 2015 elle organisera à Montpellier une manifestation contre le comité BDSF34. En tête de cette manifestation la LICRA et son président J.L Bonnet, les responsables régionaux et locaux du CRIF, du CCCJM (qui organise tous les ans la journée sioniste dite de Jérusalem) et… H. Bourgi secrétaire fédéral du PS34.

Le lendemain de la manifestation la Mairie annonce par voie de presse que désormais tout stand BDSF34 sans autorisation préalable demandée dans un délai de 2 mois était interdit et ferait l’objet de contravention. La préfecture confirme que sa police interviendra en cas de non respect de ces décisions.

C’est ce qui se produit le 17 octobre 2015 : la police s’attaque au chapiteau, le casse sans pouvoir l’enlever car les militants et les passants scandalisés le protègent. Un PV est dressé pour occupation illégale du domaine public, un second sera dressé le 14 mai 2016 au même motif.

Le 31 octobre, par arrêté préfectoral, la préfecture interdit, le matin pour l’après midi, une manifestation (déclarée dans les formes et les délais) de « Solidarité avec la Résistance Populaire Palestinienne ». Une dizaine de cars bondés de CRS sont prêts à faire exécuter la décision. BDSF34 a annulé l’appel à la manifestation.

Dès lors, la préfecture interdit tout rassemblement statique BDS sur la place de la Comédie et en cas de manifestation BDS elle interdit au cortège BDS de s’arrêter place de la Comédie ( !). Visiblement les ordres viennent du plus haut niveau et ne tolèrent aucune dérogation.

14 novembre 2015 : Etat d’urgence – Changement de préfet.

A partir de Mai 2016 se conformant aux demandes, le comité BDSF34 fait des demandes de stand place de la Comédie via la CCIPPP34 et le MAN. Quatre demandes d’autorisation sont déposée (25 juin , 3 juillet, 30 juillet et 3 septembre). Elles sont toutes refusées pour la Comédie et la Mairie renvoie place Bec (sortie des escalators polygone vers Antigone).

En réaction BDSF34 déclare en préfecture à chaque fois un rassemblement statique et le tient. Dès le premier rassemblement du 25 juin, la préfecture convoque des membres du BDSF34 et son directeur de cabinet rappelle que tout appel au boycott d’Israël est interdit. Deux jours après trois militants sont convoqués par le parquet et auditionnés au commissariat central pour port du T-shirt (Boycott Israël Apartheid)….

 




Communiqué : Solidarité avec les 4 militants de la campagne BDS à Toulouse !

14310558_1395331723813720_2192342278011466360_o

Nous exigeons la relaxe des quatre militant-e-s de Toulouse et vous donnons rendez-vous le 22 septembre dès 13H devant le Tribunal de Toulouse pour les soutenir.

La Campagne BDS France

www.bdsfrance.org
campagnebdsfrance@yahoo.fr




Journée d’action nationale BDS 24/09/16: Embargo militaire contre Israël

Protestons contre l’achat envisagé par la France du drône d’Elbit Systems!

Cartes postales à imprimer et envoyer au Président de la République et affiches ci dessous :

 

cp-skylark-verso-final-original-copie-modifiecp-skylark-recto-final-original-copie-modifie

 

14292393_1670526749930662_8568027709872991864_n

14369966_1672969833019687_4851151182039225689_n

 

 

 




La Campagne BDS France à la fête de l’Humanité 2016

Nous serons présents les 9-10 et 11 septembre à la fête de l’Humanité 2016 pour vous rencontrer, vous informer, répondre à vos questions et échanger avec vous sur la Campagne BDS.

Le stand BDS se trouve sur l’avenue « Che Guevara » au Village du Monde.

Vous y trouverez du matériel  (tracts, livres, documents, badges, stickers, tee-shirts…) qui vous permettront de faire connaître notre action.

Nous vous y attendons nombreux! BDS

 

Accès à la fête : navettes gratuites .

Le pass 3 jours en pré-vente: 35 €




FSM 2016 : Une conférence et un atelier co-organisés par BDS France

La coalition BDS Québec et la Campagne BDS France co-organisent deux événements le vendredi 12 août au Cégep du Vieux Montréal. Toutes les informations ci-dessous :

 

https://www.bdsfrance.org/evenement/fsm-2016-la-reponse-de-la-campagne-bds-a-la-repression-par-les-etats-complices-de-la-colonisation/

https://www.bdsfrance.org/evenement/fsm-2016-la-reponse-de-la-campagne-bds-a-la-repression-par-les-etats-complices-de-la-colonisation-2/




Rassemblement de soutien à BDS France 34 : 2 août 15h commissariat central – Montpellier

Ils ne feront pas taire le BDS !

COMMUNIQUÉ ET APPEL A CONFÉRENCE DE PRESSE

MARDI 2 AOÛT 2016 14H30 – RASSEMBLEMENT, PARVIS DU COMMISSARIAT CENTRAL – MONTPELLIER

Microsoft Word - COMMUNIQUÉ ET APPEL A CONFÉRENCE DE PRESSE.do




Toulouse : Procès BDS reporté au 22 septembre

Plus de 250 personnes venues d’un peu partout en France ont assisté le 30 juin dernier au rassemblement de soutien à nos camarades de BDS de Toulouse Bernard, Loic, Jean Pierre et Yaman scandaleusement poursuivis suite notamment à une dénonciation locale de la LICRA  pour de simples distributions de tracts BDS devant des supermarchés

 

Le procès a été reporté au 22 septembre prochain, à la demande des officines sionistes, qui manifestement ne supportent pas l’audience grandissante des nombreuses voix qui s’élèvent pour la liberté d’expression de BDS.

Ainsi le CRIF local s’est ajouté aux parties civiles  déjà existantes. Une deuxième plainte pour “incitation à la discrimination” a été ajoutée par ces relais du régime israélien d’apartheid à la première qualification ‘d’entrave à l’activité économique”.

La Campagne BDS France vous donne donc à nouveau rendez vous le 22 septembre prochain, plus que jamais déterminée à amplifier cette mobilisation!

Relaxe immédiate pour nos camarades!

Voir les nombreux communiqués de soutien de plusieurs associations et organisations en soutien aux 4 militant-e-s poursuivis de Toulouse:

Procès de Toulouse : Communiqués de soutien aux 4 militant-e-s poursuivis

 




Procès de Toulouse : Communiqués de soutien aux 4 militant-e-s poursuivis

Liste des communiqués de soutien :

 


Soutiens de personnalités :

 

 


 

 

 

Déclaration de Ghislain Poissonnier, magistrat:

« J’apporte mon soutien sans réserve aux quatre militants pro-BDS convoqués au Tribunal de Toulouse le 30 juin.

 

Il leur serait notamment reproché d’avoir distribué aux passants un tract intitulé « Boycott d’Israël : ça marche ! ».

Le tract en question explique notamment qu’en Europe, « depuis 5 ans, des chaînes de magasin et même des banques refusent le commerce avec Israël ». Il donne des exemples en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Norvège d’entreprises européennes ayant fait le choix de ne plus commercer avec des sociétés israéliennes ou de désinvestir d’Israël.

 Le tract demande ensuite à une entreprise française de grande distribution (Auchan) de cesser la vente dans ses magasins de produits de certaines sociétés israéliennes telles que Mehadrin (fruits et légumes distribués sous les marques Jaffa, Carmel, Top, Haidikaim, Jordan River etc.) et Sodastream (appareils gazéificateurs), parce que ces entreprises sont impliquées dans la colonisation israélienne de Cisjordanie, déclarée comme illégale par tous les organes des Nations Unies. L’implication de Mehadrin et de Sodastream dans la colonisation est de notoriété publique et est évidemment un choix de la part des dirigeants de ces entreprises, choix encouragé par le gouvernement israélien sous la forme d’avantages réglementaires, financiers, fiscaux, sociaux etc.

 Le tract demande enfin à une société française de télécommunications (Orange) de rompre son partenariat avec une société israélienne (Partner Communication) impliquée, elle aussi, dans la colonisation. Cette demande a d’ailleurs été reprise en mai 2015 par de grandes ONG françaises (CCFD, FIDH, LDH) et des syndicats français (CGT, Solidaires), au nom du nécessaire respect de la IVème Convention de Genève qui protège la population d’un territoire occupé.

 Ce tract, toutes les personnes qui, en France et dans le monde, militent pour le respect du droit international en Israël et en Palestine auraient pu le rédiger et le distribuer. Il n’est que la compilation d’observations et de demandes de bon sens, que la société civile est obligée de relayer, faute pour la France et les Etats européens, d’agir pour qu’enfin Israël respecte le droit international. Agir notamment en interdisant l’importation et la vente de produits des colonies ou le commerce avec des entreprises ayant des liens avec les colonies.

 Cette obligation d’agir en ce sens a été rappelée par la Cour internationale de Justice dans son avis de 2004 sur le mur construit illégalement en territoire palestinien. Un avis qui n’est pas mis en œuvre, faute de volonté politique. Il appartient donc bien à la société civile française et européenne, de se mobiliser pacifiquement, notamment dans le cadre de la campagne BDS, afin que les Etats fassent pression sur Israël pour qu’il cesse ses violations du droit international.   

 Les quatre militants pro-BDS de Toulouse n’ont, à cet égard, que fait leur devoir de citoyen engagé au service du respect du droit international et ne devraient pas être inquiétés pour cela par la justice de leur pays.

 Ghislain Poissonnier, magistrat ».

 

 




Journée sioniste de Grammont, nouvel enfumage , nouvel échec.

La journée sioniste du CCCJM dite Journée de Jérusalem est un événement unique en France et même en Europe qui commémore en France, le fait colonial d’un pays étranger (Israël) en présence du consul de ce pays. La Journée dite de Jérusalem du Centre Communautaire et Culturel Juif de Montpellier (CCCJM) commémore et célèbre en présence du consul d’Israël et des représentants de tous les exécutifs de la Région la prise de Jérusalem-Est par l’armée israélienne le 7 juin 1967 ainsi que l’occupation et la colonisation de la ville de Jérusalem depuis cette date. Contrevenant au droit international, à 4 résolutions de l’ONU (252, 476, 478, 672) ils proclament la « réunification » de Jérusalem et la déclarent capitale une et indivisible de l’Etat d’Israël.

Contraint par les campagnes de dénonciation de ce scandale,  le CCCJM ne peut plus depuis plusieurs années afficher publiquement ses positions coloniales, il est contraint de biaiser et de recourir à divers artifices pour tenter de masquer le caractère politique de cette fête.

Cette année ils ont choisi : « Si Jérusalem m’était conté… »

2016-sucette-jacou-17juin_01

« SI JÉRUSALEM M’ÉTAIT CONTÉ »

Affiche de la 39ème année de la journée sioniste dite de « Jérusalem »

Sans doute ont-ils tenté de surfer sur le succès qu’a connu le film de Sacha Guitry « Si Versailles m’était conté… » paru en 1954. Faut dire que leur public est très vieillissant et nostalgique du bon vieux temps… des colonies, de l’Algérie et du temps où l’image d’Israël rayonnait de ses feux trompeurs.

Mais ce temps est heureusement révolu. Les projecteurs de la campagne BDS internationale palestinienne éclairent désormais les incessantes violations du droit, la colonisation arrogante et les crimes de guerre contre le peuple palestinien.

 

Le CCCJM et ses amis ne peuvent plus clamer publiquement : «  A travers le symbole de cette journée, nous crions, avec tous nos amis, haut et fort, notre sionisme et notre soutien à l’Etat d’Israël… Jérusalem est et doit rester la capitale d’Israël (…) » [1] .

[1] Propos tenus par le président du CCCJM en 2010.

Les campagnes du comité BDSFrance et de ses partenaires, conjuguées à celles d’autres acteurs opposés à la colonisation de la Palestine, interdisent l’affichage public de cette arrogance coloniale. C’est une première victoire !

Preuve est faite qu’il sont dans l’illégalité et qu’ils ne peuvent plus soutenir publiquement ce discours hors la loi. Ils sont contraints de le faire en catimini à l’intérieur de leur fête entourée d’un mur de service d’ordre privé et de la police nationale qu’on dit pourtant surchargée.

banderoleréunifiée

A l’intérieur (juin 2015) ils affichent la « couleur ». Notez qu’ils ne fêtent pas l’anniversaire de la 38ème fête montpelliéraine, non ils fêtent bien la prise de Jérusalem en 1967 (2015-1967 = 48)

NOUVEL ENFUMAGE, NOUVEL ÉCHEC !

La formule « si… m’était conté » n’est pas de Sacha Guitry mais de Jean de la Fontaine et le communicant qui n’a pas hésité à reprendre cette formule, aujourd’hui galvaudée, nous réserve une surprise qui en dit long sur l’objectif de la communication du CCCJM : amuser le monde, c’est à dire le distraire de l’essentiel. L’essentiel étant les faits et les actes commis par Israël sur le terrain.

Concluant la fable intitulée « Le pouvoir des fables » La Fontaine écrit :

« Si Peau d’âne m’était conté,
J’y prendrais un plaisir extrême,
Le monde est vieux, dit-on : je le crois, cependant
Il le faut amuser encor comme un enfant. »[2]

[2] Fable 4 du livre VIII intitulée « Le pouvoir des Fables » . Le « Peau d’âne » mentionné ne se réfère pas au conte de Perrault, publié juste un an avant la mort du fabuliste.

Oui le CCCJM et ses amis nous prennent pour des enfants qu’on peut amuser avec des fables. Des enfants qu’on pourrait berner facilement en leur racontant des histoires.

Déjà l’an dernier avec le slogan : «  Jérusalem, l’ambition de vivre ensemble » l’enfumage était grossier au regard du nettoyage ethnique et de la judéisation forcée de Jérusalem. Mais là encore les organisateurs ont beau essayer de nous endormir, leur idéologie exsude par tous les interstices : leur « vivre ensemble » s’imprime sur … un MUR. Le MUR, la séparation, comme emblème du « vivre ensemble » sioniste, quel aveu !… Chassez le naturel, il revient au galop.

vivre ensemble

Le MUR de séparation comme symbole du « vivre ensemble sioniste » !

 

LA RÉGION, LE DÉPARTEMENT, LA VILLE ET LA MÉTROPLE COMPLICE DE CETTE COMMÉMORATION COLONIALE

2016-sucette-jacou-17juin_02

Nos impôts locaux financent l’affichage et le fonctionnement de cette fête coloniale.

 

logos

Ils sont tous là, leurs logos l’attestent : Région, Département, Métropole et Ville !

Par contre ce qui n’a pas changé c’est le soutien politique, idéologique et financier des exécutifs de la Région, du département, de la ville de Montpellier et même la nouvelle métropole. Ils sont tous là, depuis 39 ans ! Elus PS ou ex-PS : M. Saurel, aujourd’hui divers droite ; fidèles soutien du colonialisme, ils commémorent la « réunification » de Jérusalem, font les courbettes à la nouvelle Consul d’Israël au CRIF et ses satellites.

UNE SEULE RÉPONSE BDS !

AFFICHE 3journeìe Jeìrusalem 2016

 




FESTIVAL DE LA CNT: « Soutien à la Campagne BDS : Liberté pour la Palestine ! ».

MONTREUIL, Samedi 25 Juin de 15h30 à 17h30

La CNT, confédération syndicale, adhérente à la campagne BDS depuis 2009, a invité la journaliste Riya Hassan, palestinienne originaire du Neguev et coordinatrice du BNC / Campagne internationale de BDS,   le week-end prochain.

Elle participera au Festival de la CNT (http://www.cnt-f.org/festival-cnt/) où un débat sera organisé sur le thème « Soutien à la Campagne BDS : Liberté pour la Palestine ! », le samedi 25 juin, de 15h30 à 17h

Participants au débat:

Riya Hassan / BNC

FX Chaunier / secrétariat international de la CNT

Imen Habib / BDS-France

Emmeline Fagot / UJFP

Yousef Habache (Health Work Committee – Palestine & CDP)

La Parole Errante 9 rue François Debergue, MONTREUIL

Métro: Croix de Chavaux,  L9




La journée de Jérusalem, un jour de deuil (par Gideon Levy)

(…) Cette fête nationale fût et demeure la fête des chauvins religieux, célébrée par une minorité hurlante et menaçante qui y donnent leur marque particulière. Ils célèbrent le seul plaisir de Jérusalem – se réjouir du malheur des autres, – par une manifestation de drapeaux entièrement basée sur le plaisir de piétiner la dignité de l’autre nation à laquelle Jérusalem appartient également.(…) Gidéon Levy

UNE JOURNÉE DE COMMÉMORATION COLONIALE EN VIOLATION DU DROIT INTERNATIONAL

Voici comment Frédéric CORCOS, l’ex-Président du Centre Communautaire et Culturel juif (CCCJ) de Montpellier, annonçait publiquement en 2011, la 33ème « journée de Jérusalem » à Montpellier : « Notre attachement à cette commémoration de la réunification de la ville de Jérusalem reste un particularisme spécifique à Montpellier et unique en Diaspora… A travers le symbole de cette journée, nous crions, avec tous nos amis, haut et fort, notre sionisme et notre soutien à l’Etat d’Israël !… JERUSALEM EST ET DOIT RESTER LA CAPITALE DE L’ETAT D’ISRAËL !(…) Venez très nombreux commémorer ce 33ème anniversaire de la Journée de Jérusalem et soutenir ainsi l’Etat d’Israël, seul rempart de notre Peuple. Vive Israël ! »

C’est dit on ne peut plus clairement : il s’agit d’une manifestation politique sioniste de soutien à l’état colonial israélien en violation du droit international..

Depuis 2009 le comité BDS France 34 mène campagne contre cette commémoration organisant conférences  , stands d’information sur la place de la Comédie  (https://bdsf34.wordpress.com/2015/06/08/6-7-juin-week-end-de-manifestations-contre-la-journee-sioniste-a-montpellier/) et manifestations annuelle  sur le site de la dite manifestation.(https://bdsf34.wordpress.com/2015/06/08/6-7-juin-week-end-de-manifestations-contre-la-journee-sioniste-a-montpellier-2/#more-2495). Une pétition papier a été lancée soutenue par une quinzaine d’organisations.

Ces actions ont contraint les organisateurs à changer leur discours d’appel et leurs affiches. Ils ne déclament plus « Jérusalem capitale une et indivisible du peuple, juif, de l’état d’Israël etc. Ils mettent cyniquement des colombes ou encore osent parler du « vivre ensemble »…

38annoncejournée38è

Par contre à l’intérieur de la fête, toujours en présence du consul d’Israël la banderole affiche la teneur de la journée ainsi que les interventions et les stands …

banderoleréunifiée

AVEC LE SOUTIEN DES EXÉCUTIFS DE LA RÉGION, DU DÉPARTEMENT DE LA MÉTROPOLE ET DE LA VILLE DE MONTPELLIER

Non seulement tous les exécutifs (majorité PS) soutiennent financièrement cette journée et affichent leurs logos sur le matériel de communication, mais ils la soutiennent politiquement par l’envoi de représentants qui viennent applaudir le discours colonial du Consul et de la présidente du CCCJM, ainsi plus d’une dizaine des nouveaux de la Ville de Montpellier étaient présents en 2014 ! Ainsi l’argent des contribuables est utilisé pour financer une opération qui appelle à célébrer un acte colonial, condamné par 4 résolutions de l’ONU (252, 476, 478, 672).

La préfecture et la Ville s’attaquent – à la demande de la LICRA et du CRIF – à l’ expression publique du comité BDS France en prévention, disent-ils- de troubles à l’ordre public – alors que le comité BDSF34 ne fait que réclamer l’application du droit international et des droits humains par Israël à l’égard des Palestiniens. Et quand la LICRA-CRIF, CCCJM et autres officines sionistes violent ouvertement le droit international en commémorant un acte colonial condamné par l’ONU, et causent de ce fait un trouble à l’ordre public, les élus viennent applaudir les tenants de l’apartheid israélien et la préfecture envoie sa police contre la manifestation BDSF34 qui proteste contre cette violation du droit.

Nous avons aujourd’hui dans cette bataille pour le droit un allié de taille en la personne de Gidéon Levy qui écrit dans Haaretz. Il s’agit d’ un des rares journaliste israélien, juif, qui inlassablement dénonce les tueries, les crimes de l’armée, des colons,   la violence de la société israélienne pourrie par le colonialisme. Il fait preuve d’un courage admirable et malgré les menaces de morts qu’il reçoit il persévère et a récemment rejoint apporté son soutien au BDS.

Nous espérons que ses propos éclaireront tous les élus-es  qui ferment les yeux sur cette journée, les Yvonne Le Dain qui n’en rate pas une,  Saurel qui est venu avec un aéropage d’élus-es …

Bravo et merci M. Gidéon Levy !

La Rédaction BDSF3

La Journée de Jérusalem, un jour de deuil

« Un jour, la Journée de Jérusalem deviendra un jour de deuil national. Les drapeaux seront en berne. Les sirènes hurleront et les Israéliens se recueilleront en mémoire de leur rêve évanoui. Le 28 du mois d’Iyar entrera dans le calendrier des jours de deuil d’Israël, coincé entre le jour commémoratif des soldats disparus et Tisha B’Av, et sera un jour commémorant la destruction du rêve, qui tombera avant le jour commémorant la destruction du Temple.

portedamssouillée

Mardi  juin 2016Jérusalem, , porte de Damas, entrée de la vieille ville , territoire palestinien occupé et souillé par la haine des colons (BDSF34)

 

A la Journée de Jérusalem, les Israéliens marqueront la fin de leurs 19 courtes années d’innocence et le début de la malveillance institutionnelle et systématique de leur Etat. Ils ne comprendront pas comment, des années durant, ils ont osé célébrer le jour de l’occupation comme une fête nationale établie par la loi, ni comment ils pouvaient voir en Jérusalem, la ville symbolisant la tyrannie et le racisme de leur État, comme l’objet de leurs désirs. Quand cela arrivera, si cela arrive, on le saura, la société sera guérie de son mal fatal.

Aujourd’hui, seule une infime partie des Israéliens célèbrent la Journée de Jérusalem. Cela ne représente rien pour la plupart d’entre eux qu’ils soient laïcs, ultra-orthodoxes ou Arabes. La mariée n’intéresse pas non plus la plupart des Israéliens. Quand y êtes vous allé la dernière fois pour vos loisirs ? Quand étiez-vous au mur des lamentations ? Et pourquoi y seriez-vous ?

Cette fête nationale fut et demeure la fête des chauvins religieux, célébrée par une minorité hurlante et menaçante qui y donnent leur marque particulière. Ils célèbrent le seul plaisir de Jérusalem – se réjouir du malheur des autres, – par une manifestation de drapeaux entièrement basée sur le plaisir de piétiner la dignité de l’autre nation à laquelle Jérusalem appartient également.

Une ville pauvre, crasseuse et négligée, que les Juifs laïcs quittent aussi vite que possible, à laquelle les Palestiniens s’accrochent avec toute leur maigre force et que les Juifs religieux, chauvins et extrémistes occupent depuis longtemps. C’est une ville qui envoie ses métastases de colons dans chaque quartier palestinien, dans l’unique but d’y faire régner la misère, de dépouiller, d’opprimer et d’évincer. Et tout cela sous les auspices des autorités, y compris du pouvoir judiciaire, l’autorité la plus éclairée d’Israël.

Il s’agit d’une ville manifestement binationale qui aurait pu être un paradigme de coexistence dans un État démocratique, une sorte de modèle pour rétablir une relative justice. A la place, à cause de la rapacité israélienne pour l’immobilier et le massianisme, Jérusalem est devenue l’essence du pillage, de l’agression, des violences et de l’arrogance d’Israël.

Le jour de « libération » de cette ville insupportable, qui est le jour de son occupation, c’est le jour qui en a fait ce qu’elle est maintenant, un monstre de béton et un Moloch de l’occupation. Aujourd’hui nous sommes sensés célébrer ce jour, d’après la loi. Aucune personne de conscience ne peut faire ça.

J’aimais Jérusalem quand j’étais jeune. Même durant la courte gueule de bois après l’orgie de 1967 qui nous infecta presque tous, nous restions captivés par sa stupéfiante beauté. A cette époque nous croyions encore ce qu’on nous racontait, que la ville était « libérée » et « unie » pour toujours et que Teddy Kollek, le Viennois libéral, était un conquérant éclairé.

Mais bientôt sa beauté fut mutilée jusqu’à la rendre méconnaissable, rien ne demeura, et commença l’inévitable retour aux réalités. Seuls les aveugles et les ignorants peuvent encore s’y plaire. Qui peut prendre du plaisir à visiter une ville dont chaque pierre crie à l’occupation ?

Avec l’équipe de football la plus raciste de la ligue, et le maire le plus chauvin localement au pouvoir – ni l’un ni l’autre par hasard – Jérusalem est devenue le symbole de l’occupation et la preuve la plus convaincante de son apartheid. Plus d’un tiers des habitants de Jérusalem, soit 37 %, sont des Palestiniens qui devraient avoir les mêmes droits mais qui sont assujettis de toutes les façons possibles. Ce n’est pas par hasard que de tous les lieux possibles, c’est là que le soulèvement désespéré des solitaires, la troisième intifada, est née.

Cela aurait pu être différent. Si Israël avait reconnu les Palestiniens comme égaux aux Juifs et les Palestiniens comme ayant les mêmes droits que les Juifs dans la ville, aujourd’hui Jérusalem et Israël seraient différents. Mais Israël n’a jamais résisté à la tentation. Il y a 49 ans, jour pour jour, Israël a conquit une partie de la ville, et depuis ce jour, a tout fait pour en faire une ruine morale.

Et c’est ce que nous pleurerons un jour, durant la Journée de Jérusalem.

 

Gideon Levy, 5 juin 2016

http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.723116

 

Traduction : JPB

 

AFFICHE 3journeìe Jeìrusalem 2016

 




Communiqué : Relaxe pour Saadia et Husein

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN

MONTPELLIER MERCREDI 23 MARS 2016

13H30 DEVANT LE TGI – Place P. FLOTTE

Les faits sont connus : le 3 août 2014 en pleine mobilisation contre la guerre israélienne menée contre la Bande de Gaza, Saadia et Husein, deux porte-parole du Comité BDS France 34 ont partagé sur leur page FB personnelle un montage photo arrivé de façon aléatoire sur le fil d’actualité de leur page FB. Or le montage était accompagné d’un texte caché, d’un contenu négationniste, complotiste et antisémite qu’ils n’ont pas vu puisqu’ils ont partagé rapidement, sans cliquer sur la photo, comme on le fait souvent sur FB. La LDH à la demande de la LDH34 s’est emparé de cet « accident de clic » et sans même rencontrer les deux intéressés pour entendre leurs explications a porté plainte contre Saadia et Husein pour : « « Contestation de crimes contre l’humanité, provocation publique à la commission de crimes ou délits, à la discrimination ou à la haine raciale – apologie de crime sur Facebook. » ( !) Le MRAP s’est rapidement porté partie civile aux côtés de la LDH et ils ont été rejoints par un de leur partenaire « antiraciste » : la LICRA, puis par deux autres associations pro-israéliennes sionistes le BNVCA et Avocats sans Frontières.

Dans cette affaire tout repose sur la réponse à la question : ont-ils lu le texte et donc partagé en connaissance de cause le contenu de ce texte ? Ou bien, non, ils n’ont pas vu ni lu le texte caché et c’est un accident.

– Depuis le début les accusés clament qu’ils n’ont pas lu le texte, texte qu’ils ont condamné sans réserve et immédiatement effacé de leur page le 6 août 2014 en fin d’après midi, dès qu’ils ont été informés de son existence.

– Depuis le début des personnalités locales, de nombreuses associations et tout l’entourage militant de Saadia et Husein n’ont cessé de clamer que les accusations portées contre eux étaient totalement infondées et n’ont cessé de leur témoigner toute leur confiance et soutien.

– Depuis le début cette plainte a provoqué de vives oppositions dans le mouvement de solidarité à la Palestine y compris au sein même du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI) dont 14 organisations ont écrit une lettre à la LDH lui demandant de se retirer des parties civiles. L’union Juive Française pour la Paix (UJFP) qui condamne cette plainte a également rencontré la LDH pour lui demander de se retirer des parties civiles.

– Depuis le début des protestations se sont élevées au sein même de la LDH et une pétition a même été lancée contre cette plainte par une section LDH.

– Depuis le début, au sein du MRAP qui s’est porté partie civile, s’est levée une vague de protestation qui s’est exprimée sous forme de déclaration publique « Pas en notre nom » dénonçant cette plainte « qui salit le mouvement ainsi que notre crédibilité ». Cette déclaration pour demander l’arrêt des poursuites contre Saadia et Husein a été signée par 252 militants (3 fédérations et 9 comités locaux).

– Depuis le début Sophie Mazas, présidente de la LDH34 et initiatrice de la plainte a reconnu que Saadia et Husein n’étaient pas antisémites. C’est également ce qu’a déclaré M. Tubiana président d’honneur de la LDH lors de la rencontre du 9 juin 2015 à Montpellier devant une délégation de 5 représentants du comité BDS France 34.

 

Puisqu’il est de notoriété publique que Saadia et Husein ne sont pas antisémites, on admettra que rien ne justifie qu’ils soient traînés devant les tribunaux comme des racistes et des criminels alors même que la circulaire Alliot-Marie demande aux procureurs de réprimer durement les militants BDS.

Et quand on sait que sur les 57 partages du même post sur Face Book le même jour, seuls les deux porte-parole du Comité BDS France 34 sont poursuivis par la LDH, on peut légitimement s’interroger sur les motivations qui poussent la LDH à un tel acharnement exclusif sur deux porte-parole du comité BDSFrance34.

Parce que Saadia et Husein sont totalement innocents des accusations portées contre eux, nous appelons à leur relaxe.

Comité BDS France 34

16 mars 2016





Soirée BDS le 18/03 à Paris: « De l’Afrique du Sud à la Palestine : BDS héritière​ des luttes de libération « 

La Campagne BDS France et Sortir du Colonialisme vous invitent à une soirée/débat inédite sur le thème:

 » De l’Afrique du Sud à la Palestine : BDS héritière​ des luttes de libération « 

vendredi 18 mars 2016 

CNT
Confédération Nationale du Travail
33, rue des Vignoles
Métro Avron ou Buzenval

Du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis à la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, le boycott en tant que mouvement citoyen, anti-raciste et non violent a inspiré de nombreuses luttes de libération. Lors de cette soirée, nos invité-e-​s reviendront sur ce passé en le liant à l’actualité en Palestine/Israël et en le connectant à la lutte du peuple palestinien pour son autodétermination à travers la Campagne BDS initiée en 2005 par plus de 171 associations de la société​té civile palestinienne.

Les intervenant-e-​s seront :

 Kristian Bailey:  journaliste indépendant, originaire de Détroit, il concentre son travail sur la construction des ponts entre luttes Noires et Palestiniennes. Il a coordonné l’appel à la solidarité « Black4Palestine » en 2015. Diplômé de Standford en 2014, il a durant ses études été actif dans l’association ‘Student for Justice in Palestine’ tant à l’échelle de son campus qu’à l’échelle nationale. 

Marie France Cohen Solal : militante de longue​ date, engagée sur plusieurs fronts et notamment dans la solidarité pour le peuple palestinien, elle est membre de l’Afps Paris Sud, de l’UJFP et de la la Campagne BDS France. 

Yasser Qous : est né et a grandi dans la vieille ville de Jérusalem. C’est un descendant de la communauté africaine. En 2006, avec un groupe d’amis, il a ré-ouvert le Centre de la communauté africaine, qui avait été fermé depuis plusieurs années, à la seconde intifada palestinienne. Aujourd’hui, avec Yasser à sa direction, le Centre est ouvert à plusieurs communautés de la ville, conservant ses héritages africains et palestiniens. 

Des tables d’informations BDS seront à votre disposition, fournies en documentations et matériels variés (Brochures, 4 Pages..etc..)

Inscription à : rencontre18mars@gmail.com

FB: https://www.facebook.com/events/943498799075192/

Twitter:@campagnebds 

#BDS18mars




Soirée BDS le 18 mars 2016 à Paris: « De l’Afrique du Sud à la Palestine : BDS héritière​ des luttes de libération »

affiche V4.3

Dans le cadre de la Semaine anticoloniale 2016

La Campagne BDS France et Sortir du Colonialisme vous invitent à une soirée/débat inédite sur le thème : « De l’Afrique du Sud à la Palestine : BDS héritière des luttes de libération »

 

 » De l’Afrique du Sud à la Palestine : BDS héritière​ des luttes de libération « 

vendredi 18 mars 2016

CNT
Confédération Nationale du Travail
33, rue des Vignoles
Métro Avron ou Buzenval

Du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis à la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, le boycott en tant que mouvement citoyen, anti-raciste et non violent a inspiré de nombreuses luttes de libération. Lors de cette soirée, nos invité-e-​s reviendront sur ce passé en le liant à l’actualité en Palestine/Israël et en le connectant à la lutte du peuple palestinien pour son autodétermination à travers la Campagne BDS initiée en 2005 par plus de 171 associations de la société​té civile palestinienne.

Les intervenant-e-​s seront :

 Kristian Bailey:  journaliste indépendant, originaire de Détroit, il concentre son travail sur la construction des ponts entre luttes Noires et Palestiniennes. Il a coordonné l’appel à la solidarité « Black4Palestine » en 2015. Diplômé de Standford en 2014, il a durant ses études été actif dans l’association ‘Student for Justice in Palestine’ tant à l’échelle de son campus qu’à l’échelle nationale.

Marie France Cohen Solal : militante de longue​ date, engagée sur plusieurs fronts et notamment dans la solidarité pour le peuple palestinien, elle est membre de l’Afps Paris Sud, de l’UJFP et de la la Campagne BDS France.

Yasser Qous : est né et a grandi dans la vieille ville de Jérusalem. C’est un descendant de la communauté africaine. En 2006, avec un groupe d’amis, il a ré-ouvert le Centre de la communauté africaine, qui avait été fermé depuis plusieurs années, à la seconde intifada palestinienne. Aujourd’hui, avec Yasser à sa direction, le Centre est ouvert à plusieurs communautés de la ville, conservant ses héritages africains et palestiniens.

Des tables d’informations BDS seront à votre disposition, fournies en documentations et matériels variés (Brochures, 4 Pages..etc..)

Inscription à : rencontre18mars@gmail.com

imageFB: https://www.facebook.com/events/943498799075192/

Twitter:@campagnebds

#BDS18mars




Madame l’ambassadrice d’Israël, vous n’êtes pas la bienvenue à Strasbourg

Sciences Po Strasbourg, en partenariat avec l’association étudiante Sciences Po Forum organise une conférence-débat avec l’Ambassadrice d’Israël en France, Mme Aliza Bin-Noun, jeudi 10 mars à 16h, à l’IEP de Strasbourg. Cette conférence n’est ouverte à personne d’extérieur, elle est réservée aux étudiants et anciens étudiants de Sciences-Po.

A l’occasion de la venue de cette dame, la 1ère représentante de la politique d ‘ Israël en France, nous appelons à un rassemblement de protestation, à proximité de l’IEP à 15h45 avenue de la Forêt Noire, au niveau de l’Eglise St Maurice à Strasbourg.

MADAME L’AMBASSADRICE D’ISRAEL, ETAT COLONIALISTE, D’APARTHEID ET HORS LA LOI INTERNATIONALE, VOUS N’ETES PAS LA BIENVENUE A STRASBOURG !
Nous sommes indignés par la violence de l’Etat d’Israël contre le peuple palestinien, occupé et humilié depuis 49 ans, et par l’impunité dont jouit ce pays qui viole depuis 1948 le droit international et toutes les résolutions des Nations-Unies :
– Colonisation accélérée de la Cisjordanie et de Jérusalem, petit à petit vidée de ses habitants palestiniens
– Occupation de la vallée du Jourdain et expulsion des Palestiniens qui y vivent
– Vol des terres palestiniennes par les innombrables colonies (750 000 colons) et par le mur qui sépare villages et familles
– Vol de l’eau : la nappe phréatique palestinienne pompée par les colonies, alors que les Palestiniens n’ont pas le droit de creuser des puits. Sans parler de Gaza…
– Arrestations arbitraires et emprisonnement de 7000 hommes et femmes dont 406 enfants (fév 2016)
– Destruction des villages et expulsion des Bédouins du Néguev (Israël)
– Blocus monstrueux de Gaza, la plus grande prison du monde à ciel ouvert
– Discriminations contre les Palestiniens d’Israël, politique d’apartheid
Votre visite à Strasbourg n’est pas innocente : Vous voulez redorer l’image d’Israël auprès des étudiants de Sciences Po. Mais vos paroles ne pourront masquer la réalité d’un Etat condamné par Amnesty International pour ses crimes de guerre, en particulier à Gaza, et pour les tortures infligées aux enfants palestiniens.
Partout dans le monde, à l’appel des Palestiniens, comme ce fut le cas en Afrique du Sud contre l’apartheid, le mouvement de Boycott-Désinvestissement-Sanctions se développe : le dernier exemple en est l’appel au boycott-désinvestissement des professeurs de l’université de Columbia à New-York : http://www.aurdip.fr/petition-des-professeurs-de-l.html
Vous n’arrêterez pas ce mouvement des peuples du monde !
CJACP – Femmes en noir – UJFP – Pour nous contacter : cjacp@orange.fr




IAW 2016 : Participez dans votre ville!

Un an après le succès de la semaine contre l’apartheid israélien 2015, la campagne BDSFrance vous invite à participer à l’édition 2016 dans votre ville!Affiche_IAW_FR_2016
Cette semaine contre l’apartheid (IAW), commencée en 2005, a lieu dans plus de 150 villes dans l’objectif de dénoncer le projet colonial israélien et développer la campagne de Boycott, Désinvestissement, Sanctions.

Depuis octobre dernier, des dizaines de milliers de Palestiniens se soulèvent contre le régime colonial israélien à travers toute la Palestine historique. Ce soulèvement, mené par les jeunes palestiniens dont de nombreux étudiants, est une réponse à l’intensification du nettoyage ethnique et à la politique d’oppression mise en place par Israël à Jerusalem (capitale de la Palestine) et dans tout le pays.

Alors que le gouvernement français, soutien officiel du régime sioniste, réprime le mouvement de soutien au peuple palestinien, ces évènements seront l’occasion d’envoyer un message clair: face à la répression et aux intimidations, nous continuerons à affirmer notre solidarité avec la résistance du peuple palestinien et à soutenir l’appel au Boycott, Désinvestissement, Sanctions lancé par la société civile palestinienne elle-même.

Au programme actions de rue, expositions photos, conférences, projections et rencontres !
IsraeliApartheidWeek en France
IsraeliApartheidWeek international

#IsraeliApartheidWeek 2016: le programme complet!

Bordeaux (Plus d’infos à venir)
*14 mars à 18H : Conférence avec Yasser Qous, Kristian Davis Bailey et Siham Assbague
*16 mars à 18H : Conférence avec Julien Salingue, Naji Owdah et Wadia Layla
Université de Bordeaux

Grenoble (Plus d’infos à venir)
*16 mars : Défilé anti-apartheid avec une troupe de Batucada dans le quartier de la Villeneuve
20h : Conférence « histoire populaire des luttes anti-apartheid » avec Kristian Davis Bailey, Kenjah Comité Traite Négrière Esclavage (CTNE)
salle polyvalente des Balladins
Organisateurs: BDS, FUIQP, Comité Traite Négrière Esclavage (CTNE)

Lille (Plus d’infos à venir)
*8 mars à 19h: »la lutte des femmes ici et ailleurs » A la salle concorde de Lille, 65 rue Saint Bernard 59000 Lille (métro porte des postes) avec Fatiha Ajbli, Docteure en Sociologie spécialisée sur les problématiques d’emploi des nouvelles générations de Françaises musulmanes
*9 mars à 18H: Conférence « Les violences d’Etat » avec Kristian Davis Bailey Yasser Qous et Said Bouamama – MDE de Lille1 avenue Carl Gauss Villeneuve d’Ascq – Metro Cité Scientifique + buffet et concert
Organisateurs : Generation Palestine Lille
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/957360547646687/

Marseille (Plus d’infos à venir)
Expositions Photo
Projection : Les prisonniers Palestiniens
*17 mars : Conférence « solidarité et militantisme en milieu universitaire »

Montpellier (Plus d’infos à venir)
*1er Mars 20h – cinema Utopia : « Roadmap to Apartheid » à l’initiative du comité BDSFrance34
*12 mars – Action de boycott contre l’apartheid
*13 mars 15h – Cimade – Liberté pour les prisonniers palestiniens avec Shadid Atili (ex ministre de l’eau), Raed Amer (Pdt du club des prisonniers Palestiniens) et Issa Qaraqe (Responsable du comité pour les prisonniers palestiniens)
*17 mars : Université Paul Valery
Co-organisé par Solidaires Etudiant-e-s (Univ. Paul Valéry) et le Comité BDSFrance 34.
– 12h-14h Animations, stand, prises de parole, diffusion de tracts…sur le campus.
– 18h  L’apartheid israélien : Témoignages Palestiniens
– Wadia Layla, étudiant, réfugié, camp de Deishe (au sud de Betléem)
– Naji Owdah, animateur, réfugié, Camp de Deishe.
Soutenue par (premiers signataires) : Alternative Libertaire (AL), Association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon,(APLR), ATTAC Montpellier, Campagne Civile internationale pour la Protection du Peuple Palestinien ( CCIPPP34), CIMADE L.R, Collectif des musulmans de france (CMF), Comité de soutien à Georges Ibrahim Abdallah (CSGIA), Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), Tricoteuses en furie (TF), Union Juive Française pour la Paix (UJFP),

Nantes (Plus d’infos à venir)
*9 Mars à 17h30, Salle de conférence (Censive) : « Colonisation et Apartheid vus du ciel », par Génération Palestine,
*11 Mars à 12h30, Amphi A (Tertre) : « La résistance de la jeunesse palestinienne », avec Kristian Davis Bailey (Black4Palestine) et Wadia Layla (Militant palestinien),
*12 Mars à 18h, à B17 : « Répression des luttes aux Etats-Unis, en Palestine et en France », avec Kristian Davis Bailey (Black4Palestine) et le collectif « Nantes en résistances »,
*14 Mars à 12h, Amphi C (Tertre) : « Le mouvement BDS en France », avec Marie-France Cohen-Solal (Campagne BDS),
*16 Mars à 17h30, Salle de conférence (Censice) : Projection de « Roadmap to Apartheid », de Ana Nogueira et Eron Davidson.
Organisateurs : Solidaires Etudiant-e-s et Generation Palestine 44
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/462993230570098/

Nîmes (Plus d’infos à venir)
* 2 mars :
– de 11h30 à 14h30 => stand d’information et saynettes de rue,  à l’entrée de la Faculté Vauban, Montée du Fort
– de 17h30 à 19 h => rassemblement de solidarité avec les prisonniers palestiniens et saynettes de rue, avenue Feuchères (près de la gare SNCF)
co-organisée par le Comité BDSF30, l’AFPS Nîmes, Femmes en Noir, UJFP, Europalestine

Paris (Plus d’infos à venir)
*14 mars, « Education contre l’occupation », 18H30 – 21H00: Projection du film « Depuis que je suis né » à l’université Paris 8, suivie d’un échange avec la réalisatrice puis d’une conférence débat avec Nadji Owdah et Wadia Layla. Organisée par le Collectif Palestine Paris 8 et le syndicat Solidaires Etudiant-es.
https://www.facebook.com/events/921188327970620/
*19 mars, Soirée de soutien à Georges Ibrahim Abdallah, 19h, au CICP, suivi d’un concert de Rap
*20 mars, match amical organisé par le Ménilmontant Football Club 1871 (AFA) et Generation Palestine Paris dans l’après midi suivi d’un débat/échange avec Kristian Davis Bailey et les militants.
*22 mars, conférence sur « Lutter contre l’apartheid à l’université », à partir de 18h à l’université Paris 8. Organisée par Generation Palestine Paris et le Collectif Palestine Paris 8. Kristian Davis Bailey et unE militantE du collectif seront les principaux intervenants.
https://www.facebook.com/events/209980499355607/
*23 mars : Soirée sur le thème « Racisme structurel et institutionnel, cas des USA, de la France et de la Palestine », organisée par Generation Palestine Paris à la Maison de la citoyenneté, Ivry, à partir de 18H30. Les invités sont Kristian Davis Bailey, Marjorie Moya et unE militant de GP
https://www.facebook.com/events/197770277245966/

Rennes (Plus d’infos à venir)
*14 mars Porteur de Parole – métro Villejean-Université
*15 mars à partir de 17h30 : conférence avec Nadji Owdah et Wadia Layla – Université de Rennes 2, amphi E3
*16 mars à partir de 17h30: ciné-débat, présentation et diffusion entre autre d’un court métrage réalisé par un groupe de jeunes partis l’été dernier en Palestine – Université de Rennes 2, amphi E3
*19 Mars : action BDS
*23 mars : conférence avec Julien Salingue présentation de son dernier ouvrage, la Palestine des ONG – IEP de Rennes

Rouen (Plus d’infos à venir)
Programme du Groupe AFPS et CRPJDPI (Collectif Rouennais pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens)
* 2 mars – 18h – Maison de l’université – Mont Saint Aignan – Amélie LEFEBVRE, avocate au barreau de Paris, spécialiste de la CPI : « La cour pénale internationale et la Palestine. Etat de droit ou loi de la jungle? »
* 19 mars – 14h30 – Action BDS- camp de Gaza, Parvis Saint Sever, Rouen gauche
* 30 mars : Bernard Pellegrin. Les relations diplomatiques France / Israël de 1945 à 2012. De la fission au fusionnel. Une relation compliquée! !
* 23 avril – 14h30 – Action BDS- camp de Gaza, Parvis Cathédrale Rouen,

Saint-Etienne (Plus d’infos à venir)
BDS42 et Union des étudiants communistes Loire
* 1er Mars à partir de 18h  à l’université Jean Monnet => Projection Les Panthères Noires d’Israël parlent »
* 12 mars Conférence – débat avec Mustafa Muhammad
* 22 mars conférence débat avec Eric Hazan
(Plus d’infos à venir) : Diffusion de « Roadmap to Apartheid » suivi d’une discussion et présentation de la campagne BDS

Toulouse (Plus d’infos à venir)
* 15 mars – 12h30 – Université Jean Jaurès/Mirail amphi 9  => rencontre avec Kristian Davis Bailey (Black for Palestine)
* 15 mars – 20h30 – Maison de Quartier de Bagatelle => rencontre avec Kristian Davis Bailey (Black for Palestine)
« L’apartheid universitaire en Palestine et les luttes de la jeunesse en Palestine, aux Etats-Unis et en France ».
* 16 mars – 12h30 – Université Jean Jaurès/Mirail amphi 9 => Projection/débat autour du film Roadmap to Apartheid
* 17 mars – 12h30/14h – Université Jean Jaurès/Mirail => interventions artistiques en solidarité avec la Palestine (cirque, graf’, buffet)
* 18 mars – 18h – terrain de foot de l’Université Jean Jaurès/Mirail => tournoi de foot en solidarité avec la Palestine
Organisateurs : BDS France Toulouse
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/754776691289453/