1

Mobilisations BDS dans plusieurs villes de France pour la journée Boycott PUMA du 18 septembre

Le 20 septembre 2021

Dans le cadre de la 5ème journée d’action internationale Boycott Puma, les militantes et militants se sont mobilisé.e.s dans plusieurs villes de France pour dire à Puma de cesser de sponsoriser la colonisation et l’apartheid israéliens.

Retour en images sur ces mobilisations…

Retrouvez ici une vidéo résumant les mobilisations en France

A Strasbourg

Huit militantes et militants ont agi à Strasbourg  pour appeler au boycott de PUMA, avec pancartes au cou et à la main, tracts et explications sonores à l’appui!
L’accueil fut bon avec des passantes et passants nombreux.ses par cette belle journée ensoleillée.
Pendant ce temps, d’autres militantes et militants développaient la campagne au stand du collectif au Village des associations au Parc de la Citadelle.

A Aix-en-Provence

A Aix-en-Provence, ce samedi après-midi, les militantes et militants de la campagne BDS étaient déterminé.e.s malgré la chaleur. Après une courte visite à l’intérieur du magasin Footlocker, ils et elles ont distribué plusieurs centaines de tracts, essentiellement en ciblant les jeunes, qui ont pour la plupart réservé un bon accueil.

A Saint-Etienne

Dans le cadre de la journée internationale d’action en direction de Puma,  sept militantes et militants BDS se sont réuni.e.s devant le centre commercial Centre Deux, et ont pu discuter avec de nombreux clients du centre commercial, un public plutôt très jeune, au son de la guitare du musicien Atmane et de sa chanson « Le boycott a la cote ».

A Tours

Dans la rue passante de Tours, les militantes et militants ont reçu un bon accueil, notamment des jeunes, et ont pu distribuer plusieurs centaines de tracts.

A Lyon

Les militantes et militants ont agi devant le centre commercial Confluences à Lyon à l’occasion de la journée internationale contre Puma.

A Saint-Denis

Une vingtaine de militantes et militants ont pu distribuer plus de 500 tracts le 18 septembre à Saint-Denis, près du Centre commercial de la Basilique Saint-Denis. Certain.e.s ont pu rencontrer le directeur du magasin Go sport afin de lui expliquer les raisons de cette action. Les retours venant des passantes et passants ont été positifs.

A Bordeaux
Malgré la pluie bordelaise, les militantes et militants ont fait preuve d’enthousiasme et se sont rassemblé.e.s afin de mener une action informative auprès des passants.
A Clermont-Ferrand
Chacun.e placé.e dans différents lieux ( entrées du magasin, feux routiers sur la rue, arrêt de tram, bas des immeubles..), les militantes et militants ont distribué 400 tracts sur Puma et ont engagé beaucoup de discussions. Sans surprise, l’accueil fut bon, la plupart des passants soutenant les droits des Palestiniens. Les rencontres furent intéressantes, notamment avec des jeunes passionné.e.s de football, et ont permis de rappeler le rôle de la campagne BDS, son aspect international et sa stratégie consistant à cibler certaines marques.
A Montpellier
C’est devant le magasin Décathlon que les militantes et militants ont tenu un stand ce 18 septembre et ont distribué 500 tracts, après avoir rencontré le directeur du magasin. L’accueil fut plutôt chaleureux.
A Lille
Sous le soleil lillois, petits et grands ont taclé Puma. Des tracts ont été distribués, plusieurs dizaines de signatures ont été récoltées pour la pétition.
Continuons à agir pour la liberté et la justice pour les Palestiniennes et Palestiniens et à appeler au Boycott de PUMA !
Retrouvez ici la vidéo de joueurs de football palestiniens qui expliquent en quoi la colonisation et l’apartheid les privent de vivre pleinement leur carrière.



Le 18 septembre, participez à la journée d’action Boycott Puma !

Alors que les Palestiniennes et les Palestiniens résistent et que plusieurs entreprises appellent à ne plus supporter la colonisation israélienne, il est temps d’appeler PUMA à cesser de soutenir l’apartheid israélien.

Aidez-nous à convaincre le PDG de PUMA qu’il est préférable de cesser de soutenir l’apartheid israélien plutôt que de se battre contre la campagne de boycott.

Rejoignez l’action LE 18 SEPTEMBRE ! Pour agir, vous pouvez :

  1. Faire une action de rue avec votre comité local. Pour rejoindre un comité local, cliquez ici
  2. Ecrire au PDG de Puma France 4, Place Adrien Zeller 67000 Strasbourg Vous trouverez un modèle de lettre en cliquant ici
  3. Envoyer un mail aux dirigeants de Puma :

michael.laemmermann@gmail.com

info@puma.com

service@puma.com

benoit.menard@puma.com        

christin.kluth@puma.com

patrick.eglmaier@puma.com

polina.ivanova@puma.com

albina.imeri@puma.com

  1. Téléphoner dans les bureaux de Puma :

Siège de PUMA France        03 88 65 38 38 

Service Client 01 80 14 45 18   //   01 42 33 81 01

  1. Poster des visuels sur les pages Facebook de Puma :

https://www.facebook.com/bjoern.gulden

https://www.facebook.com/PUMAFrance/

https://www.facebook.com/groups/pumamarket/

https://www.facebook.com/groups/PUMA.Style.PH/

https://www.facebook.com/PUMATraining/

Vous pouvez utiliser les visuels ci-dessous

 

  1. Signer et faire signer la pétition : https://actions.sumofus.org/a/puma-sponsor-officiel-de-l-apartheid
  1. Tweeter :

Vous pouvez identifier les comptes ci-dessous :

PUMA South Africa   @PUMASouthAfrica

PUMA     @PUMA

Pumabrasil     @pumabrasil

Pumagolf   @PUMAGolf

PUMAmexico   @PUMAmexico

PUMA Football   @pumafootball

PUMA Argentina             @PUMAArgentina

PUMA Teamwear  @PUMATeamwear

PUMAmexico           @PUMAmexico

  • Modèles de tweets (cliquez pour tweeter)

Rejoignez les plus de 58 000 personnes qui demandent à @Puma de cesser de sponsoriser l'apartheid israélien et la colonisation illégale ! Signez la pétition https://actions.sumofus.org/a/puma-sponsor-officiel-de-l-apartheid … Cliquez pour tweeter

58K pers. demandent à @Puma de stopper son implication dans l'apartheid israélien. Puma sponsorise l'Association israélienne de foot, qui inclut les équipes installées dans des colonies israéliennes illégales sur des terres… Cliquez pour tweeter

#BoycottPuma pour envoyer un message clair à cette entreprise et lui demander de cesser sa complicité avec la colonisation israélienne #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Puma se félicite d’aider tous les sportifs MAIS il soutient les attaques de sportwashing d’Israël sur le sport palestinien. #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Je boycotte Puma, équipementier complice des violations du droit international et des droits humains par Israël. #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Puma dit qu'il s'engage contre le racisme MAIS il soutient le football d'Israël, un pays qui pratique le racisme et l'apartheid. #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

La campagne contre Puma rend le PDG de Puma nerveux ! Ce serait plus simple d’arrêter de soutenir le football israélien… #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Ne trahissez pas vos valeurs, mettez fin au parrainage de la Fédération de football israélienne qui compte des équipes installées dans les colonies sur la terre volée aux Palestiniens. #BoycottPuma Cliquez pour tweeter

PUMA se réclame ouvertement de l'égalité universelle, des droits civils pour tous et de l'antiracisme. Alors soyez conséquents : cessez de sponsoriser les équipes de foot implantées dans les colonies israéliennes #BoycottPuma Cliquez pour tweeter

Pour plus d’informations, cliquez ici

 




BDS France sera à la fête de l’Humanité du 10 au 12 septembre 2021 !

Le 8 septembre 2021

Du 10 au 12 septembre 2021, retrouvez le stand BDS France à la fête de l’Humanité 2021 au Village du monde à La Courneuve- parc Georges Valbon. Pour en apprendre plus au sujet du boycott de l’apartheid israélien et de la solidarité avec les Palestiniennes et Palestiniens, n’hésitez pas à nous rejoindre !

Pour venir, prendre le RER B jusqu’au Bourget, puis le T11 Express jusqu’à Dugny-La Courneuve, ou bien marcher une vingtaine de minutes depuis la gare RER du Bourget.

Accédez à l’événement ici

En apprendre plus sur la fête ici

 




Atelier BDS à l’Université d’Eté des mouvements sociaux et des solidarités à Nantes le 25 août à 9h30

Le 22 juillet 2021

L’Université d’été des mouvements sociaux et des solidarités aura lieu cette année du 24 au 28 août à Nantes.

BDS France y participera dans cadre d’un atelier consacré au thème BDS (BOYCOTT, DÉSINVESTISSEMENT, SANCTIONS) : PRÉSENTATION ET ENJEUX

Cet atelier est co-organisé avec l’AFPS, Solidaires et la Ferc-CGT.

Ce sera le mercredi 25 août de 9h30 à 11h45 dans la SALLE B (université permanente), 2 bis Boulevard Léon Bureau, 44200 Nantes (deuxième étage du bâtiment).

L’atelier est présenté ici, retrouvez également sa présentation sur le site de l’université d’été.

BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) : Présentation et enjeux

Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) et son mode d’emploi seront présentés, ainsi que ses enjeux pour les populations palestiniennes et juives israéliennes, pour la solidarité internationale, pour la paix dans le monde, pour la survie du droit international et pour le vivre ensemble dans la justice et l’égalité. Le BDS sera également décrit en tant que type de lutte contemporain.

Porteurs d’activités

  • BDS France
  • AFPS
  • Solidaires
  • Ferc-CGT

Intervenant⋅e⋅s

Alima BOUMEDIENE, BDS France / Mado HERVY, AFPS / Jacky CHATAIGNER, Solidaires / Basile ACKERMANN, Ferc-CGT / Fiona BEN CHEKROUN, coordinatrice de BDS Europe

Objectifs

  • Apports de savoirs théoriques
  • Echanges de savoir-faire et d’expériences
  • Convergence et construction d’initiatives communes
  • Formation pour agir

Documents complémentaires

Consulter le site de BDS France et ceux des autres associations partenaires. Nous présenterons aussi des documents sur notre stand.

Nous répondrons aux questions du public et discuterons avec lui.
Nous vous invitons à participer si vous le pouvez à ce moment fort de la solidarité internationale.

Pour la présentation générale de l’UE cliquez ici

Pour les modalité d’inscription et d’hébergement c’est ici

Puis cliquez sur INSCRIPTION dans la colonne de gauche pour vous inscrire.

Puis en cliquant sur PROGRAMME vous trouverez la totalité du programme de l’Université d’Été.

Nous vous recommandons de participer aux autres activités pour rallier au BDS, qui est plus que jamais nécessaire pour mettre fin à l’impunité de la politique coloniale, d’apartheid et d’épuration ethnique de l’Etat d’Israël, à ses agressions contre le peuple palestinien, à ses violations constantes du droit international et des droits humains.

Il sera possible aussi de suivre l’Université d’Été par Zoom.




ils soutiennent l’apartheid et piétinent les 66 enfants martyrs de Gaza !

La journée coloniale à Montpellier

La journée coloniale dans Jérusalem occupée

 

Au mépris des 254 morts palestinien.e.s dont 66 enfants dans la Bande de Gaza, en pleine offensive israélienne de nettoyage ethnique à Jérusalem-est (Sheik Jarrah et Silwan) et de répression féroce contre les Palestiniens de 48 (vivant en Israël), la présidente du Centre Culturel juif de Montpellier (CCJM) annonce la tenue de :la :
44 ème journée coloniale qui célèbre la « réunification de Jérusalem » c’est à dire son annexion par Israël.

Voici comment Frédéric CORCOS, Président du Centre Communautaire et Culturel juif (CCCJ) de Montpellier, annonçait en 2010 à la 33ème « journée de Jérusalem » à Montpellier :
« Notre attachement à cette commémoration de la réunification de la ville de Jérusalem reste un particularisme spécifique à Montpellier et unique en Diaspora… A travers le symbole de cette journée, nous crions, avec tous nos amis, haut et fort, notre sionisme et notre soutien à l’Etat d’Israël !… JERUSALEM EST ET DOIT RESTER LA CAPITALE DE L’ETAT D’ISRAËL !
(…) Venez très nombreux commémorer ce 33ème anniversaire de la Journée de Jérusalem et soutenir ainsi l’Etat d’Israël, seul rempart de notre Peuple. Vive Israël ! »

En 2021, Mme Michèle Bensoussan, présidente du même centre culturel juif annonce la 44ème journée coloniale, ainsi: « Nous fêtons au parc Grammont la réunification de Jérusalem intervenue après la guerre des six jours.(…) En 2020 nous n’avons pas pu réaliser la Journée de Jérusalem et nous voulons donner à cette édition l’ampleur qu’elle mérite pour souligner le soutien de notre communauté à Israël et à sa capitale Jérusalem. (…)
Nous  avons tous souffert de voir nos frères israéliens être bombardés par 4300 missiles tirés depuis Gaza et il faut montrer notre solidarité car ce n’est pas le tout de déplorer ces évènements, il faut agir(…) et elle appelle les communautés juives de la région à participer à la journée coloniale. Bien sûr l’événement se tient en présence du consul israélien et on se lève pour écouter la Marseillaise et l’hymne national israélien.

C’est évident, il s’agit d’une manifestation politique de soutien à la colonisation et à l’État d’apartheid israélien.

LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SOUTIENNENT L’APARTHEID ISRAÉLIEN !

Inaugurée par le socialiste G.Frêche en 1977, cette journée coloniale est soutenue politiquement et financièrement depuis 44 ans (!) par les 3 collectivités territoriales, toutes aux mains du PS : La région Occitanie, Le département Hérault et la Ville de Montpellier dont les délégations, trumpistes avant l’heure et en violation flagrante du droit international, célèbrent « Jérusalem capitale une et indivisible de l’État d’Israël ». Et les candidats de ce parti voudraient qu’on leur fasse confiance et qu’on vote pour eux ?

L’APARTHEID EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ

Sans compter les rapports et témoignages des palestinien.ne.s, les preuves sont là :

– 2009 : le Tribunal Russel lors de sa 3ème session en Afrique du Sud conclut :« Israël soumet le peuple palestinien à un régime institutionnalisé de domination considéré comme apartheid en vertu du droit international.
2017 : rapport Falk/Tilley pour l’ONU conclut : «(…) le poids des preuves est suffisant pour soutenir, au-delà de tout doute raisonnable, qu’Israël est coupable d’imposer au peuple palestinien un régime d’apartheid, ce qui constitue un crime contre l’humanité (…).
– 2021  12 janvier: L’ONG israélienne des droits humains B’tselem conclut : « Un régime de suprématie juive du Jourdain à la Méditerranée : C’est l’apartheid ».
– 2021 27 avril, l’ONG internationale Human Rights Watch conclut : «  Les autorités israéliennes commettent les crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution contre les Palestiniens vivant dans le territoire occupé, y compris Jérusalem-Est. »

SOUTENIR CETTE JOURNÉE c’est se rendre complice DU CRIME D’APARTHEID

Combattre les “idées d’extrême droite” partout où elles se manifestent !




“De la Palestine à la France, nous lutterons contre toutes formes d’oppressions!”

SEMAINE INTERNATIONALE CONTRE L’APARTHEID ISRAELIEN 2021 

La Semaine contre l’Apartheid Israélien (IAW) est un outil de mobilisation au niveau mondial pour un soutien populaire au combat des Palestiniens et Palestiniennes pour la justice.

Cette année, l’angle choisi par le BNC (coordination internationale de BDS) est de faire de l’IAW une opportunité pour mettre en réseau et renforcer les liens entre la lutte de libération des Palestiniens et Palestiniennes et d’autres luttes contre le racisme, les violences d’Etat, les violences patriarcales et toutes les oppressions systémiques. 

Une série d’actions et d’événements s’organisent partout à travers le monde. En raison de la situation sanitaire, plusieurs mobilisations ont eu lieu virtuellement. 

En France, différentes actions ont été menées le samedi 20 mars :

Prise de photos devant des lieux symboliques à Paris, devant l’université de la Sorbonne et devant le Panthéon.
-Malgré l’imposition du couvre-feu, deux vidéo-projections ont pu être organisées : une à Saint-Étienne dans un lieu culturel et une à Marseille en extérieur !

Ces projections ont permis de diffuser deux montages-vidéos : 

– une vidéo réalisée par BDS Europe, de différentes personnes d’horizons variés, reprenant le message de l’IAW
– une vidéo réalisée par le groupe français de l’organisation de l’IAW, où trois intervenantes de qualité transmettent ce message de justice.

Nous les en remercions chaleureusement. 

Michèle SIBONY est une militante de longue date contre l’occupation de la Palestine. Elle est actuellement porte-parole de l’Union Juive Française pour la Paix. 

Amal BENTOUNSI est la sœur d’Amine Bentounsi, tué d’une balle dans le dos par la police en 2012. Elle s’est battue pour obtenir justice, elle est la première personne à avoir, partiellement, gagné son procès contre la police. Son combat est celui de toutes les victimes de violences policières avec le collectif Urgence notre police assassine. Ce collectif a d’ailleurs mis au point l’application Urgences Violences Policières pour mettre fin à l’impunité de la police.  

Françoise VERGES est écrivaine et universitaire féministe, antiraciste décoloniale. Elle a rendu publics les crimes commis par le gouvernement français à la Réunion, où des femmes ont été enlevées et stérilisées. Elle est l’auteure de plusieurs livres dont le dernier Une théorie féministe de la violence 

Cette dernière a accepté, ainsi que Nada Awad et Sihame Assbague, d’intervenir publiquement sur la Palestine dans le cadre de la Semaine 2021 contre l’apartheid israélien. 

Nada AWAD est palestinienne de Jérusalem. Elle est chargée de plaidoyer international à l’Institut du Caire pour les Human Right Studies. 
Sihame ASSBAGUE est journaliste indépendante et militante antiraciste. 

Elles discuteront des réalités (post)coloniales en France et en Palestine. Elles reviendront sur les résistances possibles à l’apartheid, aux violences policières et aux logiques racistes. 

L’engagement de ces grandes dames inspirantes nous aide à appréhender comment construire une vraie convergence des luttes.

Ce sera le dernier évènement et il clôturera l’édition 2021 de la semaine internationale contre l’apartheid israélien.

Il sera à suivre sur la page Facebook de BDS France et sur Youtube, ici-même :

 

« De la Palestine à la France, nous résisterons face aux oppressions et à la violence ! »




La Semaine contre l’Apartheid Israélien (IAW) ; de quoi parle t-on?

Lancée en 2005, à Toronto par des étudiant-e-s arabes, la semaine contre l’apartheid israélien (IAW) est aujourd’hui un important événement international en solidarité avec la Palestine qui à l’origine visait à parler de la Palestine dans les universités, campus, etc.

Depuis 2005, la semaine contre l’apartheid israélien (IAW) a lieu dans plus de 200 universités et villes partout dans le monde. Des projections de films, des conférences et des actions sont mises en place durant cette semaine en vue :

 – d’alerter l’opinion publique sur le projet colonialiste en cours d’Israël et sur sa politique d’apartheid vis-à-vis du peuple palestinien

– d’accroitre le soutien à la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), initiée par les Palestinien-ne-s dans leurs luttes pour la justice et la liberté.

Depuis deux ans, l’enjeu est également de (re)créer des liens avec les mouvements/ les luttes anti racistes dans un contexte de luttes mondiales contre les oppressions systémiques (capitalisme/patriarcat/(néo)colonialismes) que combattent également les Palestinien-ne-s.

L’IAW procure une opportunité pour mettre en réseau et renforcer les liens entre la lutte de libération des Palestiniens/ Palestiniennes et d’autres luttes contre toutes formes d’oppressions systémiques.

En 2021, comme tous les ans depuis 2005, nous allons à nouveau unir nos voix pour dénoncer l’apartheid. Pendant la semaine du 14 mars au 21 mars 2021, nous allons organiser une série d’actions et d’événements tels que des vidéos réunissant des personnes influentes dans leurs combats contre les mécanismes d’oppressions, des webinaires, des manifestations virtuelles….

Et c’est Angela Davis qui a lancé cette édition 2021 dans cette vidéo

Le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’inégalité continuent d’augmenter à travers le monde.

Nous avons vu comment des millions de personnes autour du monde ont occupé les rues pour protester contre le racisme systémique, les violences patriarcales, l’injustice climatique, l’austérité néolibérale, et l’inégalité économique, parmi d’autres oppressions qui continuent de nous asphyxier. Ces manifestations pour une justice si longtemps déniée nous ont incité à continuer de résister à l’injustice, à continuer de rêver de liberté, et à continuer de réclamer nos droits, dans un front mondial uni contre le racisme et les oppressions.

Maintenant plus que jamais, nous avons besoin que toutes nos voix s’unissent à travers le monde pour mettre fin au racisme, au colonialisme et à l’apartheid.

La Palestine reste un terrain d’expérience central pour la répression mondiale. Le régime d’apartheid israélien teste ses idéologies militaristes et racistes, ses outils de surveillance et ses armes d’oppression et de domination raciale sur le corps des Palestiniens et des Palestinien-ne-s et leur société pour les exporter dans le monde comme « testés sur le terrain ». Ces outils finissent par aggraver l’oppression militarisée et raciale dans de nombreux pays à travers le monde, de la forteresse d’Europe aux Etats Unis, de l’Inde au Myanmar, du Brésil et du Honduras au Sud Soudan et au Rwanda, et bien au-delà.

Ces 17 dernières années, l’IAW s’est organisée à travers la planète pour protester contre certaines de ces injustices et pour défendre la liberté, la justice et l’égalité comme faisant partie de la lutte pour parvenir à notre justice indivisible. Continuons de tisser des réseaux toujours plus puissants d’espoir et de solidarité mutuelle et entrecroisée. Ensemble, personne ne peut nous arrêter.

#UnitedagainstRacism

Restez connecté-e-s!

 

Plus d’informations sur la page Facebook d’Israeli Apartheid Week – France

Peut être une image de 2 personnes, personnes debout et texte qui dit ’(ISRAELI APARTHEID WEEK) SEMAINE INTERNATIONALE CONTRE L'APARTHEID ISRAELIEN EDITION 2021 "De la Palestine la France, nous lutterons contre toutes formes d'oppressions!" DU 14 MARS AU 21 MARS Manifestationsvirtuelles Réalisations de Mise MeenpaceI... en RESTEZ CONNECTÉ-E-S! #UNITEDAGAINSTRACISM RETROUVEZ TOUTES LES INFOS SUR LA PAGE FB IAW-FRANCE BDS:’

 




BDS France à la semaine anticoloniale et antiraciste : webinaire le 13 février de 14h à 15h30

Dans le cadre de la semaine anticoloniale et antiraciste, la Campagne BDS France interviendra pour un webinaire sur le thème : La campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) au service de la lutte anticoloniale – petites victoires et grands combats.

Avec Juliette, Monira, Geneviève et Olivier, membres de la Campagne BDS France.

Soyez au rendez-vous le samedi 13 février de 14h à 15h30 !

Assistez au webinaire sur la page de la semaine anticoloniale et antiraciste (cliquer ici)
Le programme de la semaine anticoloniale et antiraciste

 

L’Union Juive Française pour la Paix interviendra également le mardi 9 février de 19h à 20h30 sur le thème : Mettre fin à l’apartheid israélien, comment surmonter efficacement les pressions des lobbies sionistes ?

Avec Jean Guy Greilsamer



La France reçoit le président égyptien Al-Sissi: libérez Ramy Shaath!

Campagne BDS France, le 5 décembre 2020

La Campagne BDS France, dans le cadre de la campagne de soutien au défenseur des droits humains Ramy Shaath, soutient l’appel à rassemblement, le mardi 8 décembre à 18h, devant l’Assemblée Nationale, en solidarité avec le peuple égyptien et contre la visite du président égyptien Al-Sissi à Paris les 7-8 décembre 2020.

Ramy Shaat est un défenseur des droits du peuple palestinien à l’autodétermination, de double nationalité palestino-égyptienne.

Il est coordinateur du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) en Egypte depuis 2015. Il a rejoint la coalition de militants à l’origine du soulèvement populaire de janvier 2011 qui a conduit au départ du président égyptien Moubarak. Il a joué un rôle important dans la transition démocratique du pays, notamment au sein du parti El-Dostour.

Sous le régime du maréchal Al-Sissi, il est détenu arbitrairement depuis le 5 juillet 2019 pour ses activités politiques légitimes et pacifiques. Il a été inculpé dans une affaire criminelle sans aucun fondement et sans aucune preuve tangible contre lui, à l’exception des « conclusions de l’enquête policière » auxquelles ni lui ni ses avocats n’ont eu accès. Les conditions de détention de Ramy Shaath et des autres prisonniers d’opinion égyptiens sont révoltantes.

BDS France tient à manifester sa solidarité avec Ramy Shaath et les autres prisonniers d’opinion égyptiens pour leur libération inconditionnelle.

Nous sommes solidaires également de Céline Lebrun Shaath, épouse de Ramy Shaath, pour qu’il soit mis fin à son expulsion d’Egypte intervenue consécutivement à l’arrestation de son mari.




Le 20 novembre: dites à CAF de descendre du train de l’Apartheid

BNC, le 18 novembre 2020

A la veille de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 29 novembre, nous exigeons que la compagnie CAF mette fin à son rôle dans le projet israélien illégal de tramway de Jérusalem (JLR). Le JLR permet l’annexion en cours du territoire palestinien occupé, et le renforcement de l’apartheid israélien.

La société CAF est largement critiquée pour sa complicité avec l’apartheid israélien. Huit syndicats de Norvège appellent au boycott de CAF, et plus de 15 organisations de défense des droits humains de l’État espagnol appellent à ce que CAF et les entreprises listées dans la banque de données des Nations Unies soient exclues des appels d’offres publics. Des personnes connues comme le coureur Javi Dominguez et le journaliste Amparo Lasheras appellent à la mobilisation au Pays Basque le 28 novembre et des militants du Royaume-Uni demandent que CAF soit exclu de l’offre pour fournir le matériel roulant de HS2.

Bien que CAF ait fini 2019 avec des ventes record, la compagnie menace de fermer son usine de Trenasa, ce qui signifierait que 118 ouvriers perdraient leur travail. Nous sommes solidaires de ces ouvriers. Il est clair que CAF ne pense pas aux droits de ses ouvriers. Pourquoi sinon la compagnie participerait-elle à un projet illégal qui la met totalement en péril ?

Le tramway de Jérusalem (JLR) fait partie d’un processus en cours d’enracinement de l’entreprise de colonisation illégale d’Israël et de son vol des terres palestiniennes à et autour de Jérusalem. Le JLR relie Jérusalem-Ouest à des colonies illégales sur des terres palestiniennes occupées, qui sont considérées comme des crimes de guerre selon le droit international.

Shapir, le partenaire israélien de CAF pour le projet de JLR, est cité dans la base de données des Nations Unies des compagnies complices avec lesquelles les relations économiques devraient cesser à cause de leur violation du droit international et des droits humains du peuple palestinien. Si CAF ne change pas d’avis, la compagnie sera incluse aussi dans cette base de données.

En 2007 la campagne contre le rôle de Veolia dans le projet JLR avait été lancée à Bilbao. Après des années de campagne, Veolia a abandonné le projet après avoir perdu plus de 20 milliards de dollars de contrats.

Rejoignez cette journée internationale d’action pour que la compagnie basque CAF mette également fin à sa complicité avec l’apartheid israélien.

 

Le 20 novembre, nous voulons faire beaucoup de bruit!

Utilisez vos réseaux pour mobiliser et sensibiliser. Vous pouvez agir comme suit:

 

1 – Action sur les médias sociaux

a)  Imprimez cette image:

b) Prenez une photo de vous tenant l’image

c)  Partagez la photo sur les médias sociaux avec ce texte :

La société CAF est largement critiquée pour sa complicité avec l’apartheid israélien. CAF, écoutez-nous: cessez de développer le projet israélien illégal de tramway de Jérusalem qui renforcent les colonies de peuplement israéliennes sur des terres volées aux Palestinien.nes à Jérusalem Est occupée.

Utilisez le hashtag suivant : #CAFGetOffIsraelsApartheidTrain

Suivez la campagne de la société CAF sur twitter : @eaudecaf

La campagne du BNC: bdsmovement.net/boycott-caf

d) Partagez ces tweet en anglais:

  • Tell CAF to get off Israel’s apartheid train
  • Tell your government and elected officials to exclude CAF from public contracts due to its complicity in illegal Israeli settlements
  • Spread the word about CAF’s role in helping Israel’s annexation and ethnic cleansing of Palestinians in Jerusalem

2 – Une masse de courriels

Pour envoyer un courriel au directeur général de la société CAF à la veille de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien en exigeant que la société abandonne le projet de tramway de Jérusalem et cesse de soutenir l’occupation militaire, l’annexion et l’apartheid d’Israël, rendez-vous sur la page du BNC: https://bit.ly/3lIulSs

Et utilisez le formulaire encadré en rouge sur le côté droit de cette page.

Le texte de la lettre est déjà écrit (en anglais, voir la traduction en français tout en bas de ce message). Vous n’avez plus qu’à entrer votre Prénom, votre Nom, éventuellement votre organisation, votre pays, et votre adresse email, puis valider en cliquant sur SEND.

 

3 – Laissez un message à CAF

Appelez l’entreprise au téléphone pour demander que CAF cesse sa participation au projet de tramway de Jérusalem

Appelez au 01 82 73 01 00 et laissez un message sur le répondeur pour dire: Je vous appelle pour me plaindre du fait que CAF participe au projet du tramway illégal de Jérusalem, et je souhaiterais en discuter au plus vite avec la direction de CAF.

 

 

Source : BDS Movement

 

Le texte de la lettre en français:

Cher M. Arizkorreta,

J’écris à la veille de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien établie par les Nations unies pour demander que CAF mettre fin à sa participation dans le développement et la maintenance du projet israélien illégal du tramway de Jérusalem (Jérusalem Light Train, JLR).
La société CAF est largement critiquée pour sa complicité avec l’apartheid israélien. Huit syndicats de Norvège appellent au boycott de CAF, plus de 15 organisations de défense des droits humains de l’état espagnol appellent à ce que CAF et les entreprises listées dans la banque de données des Nations Unies soient exclues des appels d’offres publics, et des militants du Royaume-Uni demandent que CAF soit exclu de l’appel d’offre destiné à fournir le matériel roulant de HS2 , le nouveau chemin de fer à grande vitesse du Royaume-Uni. EH Bildu, le deuxième plus grand parti d’Euskadi, la communauté autonone du pays basque, appelle aussi CAF à abandonner le JLR, ainsi qu’Amnesty International Espagne.
A moins que CAF ne change d’avis, la compagnie finira probablement sur la liste publiée par les Nations unies des compagnies complices impliquées dans les activités des colonies illégales israéliennes et avec lesquelles les relations commerciales devraient cesser. Shapir, le partenaire de CAF, est déjà sur cette liste.
Le projet de JLR est un élément clé dans la stratégie des autorités israéliennes pour formaliser l’annexion en cours du territoire palestinien occupé et dénier au peuple palestinien leurs droits fondamentaux selon le droit international.
En 2016, le Conseil des droits humains des Nations unies a appelé à la cessation de « l’exploitation par Israël d’un tramway reliant les colonies à Jérusalem-Ouest, ce qui est une claire violation du droit international et des résolutions pertinentes des Nations Unies ».
Le JLR lui-même représente un outil de l’apartheid israélien puisque sa construction entraîne l’expropriation forcée de terres et la destruction de propriétés palestiniennes. Son exploitation profitera principalement à la population israélienne, particulièrement aux colons illégaux.
Le propre code de conduite de CAF affirme que « toutes les actions de CAF et de ceux qui représentent la compagnie respecteront scrupuleusement le droit, les droits humains et les libertés publiques ». Le code ajoute que « chaque entité ou personne qui travaille pour, ou est en affaires avec, CAF doit observer soigneusement les obligations juridiques actuelles, le code de conduite et les règlements internes de CAF ».
Conformément à ce code, le comité des ouvriers des usines CAF de Beasain et Irun a demandé publiquement que la compagnie se retire du contrat illégal pour le JLR.
La compagnie française Veolia a abandonné tous ces travaux pour le JLR en 2015 après avoir perdu une somme estimée à 20 milliards de dollars en contrats et appels d’offre après des campagnes de la société civile visant à faire pression sur la compagnie pour mettre fin à sa participation dans ce projet.
La pression et les protestations internationales continueront jusqu’à ce que CAF cesse de profiter de la colonisation par Israël des terres palestiniennes. Nous demandons donc à CAF d’annuler immédiatement son contrat pour le tramway de Jérusalem.
Avec l’expression de mes sentiments distingués,



4e JOURNÉE INTERNATIONALE POUR UN MONDE SANS MURS [Communiqué BDS France]

Communiqué de la campagne BDS France

La campagne BDS France répond à l’appel lancé par l’ONG palestinienne « Stop the Wall » relayé par plus de 400 organisations, réseaux et mouvements dans le monde entier pour une

JOURNEE MONDIALE  POUR UN MONDE SANS MURS
09 novembre

« De la Palestine au Mexique TOUS les murs doivent tomber »

Avec la pandémie mondiale de la COVID-19, les murs qui oppriment et excluent sont devenus plus hauts, plus brutaux et plus visibles. Souvent érigés en dépit du droit international, ils créent de nouvelles frontières.

La montée en flèche des inégalités renforce les murs et les idéologies de haine, de suprématie et de fanatisme. Au lieu des soins de santé et des services sociaux, les ressources sont consacrées à la surveillance et à la sécurité de quelques-uns.

Du Mur d’apartheid d’Israël sur les terres palestiniennes au Mur de la honte étatsunien sur les terres indigènes à la frontière avec le Mexique, les murs sont des monuments d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination et d’exploitation.  Ils sont de plus en plus infranchissables en raison des systèmes de surveillance extrêmement sophistiqués. Sous prétexte de renforcer les systèmes de sécurité, les murs renforcent la division et le déchirement des peuples.

Pour la 4ème année, nous souhaitons manifester notre solidarité avec toutes les personnes victimes des murs, de tous les murs, qu’ils soient réels ou qu’ils caractérisent des exclusions, et nous appelons les gens de conscience à se joindre à nous et à tout faire pour créer des liens avec les victimes des murs.

Ici en France, la situation sanitaire ne nous permet pas d’organiser des rassemblements, mais nous tenons à manifester notre solidarité avec les populations visées par des politiques discriminatoires et des offensives racistes et liberticides : migrant-e-s, sans papiers, victimes des courants islamophobes, mouvements de solidarités …

Tou-te-s ensemble, sensibilisons le public aux effets dévastateurs de ces murs, qu’ils soient sociaux ou environnementaux,  et au profit qu’en tirent les gouvernements qui les érigent.

 

NON aux murs !

OUI à la justice, à la fraternité et à la solidarité !




9 novembre – 4ème journée mondiale d’InterAction pour un monde sans murs

Le 9 novembre – Journée mondiale d’InterAction pour un monde sans murs – Cela approche et cette année, l’appel à démolir ces symboles et structures d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination et d’exploitation est plus urgent que jamais. Veuillez lire l’invitation à participer à l’interaction mondiale du 9 novembre ici. Veuillez nous faire savoir par le biais de ce formulaire en ligne ce que vous prévoyez, comment vous voulez vous mettre en relation avec d’autres et comment nous pouvons vous aider.


9 novembre – 4ème journée mondiale d’InterAction pour un monde sans murs

L’appel pour un monde sans murs est plus urgent que jamais : Avec la pandémie mondiale de la COVID-19, les murs qui oppriment et excluent sont devenus plus hauts, plus brutaux et plus visibles.

Les contributions à l’exposition en ligne « Un monde sans murs » montrent les communautés de migrants confrontées à l’enfermement et à des frontières toujours plus militarisées, tandis que les prisons, la répression et l’exclusion sous toutes les formes sont devenues encore plus inhumaines et fatales.

Le capitalisme racialisé et les politiques coloniales en cours produisent davantage de morts, d’expulsions, d’exclusions, d’oppressions, de discriminations et d’exploitations. Les communautés noires, brunes, indigènes, pauvres ou autrement marginalisées portent le poids du virus et de l’aggravation des crises économiques, écologiques et morales de notre époque.

Alors qu’une grande partie de nos vies et de nos luttes se sont déroulées en ligne, les « murs numériques » façonnent de plus en plus nos sociétés. Ils bloquent l’accès à l’information et à la communication tout en imposant des mécanismes de surveillance et en perpétuant le colonialisme et l’autoritarisme dans la sphère numérique.

La montée en flèche des inégalités renforce les murs et les idéologies de haine, de suprématie et de fanatisme. Au lieu des soins de santé et des services sociaux, les ressources sont consacrées à la surveillance et à la sécurité de quelques-uns.

C’est un monde où les intérêts de l’Israël de l’apartheid prospèrent :

En Palestine, le régime israélien profite de l’occasion pour faire avancer l’effort de légitimation de son régime d’apartheid et donner un statut de droit aux politiques d’annexion de fait en cours. Soutenu par l’administration Trump, il cherche à normaliser et à sceller son plan visant à enfermer les Palestiniens derrière des murs, en augmentant l’expansion des colonies, le vol de terres et les expulsions en Cisjordanie occupée et en intensifiant le siège et les attaques militaires sur la bande de Gaza occupée.

Partout dans le monde, Israël exporte ses techniques de surveillance et tire profit de la militarisation et de la répression croissantes.

Pourtant, ces derniers mois ont également montré l’existence et la puissance de la solidarité et de la lutte continue contre le racisme, l’exclusion, la dépossession et la répression. La myriade d’actions visant à briser l’isolement et la fragmentation et à construire des alternatives collectives nous donne non seulement l’espoir mais aussi la certitude que, tôt ou tard, des personnes et des mouvements abattront les murs de l’oppression et construiront un monde sans murs – un monde de liberté, de justice et d’égalité.

Le 9 novembre, Journée mondiale d’InterAction, nous vous invitons à vous lever pour exiger et construire un Monde sans Murs !

  • Célébrez les actions qui détruisent les murs de l’oppression, en les partageant en ligne, en organisant des webinaires, des expositions, des espaces pour raconter des histoires….   
  • Nommez et faites honte à ceux qui construisent les murs, (re)publiez des informations sur leurs responsabilités et leurs profits ou lancez une action de campagne pour contester leurs sales affaires….
  • Relier nos luttes en enquêtant et en montrant comment nos oppresseurs sont liés entre eux.  

Vous pouvez vous organiser sur le net, au sein de votre communauté ou de vos mouvements, car un monde sans murs n’a pas de limites.

 

Source : Stop The Wall




Ils roulent pour l’Apartheid israélien, Nous on pédale pour la Palestine !

Manifestation à Vélo samedi 19/9 à 14h00 à partir de la Fontaine des Innocents (Chatelet les Halles)
#IsraelApartheidNation
#TDF2020

Le Tour de France n’aurait pas dû accepter l’équipe « Israël Start-up Nation » !

Alors que le Tour de France 2020 se terminera le 20 septembre sur les Champs Elysées, une équipe a été contestée dans de nombreuses villes et sur le parcours de la Grande Boucle, contestation pas ou peu relayée par les médias nationaux.

Il s’agit de l’équipe Israël Start-up Nation financée par le milliardaire israélo-canadien Sylvan ADAMS qui n’a pas caché sa volonté de promouvoir une image prestigieuse d’Israël, pays qu’il qualifie de « démocratie vibrante et robuste », de « pays sûr, ouvert et tolérant », ses coureurs étant « les ambassadeurs d’Israël ».

Cette opération n’est qu’un moyen de détourner l’attention de l’opinion publique de la politique criminelle, coloniale et d’apartheid du régime israélien, dont l’objectif est de rayer la Palestine de la carte.

Premiers signataires :
Association de Palestiniens en Île de France
Forum Palestine Citoyenneté
ACTA
‌Alternatives et Autogestion
Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association des Marocains en France (AMF)
Association des Tunisiens en France (ATF)
AFD International
Association femmes plurielles
Association France Palestine Solidarité (AFPS) Paris-Sud
Association France Palestine Solidarité (AFPS) Paris 14-6
Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA)
Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)
BDS France-Paris
Campagne Unitaire pour la Libération de George Abdallah
CAPJPO Europalestine
Cri Rouge
Collectif ni guerre ni état de guerre
Comité Montreuil Palestine
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
Émancipation, tendance intersyndicale
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
Fédération de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture (FERC CGT)
Fondation Frantz Fanon
Islam et info
Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)
Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)
Parti des Travailleurs (Tunisie) section France
Pour une Écologie Populaire et Sociale
Parti des Indigènes de la République(PIR)
Potere al Popolo Paris (Italie)
Rete dei Comunisti (Italie)
Union Syndicale Solidaires
Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)
Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

 




Appel à action: Participez à la tweetstorm #IsraelApartheidNation le 28 août prochain à 18H

Par BDS France, le 24 août 2020

La 107ème édition du Tour de France 2020 se déroulera du 29 août au 20 septembre prochain. Comme tous les ans, la célèbre course cycliste aura une dimension internationale. Cette année, une équipe israélienne participera à la course pour la première fois, pour permettre ainsi à Israël de détourner à nouveau l’attention du public de sa politique d’apartheid en affichant une image conviviale et généreuse du régime israélien !

L’équipe est intitulée Israel Start-up Nation. Elle est financée par le milliardaire israélo-canadien Sylvan Adams, surnommé « l’ambassadeur auto-proclamé d’Israël », et connu pour avoir déjà financé le départ du Giro à Jérusalem en 2018 et la participation d’Israël à la Formule 1 en 2020.

La présence de cette équipe israélienne au Tour de France est motivée par des objectifs politiques loin d’être glorieux. Cette opération de propagande ne sert qu’à blanchir la politique coloniale et d’apartheid perpétuée par Israël à l’encontre des Palestiniens depuis 1948 !

Comme nous le soulignons dans notre communiqué: « le gouvernement israélien trouve là une nouvelle occasion de détourner l’attention de sa politique criminelle, en particulier dans un contexte de fortes protestations après les annonces d’annexion qui devaient officiellement commencer le 1er juillet.»

Cette situation renforce notre détermination à pratiquer sans relâche le BDS, et notamment le boycott sportif.

Le Tour de France ne doit pas promouvoir l’apartheid israélien !

La campagne BDS France appelle à participer à une large mobilisation par tweetstorm ce

Vendredi 28 août de 18h à 19h avec les hashtags :

#IsraelApartheidNation et #TDF2020

Utilisez nos visuels pour la tweetstorm : https://photos.app.goo.gl/1BZ3RVRD11HwNUm77

Et nos exemples de tweets:




Action: Marquez les 72 ans depuis la Nakba avec #KeytoJustice

Par Palestinian BDS National Committee (BNC), 11 mai 2020

Le 15 mai, joignez-vous à une action collective pour marquer l’anniversaire de la Nakba, et la lutte commune mondiale pour les droits en postant une photo portant une clé du retour sous le #KeyToJustice.

 

Source : BDS Movement

 

#KeyToJustice Action mondiale Nakba : 15 mai

 

Fabriquez une clé et partagez-en la photo sur les médias sociaux

pour marquer l’anniversaire de la Nakba palestinienne

et pour honorer tous ceux dans le monde qui n’ont pas de maison.   

 

Beaucoup de réfugiés palestiniens, victimes du nettoyage ethnique de 1948,

ont toujours la clé de leur maison, et luttent pour y retourner.

 

Le 15 mai, les Palestiniens marqueront l’anniversaire de la Nakba (catastrophe), le nettoyage ethnique et déplacement forcé d’une majorité de la population autochtone de Palestine par le mouvement sioniste pour l’établissement de l’apartheid israélien sur les ruines de la société palestinienne. 72 ans plus tard, la Nakba continue, alors qu’Israël est devenu un régime d’apartheid à part entière avec le soutien d’États, d’entreprises et d’institutions complices. Le siège et les attaques continus d’Israël sur la bande de Gaza, ainsi que le plan du gouvernement israélien d’extrême-droite d’annexer illégalement des parties de la Cisjordanie occupée appellent à une vive mobilisation mondiale en soutien aux droits des Palestiniens.

Ce 15 mai, nous vous invitons à rejoindre une action collective pour marquer l’anniversaire de la Nakba et notre lutte mondiale commune pour les droits. Prenez une photo de vous tenant une clé du retour. Partagez la photo sur les médias sociaux avec le hashtag #KeyToJustice. Nous partagerons certains de ces posts sur les médias sociaux.

Alors que le régime d’apartheid israélien utilise la crise du COVID-19 pour soumettre encore plus le peuple palestinien à la discrimination et l’opprimer, des centaines de milliers de personnes continuent de mourir dans le monde à cause du virus, qui affecte de manière disproportionnée les pauvres, les sans-abri, les réfugiés migrants et ceux qui vivent sous la militarisation et l’occupation.

De nombreuses familles palestiniennes ont toujours la clé de la maison qu’ils ont été forcés de quitter durant la Nakba de 1948. La clé symbolise le droit inaliénable des Palestiniens au retour dans leurs maisons. Nous allons aller plus loin, en portant le clé comme un symbole pour tous ceux qui sont sans maison, qui font face à des brutalités et résistent à l’effacement, et comme un symbole du lien entre toutes nos luttes pour l’égalité, la dignité et la liberté. Nos mobilisations collectives aideront à faire tourner la clé de la justice.

Apprenez à faire une clé chez vous avec cette vidéo en anglais. La vidéo est disponible en arabe et en anglais. Nous restons à la maison pendant le confinement, mais notre solidarité, elle, n’est pas confinée.

 

Traduction : MV pour BDS France

Source : Palestinian BDS National Committee (BNC)




WEBINAIRE ORGANISÉ PAR LA CAMPAGNE BDS FRANCE

 

 

📌 Pendant la pandémie, l’oppression du peuple palestinien continue, les résistances aussi…La Campagne BDS France vous invite à ce webinaire #Covid19Palestine sur zoom le dimanche 17 mai prochain à 17h:

#Covid19Palestine: Le point sur la situation, annexions, agressions et résistances

Avec:

Claude Léostic, ancienne présidente de la Plateforme des ONG pour la Palestine

Gus Massiah, membre du Conseil international du Forum Social Mondial

Olivier Schulz, membre de la Campagne BDS France

▶️▶️Pour s’inscrire, c’est ici : https://bit.ly/3dDVTnr

(normalement vous n’avez rien à installer, juste cliquer sur ce lien pour vous inscrire et pouvoir accéder le jour J à la conférence – un mail de confirmation devrait vous être envoyé) 




Angela Davis appelle à unifier les luttes anti-racistes pour la Semaine contre l’Apartheid Israélien 2020

Par Angela Davis, 16 mars 2020

Afrique, Monde arabe, Asie, Europe, Amérique Latine, Amérique du Nord

 

Nos oppresseurs s’unissant, il devient de plus en plus évident que toutes nos luttes pour la liberté sont interconnectées et que personne ne sera libre tant que nous ne serons pas tous libres.

Dirigeante du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis, Angela Davis a dit dans une déclaration :

« Il est stimulant de voir qu’en cette sinistre période où le fascisme et les partis politiques d’extrême droite progressent dans beaucoup de pays, de nombreuses personnes en prennent conscience et les gens et les organisations se rassemblent pour combattre le racisme et toutes les formes de discrimination. Et pour ceux et celles, qui partout luttent contre le racisme et pour la liberté, le peuple palestinien demeure une inspiration parce qu’il a souffert en restant inébranlable depuis si longtemps, refusant d’abandonner et d’accepter un assujettissement et une injustice permanents. »

En Palestine, aux États-Unis, dans les pays arabes, en Amérique Latine et en Asie, les personnes qui cherchent à maintenir des régimes d’oppression et de discrimination raciale partagent leurs idéologies, leurs stratégies et leurs armes. Par exemple, les stratégies policières ont traversé les frontières, les départements de la police américaine et israélienne échangeant leurs tactiques. Et le complexe carcéral industriel international est testé sous sa forme la plus extrême en Palestine.

Partout, les militant-e-s sur le terrain voient ces connexions et les défient. En 2014, lors du soulèvement de Ferguson aux États-Unis, alors que les manifestations s’ébranlaient, ce sont les militant-e-s palestiniennes et palestiniens qui, les premier-e-s, ont exprimé leur solidarité et ont ainsi permis le développement d’un mouvement mondial de solidarité avec « La Vie des Noirs Importe ». En retour, les Palestiniennes et Palestiniens se sont explicitement inspiré-e-s du mouvement américain pour les droits civiques et du mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud pour développer leur mouvement BDS.

Nos oppresseurs s’unissant, il devient de plus en plus évident que toutes nos luttes pour la liberté sont interconnectées et que personne ne sera libre tant que nous ne serons pas toutes et tous libres.

Dans ce contexte, il y a cette année imbrication de la Semaine mondiale annuelle contre l’Apartheid Israélien ( IAW)  et de la Journée Internationale annuelle de l’ONU pour l’Elimination du Racisme. Cela fournit une opportunité pour mettre en lumière ces connexions et, pour les associations progressistes, d’unir leurs forces contre le racisme et pour la liberté.

Si la justice est indivisible, il s’ensuit que nous devons unir nos luttes contre l’injustice. Je soutiens sans réserve la Semaine contre l’Apartheid Israélien 2020 sur le thème « Uni-e-s contre le Racisme », et j’appelle associations et individu-e-s à travers le monde à y participer.

Traduction : J.Ch pour BDS France

Source : BDS Movement

 




Échanges sur l’apartheid avec Mandla Mandela et Désirée Bela [Webinar]

Le député du Congrès National Africain, chef tribal et petit fils de Nelson Mandela va avoir un échange avec la militante afro-féministe Désirée Bela à la conférence en ligne « Conversation sur l’apartheid : de l’Afrique du Sud à la Palestine », le 19 mars à 18h30 (Heure d’Europe Continentale)

En raison de mesures de sécurité visant à réduire la diffusion du Covid-19, l’événement aura lieu en ligne. L’accès est libre via le lien suivant : https://zoom.us/j/339788146..

La coalition Stop à la Complicité avec Israël, avec le soutien de divers organismes et institutions de Barcelone avait organisé la visite du Chef tribal et député ANC, Mandla Mandela, à Barcelone, dans le cadre d’une tournée européenne plus large devant passer aussi par Londres avec la Campagne de Solidarité avec la Palestine, par Paris avec BDS France et par Rome avec des groupes d’Italie. À cause des mesures de sécurité qui ont été prises, la tournée a été annulée mais il a été décidé de réunir les forces de différentes organisations pour une conférence en ligne qui sera diffusée dans de nombreux pays.

Mandela est connu pour son militantisme antiraciste et anti apartheid en Afrique du Sud, mais aussi comme défenseur déclaré des droits du peuple palestinien et de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions envers Israël. Pendant la semaine contre l’apartheid qui coïncide avec la Journée Internationale Contre le Racisme et la Discrimination Raciale (21 mars), nous avons organisé un dialogue ouvert entre le militant sud africain et la communicante Désirée Bela, pour partager le parallélisme entre l’apartheid en Afrique du Sud et la situation que vit actuellement le peuple palestinien ; partager aussi les stratégies de résistance non-violente contre le racisme, selon le thème de cette année de la Semaine contre l’Apartheid Israélien : Uni-e-s contre le racisme.

Cet événement se tiendra le jeudi 19 mars à 18h30 (heure d’Europe continentale) avec le zoom de la plateforme en ligne ; il a reçu le soutien de diverses organisations de Barcelone telles que la Fede, l’institut des Droits Humains de Catalogne, Africaye, Femmes Migrantes Diverses, DonesxDones, Lafede, le Centre d’ Études Africaines et Interculturelles et le Sindicat de manters, entre autres ; avec le soutien aussi du Conseil municipal de Barcelone et de l’Agence de Coopération Catalane pour le Développement.

Les échanges se feront en anglais et en espagnol, avec une traduction simultanée en anglais et en espagnol.

 “Conversations sur l’Apartheid: de l’Afrique du Sud à la Palestine” avec Mandla Mandela et Désirée Bela

Jeudi 19 mars à 18h30 (heure d’Europe continentale) organisée par : Coalició Prou Complicitat amb Israel, Palestine Solidarity Campaign, BDS France, BDS Italia and Società civile per la Palestina

Hashtag: #UnitedAgainstRacism #IsraeliApartheidWeek

LinkJoin our Cloud HD Video Meeting now




La semaine contre l’apartheid israélien 2020 commence, unissant les groupes qui luttent contre le racisme mondial

Le 16 mars 2020, par le Comité de coordination de la Semaine contre l’apartheid israélien 2020 – Afrique, monde arabe, Asie, Europe, Amérique latine, Amérique du nord

En raison du coronavirus, beaucoup de manifestations de la Semaine contre l’Apartheid Israélien se tiendront en ligne.

(Photo de SJP à l’Université George Washington.)

La 16e Semaine annuelle contre l’apartheid israélien (IAW- Israeli Apartheid Week) débute aujourd’hui sous le thème Uni-e-s contre le racisme, défendant les droits des Palestiniennes et Palestiniens et visant à développer le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) pour réaliser ces droits, et ce dans le contexte des luttes mondiales contre les oppressions raciales.

La semaine contre l’apartheid israélien 2020 se déroule avec, comme toile de fond, la pandémie du coronavirus, qui a entraîné des restrictions rigoureuses à la liberté de mouvement et d’association dans le monde entier, rendant difficile pour des groupes de nombreux pays d’organiser des manifestations publiques. Suite à cela, de nombreuses manifestations de la IAW ont été modifiées, reportées, voire annulées. Néanmoins, les manifestations de la IAW se tiendront en ligne, et, où cela sera possible, en personnes.

Certaines manifestations clés de l’AW comprennent un webinaire en ligne (réunions interactives de type séminaire faites via internet) avec le député sud-africain Mandla Mandela et la militante afro-féministe Desirée Bela-Lobedde, le 19 mars à 18 h 30 (heure Europe centrale) ; un séminaire le 2 avril avec Rebecca Vilkomerson, qui a été directrice exécutive de l’organisation: Une Voix juive pour la paix ; et un séminaire le 6 avril avec Noura Erakat, avocate palestinienne étasunienne des droits civils. Le programme des manifestations IAW est actualisé au fur et à mesure que les plans évoluent.

Avec un régime d’extrême droite israélien qui s’associe à des régimes autoritaires et racistes dans le monde entier, leur fournissant des technologies  et des doctrines militaires et sécuritaires meurtrières, « testées sur le terrain », les groupes qui luttent contre le racisme oeuvrent plus que jamais dans l’urgence pour se joindre aux luttes pour la liberté, la justice, l’égalité et la dignité, pour les Palestiniennes et Palestiniens et toutes celles et ceux qui subissent la répression dans le monde.

Dans une nouvelle déclaration, la dirigeante étasunienne des droits civils, Angela Davis, a exprimé son soutien à l’unification des luttes antiracistes lors de la Semaine contre l’apartheid israélien, disant :

« Pour celles et ceux qui, partout, luttent contre le racisme et pour la liberté, le peuple palestinien continue de servir d’inspiration car il a subi et est resté debout, résolu, pendant si longtemps, refusant d’abandonner et d’accepter un assujettissement et une injustice permanents…»

« Si l’injustice est indivisible, il s’ensuit que nos luttes contre l’injustice doivent être conjointes. Je soutiens sans réserve la Semaine contre l’apartheid israélien 2020 sous le thème ‘Uni-e-s contre le racisme’, et j’appelle les groupes et les individu-e-s du monde entier à y participer ».

Cette année, l’IAW coïncide avec la Journée internationale des Nations-Unies pour l’élimination de la discrimination raciale, qui, chaque année, se tient le 21 mars, jour du massacre de 69 manifestant-e-s noir-e-s par le régime d’apartheid sud-africain à Sharpeville, en 1960.

Plus de 100 groupes progressistes, antiracistes, en Europe, ont appelé à coordonner les manifestations de l’AW 2020.

Les Nations-Unies définissent l’apartheid comme un crime contre l’humanité qui doit être réprimé et puni, où qu’il soit perpétré. Israël commet ce crime de l’apartheid, tel que défini par le droit international, contre tous les Palestiniennes et Palestiniens, en Palestine historique et en exil.

Les Palestiniennes, Palestiniens et les progressistes du monde entier refusent l’« accord du siècle » Trump-Netanyahu, non seulement parce qu’il a été conçu pour enraciner l’apartheid israélien, mais encore parce qu’il incarne une tendance à l’expansion d’une répression raciale mondiale dans laquelle Israël joue un rôle. Israël partage des tactiques d’un maintien de l’ordre racisé avec les États-Unis ; il fournit des armes aux régimes génocidaires du Rwanda et du Myanmar ; il fournit des technologies et des équipements afin de militariser les frontières des États-Unis et de l’Union européenne ; il vend chaque année pour un milliard de dollars d’armes à l’Inde, alimentant la répression au Kashmir ; et il fournit des armes et des technologies qui soutiennent la militarisation et la violence de la police raciste du gouvernement fanatique de Bolsonaro au Brésil.

La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, la Semaine contre l’apartheid Israélien, et le thème « Uni-e-s contre le racisme » nous imposent de nous tenir toutes et tous ensemble, maintenant, contre les déplorables stéréotypes raciaux et les violences qui ont été fomentés contre les Asiatiques dans de nombreux pays au fur et à mesure que se propageait le coronavirus.

Les possibilités de rassemblements physiques étant limitées du fait du coronavirus, rejoignez les groupes qui combattent toutes les formes d’oppressions dans les manifestations et les actions en ligne pour la Semaine contre l’apartheid israélien 2020, afin de faire passer le message que l’apartheid et le racisme ont été inacceptables en Afrique du Sud, qu’ils sont aujourd’hui inacceptables en Palestine, et qu’ils sont inacceptables partout.

Traduction : BP pour BDS France

Source : BDS Movement 




À Paris (3ème), rencontre d’une délégation de six représentant-e-s de la société civile de Gaza, le mercredi 25 mars 2020

Dans le cadre de la Semaine internationale contre l’apartheid israélien (IAW), à l’initiative de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) et avec le soutien de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité), de l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect de Droit International en Palestine), de BDS France (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), du CVPR PO (Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient) et d’un grand nombre de comités de solidarité avec la Palestine, d’associations citoyennes, de fédérations syndicales et de partis politiques.

Rencontre d’une délégation de six représentant-e-s de la société civile de Gaza

Le mercredi 25 mars de 18h30 à 22 H à la Bourse du Travail

Salle Henaff, 29 boulevard du Temple 75003 Paris.

« Gaza sera-t-elle vivable en 2020 » s’interroge l’ONU en 2012, analysant elle-même que la réponse est non si le blocus israélien n’est pas levé. Avec la complicité de la communauté internationale, huit ans plus tard le blocus est toujours là.

Et le « deal du siècle » de Trump et Netanyahu continue la destruction de la Palestine : poursuite débridée de la colonisation et des annexions, destructions, bombardements sur Gaza, assassinats de résistants. L’International Apartheid Week est destinée à faire entendre internationalement la situation d’Apartheid créée en Palestine par un réseau de lois et de faits sur le terrain. Le soutien à la Palestine est plus que jamais à l’ordre du jour pour la solidarité internationale et française, pour la paix dans le monde, pour la survie du droit international, pour un « vivre ensemble » dans l’égalité et la justice.

La délégation, invitée au Parlement européen le 24 mars, se compose de :

Taghreed Aburahma. Membre du comité des associations de femmes palestiniennes mobilisées pour la défense des droits des femmes et des enfants.

Zakaria Baker. Militant défenseur des droits des pêcheurs et coordinateur des comités de pêcheurs – affectés par le blocus.

Saadeddin Ziada. Ancien prisonnier politique. Responsable des comités de paysans de la bande de Gaza – victimes du blocus.

Ziad Alshattali. Animateur, photographe et danseur dans des associations qui s’occupent de l’enfance. Il a été grièvement blessé le 28 septembre 2018 lors des marches du retour par des balles explosives et a dû être amputé d’un pied. Il représente les victimes lors de ces marches.

Ahmed Jouda. Jeune universitaire militant dans les réseaux sociaux. Particulièrement actif sur la question du chômage des jeunes. Représente les collectifs de jeunes.

Almutasembella Eleiwa (Abu Amir). Coordinateur d’Unadikum dans la bande de Gaza. Organisateur des brigades internationales de protection des paysans et des pêcheurs. Coordinateur de l’action de l’UJFP « Un château d’eau pour Khuza’a » qui en est à sa quatrième phase : la création d’une pépinière de légumes.

Cette initiative s’inscrit également dans le temps de la mobilisation « Gaza-Palestine 2020 » de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI), qui se clôturera fin 2020 par un événement grand public.

Contre les plans d’apartheid de Trump et Netanyahu et la complicité des autres grandes puissances
, le peuple palestinien résiste !

Lorsque l’une des plus puissantes armées du monde piétine tout un peuple, la solidarité est un devoir.

Bienvenue à la délégation de Gaza !

Evènement facebook