Action: Marquez les 72 ans depuis la Nakba avec #KeytoJustice

Par Palestinian BDS National Committee (BNC), 11 mai 2020

Le 15 mai, joignez-vous à une action collective pour marquer l’anniversaire de la Nakba, et la lutte commune mondiale pour les droits en postant une photo portant une clé du retour sous le #KeyToJustice.

 

Source : BDS Movement

 

#KeyToJustice Action mondiale Nakba : 15 mai

 

Fabriquez une clé et partagez-en la photo sur les médias sociaux

pour marquer l’anniversaire de la Nakba palestinienne

et pour honorer tous ceux dans le monde qui n’ont pas de maison.   

 

Beaucoup de réfugiés palestiniens, victimes du nettoyage ethnique de 1948,

ont toujours la clé de leur maison, et luttent pour y retourner.

 

Le 15 mai, les Palestiniens marqueront l’anniversaire de la Nakba (catastrophe), le nettoyage ethnique et déplacement forcé d’une majorité de la population autochtone de Palestine par le mouvement sioniste pour l’établissement de l’apartheid israélien sur les ruines de la société palestinienne. 72 ans plus tard, la Nakba continue, alors qu’Israël est devenu un régime d’apartheid à part entière avec le soutien d’États, d’entreprises et d’institutions complices. Le siège et les attaques continus d’Israël sur la bande de Gaza, ainsi que le plan du gouvernement israélien d’extrême-droite d’annexer illégalement des parties de la Cisjordanie occupée appellent à une vive mobilisation mondiale en soutien aux droits des Palestiniens.

Ce 15 mai, nous vous invitons à rejoindre une action collective pour marquer l’anniversaire de la Nakba et notre lutte mondiale commune pour les droits. Prenez une photo de vous tenant une clé du retour. Partagez la photo sur les médias sociaux avec le hashtag #KeyToJustice. Nous partagerons certains de ces posts sur les médias sociaux.

Alors que le régime d’apartheid israélien utilise la crise du COVID-19 pour soumettre encore plus le peuple palestinien à la discrimination et l’opprimer, des centaines de milliers de personnes continuent de mourir dans le monde à cause du virus, qui affecte de manière disproportionnée les pauvres, les sans-abri, les réfugiés migrants et ceux qui vivent sous la militarisation et l’occupation.

De nombreuses familles palestiniennes ont toujours la clé de la maison qu’ils ont été forcés de quitter durant la Nakba de 1948. La clé symbolise le droit inaliénable des Palestiniens au retour dans leurs maisons. Nous allons aller plus loin, en portant le clé comme un symbole pour tous ceux qui sont sans maison, qui font face à des brutalités et résistent à l’effacement, et comme un symbole du lien entre toutes nos luttes pour l’égalité, la dignité et la liberté. Nos mobilisations collectives aideront à faire tourner la clé de la justice.

Apprenez à faire une clé chez vous avec cette vidéo en anglais. La vidéo est disponible en arabe et en anglais. Nous restons à la maison pendant le confinement, mais notre solidarité, elle, n’est pas confinée.

 

Traduction : MV pour BDS France

Source : Palestinian BDS National Committee (BNC)




WEBINAIRE ORGANISÉ PAR LA CAMPAGNE BDS FRANCE

 

 

📌 Pendant la pandémie, l’oppression du peuple palestinien continue, les résistances aussi…La Campagne BDS France vous invite à ce webinaire #Covid19Palestine sur zoom le dimanche 17 mai prochain à 17h:

#Covid19Palestine: Le point sur la situation, annexions, agressions et résistances

Avec:

Claude Léostic, ancienne présidente de la Plateforme des ONG pour la Palestine

Gus Massiah, membre du Conseil international du Forum Social Mondial

Olivier Schulz, membre de la Campagne BDS France

▶️▶️Pour s’inscrire, c’est ici : https://bit.ly/3dDVTnr

(normalement vous n’avez rien à installer, juste cliquer sur ce lien pour vous inscrire et pouvoir accéder le jour J à la conférence – un mail de confirmation devrait vous être envoyé) 




Angela Davis appelle à unifier les luttes anti-racistes pour la Semaine contre l’Apartheid Israélien 2020

Par Angela Davis, 16 mars 2020

Afrique, Monde arabe, Asie, Europe, Amérique Latine, Amérique du Nord

 

Nos oppresseurs s’unissant, il devient de plus en plus évident que toutes nos luttes pour la liberté sont interconnectées et que personne ne sera libre tant que nous ne serons pas tous libres.

Dirigeante du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis, Angela Davis a dit dans une déclaration :

« Il est stimulant de voir qu’en cette sinistre période où le fascisme et les partis politiques d’extrême droite progressent dans beaucoup de pays, de nombreuses personnes en prennent conscience et les gens et les organisations se rassemblent pour combattre le racisme et toutes les formes de discrimination. Et pour ceux et celles, qui partout luttent contre le racisme et pour la liberté, le peuple palestinien demeure une inspiration parce qu’il a souffert en restant inébranlable depuis si longtemps, refusant d’abandonner et d’accepter un assujettissement et une injustice permanents. »

En Palestine, aux États-Unis, dans les pays arabes, en Amérique Latine et en Asie, les personnes qui cherchent à maintenir des régimes d’oppression et de discrimination raciale partagent leurs idéologies, leurs stratégies et leurs armes. Par exemple, les stratégies policières ont traversé les frontières, les départements de la police américaine et israélienne échangeant leurs tactiques. Et le complexe carcéral industriel international est testé sous sa forme la plus extrême en Palestine.

Partout, les militant-e-s sur le terrain voient ces connexions et les défient. En 2014, lors du soulèvement de Ferguson aux États-Unis, alors que les manifestations s’ébranlaient, ce sont les militant-e-s palestiniennes et palestiniens qui, les premier-e-s, ont exprimé leur solidarité et ont ainsi permis le développement d’un mouvement mondial de solidarité avec « La Vie des Noirs Importe ». En retour, les Palestiniennes et Palestiniens se sont explicitement inspiré-e-s du mouvement américain pour les droits civiques et du mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud pour développer leur mouvement BDS.

Nos oppresseurs s’unissant, il devient de plus en plus évident que toutes nos luttes pour la liberté sont interconnectées et que personne ne sera libre tant que nous ne serons pas toutes et tous libres.

Dans ce contexte, il y a cette année imbrication de la Semaine mondiale annuelle contre l’Apartheid Israélien ( IAW)  et de la Journée Internationale annuelle de l’ONU pour l’Elimination du Racisme. Cela fournit une opportunité pour mettre en lumière ces connexions et, pour les associations progressistes, d’unir leurs forces contre le racisme et pour la liberté.

Si la justice est indivisible, il s’ensuit que nous devons unir nos luttes contre l’injustice. Je soutiens sans réserve la Semaine contre l’Apartheid Israélien 2020 sur le thème « Uni-e-s contre le Racisme », et j’appelle associations et individu-e-s à travers le monde à y participer.

Traduction : J.Ch pour BDS France

Source : BDS Movement

 




Échanges sur l’apartheid avec Mandla Mandela et Désirée Bela [Webinar]

Le député du Congrès National Africain, chef tribal et petit fils de Nelson Mandela va avoir un échange avec la militante afro-féministe Désirée Bela à la conférence en ligne « Conversation sur l’apartheid : de l’Afrique du Sud à la Palestine », le 19 mars à 18h30 (Heure d’Europe Continentale)

En raison de mesures de sécurité visant à réduire la diffusion du Covid-19, l’événement aura lieu en ligne. L’accès est libre via le lien suivant : https://zoom.us/j/339788146..

La coalition Stop à la Complicité avec Israël, avec le soutien de divers organismes et institutions de Barcelone avait organisé la visite du Chef tribal et député ANC, Mandla Mandela, à Barcelone, dans le cadre d’une tournée européenne plus large devant passer aussi par Londres avec la Campagne de Solidarité avec la Palestine, par Paris avec BDS France et par Rome avec des groupes d’Italie. À cause des mesures de sécurité qui ont été prises, la tournée a été annulée mais il a été décidé de réunir les forces de différentes organisations pour une conférence en ligne qui sera diffusée dans de nombreux pays.

Mandela est connu pour son militantisme antiraciste et anti apartheid en Afrique du Sud, mais aussi comme défenseur déclaré des droits du peuple palestinien et de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions envers Israël. Pendant la semaine contre l’apartheid qui coïncide avec la Journée Internationale Contre le Racisme et la Discrimination Raciale (21 mars), nous avons organisé un dialogue ouvert entre le militant sud africain et la communicante Désirée Bela, pour partager le parallélisme entre l’apartheid en Afrique du Sud et la situation que vit actuellement le peuple palestinien ; partager aussi les stratégies de résistance non-violente contre le racisme, selon le thème de cette année de la Semaine contre l’Apartheid Israélien : Uni-e-s contre le racisme.

Cet événement se tiendra le jeudi 19 mars à 18h30 (heure d’Europe continentale) avec le zoom de la plateforme en ligne ; il a reçu le soutien de diverses organisations de Barcelone telles que la Fede, l’institut des Droits Humains de Catalogne, Africaye, Femmes Migrantes Diverses, DonesxDones, Lafede, le Centre d’ Études Africaines et Interculturelles et le Sindicat de manters, entre autres ; avec le soutien aussi du Conseil municipal de Barcelone et de l’Agence de Coopération Catalane pour le Développement.

Les échanges se feront en anglais et en espagnol, avec une traduction simultanée en anglais et en espagnol.

 “Conversations sur l’Apartheid: de l’Afrique du Sud à la Palestine” avec Mandla Mandela et Désirée Bela

Jeudi 19 mars à 18h30 (heure d’Europe continentale) organisée par : Coalició Prou Complicitat amb Israel, Palestine Solidarity Campaign, BDS France, BDS Italia and Società civile per la Palestina

Hashtag: #UnitedAgainstRacism #IsraeliApartheidWeek

LinkJoin our Cloud HD Video Meeting now




La semaine contre l’apartheid israélien 2020 commence, unissant les groupes qui luttent contre le racisme mondial

Le 16 mars 2020, par le Comité de coordination de la Semaine contre l’apartheid israélien 2020 – Afrique, monde arabe, Asie, Europe, Amérique latine, Amérique du nord

En raison du coronavirus, beaucoup de manifestations de la Semaine contre l’Apartheid Israélien se tiendront en ligne.

(Photo de SJP à l’Université George Washington.)

La 16e Semaine annuelle contre l’apartheid israélien (IAW- Israeli Apartheid Week) débute aujourd’hui sous le thème Uni-e-s contre le racisme, défendant les droits des Palestiniennes et Palestiniens et visant à développer le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) pour réaliser ces droits, et ce dans le contexte des luttes mondiales contre les oppressions raciales.

La semaine contre l’apartheid israélien 2020 se déroule avec, comme toile de fond, la pandémie du coronavirus, qui a entraîné des restrictions rigoureuses à la liberté de mouvement et d’association dans le monde entier, rendant difficile pour des groupes de nombreux pays d’organiser des manifestations publiques. Suite à cela, de nombreuses manifestations de la IAW ont été modifiées, reportées, voire annulées. Néanmoins, les manifestations de la IAW se tiendront en ligne, et, où cela sera possible, en personnes.

Certaines manifestations clés de l’AW comprennent un webinaire en ligne (réunions interactives de type séminaire faites via internet) avec le député sud-africain Mandla Mandela et la militante afro-féministe Desirée Bela-Lobedde, le 19 mars à 18 h 30 (heure Europe centrale) ; un séminaire le 2 avril avec Rebecca Vilkomerson, qui a été directrice exécutive de l’organisation: Une Voix juive pour la paix ; et un séminaire le 6 avril avec Noura Erakat, avocate palestinienne étasunienne des droits civils. Le programme des manifestations IAW est actualisé au fur et à mesure que les plans évoluent.

Avec un régime d’extrême droite israélien qui s’associe à des régimes autoritaires et racistes dans le monde entier, leur fournissant des technologies  et des doctrines militaires et sécuritaires meurtrières, « testées sur le terrain », les groupes qui luttent contre le racisme oeuvrent plus que jamais dans l’urgence pour se joindre aux luttes pour la liberté, la justice, l’égalité et la dignité, pour les Palestiniennes et Palestiniens et toutes celles et ceux qui subissent la répression dans le monde.

Dans une nouvelle déclaration, la dirigeante étasunienne des droits civils, Angela Davis, a exprimé son soutien à l’unification des luttes antiracistes lors de la Semaine contre l’apartheid israélien, disant :

« Pour celles et ceux qui, partout, luttent contre le racisme et pour la liberté, le peuple palestinien continue de servir d’inspiration car il a subi et est resté debout, résolu, pendant si longtemps, refusant d’abandonner et d’accepter un assujettissement et une injustice permanents…»

« Si l’injustice est indivisible, il s’ensuit que nos luttes contre l’injustice doivent être conjointes. Je soutiens sans réserve la Semaine contre l’apartheid israélien 2020 sous le thème ‘Uni-e-s contre le racisme’, et j’appelle les groupes et les individu-e-s du monde entier à y participer ».

Cette année, l’IAW coïncide avec la Journée internationale des Nations-Unies pour l’élimination de la discrimination raciale, qui, chaque année, se tient le 21 mars, jour du massacre de 69 manifestant-e-s noir-e-s par le régime d’apartheid sud-africain à Sharpeville, en 1960.

Plus de 100 groupes progressistes, antiracistes, en Europe, ont appelé à coordonner les manifestations de l’AW 2020.

Les Nations-Unies définissent l’apartheid comme un crime contre l’humanité qui doit être réprimé et puni, où qu’il soit perpétré. Israël commet ce crime de l’apartheid, tel que défini par le droit international, contre tous les Palestiniennes et Palestiniens, en Palestine historique et en exil.

Les Palestiniennes, Palestiniens et les progressistes du monde entier refusent l’« accord du siècle » Trump-Netanyahu, non seulement parce qu’il a été conçu pour enraciner l’apartheid israélien, mais encore parce qu’il incarne une tendance à l’expansion d’une répression raciale mondiale dans laquelle Israël joue un rôle. Israël partage des tactiques d’un maintien de l’ordre racisé avec les États-Unis ; il fournit des armes aux régimes génocidaires du Rwanda et du Myanmar ; il fournit des technologies et des équipements afin de militariser les frontières des États-Unis et de l’Union européenne ; il vend chaque année pour un milliard de dollars d’armes à l’Inde, alimentant la répression au Kashmir ; et il fournit des armes et des technologies qui soutiennent la militarisation et la violence de la police raciste du gouvernement fanatique de Bolsonaro au Brésil.

La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, la Semaine contre l’apartheid Israélien, et le thème « Uni-e-s contre le racisme » nous imposent de nous tenir toutes et tous ensemble, maintenant, contre les déplorables stéréotypes raciaux et les violences qui ont été fomentés contre les Asiatiques dans de nombreux pays au fur et à mesure que se propageait le coronavirus.

Les possibilités de rassemblements physiques étant limitées du fait du coronavirus, rejoignez les groupes qui combattent toutes les formes d’oppressions dans les manifestations et les actions en ligne pour la Semaine contre l’apartheid israélien 2020, afin de faire passer le message que l’apartheid et le racisme ont été inacceptables en Afrique du Sud, qu’ils sont aujourd’hui inacceptables en Palestine, et qu’ils sont inacceptables partout.

Traduction : BP pour BDS France

Source : BDS Movement 




À Paris (3ème), rencontre d’une délégation de six représentant-e-s de la société civile de Gaza, le mercredi 25 mars 2020

Dans le cadre de la Semaine internationale contre l’apartheid israélien (IAW), à l’initiative de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) et avec le soutien de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité), de l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect de Droit International en Palestine), de BDS France (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), du CVPR PO (Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient) et d’un grand nombre de comités de solidarité avec la Palestine, d’associations citoyennes, de fédérations syndicales et de partis politiques.

Rencontre d’une délégation de six représentant-e-s de la société civile de Gaza

Le mercredi 25 mars de 18h30 à 22 H à la Bourse du Travail

Salle Henaff, 29 boulevard du Temple 75003 Paris.

« Gaza sera-t-elle vivable en 2020 » s’interroge l’ONU en 2012, analysant elle-même que la réponse est non si le blocus israélien n’est pas levé. Avec la complicité de la communauté internationale, huit ans plus tard le blocus est toujours là.

Et le « deal du siècle » de Trump et Netanyahu continue la destruction de la Palestine : poursuite débridée de la colonisation et des annexions, destructions, bombardements sur Gaza, assassinats de résistants. L’International Apartheid Week est destinée à faire entendre internationalement la situation d’Apartheid créée en Palestine par un réseau de lois et de faits sur le terrain. Le soutien à la Palestine est plus que jamais à l’ordre du jour pour la solidarité internationale et française, pour la paix dans le monde, pour la survie du droit international, pour un « vivre ensemble » dans l’égalité et la justice.

La délégation, invitée au Parlement européen le 24 mars, se compose de :

Taghreed Aburahma. Membre du comité des associations de femmes palestiniennes mobilisées pour la défense des droits des femmes et des enfants.

Zakaria Baker. Militant défenseur des droits des pêcheurs et coordinateur des comités de pêcheurs – affectés par le blocus.

Saadeddin Ziada. Ancien prisonnier politique. Responsable des comités de paysans de la bande de Gaza – victimes du blocus.

Ziad Alshattali. Animateur, photographe et danseur dans des associations qui s’occupent de l’enfance. Il a été grièvement blessé le 28 septembre 2018 lors des marches du retour par des balles explosives et a dû être amputé d’un pied. Il représente les victimes lors de ces marches.

Ahmed Jouda. Jeune universitaire militant dans les réseaux sociaux. Particulièrement actif sur la question du chômage des jeunes. Représente les collectifs de jeunes.

Almutasembella Eleiwa (Abu Amir). Coordinateur d’Unadikum dans la bande de Gaza. Organisateur des brigades internationales de protection des paysans et des pêcheurs. Coordinateur de l’action de l’UJFP « Un château d’eau pour Khuza’a » qui en est à sa quatrième phase : la création d’une pépinière de légumes.

Cette initiative s’inscrit également dans le temps de la mobilisation « Gaza-Palestine 2020 » de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI), qui se clôturera fin 2020 par un événement grand public.

Contre les plans d’apartheid de Trump et Netanyahu et la complicité des autres grandes puissances
, le peuple palestinien résiste !

Lorsque l’une des plus puissantes armées du monde piétine tout un peuple, la solidarité est un devoir.

Bienvenue à la délégation de Gaza !

Evènement facebook




Paris : RENCONTRE ET DÉBAT AVEC AHMED ABU ARTEMA

GRANDES MARCHES DU RETOUR A GAZA :

RENCONTRE ET DÉBAT AVEC AHMED ABU ARTEMA

Ahmed Abu Artema est un jeune journaliste et activiste palestinien de Gaza, né à Rafah et réfugié au village d’Al Ramla. Il est l’un des initiateurs de la Grande Marche du retour à Gaza et aussi membre de la Campagne pour un État unique et démocratique.

En tournée européenne, il sera de passage à Paris fin janvier.

BDS France Paris, Forum Palestine Citoyenneté, l’Association de Palestiniens en Ile de France, l’AFPS Paris-Sud, l’AFPS Paris 14/6,  Solidaires et l’Union Juive Française pour la Paix organisent une soirée et débat avec lui le

Jeudi 30 janvier à 19 H au CICP, 21 ter rue Voltaire, 75 011 Paris

M° Rue des Boulets

Depuis 2006 l’État d’Israël, qui a toujours refusé de se conformer à la résolution 194 stipulant le droit au retour des réfugiés palestiniens après la Nakba, impose à la population de Gaza un blocus insupportable et illégal.

Des rassemblements y ont été organisés tous les vendredis depuis le 30 mars 2018 par de nombreux manifestant-e-s non violent-e-s. Ils ont été durement réprimés par l’armée israélienne, qui a massacré plus de 300 manifestant-e-s et mutilé de nombreux autres.

Notre rencontre avec Ahmed Abu Artema permettra d’approfondir les questions suivantes :

Quel est le bilan des marches du retour et leur avenir ?

Quelle est la situation à Gaza ?

Quelle est la situation de la résistance palestinienne et quelles sont ses perspectives ?

Comment renforcer la Campagne internationale BDS ?

 

Soyons solidaires du peuple palestinien,

qui résiste courageusement à la politique coloniale et d’apartheid

que lui impose l’État d’Israël !

 

Venez nombreuses/breux !




Paris, 26/11/2019: Rencontre avec Haitam Khatib

Rencontre avec Haitham AL KHATIB Photographe, reporter, artiste,

Militant de la résistance populaire à l’occupation israélienne dans son village de Bil’in

MARDI 26 NOVEMBRE 2019 à 19h

Au CICP –21 ter rue Voltaire –75011 Paris

Nous vous invitons à venir nombreuses, nombreux, débattre de la situation en Palestine, avec Haitham Défenseur acharné des droits à l’existence du Peuple palestinien, il témoigne,avec ses photos, ses vidéos, ses figurines, du combat mené par les Palestiniens contre la politique criminelle de l’État d’apartheid israélien:

«Ces années remplies de drames et de sentiment d’impuissance m’ont amené à prendre un appareil photo et à l’utiliser comme un outil ou une arme pour protéger ma famille et mon village du harcèlement et de l’intrusion des forces d’occupation israéliennes… En publiant sur internet des photos honnêtes et sans artifice de la vie quotidienne du village je veux m’assurer que la souffrance des Palestiniens ne sera pas oubliée par le monde. Mon autre objectif est de montrer que les Palestiniens ne sont pas des terroristes et que, de fait, c’est la vie que nous enseignons! »

Premiers signataires:AFPS Paris Centre, AFPS Paris 14/6, AFPS Paris-Sud, Association de Palestiniens en Ile-de-France, Campagne BDS France-Paris, Comité AFPS de Gentilly, France Palestine Rueil et Suresnes, Comité Montreuil Palestine, Forum Palestine Citoyenneté, UJFP…

Télécharger l’invitation




Journée mondiale pour un monde sans mur : de la Palestine au Mexique tous les murs doivent tomber

Rassemblement samedi 9 novembre 2019 de 15 h 30 à 17 h 30 – Fontaine Saint Michel

Du Mur d’apartheid israélien sur les terres palestiniennes au Mur de la honte étasunien sur les terres indigènes à la frontière du Mexique en passant par le Mur marocain qui traverse le Sahara occidental du Nord au Sud et les nombreux murs anti-migrants dans le monde, ce sont près de 70 murs qui déchirent la vie des gens et les terres, qui renforcent les frontières. Fortement militarisés, ils sont responsables de milliers de morts chaque année, ils sont la cause d’expulsions, d’exclusions, d’oppressions et de discriminations. De nombreux autres projets de murs sont en cours d’élaboration ou de construction.

En 2017, des mouvements palestiniens et mexicains ont appelé à faire du 9 novembre la Journée internationale pour un monde sans murs

Cet appel, lancé par l’ONG palestinienne « Stop the Wall » est aujourd’hui relayé par plus de 400 organisations, réseaux et mouvements. Cette année, le 9 novembre marque les 30 ans de la chute du mur de Berlin et les murs sont toujours plus nombreux dans le monde !Ces murs sont des blessures infligées au monde. Ils empêchent la liberté de mouvement et l’autodétermination des peuples. Ils sont devenus le symbole d’un monde où les guerres, la militarisation et l’exclusion remplacent la justice, la liberté et l’égalité. Construits pour renforcer les frontières, ils contribuent aussi à la domination des puissants dans nos sociétés. Des dizaines de milliers de personnes croupissent derrière des murs de prisons. Ces murs, visibles et invisibles, comme c’est le cas des obstacles souvent tragiques à la libre circulation des migrants et des réfugiés, de la restriction du droit d’asile ou du blocus de Cuba, de celui de Gaza… sont aussi dans les têtes. Ils visent à empêcher la justice économique, sociale et environnementale.

De nombreux gouvernements participent à la construction de ces murs, font leur promotion ou acceptent de facto leur existence. Ils favorisent ainsi une véritable industrie des murs qui tire d’énormes profits de leur construction et de leurs équipements : surveillance, systèmes de détection, radars.

Soucieux de défendre la justice, l’égalité et la liberté pour résoudre les problèmes de la planète, nous appelons à participer à la Journée mondiale pour un Monde sans murs pour :

    • sensibiliser le public sur les effets dévastateurs des murs dans nos vies ;

 

  • créer des liens entre les victimes des murs et les mouvements qui luttent contre ces murs ;
  • faire tomber les murs qui exploitent, discriminent, oppriment et expulsent
  • sanctionner tous ceux qui tirent profit des murs

 

Campagne internationale pour un Monde sans Murs, relayée en France par :

Premiers signataires :

AFAPREDESA, AFASPA, AFPS, Association des Amis de la RASD, Association des Libertés, Droits de l’homme et non-violence-(Colllectif Faty Koumba), BDS France, CNT, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT),Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Forum Palestine Citoyenneté, MAN, Mouvement de la Paix, MRAP, Plateforme pour la Solidarité avec le peuple du Sahara occidental, UJFP, Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC), Solidaires et le Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA Nitassinan),CSCPL Chiapas..



La Campagne BDS France à la fête de l’Humanité 2019

Comme chaque année, la campagne BDS France sera présente à la

FÊTE DE L’HUMANITÉ DU 13 AU 15 SEPTEMBRE 2019,

VILLAGE DU MONDE

 

Venez rencontrer les militants qui pourront vous renseigner sur les différents volets de la campagne!

Des livres, dvd, documents, tee-shirts, stickers, drapeaux palestiniens, keffiehs et autres matériels militants seront en vente.

Deux  débats sont organisés  sur notre stand.

Voir le programme ci-dessous:

  • UJFP/BDS France : SAMEDI 14 septembre 2019 de 14h00 à 15H45

Débat : De la partition à l’apartheid

Intervenants : Majd Kayyal,  journaliste et romancier de Haifa, Jim Cohen, universitaire.

  • BDS France : SAMEDI 14 septembre 2019 de 16h00 à 17H30 

 10 ans de campagne BDS France 

Avec  plusieurs membres de l’Équipe d’animation de la Campagne BDS France

 

  • BDS France : DIMANCHE 15 septembre 2019 de 13h00 à 14H30

Résistances populaires en Palestine occupée et rôle du BDS – Focus sur Jérusalem

Rencontre avec Amany Khalifa, coordinatrice palestinienne de «Grassroots Al-Quds » et Salah Hamouri, avocat franco-palestinien

 

Infos pratiques pour venir à la fête :

https://fete.humanite.fr/Venir




Appel à action #BoycottPuma deuxième round: participez à la deuxième journée mondiale d’action, le 26 octobre 2019.

23 août 2019/ Par la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI)

Des associations du monde entier se préparent pour la deuxième journée d’action pour protester contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes volées. Rejoignez-les le 26 octobre.

Des associations du monde entier se préparent pour la deuxième journée d’action pour protester contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes volées. Rejoignez-les le 26 octobre. Dans le monde entier, des amateurs de fair-play et de sports pour tous rejoignent l’appel d’équipes et d’athlètes palestiniens appelant au boycott du fabricant de vêtements de sport Puma jusqu’à ce que le soutien à l’occupation militaire illégale et le déni des droits du peuple palestinien par Israël cessent.

Puma est le sponsor principal de l’Association de football israélienne (IFA), qui regroupe et défend fièrement les équipes des colonies de peuplement israéliennes qui poussent les familles palestiniennes hors de leurs terres. Les colonies israéliennes sont illégales et constituent un crime de guerre au regard du droit international.

En juin dernier, des groupes de plus de 20 pays ont participé à la première Journée d’action mondiale #BoycottPuma, avec des manifestations dans les magasins et les bureaux Puma ainsi qu’auprès des équipes parrainées par Puma. Sur les médias sociaux, #BoycottPuma était LE hashtag le plus tweeté relatif à Puma ce jour-là.

Nous sommes de retour pour le deuxième round.

Rejoignez la deuxième journée d’action mondiale #BoycottPuma, le 26 octobre 2019.

Manifestez dès maintenant l’intérêt de votre association pour recevoir des informations et du matériel.

Puma sent la pression. En marge de la critique, Puma recourt à des prétentions ridicules, notamment à un «dévouement à l’égalité universelle».

Une «dévotion à l’égalité universelle» doit signifier ne pas faire du sport avec l’apartheid! Puma doit mettre fin à:

-sa complicité de blanchiment des saisies illégales de terres par Israël qui privent les Palestiniens de territoire et de ressources naturelles.

-son soutien à l’infrastructure d’occupation israélienne qui prive les athlètes palestiniens de leur droit à la liberté de circulation et à la pratique du sport.

-son parrainage de la Fédération israélienne de football.

La Coupe de football de Palestine de cette année a été reportée indéfiniment car Israël a refusé à pratiquement tous les joueurs de l’équipe gagnante de la Ligue de Gaza de se rendre en Cisjordanie occupée pour la finale. Très récemment, les forces israéliennes ont effectué une intervention sur un tournoi de football amical à Jérusalem-Est occupée, l’empêchant de se poursuivre.

Le «chat»emblématique de Puma profite de l’installation et de l’extension des colonies illégales d’Israël et de son déni des droits fondamentaux du peuple palestinien.

Rejoignez-nous dans notre demande à Puma de se montrer à la hauteur de son objectif de promotion de la justice sociale.

Manifestez l’intérêt de votre association pour la deuxième journée d’action mondiale #BoycottPuma, le 26 octobre 2019.

Passez à l’action.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples des moyens par lesquels votre groupe peut participer à la Journée d’action #BoycottPuma.

Impliquez les associations sportives locales, les équipes sportives populaires, les clubs de supporters et les tournois antiracistes dans vos actions.

Et soyez créatifs! Ajoutez des thèmes sportifs à vos manifestations et à vos actions sur les réseaux sociaux.

1. Organisez une action créative dans un magasin Puma.

Faites preuve de créativité. Localisez les magasins Puma dans votre ville et organisez une simulation de match de football ou d’un événement sportif dans un magasin Puma.

2. Organisez une manifestation dans les bureaux de Puma.

Remettez la lettre de 200 clubs palestiniens aux bureaux de Puma.Puma a des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays-Bas, en France, en République tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, aux Émirats arabes unis, aux États-Unis, en Argentine, au Chili, Pérou, Inde, Australie, Singapour, Malaisie, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Hong Kong.

3. Organisez une conférence ou un atelier

Faites participer les associations sportives locales à un atelier ou à une discussion publique sur les attaques israéliennes contre le sport palestinien et la campagne #BoycottPuma. Contactez d’éventuels intervenants: pacbi@bdsmovement.net

4. Invitez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma

Puma sponsorise des équipes, des ligues, des athlètes et des artistes. Vérifiez si les équipes locales sont parrainées par Puma et encouragez-les à laisser tomber Puma. Appelez les athlètes locaux sponsorisés par Puma à user de leur influence pour convaincre Puma de mettre fin à son contrat de sponsoring avec l’IFA. Suivez #PumaFam pour des informations sur les nouveaux contrats de sponsoring. Contactez-nous pour un exemple de lettre d’approche: pacbi@bdsmovement.net

5. Lancez une campagne de désinvestissement

Vérifiez si votre fonds de pension, votre banque ou toute autre institution dont vous êtes membre investit dans Puma et demandez-leur de se désinvestir. Contactez-nous pour obtenir de l’aide à ce sujet: pacbi@bdsmovement.net

6. Organisez une fête dans les médias sociaux

Rejoignez #BoycottPuma dans les médias sociaux pour bloquer la culture Puma auprès de vos amis.

Inscrivez-vous à la journée d’action pour plus d’informations.

Source : PACBI




Regardons PalestineVision ce samedi 18 mai à 21h

PALESTINEVISION, Chansons contre l’apartheid

Ce samedi 18 mai 2019 à partir de  21:00

Le LIVE apparaitra ci-dessous. Pensez à rafraîchir la page à 21h…

Ce soir switchez la télé qui diffuse Eurovision en Israel apartheid et regardez à partir de 21h jusqu’à minuit passé en direct : PALESTINEVISION Chansons contre l’apartheid
Live streaming avec des dizaines de chansons pour la Palestine depuis 70 ans.

 

Organisé par :

#ArtistsForPalestine
#GazaStories
#BDSfrance
#AFPS
#LeTempsDeLaPalestine
#AgenceMediaPalestine
#ArgenteuilPalestineSolidarité



Événement exceptionnel « Palestinevision » à Argenteuil le 18 mai

Après la soirée du 12 mai organisée au CICP par la Campagne BDS France à Paris, Artists for Palestine et l’Association Argenteuil Solidarité Palestine, une nouvelle soirée

 PalestineVision

aura lieu le 18 mai à partir de 19h, Salle Saint Just sur la dalle d’Argenteuil.

Il s’agira d’un Eurovision alternatif au concours officiel, qui se tiendra en même temps que des initiatives de plusieurs groupes solidaires en Europe.

Cette soirée relayée en Palestine et partout dans le monde entre dans le cadre de la Campagne de Boycott de l’Eurovision en Israël, initiée depuis plusieurs mois par des Artistes Palestinien.ne.s, et relayée par la société civile palestinienne au travers de la Campagne BDS.

Sur la dalle d’Argenteuil, illuminée par des bougies dédiées à toutes les victimes de la barbarie coloniale, la diffusion filmée des chansons pour la Palestine dans l’Eurovision alternatif s’opèrera en même temps qu’un grand  « Ftour Solidaire »

Soyons nombreux à participer à cet évènement exceptionnel !!

Ce sera une manière de protester contre l’instrumentalisation de l’art pour une opération de propagande visant à redorer l’image d’Israël.

 Nous vous invitons à diffuser très largement cette émission sur vos listes de diffusion, vos pages Facebook, vos comptes Twitter etc…afin de dénoncer cet Eurovision 2019 au pays de l’apartheid israélien !

Plus d’infos sur le site du Temps de la Palestine

À samedi !!




Rassemblement le 30/03/19 à Marseille !

RASSEMBLEMENT POUR EXIGER
DROIT AU RETOUR DE TOUS LES RÉFUGIÉS PALESTINIENS !
FIN DU BLOCUS DE GAZA !
JUSTICE ET DIGNITÉ pour le Peuple Palestinien !
BOYCOTT, DÉSINVESTISSEMENT et SANCTIONS jusqu’à ce que l’état israélien respecte le droit international !

 




Rennes: Mois de la Palestine

À Rennes, tout au long du mois de novembre, une série de rencontres, de débats,de films, de spectacles autour de la solidarité avec la Palestine.
Organisée l’UJFP-Bretagne, la campagne BDS-France, l’AFPS rennaise, la campagne 2018 Le temps de la Palestine.
Retrouvez l’ensemble du programme sur facebook
Contact : 2018tempsdelapalestine@gmail.com

 




La campagne BDS France à la Fête de l’huma

Comme chaque année, la campagne BDS France sera présente à la

Fête de l’Humanité du 14 au 16 septembre 2018,

Village du Monde,

avenue Charlie Chaplin.

 

Venez rencontrer les militants qui pourront vous renseigner sur les différents volets de la campagne!

Des livres, dvd, documents, tee-shirts, stickers, drapeaux palestiniens, keffiehs et autres matériels militants seront en vente.

Deux  débats sont organisés  sur notre stand.

Voir le programme ci-dessous:

  • SAMEDI 15 septembre 2018 de 16h00 à 17H30
« De la Saison Croisée France/Israël au Pinkwaching, la propagande d’Israël en question »
Avec : Dominique Grange, chanteuse signataire de l’appel des 80 artistes français contre la saison France-Israël, Ivar Ekeland (Association des Universitaires Pour le Respect du Droit International en Palestine – AURDIP), Mohamed Paz (Collectif LGBT pour la Palestine).
 
Animation : Régine, BDS France Marseille 

 

  • DIMANCHE 16 septembre 2018  de 13h00 à 14H30
 
« Comment la Campagne BDS a changé la donne dans le contexte d’aujourd’hui »
Rencontre avec Samir Eskanda, militant palestinien de la Campagne BDS et Monira, de BDS France Saint-Étienne



La Campagne BDS France participe à l’Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens à Grenoble

La Campagne BDS France participe à l’Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens qui se tient à Grenoble du 22 au 26 août 2018.
Programme BDS France et partenaires :
> Vendredi 24 août à 10 hdéambul’action.
Balade à pieds dans le centre-ville de Grenoble à la découverte des lieux emblématiques de la collaboration des entreprises françaises avec le régime d’apartheid israélien. Prises de paroles, rencontres avec les dirigeants des établissements visités, distribution de tracts…
Plus d’informations
 
> Jeudi 23 août de 9h30 à 11h45 : Des entreprises françaises complices de la colonisation israélienne.
La colonisation des terres palestiniennes constitue le principal obstacle à une paix juste et durable. Les colonies sont illégales au regard du droit international. Elles constituent un crime de guerre. Or plusieurs entreprises françaises concourent directement à la colonisation : banques françaises ayant des liens avec des banques et entreprises israéliennes acteurs de la colonisation, entreprises du secteur des transports publics engagées dans des projets renforçant la colonisation à Jérusalem-Est, distributeurs de produits des colonies. Nous vous présenterons les campagnes citoyennes en cours pour les dénoncer et pour les contraindre à cesser leurs activités.
Coorganisé par BDS France et AFPS
Plus d’informations
> Vendredi 24 août de 14h15 à 16h30 : Impact de l’occupation militaire sur les enfants palestiniens et résilience.
Les enfants en Palestine occupée : les défis que présente le bien-être des enfants à Gaza, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.
Conférence de Samah Jabr avec une projection partielle du film Derrière les murs et débat – Le film sera également projeté en soirée dans une salle de l’agglomération grenobloise
Cette présentation décrit les conditions de vie des enfants dans le contexte de Gaza, de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie, en particulier les défis posés par les problèmes psychosociaux provoqués par l’occupation. Ces conditions de vie englobent la blessure directe causée par les tirs et les bombardements mais aussi l’impact indirect et très fort de leurs conséquences : pauvreté, fragmentation sociale et développement humain rendu impossible. On examine l’impact de l’occupation au regard de l’impossibilité des familles de protéger leurs membres, de les nourrir et de faciliter pour chacun un développement optimal, plus particulièrement à cause de la prévalence du deuil. Certains problèmes qui semblent spécifiques à la Palestine, tels que la prévalence des arrestations et de l’emprisonnement des enfants, sont discutés. On débattra à partir d’ une présentation des services de santé mentale pour les enfants et d’exemples de programmes novateurs. La présentation tentera de faire des recommandations pour des interventions sociopolitiques visant à améliorer le bien-être des enfants en Palestine. « 
Coorganisé par BDS France, AFPS et UJFP
Plus d’informations
> Samedi 25 août de 14h15 à 16h30 : France/Israël, l’argument sécuritaire en question.
L’atelier traitera des politiques répressives et liberticides en France et en Israël. Israël invoque les menaces à sa sécurité pour justifier l’ensemble de sa politique d’apartheid, de la colonisation de la Palestine au refus absolu du retour des réfugiés. En France c’est la menace terroriste qui sert à justifier la restriction des libertés publiques et qui conduit à l’israélisation de la société. Exploitant les « champs expérimentaux » que représentent Gaza et la Cisjordanie, Israël développe une industrie militaire et de sécurité, et vends de par le monde son modèle d’État sécuritaire. L’atelier cherchera les réactions nécessaires aux collaborations militaires et sécuritaires entre la France, l’Europe et Israël. Les échanges entre les analystes et les acteurs de la solidarité internationale présents permettront une vision complète de la situation. On cherchera comment structurer et amplifier la campagne d’embargo militaire contre Israël que mène le mouvement BDS.
Coorganisé par BDS France, AURDIP et AFPS



Projet de film et tournée en France en mémoire de Razan EL NAJJAR

Un évènement à l’initiative de l’AFPS et de l’UJFP.

Soutenu par la Campagne BDS-France et la coordination des associations palestiniennes de France.

Cet évènement sera lancé à partir du 8 octobre 2018 dans toute la France, pendant un mois. Il s’agit d’un film qui sera tourné cet été à GAZA par un cinéaste Gazaoui, Iyad Alasttal, et qui accompagnera une tournée avec la maman et la famille de RAZAN EL NAJJAR, cette jeune secouriste gazaouie assassinée le 1er juin dernier par un sniper israélien lors de la Marche du Retour, à proximité de la bordure de la ville de Khan Younès, dans la bande de Gaza.

Nous avons été très choqués par l’assassinat délibéré le 1er juin dernier par un sniper israélien, de Razan El Najjar, jeune secouriste gazaouie unanimement reconnue pour son dévouement et son comportement non violent.

Iyad Alasttal, un cinéaste gazaoui qui a étudié le cinéma en France, a alors eu l’idée d’organiser une tournée dans notre pays des parents de Razan, afin de témoigner de tout ce qui se passe « la-bas », à Gaza, cet endroit rapidement oublié de nos médias « mainstream ».

Iyad est l’auteur de plusieurs courts-métrages où il dénonce les conditions de vie dans la bande de Gaza. Le premier d’entre eux, « Donne un poisson à un homme » a été vu sur FR3 et a été présenté dans divers festivals en France. Il a commencé à tourner un film dans la famille de Razan autour de l’histoire de leur fille. Son idée est de le présenter en même temps que les parents de Razan nous raconteront leur drame, la vie à Gaza et répondront à nos questions.

Cette tournée va s’organiser à travers la France en octobre avec pour point de départ une soirée dans un cadre prestigieux à Paris le 9 octobre.

Pour que cette tournée réussisse il est nécessaire de la financer et de commencer rapidement, vu l’approche de la période des congés d’été, une levée de fonds. La réalisation du film et le voyage de nos invités vont en effet coûter cher. Nous vous invitons à contribuer à leur financement, à titre individuel ou en tant qu’associations, en participant à notre levée de fonds.

Pour rendre ce projet possible, un appel à participation financière est lancé à tou-te-s, individus, associations, et collectifs, via le lien suivant :

CLIQUEZ ICI

Nous remercions par avance celles et ceux qui s’organiseront afin de recevoir et présenter au public de leur ville nos invités et le film d’Iyad. Cette tournée est largement ouverte à tous avec une limite (financière) : chaque groupe ou ville invitante doit prévoir de payer le voyage des invités et leur hébergement.

Enfin ceux, organisations ou particuliers qui voudront soutenir cette belle initiative sont aussi les bienvenus.

Le comité de pilotage
Contact : contact@letempsdelapalestine.fr

 




Netanyahou dégage ! annulation de la saison « France/Israël 2018 »

MONTPELLIER

COMMUNIQUÉ :

Il n’y a pas de « conflit israélo-palestinien ». Derrière cette formule trop souvent employée, se cache une autre réalité. Celle d’un état sur-armé qui, après avoir violemment chassé de leurs terres des centaines de milliers de palestinien-es en 1948, après avoir envahi militairement la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem en 1967 lors de la « guerre des 6 jours » pour les coloniser, se permet maintenant d’estropier et de tuer des milliers de civils désarmés qui ne font que réclamer un juste droit : celui de pouvoir retourner vivre sur les terres dont ils ont été chassés.

Un état qui depuis sa création bafoue systématiquement le droit international et piétine les droits humains les plus élémentaires.

L’état israélien ne peut agir ainsi sans le soutien et le silence complice des grandes puissances.

Soutien direct des États Unis qui installent leur ambassade à Jérusalem, soutien honteux de l’état français qui tout en ayant fermement condamné les violences commises par les forces armées israéliennes contre les manifestants palestiniens à Gaza », s’apprête à recevoir Netanyahou pour lancer en commun la « Saison France-Israël » dont le but officiel est de « /resserrer les liens entre la France et Israël dans tous les domaines de la recherche, de l’économie, de la vie sociale et des arts/ ».

Ce qui, dans les circonstances actuelles, se résume tout simplement à une tentative de redorer le blason de l’État d’Israël et de l’absoudre de ses crimes.

Les organisations soussignées tiennent à affirmer leur solidarité avec le peuple palestinien, en particulier pour le droit au retour des réfugié-es sur leurs terres.

  • Elles demandent l’arrêt de toute coopération militaire avec l’État d’Israël.
  • Comme 80 personnalités issues du monde des arts et des milliers de signataires de la pétition Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël/ », elles exigent cette annulation.

 

Elles appellent la population et l’ensemble des organisations démocratiques à se rassembler à Montpellier le :

MARDI  5 JUIN A PARTIR DE 18H 30 SUR LA PLACE DE LA COMÉDIE A MONTPELLIER.

(Jour de l’inauguration de la Saison France –Israël à Paris par Macron et Netanyahou, ainsi que jour anniversaire du début la Guerre des 6 jours).

Premiers signataires :

APLR (Association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon), ATTAC Montpellier, Américains pour la Paix et la Justice, BDS France Montpellier, CCIPPP34, Cimade LR, CGA34, CMF, Ensemble !34, FERC-CGT, FUIQP34, MAN 34, NPA 34, Podemos Montpellier, UJFP 34

 

 




Saint-Étienne: NON à la venue de Netanyahu en France!

Le 5 juin, Macron recevra le criminel de guerre Netanyahou au grand palais pour inaugurer la saison France-Israël.
C’est une atteinte aux droits de l’homme, une atteinte à la justice ! Nous ne l’acceptons pas !

Rendez-vous Place de l’hôtel de ville à 18h30!

Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël qui a pour but de blanchir les crimes de l’état d’apartheid israélien !

Nous appelons à rejoindre massivement la campagne BDS et à contrer la propagande israélienne où qu’elle se trouve !
BDS France Saint-Étienne


A l’appel de :
BDS France Saint-Étienne
Al Qalam
Réseaux citoyens
JC loire