1

250 militants du Danemark donnent un carton rouge à l’apartheid israélien

Par la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), le 13 septembre 2021

A l’intérieur et à l’extérieur du stade où se déroulait le match de football Danemark – Israël, des manifestants ont dénoncé les attaques d’Israël contre les sports palestiniens et son utilisation du football pour blanchir par le sport son oppression des Palestiniens.

 

Plus de 250 supporters des droits palestiniens ont pris part à une manifestation pour protester contre l’apartheid israélien, à l’intérieur et à l’extérieur du stade où se déroulait le match de football de qualification pour la coupe du monde entre le Danemark et Israël.

A l’extérieur du stade, des orateurs ont dénoncé les attaques d’Israël contre les sports palestiniens et son utilisation du football pour blanchir par le sport son oppression des Palestiniens. Les manifestants ont témoigné de leur soutien à l’appel de 200 équipes palestiniennes afin de boycotter la compagnie allemande de sportswear Puma pour son soutien des colonies israéliennes illégales. Plus de 1000 tracts ont été distribués aux fans de football.

A l’intérieur du stade, des drapeaux palestiniens ont été déployés tout autour des tribunes, gagnant une couverture médiatique y compris sur la télévision nationale danoise.

La manifestation a été organisée par Boykot Israel Kampagnen – Denmark, International Forum Copenhagen, Stop the Annexation of Palestine, International Forum North Zealand, Palestinian Democratic Union in Denmark, Palestinian National Assembly in Denmark, Global Action, Demos.

Voir plus de photos de la manifestation et des drapeaux palestiniens à l’intérieur du stade.

Ci-dessous une déclaration de la Campagne palestinienne pour le Boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) lue lors de la manifestation.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), membre fondateur du Comité national de BDS, la plus grande coalition de la société civile palestinienne, salue tous ceux et toutes celles qui sont ici aujourd’hui et soutient des centaines de clubs de sport palestiniens qui demandent de donner un carton rouge à l’Israël de l’apartheid.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid pour son régime, long de dizaines d’années, de colonialisme d’occupation, de racisme et de nettoyage ethnique graduel qui expulsent les autochtones palestiniens de leurs terres.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui maintient les Palestiniens de Gaza sous un siège de plus de 14 ans maintenant, tout en menant des campagnes dévastatrices de bombardement qui massacrent des milliers de Palestiniens, y compris des centaines d’enfants.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui a démoli plus de 130000 maisons palestiniennes dans toute la Palestine historique, y compris le village entier d’Al Araqib dans le Néguev plus de 190 fois.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui détient sans charge ni procès et torture des prisonniers palestiniens, dont des enfants arrachés de leurs lits pendant des raids de nuit par des soldats lourdement armés et des footballeurs palestiniens voyageant pour des matchs.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui met fin brutalement aux rêves des athlètes palestiniens, dont le footballeur Saeed Odeh, 16 ans, qui a été abattu et tué par des soldats israéliens en Cisjordanie occupée le 4 mai.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui bombarde des installations sportives palestiniennes à Gaza, dont des clubs de sport, un terrain de football et un établissement paralympique, rien qu’en mai.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui refuse aux athlètes palestiniens le droit de voyager, provoquant l’annulation de la Coupe de football de Palestine.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui utilise cyniquement « le beau sport » pour blanchir ses graves violations des droits humains palestiniens.

A l’intention de ceux qui appellent à laisser la politique à l’extérieur des sports :  l’Association de football d’Israël  (IFA) est loin d’être une organisation apolitique. L’IFA participe activement à l’occupation militaire d’Israël. Elle ne fait pas qu’inclure dans ses ligues officielles des équipes des colonies illégales israéliennes installées sur des terres palestiniennes volées. L’IFA a aussi activement fait du lobbying, ainsi que le gouvernement israélien, pour maintenir les équipes de ces colonies.

Alors que les Palestiniens continuent à résister à l’oppression israélienne sous toutes ces formes, nous sommes encouragés par vous ici aujourd’hui à dire que l’apartheid israélien n’a pas de place dans les sports. Tout comme le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud a été exclu des sports internationaux grâce au tollé populaire et à une campagne stratégique, l’Israël de l’apartheid le sera.

Pendant la dernière escalade de violence d’Israël, nous avons vu des nombres sans précédent d’athlètes professionnels et des équipes entières dans le monde entier, dans tous les sports, soutenir les droits palestiniens.

Des équipes du Qatar à la Malaisie ou au Royaume-Uni lâchent la marque de sport Puma en réponse à l’appel de plus de 200 équipes palestiniennes à boycotter Puma à cause de son soutien aux colonies israéliennes illégales par son sponsoring de l’Association israélienne de football.

Aux Olympiades de Tokyo, les judokas Fethi Nourine d’Algérie et Mohamed Abdalrasool du Soudan ont pris des positions de principe, refusant d’affronter des représentants de l’état israélien, mettant la cause palestinienne avant leurs propres rêves.

Le vent tourne. Dans le monde entier, des fans, des athlètes et des personnes de conscience refusent de rester silencieux. Tout comme vous tous aujourd’hui ici, ils rejettent les tentatives de blanchir par le sport l’apartheid israélien. Ils boycottent des compagnies comme Puma qui affirment respecter les valeurs du sport tout en soutenant l’apartheid israélien.

Notre mouvement pour la justice et la libération n’est destiné à grandir qu’avec votre soutien.

Boycottez Puma ! Carton rouge à l’Israël de l’apartheid !

Source : BDS Movement

Traduction CG pour BDS France




La FIFA tombe le masque et se proclame «organisation complice en accueillant les clubs des colonies illégales d’Israël»

PACBI – 27 octobre 2017

Réuni ce jour à Kolkata, en Inde, le conseil de la FIFA a adopté une position autorisant les clubs de football des colonies israéliennes illégales de continuer à faire partie de l’organisation mondiale de football, affirmant qu’elle « s’abstiendrait d’imposer aucune sanction ou autre mesure ».

Cette décision intervient quelques jours après que Tokyo Sexwale, président du comité de surveillance Israël-Palestine de la FIFA, a tenu des propos anti-palestiniens, justifiant les crimes d’Israël contre les Palestiniens et la politique d’apartheid. Dès la réunion du conseil, des organisations de la société civile et des groupes confessionnels sud-africains ont demandé la démission de Sexwale et que le comité soit dissout.

Stephanie Adam, de la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël a déclaré :

« Aujourd’hui, le conseil de la FIFA a réduit en lambeaux les statuts de l’organisation et s’est proclamé organisation complice en accueillant les clubs des colonies illégales d’Israël. La FIFA entend apporter un soutien matériel aux violations israéliennes du droit international constituant des crimes de guerre à l’encontre d’une association membre de la FIFA.

« Après plus de deux années de tactiques d’atermoiements délibérées, la FIFA a tombé le masque. Il est clair que le système est truqué.

« Les Palestiniens sont fiers de la profonde solidarité de la majorité absolue en Afrique du Sud pour notre combat pour la liberté, la justice et l’égalité. Nous saluons et nous soutenons l’appel lancé par nos partenaires sud-africains à la démission de Sexwale. Non seulement Sexwale a échoué à défendre le droit des Palestiniens de jouer au football aux yeux de tous, mais il a fait aussi des déclarations outrageusement anti-palestiniennes qui justifient le racisme colonial et l’apartheid israéliens, ce qui le rend totalement inapte à sa fonction.

« Sexwale a honteusement répété comme un perroquet la fable coloniale et raciste israélienne du ‘petit pays’ dans un environnement arabe hostile, et il a exprimé sa préoccupation pour les soldats israéliens armés sur les check-points militaires dans le territoire palestinien occupé qui pourraient ‘réagir de façon excessive’ en tuant ou blessant de jeunes Palestiniens, dont des footballeurs.

« Sexwale doit démissionner immédiatement avant que sa réputation déjà souillée ne laisse des séquelles. Il est évident que ses propos anti-palestiniens ont considérablement érodé sa crédibilité et la base qui le soutient dans son propre pays, l’Afrique du Sud.

« Il est temps de dissoudre ce « comité de surveillance » ridicule qui fut lui-même créé il y a plus de deux ans pour protéger Israël contre toute mesure de responsabilisation par la FIFA. Depuis, le comité a fait plusieurs fois reporter toute décision alors qu’il s’agit d’un dossier simple de violation du droit international et des statuts de la FIFA par l’association de football israélienne. Malgré tous leurs discours trompeurs de maintenir la politique hors du football, Sexwale et la FIFA n’ont rien fait d’autre que de politiser quelque chose qui ne pourrait l’être plus clairement.

« Le conseil de la FIFA a peut-être déclaré, sans ménagement, que le dossier était clos, mais les groupes de la société civile auront plus que jamais la volonté de le maintenir ouvert et de faire monter la pression.

« Le groupe britannique «Carton rouge pour le racisme israélien» a adressé une lettre à tous les membres du conseil de la FIFA avant la réunion, pour protester contre la répression permanente d’Israël contre le football palestinien, notamment en empêchant les déplacements des joueurs de la coupe de Palestine, en confisquant le matériel importé de l’étranger et en tentant de contraindre un joueur à se faire indicateur pour les services de sécurité d’Israël ».

 

Source: BDS Movement

Traduction : JPP pour BDS FRANCE

 




à Lyon devant le siège du district de la FIFA : votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

Action BDS aujourd’hui à Lyon devant le siège du district de la FIFA : votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

Ce mardi 9 mai, dans le cadre d’une mobilisation internationale appellée par le BNC et le PACBI, nous avons été au siège du district du Rhône de la FFF (Fédération Française de Football) pour demander à la FFF de voter POUR l’exclusion des clubs des colonies israéliennes au prochain congrès de la FIFA qui doit se tenir le 10/11 mai prochain.

Nous avons remis une lettre au district du Rhône pour transmission à la direction de la FIFA.

Voici une photo de quelques villes dans le cadre de cette action internationale :



Plus de 170 clubs sportifs de la Cisjordanie occupée demandent à la FIFA de suspendre l’adhésion d’Israël

Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)
4 mai 2017, Ramallah, Cisjordanie occupée
Dans une lettre publiée aujourd’hui, plus de 170 clubs de football et associations sportives palestiniens demandent instamment à la FIFA de suspendre immédiatement l’adhésion de l’Association israélienne de Football (IFA) en raison de son inclusion de sept clubs de football basés dans les colonies illégales.
La lettre intervient quelques jours avant le Congrès annuel de la FIFA où celle-ci prévoit de prendre une décision concernant les clubs d’Israël basés dans les colonies, qui contreviennent au droit international et aux propres statuts de la FIFA.
Les clubs sportifs demandent à la FIFA de « respecter les droits de l’homme et de se conformer aux statuts de la FIFA sans aucune discrimination lors de son prochain Congrès, le 11 mai » en suspendant immédiatement l’adhésion de l’IFA pour son inclusion de clubs sportifs basés dans les colonies illégales du Territoire palestinien occupé. La lettre avertit que « les droits du football palestinien, la réputation de la FIFA en tant que champion des droits de l’homme » dépendent de la décision de la FIFA à cet égard.
Des clubs sportifs de l’ensemble de la Cisjordanie occupée ont ajouté leur nom à la lettre, notamment le Hilal Al Quds Club, le Beit Sahour Women’s Club, l’Hebron Youth Club, l’Orthodox Club à Bethléhem, le Bi’lin Club et le Dheishéh Youth Athletic Club.
Les clubs palestiniens rappellent le « rôle historique qui fut celui de la FIFA dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud quand elle a expulsé l’Association sud-africaine de football lors de son Congrès de 1976 ». Ils demandent instamment à la FIFA de se saisir à nouveau de cette « occasion historique » pour montrer un engagement sérieux en faveur des droits des êtres humains.
La lettre exprime des inquiétudes après des articles selon lesquels la FIFA donnerait six mois à l’IFA pour exclure ses équipes basées dans les colonies, voyant en cela une poursuite de l’atermoiement de la FIFA. « Deux années de tentatives par le Comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA pour remédier à ce problème devraient suffire pour prouver que le statu quo ne peut se prolonger » affirme la lettre.
 La lettre fait suite à un appel international de plus de 120 organisations de la société civile représentant des millions de personnes de partout dans le monde, demandant à la FIFA de prendre la décision d’exclure les équipes d’Israël basées dans les colonies illégales à son Congrès.
La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a été créée en 2004 pour contribuer au combat pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. PACBI plaide pour le boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes en raison de leur engagement et de leur complicité persistante dans le déni par Israël des droits des Palestiniens tels que définis par la législation internationale. Venez sur notre site : https://bdsmovement.net/pacbi et suivez-nous sur Twitter @PACBI
Traduction : JPP pour BDS France



Action BDS aujourd’hui à Paris devant le siège de la FFF: FIFA, votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

Vendredi 5 mai, dans le cadre d’une mobilisation internationale appelée par le BNC (Comité National Palestinien) et le PACBI (Campagne Palestinienne pour le Boycott académique et culturel d’Israël), nous avons été au siège de la FFF (Fédération Française de Football) pour leur demander  de voter POUR l’exclusion des clubs des colonies israéliennes au prochain congrès de la FIFA qui doit se tenir les 10 et 11 mai prochain.

Quelques PHOTOS ici

Nous avons remis la lettre de plusieurs organisations, dont BDS France au responsable du service général de la FFF qui s’est engagé auprès de nous à la transmettre à la direction de la FIFA, et nous avons aussi officiellement demandé un autre rendez vous avec la direction de la FIFA.

La même mobilisation que la nôtre a eu lieu à Rome hier organisée par BDS Italia:

https://twitter.com/bdsitalia/status/860165708654796800

FFF, votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

FIFA, soyez fair-play, EXCLUEZ les équipes au services des colonies israéliennes!

 FIFA, les équipes israéliennes des colonies sont HORS JEU !

 




Lettre de plusieurs organisations à la FIFA

Chers membres du Conseil de la FIFA

 Mettez les droits humains avant la politique

 

Nous vous adressons ce courrier concernant les sept clubs (*) qui participent à la Ligue officielle de football israélienne et qui se trouvent dans des colonies illégales en Territoire palestinien occupé (TPO). Nous sommes maintenant gravement préoccupés par les retards répétés qui ont émaillé les délibérations de la FIFA à propos de ces clubs, en dépit des conseils clairs de la part d’experts en droit de l’homme et des statuts de la FIFA elle-même. Nous vous exhortons à insister pour que l’Association israélienne de football retire immédiatement leur affiliation aux sept clubs en question, ou encore qu’elle suspende leur adhésion à la FIFA. Mettez les droits humains avant la politique.

 

En octobre dernier, le conseiller spécial des Nations-Unies pour le sport au service de la paix et du développement, Wilfried Lemke, a écrit à la FIFA pour l’exhorter à résoudre le problème de ces clubs dans les colonies « en application des Résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies et des statuts de la FIFA, dans un délai raisonnable ». Nous nous félicitons de ces propos.

 

Nous désirons attirer votre attention en particulier sur la réaffirmation, dans la Résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations-Unies, que la création de colonies de peuplement israéliennes dans le TPO « n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international ». La FIFA elle-même a l’obligation, de par la loi, d’éviter de contribuer à de telles violations.

 

Les aménagements à la politique des droits humains, propre à la FIFA, ont constitué une part importante du programme en cours des réformes de votre organisation, et votre règlement n° 3 stipule désormais : « La FIFA s’engage à respecter tous les droits de l’homme internationalement reconnus et elle mettra tout en œuvre pour promouvoir la protection de ces droits ». Cet objectif louable sera jugé par l’étendue de sa mise en œuvre dans les contextes de la vraie vie, où de puissants acteurs de la politique cherchent fréquemment à étouffer les appels légitimes à la justice. Ce serait une tragédie pour nous tous – et un mauvais commentaire sur les progrès de la réforme à la FIFA -, si votre politique échouait au premier obstacle. Nous vous exhortons à garantir un résultat qui soit compatible avec cet engagement renouvelé.

 

Nous notons également la stipulation de longue date dans les statuts de la FIFA que « les membres et leurs clubs ne peuvent pas jouer sur le territoire d’un autre membre sans l’approbation de ce dernier », et que la FIFA a agi dans le passé pour prévenir les violations de cette règle. Nous craignons qu’une défaillance dans son application aujourd’hui, dans un contexte de violations graves des droits humains, puisse causer d’autres dommages à la réputation fragile de la FIFA. Nous vous exhortons au contraire à continuer d’appliquer cette règle avec une cohérence scrupuleuse, et nous vous rappelons les devoirs de neutralité et de non-discrimination consacrés dans le code d’éthique de la FIFA.

 

Pour toutes ces raisons, nous vous exhortons à insister pour que l’Association israélienne de football retire immédiatement leur affiliation aux sept clubs en question, ou encore qu’elle suspende leur adhésion à la FIFA. Tel est l’unique moyen d’action en concordance avec les responsabilités juridiques et éthiques qui sont celles de la FIFA.

 

Enfin, nous comprenons à la lecture de la presse que Mr Sexwale a l’intention de présenter ses recommandations sur cette question au Congrès de la FIFA le mois prochain, le 11 mai 2017. Par souci de transparence, nous vous conseillons vivement de publier son rapport intégral le plus tôt possible.

 

Nous attendons avec intérêt votre réponse dans les meilleurs délais.

Sincèrement vôtres

 

Richard Falk, Princeton University emeritus faculty member, former Special Rapporteur for Occupied Palestinian Territories, UN Human Rights Council, USA

Ken Loach, Director, UK

Paul Laverty, Director, UK

Paulo Sérgio Pinheiro, Former Brazilian Human Rights minister, Brazil,

Juan Carlos Oblitas Saba, Sports Director for the Peruvian Football Federation

Daniel Fernando Abugattás Majluf, Former President of the Congress of Peru, former Sports Director for the Peruvian Federation of Athletics, Peru

Thulas Nxesi, South African Communist Party Central Committee Member and South African Minister of Sports & Recreation (signed in personal capacity), South Africa

  • Federación de Entidades Argentino-Palestinas, Argentina
  • Australian Friends of Palestine Association, Australia
  • European Coordination of Committees and Associations for Palestine, Belgium
  • Palestina Solidariteit vzw, Belgium
  • Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network, Belgium
  • Union des progressistes juifs de Belgique, Belgium
  • BDS Botswana, Botswana
  • Ciranda – Comunicação Compartilhada, Brasil
  • Comitê do Grande ABC/SP de Solidariedade ao Povo Palestino, Brasil
  • CUT-Brasil, Brasil
  • Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem-Terra, Brasil
  • NEPI – Núcleo de Estudos de Política Internacional, Brasil
  • BDS Vancouver, Canada
  • Canada Palestine Association, Vancouver, Canada
  • Concordia Student Union, Canada
  • La Coalition BDS Québec, Canada
  • Tadamon! Montréal, Canada
  • Organización Solidaria con Palestina Pontificia Universidad Católica de Chile, Chile
  • BDS Colombia, Colombia
  • Red de Solidaridad con Palestina, Costa Rica
  • ICAHD Finland, Finland
  • Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP), France
  • Association France Palestine Solidarité (AFPS), France
  • BDS France campaign, France
  • BDS42, France
  • CCIPPP34 (Campagne civile pour le protection du peuple palestinien), France
  • Collectif 69 de Soutien au Peuple Palestinien, France
  • Coordination BDS à Grenoble 38 France, France
  • Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, France
  • Union Juive Française pour la Paix (UJFP), France
  • BDS Berlin, Germany
  • BDS Hamburg, Germany
  • Kenya Palestine Solidarity Movement, Kenya
  • Engineering Professions Syndacate, Iraq
  • Iraqi social forum, Iraq
  • Sport against violence/ Iraq, Iraq
  • Gaza Action Ireland, Ireland
  • Ireland-Palestine Solidarity Campaign, Ireland
  • Boycott from Within (Israeli citizens for BDS), Israel
  • ICAHD, Israel
  • AD Sport Against Violence, Italy
  • APD Hic Sunt Leones, Italy
  • APS Libera Accademia di Roma LAR, Italy
  • ASD Atletico Brigante, Italy
  • Asd Birilli, Italy
  • Asd StellaRossa 2006, Italy
  • ASD Università Popolare dello Sport, Italy
  • Atletico San Lorenzo, Italy
  • BDS Italia, Italy
  • Cagliari Social Forum, Italy
  • Calcio Popolare Soccavo, Italy
  • Comitato BDS Campania, Italy
  • Comitato di base NoMuos/NoSigonella- Catania, Italy
  • Comitato Pistoiese per la Palestina, Italy
  • Commercio Equo e Solidale Coop. Soc. Onlus, Italy
  • Coordinamento Campagna BDS Bologna, Italy
  • Lunaria, Italy
  • Palestinian Community Rome, Italy
  • Rete di solidarietà con la Palestina di Pisa, Italy
  • Rete Radié Resch – Udine, Italy
  • Salaam Ragazzi dell’Olivo-Onlus-comitato di Milano, Italy
  • Servizio Civile Internazionale, Italy
  • U.S. Citizens Against War (Florence), Italy
  • ULAIA ArteSud onlus, Italy
  • Un ponte per…, Italy
  • Unione Italiana Sport per tutti, Italy
  • CPJPO, Luxembourg
  • Diensten en Onderzoek Centrum Palestina (docP), Netherlands
  • The Association of Norwegian NGOs for Palestine, Norway
  • Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI), Palestine
  • Gibanje za pravice Palestincev, Slovenia
  • BDS South Africa, South Africa
  • South African Jews for a Free Palestine, South Africa
  • Spanish Network Against the Occupation of Palestine, Spain
  • Swaziland Solidarity Network, Swaziland
  • Judar för Israelisk-Palestinsk Fred (JIPF), Sweden
  • Association Swiss-Palestine, Switzerland
  • BDS Switzerland, Switzerland
  • Gerechtigkeit und Frieden in Palästina Bern, Switzerland
  • Jewish Voice for Democracy and Justice in Israel/Palestine, Switzerland
  • Clapton Ultras, UK
  • Dorset Palestinian Israeli Peace Group, UK
  • Easton Cowboys & Cowgirls, UK
  • Friends of Al Aqsa, UK
  • Friends of Sabeel, UK
  • Frome Friends of Palestine, UK
  • Jews for Boycotting Israeli Goods, UK
  • Jews for Justice for Palestinians, UK
  • Palestine Solidarity Campaign, UK
  • Palestinian Forum in Britain (PFB), UK
  • Pax Christi British Section, UK
  • Red Card Israeli Racism, UK
  • Republica Internationale, UK
  • Scottish Palestine Solidarity Campaign, UK
  • Stop the War, UK
  • War on Want, UK
  • Adalah-NY: The New York Campaign for the Boycott of Israel, USA
  • American Friends Service Committee, USA
  • Americans United for Palestinian Human Rights, USA
  • Bay Area Women in Black, USA
  • Chico Palestine Action Group, USA
  • Citizens for Justice in the Middle East, USA
  • CODEPINK Women for Peace, USA
  • Committee for Palestinian Rights (Maryland), USA
  • Corvallis Palestine Solidarity, USA
  • Delaware Neighbors Against The Occupation, USA
  • Episcopal Peace Fellowship Palestine Israel Network, USA
  • Friends of Sabeel – North America, USA
  • Green Mountain Solidarity with Palestine, USA
  • Jewish Voice for Peace, USA
  • Jewish Voice for Peace – Bay Area, USA
  • Jewish Voice for Peace, Los Angeles, USA
  • Jews for Palestinian Right of Return, USA
  • Lutherans for Justice in the Holy Land, USA
  • Madison-Rafah Sister City Project, USA
  • Mid-Missourians for Justice in Palestine, USA
  • Palestine-Israel Working Group of Nevada County, CA, USA
  • Tennessee Campaign for Palestinian Rights, USA
  • The Philadelphia Coalition for Boycott, Divestment, and Sanctions against Israel (Philly BDS), USA
  • Unitarian Universalists for Justice in the Middle East, USA
  • Unitarian Universalists for Justice in the Middle East, Massachusetts, USA
  • United Church of Christ Palestine Israel Network, USA
  • United Methodists for Kairos Response (UMKR), USA
  • United Methodists’ Holy Land Task Force, USA
  • US Campaign for Palestinian Rights, USA
  • Utahns for a Just Peace in the Holy Land, USA

(*) Maccabi Ariel (futsal indoor), Ironi Ariel, Beitar Givat Ze’ev Shabi, Beitar Ma’ale Adumim, Hapoel Oranit, Hapoel Bik’at Hayarden, Hapoel Katamon Yerushalaim (principalement situé à Jérusalem-Ouest mais joue à Ma’ale Adumim) – Voir https://www.hrw.org/news/2016/09/25/israel/palestine-fifa-sponsoring-games-seized-land

 

Source : bdsmovement

Traduction : JPP pour BDS France




Dégageons les colonies hors du football au prochain congrès de la FIFA !

 

26 avril 2017 – PACBI (Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël)

 

La FIFA va prendre une décision à propos des équipes de football israéliennes basées dans les colonies illégales à son prochain congrès le 11 mai 2017. C’est une occasion pour nous de faire en sorte que les droits humains des Palestiniens soient mis en avant dans son agenda !

 

Plus d’une centaine d’associations sportives et de défense des droits humains représentant des millions de personnes à travers le monde ont demandé à la FIFA d’exiger que l’Association israélienne de football exclue immédiatement les équipes basées dans les colonies illégales, et que la FIFA suspende l’Association si elle refuse d’obtempérer.

 

Alors que la pression monte sur la FIFA pour qu’elle respecte ses statuts, le gouvernement israélien utilise ses ambassades pour que la question de ses clubs des colonies soit complètement retirée de l’agenda du Congrès. Nous ne pouvons pas laisser faire : les équipes basées dans les colonies illégales et les violations des droits humains des Palestiniens n’ont pas leur place dans ce beau sport.

 

Agissons, dès maintenant, pour faire pression sur la FIFA pour qu’elle respecte ses propres statuts et que les Palestiniens aient les mêmes droits que tous les êtres humains :

  • joignons-nous au Thunderclap vers la FIFA avant qu’elle ne tienne son Congrès !
  • joignons-nous à l’action sur les médias sociaux !

 

Voir ci-dessous les échantillons de tweets et  partagez-les. Utilisez le hashtag #RedCardIsrael

Assurons-nous que la FIFA et les fédérations qui en sont membres fassent passer le message : les clubs des colonies et l’apartheid n’ont pas leur place dans ce beau sport.

Voyez les autres mesures que vous pouvez prendre :

 

  •  organiser une action pour remettre la lettre à votre association nationale de football et aux membres du Conseil de la FIFA les exhortant à voter l’exclusion des équipes des colonies israéliennes hors de la FIFA. Adressez-nous des courriels pour nous faire part des actions projetées, et n’oubliez pas de prendre des photos et des vidéos pour partager sur les médias sociaux !

 

  • exhorter les personnalités du sport à prendre publiquement position contre l’inclusion des clubs des colonies israéliennes dans la FIFA.

 

  •  contacter les journalistes sportifs dans votre pays et les encourager à couvrir cette démarche.

Échantillons de tweets :

 

– Hey @FIFAcom, il est temps de dégager les clubs des colonies de ce beau sport! #RedCardIsrael

 

– Ken Loach, Richard Falk, Paulo Sérgio Pinheiro exhortent @FIFAcom pour qu’elle expulse les clubs des colonies israéliennes #RedCardIsrael

 

– Des organisations représentant millions personnes appellent  @FIFAcom à cesser 2 poids/mesures:clubs colonies israéliennes #RedCardIsrael

 

–  Oblitas à @FIFAcom : aucun pays n’est au-dessus des décisions des Nations-Unies sur les colonies israéliennes #RedCardIsrael

 

– Sur les clubs des colonies israéliennes, @FIFAcom enfreint son propre engagement à respecter les droits des êtres humains  #RedCardIsrael

 

– Organisations sportives,syndicats critiquent @FIFAcom pour son  application sélective des règles des colonies israéliennes  #RedCardIsrael

 

– Israël utilise ce beau sport pour se blanchir des violations de la loi internationale lorsque @FIFAcom soutient honteusement #RedCardIsrael

 

Source: bdsmovement

Traduction : JPP pour BDS FRANCE

 




La FIFA exhortée par des organisations qui représentent des millions de personnes à expulser les clubs israéliens installés dans les colonies

19 avril 2017 / par Carton Rouge pour Israël / Suisse, Brésil, Afrique du Sud, Pérou, Royaume Uni, Etats Unis

Des appels s’élèvent avant le 67ème Congrès de la FIFA pour que l’organisme de direction du football mondial expulse les clubs de football israéliens installés dans les colonies illégales israéliennes.

 

19 avril 2017 (Ramallah, Palestine Occupée) – Aujourd’hui, plus d’une centaine d’associations sportives, syndicats, organisations de droits de l’Homme et associations religieuses, qui représentent des millions de personnes dans 28 pays à travers le monde, se sont joints à des champions de football, universitaires, cinéastes, politiques et fonctionnaires de gouvernement pour demander aux membres du Conseil de la FIFA d’insister pour que la ligue nationale de football d’Israël révoque les sept clubs installés dans les colonies israéliennes illégales sur le territoire palestinien occupé, ou envisage leur suspension de la FIFA.

Les signataires ont envoyé leur lettre aux membres du Conseil de la FIFA en amont du 67ème Congrès de la FIFA qui va se tenir du 10 au 11 mai 2017. Ont signé entre autres l’ancien Rapporteur spécial de l’ONU Richard Falk, l’ancien ministre brésilien pour les Droits de l’Homme Paulo Sergio Pinheiro, un membre du Comité central du parti communiste sud-africain et ministre des Sports et du Divertissement Thulas Nxesi (qui a signé à titre personnel), les célèbres cinéastes britanniques Ken Loach et Paul Laverty, l’ancien champion de football péruvien Juan Carlos Oblitas Saba et l’ancien athlète et président du Congrès du Pérou Daniel Fernando Abugattas Majluf, et le syndicat brésilien CUT riche de plus de 7.400.000 membres.

La lettre critique la FIFA pour ses retards répétés et l’application sélective de ses propres règles qui interdisent à toute fédération membre de tenir des matches sur le territoire d’une autre sans l’accord de cette dernière. La ligue nationale israélienne est en violation flagrante des propres règles de la FIFA en tenant des matches sur le Territoire palestinien occupé, contrevenant aux souhaits de la fédération palestinienne.

Scandaleusement, l’agenda du Congrès ne comprend pas le rapport du propre Comité de Contrôle de la FIFA mis en place en 2015 pour trouver une solution. Une fois de plus, la FIFA semble envoyer le ballon au loin pour plus tard pour essayer de ne pas avoir à agir. L’Association Palestinienne de Football a rédigé sa propre requête.

La lettre dénonce la FIFA pour avoir oublié ses propres récents engagements à respecter et promouvoir les droits de l’Homme internationalement reconnus. « Ce but louable sera jugé à l’aune de sa mise en place dans le contexte de la vie réelle », déclare la lettre, faisant remarquer que ce serait une tragédie pour tout le monde et un piètre commentaire à propos de la FIFA si sa politique nouvellement déclarée « tombait au premier obstacle ».

Juan Carlos Oblitas Saba, directeur de l’Athlétisme à la Fédération péruvienne de Football et champion de football à la retraite qui a représenté le Pérou des dizaines de fois au niveau international, a dit : « La position de la FIFA sur les droits de l’Homme devrait être aussi transparente que possible et aucun pays ne peut se trouver au-dessus des règlements des Nations Unies sur les colonies [israéliennes] qui envahissent les Territoires palestiniens. J’ai voué ma vie entière au football, je ne me suis jamais mêlé de politique, mais ceci dépasse les bornes, surtout en ce qui concerne les droits et la dignité du peuple palestinien.

Lors d’un événement récent à Johannesburg, un parlementaire sud-africain et membre du Club de Football du Parlement Sud-africain, P.J. Mguni, a dit : « Il faut interdire l’Israël d’Apartheid des événements internationaux de la FIFA et l’isoler parce que le boycott des sports contre les sports inhumains et inéquitables pourrait longuement accompagner la restauration de la paix et de la dignité dans cette région, spécialement pour le peuple palestinien… nos amis sud-africains doivent comprendre que la communauté internationale a constitué une grande part de nos réseaux de soutien à l’isolement international de l’Afrique du Sud de l’Apartheid avant 1994. De la même façon, les peuples opprimés où qu’ils soient font partie de nous, et donc, en tant que Sud-africains de toutes les régions, nous devons réellement soutenir les gens qui continuent à se battre pour leur émancipation comme le font les Palestiniens sous l’autorité d’Israël, Etat bien connu d’Apartheid. »

Hind Awwad, de la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël, a dit : « Israël utilise ‘le beau jeu’ pour blanchir ses violations du droit international et des droits de l’Homme, et la FIFA se tient honteusement à ses côtés en lui permettant de le faire, nuisant ainsi à sa propre réputation. La FIFA doit réaliser que les défenseurs des droits fondamentaux des Palestiniens et de tous les peuples ne renonceront pas à leur exigence légitime pour que la FIFA suspende enfin l’Association israélienne de Football parce qu’elle y intègre les clubs des colonies israéliennes installés sur la terre volée aux Palestiniens et qu’Israël attaque régulièrement les sports palestiniens, détruit délibérément les stades de football et arrête, torture et empêche de circuler les athlètes palestiniens. »

Dr. Geoff Lee de Carton Rouge contre le Racisme Israélien (Royaume Uni) a dit : « Se débarrasser du racisme dans le football aidera à éliminer le niveau tragiquement haut de racisme pratiqué par l’État d’Israël. Les lois israéliennes, les actions militaires et les obstacles bureaucratiques exercent une répression sur le football palestinien ainsi que sur toute la communauté palestinienne. Il faut des sanctions pour initier le changement. Nous exigeons que la FIFA sanctionne Israël en suspendant l’Association israélienne de Football de la FIFA et de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA), jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international et respecte les droits fondamentaux des Palestiniens. »

Arrière plan :

* La FIFA est l’instance dirigeante du football international et la société civile du monde entier lui a demandé depuis 2011 d’appliquer en conséquence ses propres règles et de tenir compte du droit international lorsqu’il s’agit des violations continues des droits fondamentaux des Palestiniens par Israël.

* Durant ces quelques derniers mois, le conseiller spécial de l’ONU sur les sports pour le développement et la paix, 66 députés de l’Union Européenne, 30 députés suisses, plus de 40 députés danois, 38 membres de la Chambre des Communes de Grande Bretagne, ainsi que Human Rights Watch, tous ont exhorté la FIFA à résoudre la question des clubs des colonies.

* En décembre 2016, le Conseil de Sécurité de l’ONU a affirmé que les analystes juridiques et les résolutions de l’ONU ont longtemps tenu à être exacts : que l’établissement de colonies israéliennes dans les Territoires Palestiniens Occupés « n’a aucune validité légale et constitue une violation flagrante selon le droit international ». Les signataires de la lettre ont rappelé à la FIFA son « obligation juridique à éviter de contribuer à ces violations ».

* Dans les signataires de la lettre, il y a l’Union Italienne du Sport pour Tous (UIS¨), qui comprend 1.300.000 membres et plus de 17.750 associations sportives affiliées, Sport Contre la Violence d’Irak, les organisateurs du Marathon de Bagdad, le Mouvement des Travailleurs Sans Terre brésiliens qui représente plus de 1.500.000 personnes dans l’un des plus vastes mouvements sociaux d’Amérique Latine, l’oeuvre de bienfaisance britannique Guerre à la Misère et les plate-formes des ONG de France (40 organisations)et de Norvège (30 organisations).

* La lettre a été endossée par un certain nombre d’associations religieuses, dont Pax Christi UK, les Amis de Sabeel UK et Amérique du Nord, le Comité américain des Amis du Culte, les Luthériens pour la Justice en Terre Sainte, le Réseau Palestine Israël de l’Église Unie du Christ, les Méthodistes Unis pour la Réponse Kairos (UMKR), le Réseau Episcopal pour l’Amitié et la Paix En Palestine et Israël, et les Universalistes Unitaires pour la Justice au Moyen Orient.

* Un certain nombre d’associations juives ont endossé la lettre, dont Voix Juive pour la Paix et ses plus de 60 chapitres aux États Unis, les Juifs d’Afrique du Sud pour une Palestine Libre, l’Union Juive Française pour la Paix, les Juifs pour la Justice pour les Palestiniens – UK, les Juifs de Suède pour une Juste Paix entre Israël et la Palestine, et Voix Juive pour la Démocratie et la Justice en Israël/Palestine basée en Suisse.

* Tokyo Sexwale, président du comité de Contrôle de la FIFA pour Israël Palestine créé en 2015 pour résoudre les questions qui affectent le développement du football en Palestine, a présenté un projet de rapport le 22 mars 2017. Ce rapport proposait à la FIFA trois voies différentes pour résoudre la question des clubs des colonies israéliennes : maintenir le statu quo et risquer une action juridique, appeler à de nouvelles négociations entre les ligues nationales de football israélienne et palestinienne, ou donner six mois à l’Association israélienne de Football « pour rectifier la situation ».

Carton Rouge pour Israël est une campagne de la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI). PACBI a été lancé en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. PACBI plaide pour le boycott des universités et des institutions culturelles israéliennes, étant donné leur profonde et persistante complicité avec le déni par Israël des droits des Palestiniens tels que stipulés dans le droit international. Suivez nous sur Twitter @PACBI

Source: bdsmovement

Traduction : J. Ch. pour BDS France




La FIFA épinglée par des organisations de défense des droits humains pour n’avoir pas expulsé les clubs de football basés dans des colonies illégales

9 mars 2017 – Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël

Les Palestiniens réclament la dissolution du comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA qui sert de couverture à la répression de toute action contre les colonies.

Une large coalition d’organisations palestiniennes et internationales a dénoncé le président Gianni Infantino pour n’avoir pas obligé la ligue nationale de football d’Israël à exclure six équipes issues de colonies israéliennes illégales. Cette coalition a appelé à la dissolution du comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA.

Le défaut d’action de la FIFA contre les clubs des colonies israéliennes la rend complice des violations par Israël du droit international et viole ses propres règles qui interdisent aux associations membres de jouer sur le territoire d’une autre association membre sans sa permission.

Le comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA, qui a été créé en mai 2005 et est présidé par Tokyo Sexwale, devait présenter son rapport au Conseil de la FIFA en octobre 2016. Des représentants officiels du gouvernement israélien ont fait pression sur le comité pour édulcorer ses recommandations et empêcher l’exclusion des clubs des colonies israéliennes de ses ligues.

En dépit de promesses de redevabilité, il semble que la FIFA se soit inclinée devant la pression israélienne et qu’elle retarde indéfiniment la publication du rapport de son comité, rendant ainsi plus difficile d’agir à ce sujet au prochain congrès de la FIFA en mai 2017.

Sharaf Qutaifan, de la Campagne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) a dit que « le comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA n’a pas rempli son mandat et devait être dissous. La FIFA et le comité se sont pliés devant la pression politique et ont refusé d’agir de façon significative pour mettre fin à la violation des statuts de la FIFA par l’Association Israélienne de Football. La FIFA contrevient à ses propres obligations de neutralité et exerce une discrimination à l’égard de la Palestine. Infantino a abandonné sa promesse de couper clairement avec la corruption dont son prédécesseur Sepp Blatter s’était rendu coupable ; il a, au contraire, suivi ses traces ».

L’Association Palestinienne de Football, des militants palestiniens et internationaux, Human Rights Watch, des juristes et le conseiller spécial de l’ONU pour le développement du sport et de la paix, Wilfried Lemke, exhortent depuis longtemps la FIFA à faire en sorte que les équipes de football des colonies israéliennes illégales soient exclues des ligues de football israéliennes. Ils ont demandé à la FIFA du suspendre l’Association Israélienne de Football (IFA) si elle refuse d’obéir. Près de dix mille fans de football ont écrit au président de la FIFA, Gianni Infantino le mois dernier, en lui demandant d’agir d’urgence vis-à-vis des colonies israéliennes, mais la FIFA s’est soustraite à ses obligations.

Kwara Kekana de BDS Afrique du Sud a dit que « les Sud-Africains savent trop bien comment le ‘dialogue constructif ‘ (de Reagan ndlt) a aidé à perpétuer l’apartheid et la souffrance des Sud-africains noirs. De même, le postulat erroné du comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA est que les parties en présence peuvent discuter des problèmes ; or il n’y a pas de solution de juste milieu quand il s’agit du droit international et des propres règles de la FIFA. La FIFA doit mettre fin à l’imposture des comités et regarder en face la vaste protestation et la condamnation de son deux poids-deux mesures ».

Geoffrey Lee, le coordinateur de Carton Rouge au Racisme Israélien a dit qu’on « peine à trouver une raison logique au retard dans la prise de décision concernant les clubs des colonies israéliennes et les attaques persistantes d’Israël contre le football palestinien. Les statuts de la FIFA sont parfaitement clairs. Voilà pourtant un nouvel exemple des tactiques d’intimidation d’Israël pour nier les droits humains des Palestiniens ».

En 2014, Gianni Infantino, alors le Secrétaire Général de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA) qui dirige le football en Europe, a interdit aux clubs de la Crimée annexée de participer aux compétitions en Russie. Raffaele Spiga, un militant de défense des droits humains de Bologne et membre de BDS Italie a dit que « nous assistons à deux poids deux mesures de la part d’Infantino. Il parle de protéger le football d’interférences politiques mais il politise la question des clubs des colonies israéliennes au lieu de simplement appliquer les règles que s’est données la FIFA. Sa réticence à agir jette le discrédit sur la FIFA ».

Roman Vonwil, un militant palestinien de Berne et membre de BDS Suisse a dit : « nous continuerons à poser le problème des attaques israéliennes contre le football palestinien à chaque occasion où cela sera possible. La FIFA légitime les colonies qui, en droit international, sont considérées comme des crimes de guerre et permet que le racisme et la discrimination persistent dans le monde du football, en contradiction avec la promesse d’Infantino de faire le ménage ».

La campagne Carton Rouge pour Israël s’est répandue dans les pays arabes qui siègent au Conseil de la FIFA et dont les supporters ont demandé à leurs fédérations de proposer une résolution exigeant la suspension d’Israël. Batoul Al Medhar, un supporter du Caire et membre de BDS Égypte a conclu : « nous en appelons au Conseil de la FIFA pour qu’ils sanctionne Infantino pour être revenu sur ses promesses et avoir manqué à ses responsabilité. Les amateurs de football du monde arabe surveillent la FIFA de près et attendent qu’Israël soit traité selon les mêmes normes que tous les autres. Nous dénonçons l’approche européo-centrée de la FIFA, qui privilégie les intérêts de ses membres européens au détriment de ceux du jeu. Israël ne doit pas bénéficier d’un laisser-passer.

Les antécédents

  • Les Palestiniens se sont longtemps plaints auprès de la FIFA des attaques israéliennes contre les joueurs palestiniens. Israël a arrêté et torturé des athlètes palestiniens, leur a refusé toute liberté de mouvement et a bombardé leurs stades de football. Cela s’est ajouté à la perturbation habituelle par Israël des efforts que font le Palestiniens pour importer l’équipement nécessaire au football. Le racisme est rampant dans le football israélien ; il est évident dans les ligues juniors ségréguées d’Israël où les joueurs juifs sont séparés des non-juifs et dans le racisme anti-palestinien violent du club Beitar Jérusalem et ses supporters célèbres pour crier « Mort aux Arabes ».
  • En avril 2016, un rapport de John Ruggie, ancien représentant spécial de l’ONU sur l’activité économique et les droits humains, a appelé la FIFA à davantage de respect des droits humains. Ses recommandations ont conduit la FIFA à inscrire un engagement pour les droits humains dans ses statuts. La dernière résolution 2334 du Conseil de sécurité de l’ONU a réitéré l’illégalité des colonies israéliennes, ce qui a donné un élan aux efforts pour cibler les clubs des colonies dans la FIFA.
  • Les colonies israéliennes ne sont pas seulement illégales selon le droit humanitaire international, elles contribuent aussi à de graves entorses aux droits humains. Les clubs des colonies jouent leurs matches à domicile sur des terres volées aux Palestiniens. Les colonies sont aussi la cause directe de sévères restrictions à la liberté de mouvement des Palestiniens, à l’accès aux ressources naturelles et à la possibilité d’avoir des activités économiques ou de construire des maisons. En droit international, les colonies sont considérées comme des crimes de guerre.
  • Le document de stratégie « FIFA 2.0 : Une vision pour l’avenir du football » publié par la FIFA en octobre 2016, promet que l’organisation sera gouvernée par les principes de transparence, de responsabilité, d’inclusion et de coopération.

 

La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) a été lancée en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. Elle plaide pour un boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes pour leur complicité profonde et durable avec la négation par Israël des droits des Palestiniens inscrits au droit international.

PACBI : https://bdsmovement.net/pacbi

Twitter @PACBI

Source: BDS Movement

Traduction SF pour BDS France




Pétition: Dites au président de la fifa de montrer le carton rouge à Israël!

Nous avons une occasion de faire pression sur la FIFA, l’instance qui dirige le football au niveau mondial, pour qu’elle agisse contre l’Association Israélienne de Football pour son soutien à des équipes issues des colonies israéliennes illégales.

Vous joindrez-vous à nous en écrivant à Gianni Infantino, le président de la FIFA ?

(texte français en bas de l’article)

L’ONU, Human Rights Watch, des parlementaires, des avocats, des gens engagés dans la campagne et des Palestiniens ont tous incité la FIFA à respecter le droit international. Ils ont demandé à la FIFA de respecter ses propres règles et de refuser aux équipes des colonies illégales de participer à ses ligues officielles.

Faute d’agir contre l’Association Israélienne de Football pour son acceptation des équipes issues des colonies, la FIFA est complice des violations par Israël du droit international et permet à Israël d’utiliser le « beau jeu » pour blanchir ses crimes de guerre et le déplacement forcé des Palestiniens.

La FIFA peut demander que l’Association Israélienne de Football exclue des équipes issues des colonies illégales et suspendre l’association si elle refuse d’obéir, et elle devrait le faire.

Tokyo Sexwale, le président sud africain du Comité de Suivi Israël-Palestine de la FIFA est sur le point de soumettre un rapport au président et au conseil de la FIFA sur l’amélioration des conditions du football palestinien.

C’est, pour nous, une occasion de faire pression sur la FIFA pour qu’elle agisse.

Merci!

La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

 

Texte de la pétition en français:

Israël détruit délibérément les stades de football palestiniens et emprisonne des joueurs palestiniens. En même temps, Israël permet à six équipes issues des colonies de jouer dans sa ligue nationale.

La FIFA, l’instance qui dirige le football au niveau mondial, n’a pas agi contre l’Association Israélienne de Football qui intègre des équipes issues d’une terre illégalement occupée. Faute d’agir, la FIFA non seulement néglige ses propres statuts mais est complice des violations par Israël du droit international. La FIFA devrait demander que l’Association Israélienne de Football exclue les équipes issues de colonies illégales de ses ligues et elle devrait suspendre de la FIFA l’Association Israélienne de Football si elle refuse d’obéir.

Tokyo Sexwale, le président sud africain du Comité de Suivi Israël-Palestine de la FIFA est sur le point de soumettre un rapport au président et au conseil de la FIFA sur l’amélioration des conditions du football palestinien.

Tandis que le Conseil délibère, c’est le moment pour nous d’agir. Écrivez au Président de la FIFA, Gianni Infantini, dites lui de maintenir la pression sur la FIFA pour qu’elle agisse dans le bon sens. Faites le en remplissant le formulaire ci-dessous.

ENVOYEZ  UN MAIL AU PRÉSIDENT DE LA FIFA GIANNI INFANTINO: president@fifa.org

 

Cher M. Infantino,

cc: membres du Conseil de la FIFA

Lorsque vous êtes devenu président de la FIFA, vous avez promis de combattre la corruption dans le football.

En même temps, la FIFA s’est engagée à assurer le respect  des droits humains dans le cadre de ses activités.

Nous faisons appel à vous pour que vous teniez vos promesses. La FIFA doit exiger que l’Association israélienne de Football exclue de ses ligues les équipes israéliennes issues des colonies illégales des Territoires Palestiniens Occupés et elle doit suspendre de la FIFA l’Association Israélienne de Football si celle-ci refuse.

Le  droit international est clair : les colonies israéliennes sont illégales et elles constituent des crimes de guerre. Elles contribuent à de graves abus contre les droits humains et privent les Palestiniens, dont des athlètes palestiniens, de leur liberté de mouvement.  Les équipes de football israéliennes basées dans les colonies illégales jouent leurs matches à domicile sur des terres volées aux Palestiniens.

Les propres règles de la FIFA interdisent aux associations membres, comme celle d’Israël, de jouer dans le territoire d’une autre association membre, dans ce cas l’Association Palestinienne de Football sans la permission de cette association. En tant que secrétaire général de l’Union des Associations Européennes de Football, vous avez supervisé des sanctions contre la Russie à propos de la Crimée. Israël doit relever des mêmes critères.

Vous avez dit que vous ne voulez pas mélanger la politique et le football. L’échec de la FIFA à agir selon ses propres règles et selon le droit international politise ce qui pouvait être une opération simple.

Ne laissez pas Israël utiliser le « beau jeu » pour blanchir ses crimes de guerre.

Sincèrement.

Envoyez un mail maintenant!

Source: BDS Movement

Traduction: SF pour BDS France

 

 




Lettre ouverte au président de la FFF

Paris, le 7 octobre 2016

Monsieur le Président de la FFF,

Déjà en Mai 2015, le congrès de la FIFA avait examiné la demande d’exclusion de la Fédération Israélienne de Football, suite à un lourd dossier de  plaintes présenté par la Fédération palestinienne. Nous avions d’ailleurs été reçus à ce sujet le 29 avril 2015 par votre directeur de cabinet, M. Melero.

Une commission de surveillance des problèmes qui affectent le développement du football en Palestine a été désignée avec Mr Tokyo Sexwale comme président.

Aujourd’hui, en plus des diverses restrictions faites au Palestiniens pour exercer leur sport, l’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) dénonce le fait que six clubs des 3e, 4e et 5e divisions israéliennes, considérées comme semi-professionnelles, jouent dans les colonies de Cisjordanie. Les colonies sont illégales au sens du droit international et qualifiées comme tel par la communauté internationale. Ce fait ne peut être toléré.

Enfin, nous vous rappelons qu’Israël ne devrait pas appartenir à l’UEFA, mais jouer dans la zone Asie.

Nous vous invitons à contribuer à mettre fin à ces différentes injustices et à donner une image positive de la FIFA en intervenant auprès des participants à la prochaine réunion de son conseil les 13 et 14 octobre.

Nous sommes prêts à vous rencontrer, vous ou vos proches collaborateurs, pour en discuter comme nous l’avions fait en avril 2015

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.

La Campagne BDS France

www.bdsfrance.org

campagnebdsfrance@yahoo.fr

 




Le club champion européen de Séville rejette les millions d’une sponsorisation israélienne

Ali Abunimah Militantisme et BDS, 12 octobre 2015

alt
Le Séville FC a rejeté l’offre israélienne qui aurait doublé les fonds que le club espagnol recevait précédemment de son sponsor malaisien ((Ismael Molina/Flickr)

Le club de football espagnol de Séville a rejeté une proposition de sponsorisation de 5 millions d’euros conditionnée par une publicité pour le tourisme en Israël à mettre sur les maillots des joueurs.

« Pour la connotation politique » qu’il y avait à paraître soutenir Israël, le FC Séville vainqueur de l’UEFA Europa League 2015 a décliné l’offre, selon le journal sportif espagnol Mundo Deportivo.

Des sources du club ont indiqué site internet ElDesmarque, que l’image que donnerait la sponsorisation d’Israël « pourrait nuire à Séville, en particulier si l’on tient compte des problèmes politiques actuels, des sensibilités et du conflit israélo-palestinien ».

Le ministère du tourisme israélien offrait à Séville plus de deux fois la somme qu’il recevait dans le cadre de son dernier contrat de sponsorisation avec la Malaisie, selon un article sur le site israélien Ynet.

En janvier 2009, Frédéric Kanouté, qui était alors un des joueurs phare du club de Séville, avait eu une amende de la fédération espagnole de football pour avoir porté un teeshirt marqué Palestine pendant un match contre la Corogne.

Ce fut une manifestation largement appréciée de solidarité avec les Palestiniens de Gaza qui essuyaient alors un bombardement massif israélien.

À présent, Séville n’a pas de sponsor pour la saison prochaine, ce qui veut dire que ses joueurs seront sur le terraine en maillots blancs, un coup dur pour les finances du club andalou d’après Mundo Deportivo.

Mais il semble que même les millions éminemment nécessaires ne peuvent tenter suffisamment Séville au point de s’associer avec la marque toxique d’Israël – les massacres à Gaza qui sont sa signature, l’occupation militaire, les attaques de colons contre des Palestiniens en Cisjordanie et les foules criant « Mort aux Arabes » dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem »

Contribution de Dena Shunra à la traduction (de l’espagnol)

Traduction SF pour BDS France

Source : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/europa-football-champions-sevilla-reject-israeli-sponsorship-millions




De la part de citoyens israéliens à la FIFA : Sortez le carton rouge contre Israël maintenant !

Mai 2015

A ceux que cela peut concerner,

Nous sommes des citoyens israéliens qui militent contre la politique raciste, d’occupation et d’apartheid de notre gouvernement. Alors que s’ouvre le Congrès de la FIFA, nous aimerions déclarer clairement : l’apartheid israélien, tout comme l’apartheid sud-africain à l’époque, n’a pas sa place dans le football international !

Les crimes de notre gouvernement contre le peuple palestinien sont constants. L’Association du Football Israélien (IFA) est une institution sponsorisée par l’État, et qui plus est, elle est directement complice de ces crimes.

De nombreux rapports ont illustré la façon dont Israël détruit les vies d’athlètes palestiniens et leurs infrastructures sportives. Nous savons aussi qu’Israël autorise les équipes des colonies israéliennes illégales de Cisjordanie occupée à faire partie de ses ligues.

Des analystes israéliens admettent qu’il faut exercer des pressions pour changer l’horrible réalité dont nous sommes témoins ici.

Par exemple, le journaliste israélien Gideon Levy fait observer : « Un interdit sur le football ne tue personne. Un boycott ne répand pas de sang. C’est une arme légitime pour asseoir la justice et faire appliquer le droit international. »

(http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.656746)

Uzi Dann, rédacteur spécialisé en sport international au journal israélien Haaretz, a dit le 18 avril 2014 : « D’après mon expérience, seules des menaces et des pressions obligeront le gouvernement israélien à prendre des mesures. »

(http://www.aljazeera.com/football/2014/04/should-israel-be-kicked-out-fifa-20144188948651966.html)

Le temps est venu pour notre gouvernement de cesser de bombarder des stades, d’emprisonner des footballeurs, de tirer sur des joueurs, et d’annexer les colonies israéliennes dans ses ligues sportives.

En tant que citoyens israéliens, nous en appelons à vous : Sortez le carton rouge contre Israël maintenant !

Sincèrement, de la part de Boycott ! Soutien à l’Appel BDS palestinien de l’Intérieur ( http://boycottisrael.info/))

 

Noa Abend
Ronnie Barkan
Ofra Ben-Artzi
Dr. Uri Davis
Eran Efrati
Rami Elhanan
Shir Hever
Dr. Anat Matar
Ofer Neiman
Herzl Schubert
Yonathan Shapira
Prof. Eyal Sivan – cinéaste
Amir Terkel
Roni Terkel
Sahar Vardi
Maya Wind

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine




Projection à Nîmes de « Ramallah’s Maradona »

La soirée faisait suite au tournoi de foot en solidarité avec le peuple palestinien à Nîmes le 5 juin 2013, contre la tenue de l’Euro Espoirs des moins de 21 ans en Israël et en l’honneur de sportifs palestiniens emprisonnés.

Malgré les fortes intempéries ce soir là, environ 80 personnes ont assisté à la projection, représentant un public d’horizons très divers : militants, sympathisants mais également des responsables d’associations de foot, d’anciens joueurs, des amoureux du ballon rond… Le débat qui a suivi en a été enrichi. La présence de Stéphane Valentin a beaucoup apporté à la qualité des échanges. Il était accompagné par Aïda, jeune femme palestinienne de Jénine, qui a fortement impressionné l’auditoire.

Le film en lui même aborde de nombreuses questions, mais la mise en lumière de l’équipe de foot féminine palestinienne a particulièrement retenu l’attention.

nimes

L’accent a été mis sur la campagne Carton rouge à Israël qui répondait à l’appel des clubs sportifs palestiniens en direction de l’UEFA « visant à ne pas récompenser Israël pour sa politique raciste à leur égard ».

Nous avons lancé un appel pour sensibiliser le public sur les phases finales du championnat d’Europe féminin des moins de 19 ans qui doit avoir lieu en Israël en juin 2015 et sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour convaincre l’UEFA de ne pas lui laisser cet honneur.

Le projet de faire un film, ici en France, sur la question de la solidarité aux sportifs palestiniens, a été abordée par un ancien footballeur professionnel présent à la soirée et Stéphane Valentin. Ce projet a séduit un certain nombre de personnes. le rendez vous est presque pris !

Nicole Z. pour le Comité BDS 30 et l’AFPS Nîmes




Interview BDS dans « Le Courrier de l’Atlas »

« Boycott, Désinvestissement, Sanctions » : Non au régime d'apartheid israélien
Des militants mobilisés pour inviter Julien Clerc à refuser de cautionner l’apartheid en se produisant en Israël.

LCDL : Quand et pourquoi est né BDS ?

Imen HABIB : La campagne BDS a été initiée en 2005 par une coalition de 173 associations de la société civile palestinienne.
En effet, en juillet 2005, soit un an exactement après l’avis de la Cour Internationale de Justice demandant le démantèlement du mur de l’apartheid construit par la puissance occupante israélienne, ces diverses  organisations, forces syndicales et associations palestiniennes ont lancé l’appel au BDS, dont voici un extrait :
« Nous, représentants de la Société Civile Palestinienne, invitons les organisations des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier à imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de retrait d’investissement contre Israël, tels que ceux appliqués à l’Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid. Ces mesures de sanction non-violentes devraient être maintenues jusqu’à ce qu’Israël honore son obligation de reconnaître le droit inaliénable des Palestiniens à l’autodétermination et respecte entièrement les préceptes du droit international ».
Cette campagne s’est développée depuis lors à l’échelle internationale, dans d’innombrables opérations de « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » (BDS), contre le régime d’apartheid israélien en s’inspirant de la campagne victorieuse contre l’apartheid en Afrique du Sud.

En quoi consiste la Campagne BDS France ?

La Campagne BDS France (www.bdsfrance.org) est la plus large coalition pour le BDS en France. Elle regroupe environ une cinquantaine d’organisations, partis syndicats et comités locaux un peu partout en France.
Du boycott culturel, universitaire, à la Campagne contre le Commerce avec les Entreprises Agroalimentaires Israéliennes, en passant par la campagne contre l’Euro Espoirs en Israël, les activités et initiatives de la Campagne BDS France mais aussi des campagnes BDS au niveau international sont nombreuses.

Au temps de l’Afrique du Sud le boycott allait de soi, pourquoi ce n’est pas le cas quand il s’agit d’Israël ?

Effectivement,  il y a  là une forme d’hypocrisie à ce sujet. Certains appellent très librement au boycott de la Chine pour son non-respect des droits de l’Homme au Tibet, ou au boycott de l’Ukraine comme on l’a vu lors de l’ Euro 2012, mais dès lors qu’il s’agit d’Israël on cherche à enrober le discours.
On essaye de faire croire qu’il n’y a pas matière à BDS contre ce régime, comme si l’on voulait absolument ignorer ses innombrables exactions quotidiennes contre le peuple palestinien, ignorer l’occupation et la colonisations illégales, le régime de lois qui a créé des statuts différents pour les palestiniens, de citoyens de seconde zone en Israël, à résidents de Jérusalem, de non citoyens sous régime militaire d’occupation dans les territoires occupés, à assiégés sans aucun droit à Gaza.
Et avec tout  cela, l’Union Européenne, malgré sa condamnation de la colonisation, développe chaque année de nouveaux accords et partenariats avec Israël. C’est scandaleux, et c’est aussi contre cela entre autres que la Campagne se mobilise. Pour obtenir enfin que les sanctions légales prévues par l’UE soient enfin appliquées contre Israël, et qu’il cesse de bénéficier du régime d’exception dont il jouit.

Parlez-nous de vos prochaines actions.

Depuis des mois nous menons partout en France et aussi en coordination européenne une campagne d’information et de sensibilisation appelée « Carton Rouge pour Israël ».
Durant l’Euro Espoirs en Israël, nous organisons aussi  des mobilisations dans plusieurs villes pour dénoncer la décision de l’UEFA de maintenir l’Euro en Israël.
Au niveau culturel, la Campagne BDS France a écrit à de nombreux artistes qui étaient invités en Israël pour leur expliquer en quoi leur venue serait utilisée à cautionner le régime israélien et ses aspects revendiqués comme « démocratiques », et à dissimuler tous ses aspects sombres comme par exemple l’épuration en cours des Bédouins palestiniens citoyens d’Israël pour la judaïsation du Néguev.
Tout récemment elle s’est adressée à Julien Clerc qui a prévu de se produire en Israël en Juillet prochain. Pour l’en dissuader, des militants se sont mobilisés dans plusieurs villes où il s’y est produit pour l’inviter à refuser de cautionner l’apartheid en jouant là bas. Même s’il vient d’annoncer qu’il ira quand même, nous continuerons à l’interpeller, comme tout artiste français qui prévoira de se produire en Israël !
Au niveau de la Campagne contre le Commerce avec les Entreprises Agroalimentaires Israéliennes, une marche est prévue le 29 juin prochain au départ d’Avignon pour dire « Méhadrin dégage ! » (Méhadrin est le principal exportateur de produits agricoles israéliens qui bénéficie d’exemption de taxes et de tarifs douaniers préférentiels pour tous les produits qu’il importe dont des produits des colonies)
Le 8 juin prochain, un concert dans le cadre de la Campagne BDS France « Justice en Palestine » est organisé  à la Courveuve avec les artistes : …Toutes nos actualités sont publiées sur le site de la Campagne BDS France www.bdsfrance.org. Nous invitons toute les personnes motivées à développer la Campagne BDS en France à nous rejoindre !
Voir également l’interview de Nordin Idir qui nous parle de l’Euro Espoir de football.

Source : http://www.lecourrierdelatlas.com/490505062013-Boycott-Desinvestissement-Sanctions-Non-au-regime-d-apartheid-israelien.html




Concert « Justice en Palestine » à la Courneuve le 8 juin

Le 8 juin 2013
LA COURNEUVE
19h30 – Stade Geo André – 5 euros

En partenariat avec La Courneuve-Palestine, l’Union Générale des Etudiants Palestiniens (GUPS), Emergence, Libre Lucha, BBoyKonsian, Falastine Wear ,Uni T, Agence Média Palestine, JMF La Courneuve, Baulieue, Citoyen Tactil, ASR, Assad, Start Event.

Ce concert est le premier pas du Mouvement ARTISTS AGAINST APARTHEID FRANCE !!!

Il précédera le Tournoi Intercités CARTON ROUGE POUR ISRAËL qui rassemblera 250 joueurs de 14 villes du 93 à La Courneuve le même jour.

http://generation-palestine.org/
http://www.bdsfrance.org/




Au Caire aussi on se mobilise contre l’Euro Espoirs en Israël!

Au Caire aussi on se mobilise contre l’Euro Espoirs en Israël !

Photos prises le 15 mars lors d’un match entre le club de Zamalek (Caire) et le Vita CLub (Kinshasa). Bravo !

alt

alt




FC Barcelona: Ne Jouez pas en Israël

Nous sommes alarmés d’apprendre que le FC Barcelone, un club vénéré par des milliers de Palestiniens amoureux du football, veut organiser un match en Israël le 31 juillet 2013. [1]

Lorsque le Président du club, Sandro Rosell, est venu à Tel Aviv, le 21 février dernier, il a indiqué que son intention est de « contribuer aux efforts de consolidation des ponts de paix et de dialogue entre communautés israéliennes et palestiniennes. La meilleure façon dont nous puissions le faire est avec un ballon. » [2]

Le Président de l’Association Palestinienne de Football, Jibril Rajoub, a répondu froidement à cette proposition. Nous pensons qu’il est dans son droit d’agir ainsi.

Les footballeurs palestiniens, comme tous les Palestiniens – qu’ils vivent sous occupation militaire en Cisjordanie, à Jérusalem Est ou à Gaza, qu’ils soient citoyens de seconde classe en Israël, ou encore réfugiés exilés à l’étranger – font face à une discrimination incessante de la part de l’état israélien.

Il a fallu au joueur de l’équipe nationale de football, Mahmoud Sarsak, trois mois de grève de la faim et des protestations internationales, pour que les autorités israéliennes soient finalement forcées de le libérer de prison, en juillet dernier. [3] Il y était emprisonné depuis 2009, sans condamnation ni procès, sous le coup de la « Loi des combattants illégaux », une loi israélienne illégale au regard du Droit international. Comme Rajoub l’avait expliqué à l’époque : « Pour les athlètes de Palestine, il n’y a pas de réelle liberté de mouvement et les risques d’être arrêté, détenu, voire même tué sont toujours dans leurs esprits ».

Pas plus tard qu’en novembre 2012, les attaques israéliennes sur Gaza ont tué plus de 140 Palestiniens, dont de jeunes garçons qui jouaient au football. Leur mort a conduit à juste titre à une condamnation émanant de 52 footballeurs internationaux, parmi lesquels Frédéric Kanoute, Demba Ba, Abou Diaby, Pape Diop et Moussa Sow. [4]

Le gardien de l’équipe olympique, Omar Abu Rois, et le joueur palestinien Mohammed Nimr sont en ce moment même en prison en Israël.

Il n’est pas possible de venir à bout de telles injustices « avec un ballon ». Une idée pareille ne sert que les intérêts de l’état israélien, qui coopte avec cynisme le concept « de construction de ponts » et le principe d’échanges culturels et sportifs, afin de se positionner comme un « état normal ». Pour autant, l’occupation militaire, les mesures accentuant la colonisation et le système d’apartheid imposés par Israël à la Palestine, ne sont pas des politiques relevant d’un état « normal ». La plupart des Palestiniens considèrent ces exercices de normalisation [5] comme des tentatives délibérées d’affaiblir la montée en puissance de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël [6], calquée sur le mouvement anti-apartheid qui a contribué à établir la liberté, la justice et l’égalité pour les noirs en Afrique du Sud.

Les supporters du FC Barcelone sont connus pour leur admirable sens de la solidarité avec le peuple de Palestine. La suggestion d’organiser un match avec une équipe commune de joueurs israéliens et palestiniens, faite par les dirigeants du club, part peut-être d’une bonne intention, mais le temps n’en est pas encore venu. Ce temps viendra le jour où Israël reconnaîtra les droits fondamentaux des Palestiniens, en se retirant des terres qu’il occupe illégalement depuis 1967, en garantissant l’égalité des droits aux citoyens palestiniens d’Israël, et en honorant le Droit au Retour des réfugiés expulsés depuis 1948.

C’est pourquoi nous en appelons au FC Barcelone d’annuler son projet de déplacement en Israël, et de plutôt consacrer ses efforts à soutenir les Palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre, et de jouer à ce superbe sport, libres de toutes formes de discrimination.
Signez la pétition ici

BDS Catalunya
Red Solidaria Contra la Ocupación de Palestina (RESCOP)

 

[1] “Palestinian leaders give support to FC Barcelona’s peace initiative”
http://www.fcbarcelona.com/club/detail/article/palestinian-leaders-give-support-to-fc-barcelonas-peace-initiative

[2] FC Barcelona – Meeting: Sandro Rosell and Shimon Peres
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9xp_rTbazI8

[3] “Palestinian footballer Mahmoud Sarsak calls for Israel to be stripped of privilege of hosting UEFA football tournaments”
http://www.bdsmovement.net/2012/mahmoud-sarsak-uefa-appeal-9826

[4] “European footballers declare support for Palestine”
http://www.kanoute.com/EUROPEAN-FOOTBALLERS-DECLARE-SUPPORT-FOR-PALESTINE_ad-id!35-l!en.ks

[5] Definition of “normalisation” according to the Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI)
http://pacbi.org/etemplate.php?id=1749

[6] Appel de la Société Civile Palestinienne Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël jusqu’à ce qu’ilapplique le Droit International et les Principes Universels des Droits de l’Homme, 9 Juillet 2005
http://www.bdsmovement.net/call#French

 

Le RESCOP est constitué des 38 organisations suivantes de l’Etat espagnol :
(http://www.nodo50.org/causapalestina/)

Acsur-Las Segovias
Asociación Al-Quds de Solidaridad con los Pueblos del Mundo Árabe (Málaga)
Asociación Andaluza por la Solidaridad y la Paz – ASPA
Asociación de Amistad Palestina-Granada «Turab»
Asociación Hispano Palestina Jerusalén (Madrid)
Asociación Pro-Derechos Humanos de Andalucía
Asociación Unadikum
BDS Catalunya
BDS Madrid
Castelló per Palestina
Comité de Solidaridad con la Causa Árabe (Madrid, Asturias)
Comité de Solidaridad con los Pueblos – Interpueblos (Cantabria)
Comunidad Palestina en Canarias
Comunitat Palestina de Catalunya
Coordinadora de apoyo a Palestina (La Rioja)
Ecologistas en Acción (Confederal)
Fundación IEPALA
Fundación Mundubat
Gipuzkoako palestinaren aldeko plataforma
Izquierda Anticapitalista
Komite Internazionalistak (Euskal Herria)
MEWANDO (Euskadi)
Movimiento Solidaridad Internacional Catalunya – ISM Cataluña / Valencia
Mujeres en Zona de Conflicto – M.Z.C.
Mujeres por la Paz – Acción Solidaria con Palestina (Canarias)
Palestinarekin Elkartasuna (Euskal Herria)
Paz Ahora
Paz con Dignidad
Plataforma de Solidaridad con Palestina (Sevilla)
Plataforma Palestina Ibiza
Plataforma Solidaria con Palestina de Valladolid
Red de Jóvenes Palestinos
Red Judía Antisionista Internacional – IJAN
Sodepau
Sodepaz
Sodepaz Balamil
Taula per Palestina (Illes Balears)
Xarxa de Solidaritat amb Palestina de València




Pourquoi nous devons boycotter le championnat Juniors UEFA en Israël

Par Football Beyond Borders

Cette article a été écrit par Jasper Kain et Timesh Pillay, membres de Football Beyond Borders (Football au-delà des Frontières). L’Association a visité la région en 2011 et a fait un film sur l’expérience. Plus d’information à : www.walksoflifefilms.com.

Ça arrange nombre de personnes qui y gravitent de vanter la nature progressiste du football, mais en réalité, cette affirmation sert de plus en plus à masquer d’autres comportements. Bien qu’elle ait agi récemment contre le racisme dans le football, la FIFA vient de récompenser la Russie, où le football est englué dans un scandale raciste, par le droit d’accueillir la Coupe du Monde en 2018, ce qui pose des questions sur ses véritables intentions. De même, dans trois mois, le championnat UEFA des moins de 21 ans qui aura lieu en Israël en juin révèle l’hypocrisie de cette rhétorique anti-raciste.

Le stade de Gaza, bombardé par l’aviation sioniste à la mi-novembre 2012 (après une première destruction partielle en 2006)
L’UEFA (l’Association du Football européen) a récemment fêté 10 ans de collaboration avec Football contre le Racisme en Europe (FARE), affirmant fièrement que l’organisme a « utilisé la plateforme publique et commerciale massive que constituent les plus grands matches de football d’Europe pour faire passer un message de tolérance zéro pour toute forme de racisme et discrimination, au profit de davantage de respect pour la diversité« .

Le racisme peut prendre de nombreuses formes, pourtant c’est dans ses expressions verbales qu’il a secoué le « beau jeu » ces dernières années, tant sur le terrain qu’à l’extérieur. Chez nous, il y a eu les affaires, qui ont défrayé la chronique, de l’ancien capitaine d’Angleterre John Terry et de l’attaquant uruguayen Luis Suarez, tous les deux condamnés pour insultes racistes. Un peu plus loin, des jouers de l’équipe noire junior d’Angleterre ont été accueillis par des cris de singe par des supporters serbes à Krusevac.

Dans la foulée, l’Association anglaise de Football a demandé que l’équipe nationale serbe soit bannie du tournoi. La punition décidée par l’UEFA a poussé le ministre britannique du Sport Hugh Roberston à déclarer sa « déception » ajoutant que « le racisme est tout-à-fait inacceptable et que nous devons prendre des sanctions sévères pour aider à le combattre. »

Cette même équipe d’Angleterre ira en Israël cet été pour participer à la compétition des championnats européens des moins de 21 ans. Ils doivent jouer leur match contre Israël au Stade Teddy, du Beitar Jérusalem, l’équipe la plus populaire et la plus controversée d’Israël. Suite à l’arrivée dans le club de deux jouers tchétchènes musulmans, des supporters ont mis le feu à leur immeuble administratif. L’incendie criminel a été allumé par « La Familia », un groupe de supporters qui a gagné en force ces dernières années et qui incarne un courant politique de la société israélienne modelé sur son fanatisme juif, son aversion des Musulmans et sa tendance à traiter les Arabes et autres minorités ethniques du pays comme des êtres inférieurs.

Ce n’est pas particulièrement nouveau. Un coup d’oeil sur les 60 dernières années révèle la formation d’un système généralisé de politiques publiques qui institutionnalisent un traitement séparé et inégal. A l’intérieur d’Israël, les Juifs jouissent de privilèges enracinés dans des institutions telles que le droit et l’éducation, tandis que les Arabes, au mieux, sont condamnés à un statut de citoyens de seconde classe. Dans les territoires occupés, c’est encore pire. Des checkpoints empêchent la libre circulation, de nouvelles colonies érodent le peu qui reste de terre palestinienne, et la semaine dernière, une compagnie d’autobus en Cisjordanie a annoncé qu’elle allait mettre en oeuvre des services distincts pour les Palestiniens et les Israéliens après des plaintes sur la sécurité par des Israéliens.

Le football n’est pas à l’abri de ces dures réalités. Les Palestiniens qui vivent de l’autre côté du mur sont confrontés à des barrages routiers et de grosses difficultés pour jouer. Depuis février l’an dernier, deux footballeurs du club al-Amari sont détenus en Israël sans inculpation ni procès. Ceci après le cas très médiatisé de Mahmoud al-Sarsak, footballeur de l’équipe nationale palestinienne, emprisonné pendant 3 ans sans inculpation ni procès et libéré seulement récemment après 92 jours de grève de la faim. Le gardien de but de l’équipe olympique Omar Abu Rois et le joueur de l’équipe de Ramallah Mohammed Nimr sont eux aussi détenus sans inculpation dans les prisons israéliennes. Le 10 novembre 2012, l’armée israélienne a bombardé le stade de Gaza, tuant quatre jeunes qui jouaient au football.

Le bombardement aérien de novembre l’an dernier a poussé plus de 50 footballers professionnels à signer une pétition lancée par Frédéric Kanoute, qui déclare qu’organiser le tournoi en Israël serait considéré « comme une récompense pour des actes contraires aux valeurs du sports« . Il s’agit d’une démarche importante, étant donné en particulier l’existence protégée des footballeurs modernes, avec des agents et des conseillers qui les encouragent souvent à éviter « la politique » et à se concentrer sur leur potentiel commercial.

Il est important de tirer des leçons historiques dans notre évaluation de la situation. Le lauréat du Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu décrit les checkpoints qui régissent la vie quotidienne des Palestiniens comme une réminiscence d’une Afrique du Sud qui, heureusement, n’existe plus. Le documentaire « Fair Play » réalisé en 2010 brosse un tableau éloquent du boycott sportif en Afrique du Sud, qui a défié le régime sur la scène internationale tout en frappant au coeur la culture blanche sud-africaine. L’arène du football, comme sport national d’Israël, peut être ciblée pour délégitimer davantage le régime, avec un boycott contribuant à la position de principe des footballeurs de haut niveau basés en Europe.

Certains critiquent cette position, disant qu’elle cible des citoyens israéliens innocents. Au contraire, ce sont les institutions qui dirigent le système d’occupation et de ségrégation qui sont exposées aux actions d’envergure, comme dans le cas du mouvement anti-apartheid sud-africain. D’autres suggèrent que la tactique de boycott est purement symbolique et inefficace. Toutefois, l’approche publique et internationale du boycott sportif rend possible un changement d’attitudes, la construction de ponts vers une vision commune de justice et d’égalité centrée sur une autre relation en terre d’Israël-Palestine.

Il faut prendre en compte les appels croissants à boycotter le championnat d’Europe des moins de 21 ans. Alors que la réalité de l’apartheid continue chaque jour, il est temps que l’UEFA décide si elle est une organisation qui prône « la tolérance zéro pour toute forme de racisme et de discrimination« , ou si elle est complice de la persécution systématique d’un peuple.

Des groupes s’organisent à travers l’Europe. Des pétitions demandent que les gouvernements débattent de la question. Des manifestations contre le tournoi junior de l’UEFA ont lieu dans toute l’Europe. Le vendredi 24 mai, les Londoniens vont défiler sur Park Lane pour donner un carton rouge au tournoi raciste de l’UEFA, pendant son congrès annuel. Pour plus d’informations, participez à cette réunion publique : jeudi 14 mars, 19h, salle G51, bâtiment principal de l’Ecole d’études orientales et africaines, à Londres.

Source : Think Football

Traduction : MR pour BDS-33




« Justice en Palestine » Motion adoptée au 26e congrès de la CGT-INRA

Les violations du droit international par les autorités israéliennes, notamment le blocus de Gaza et la poursuite délibérée de la colonisation en Cisjordanie, ne connaissent pas de répit, sans oublier les conditions d’incarcération des prisonniers politiques.

La CGT-INRA considère que le respect des droits du peuple palestinien, tous ses droits, y compris le droit au retour des réfugiés, et la réparation des torts causés à ce peuple, sont des conditions indispensables pour une solution réellement pacifique et durable au Proche Orient.

Elle fait siennes les conclusions des quatre premières sessions du tribunal Russel pour la Palestine dénonçant d’une part les manquements de l’UE, la responsabilité des entreprises intervenant dans les territoires occupés et d’autre part, qualifiant les pratiques de l’Etat israélien à l’encontre de la population palestinienne, aussi bien sur le territoire israélien que dans les territoires palestiniens occupés, de violation de « l’interdiction internationale de l’apartheid ».

L’amplification des opérations de colonisation est un obstacle à la paix. La CGT- INRA rappelle son attachement à une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens à l’intérieur de frontières sûres et reconnues.

La CGT-INRA conteste l’attribution par l’UEFA à Israël de la phase finale de la coupe d’Europe de football des jeunes de moins de 21 ans.

La CGT-INRA confirme son engagement dans la campagne BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) pour imposer notamment des sanctions contre Israël en tant que puissance occupante tant qu’il refuse d’appliquer le droit international, les résolutions des Nations Unies et l’avis de la Cour internationale de Justice concernant le mur d’annexion en Cisjordanie, la colonisation constante de la Cisjordanie dont Jérusalem-Est, et le blocus de Gaza. La France doit agir pour que l’UE suspende l’accord d’association UE / Israël.

La CGT-INRA demande que cessent les poursuites judiciaires qui frappent les militant-e-s du boycott. Concernant la campagne « La Palestine à l’ONU », la CGT-INRA se félicite de l’admission de la Palestine comme Etat Observateur de l’ONU en novembre 2012. Elle approuve le vote français en ce sens et considère que la France doit en tirer toutes les conséquences. Elle considère ce fait comme une étape dans la nécessaire reconnaissance d’un Etat palestinien souverain. La France doit reconnaître explicitement l’État de Palestine sur les frontières du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale et voter, au conseil de sécurité, pour l’admission de la Palestine à l’ONU comme État de plein droit.

Lac de Maine – mars 2013