Home»GENERAL»Ils s'engagent dans BDS»Déclaration de soutien au boycott d’Israël par des personnalités irlandaises, bien accueillie par les militants de défense des droits humains

Déclaration de soutien au boycott d’Israël par des personnalités irlandaises, bien accueillie par les militants de défense des droits humains

1
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Dans une lettre ouverte publiée aujourd’hui par le Irish Times et le Irish Independent, treize des musiciens, écrivains, artistes et champions sportifs les plus connus d’Irlande ont appelé le gouvernement à les rejoindre en soutien à la campagne grandissante au niveau mondial pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) contre Israël. La déclaration a été bien accueillie par les défenseurs des droits humains d’Irlande et de Palestine.

pubfig

Les signataires de la lettre sont Christy Moore, Mary Coughlan, Robert Ballagh, Donal Lunny, Frances Black, Trevor Hogan, Dervla Murphy, Seamus Deane, Felim Egan, Margaretta D’Arcy, Jim Fitzpatrick, Honor Heffernan and Gavin Kostick.

La lettre salue le soutien à BDS apporté par Charlie Flanagan, le ministre des affaires étrangères, comme prise de position politique légitime, mais souligne la déception des signataires à voir que le gouvernement n’aille pas plus loin et ne soutienne pas le mouvement BDS, comparant en sa défaveur sa position actuelle avec celle prise en 1987 lorsque le gouvernement d’alors avait interdit les produits de l’Afrique du Sud de l’Apartheid.

La déclaration met en évidence que BDS est un mouvement de citoyens conduit par la société civile palestinienne, qui mène et plaide pour des campagnes non violentes de boycott, désinvestissement et sanctions comme moyen de faire pression sur le régime israélien d’occupation, de colonisation et d’apartheid, et d’aider à atteindre la liberté, la justice et l’égalité pour le peuple palestinien. La déclaration souligne en outre que beaucoup de raisons de soutenir BDS sont mises en lumière par des organisations de défense des droits humains telles Amnesty International et Défense des Enfants International, qui documentent fréquemment les assassinats extrajudiciaires d’Israël, la détention d’enfants, la destruction de maisons et des moyens de subsistance des habitants, le vol de la terre palestinienne et les menées routinières d’intimidation avec des grenades lacrymogènes et des balles.

La Campagne de Solidarité Irlande-Palestine (IPSC) a bien accueilli la déclaration, tout en notant que la liberté de s’engager dans BDS est actuellement menacée dans un bon nombre de pays. Par exemple, Andrew Cuomo, le gouverneur de l’État de New York a pris, la semaine dernière, une ordonnance qui oblige le Bureau des services généraux de l’État de New York à créer une liste noire des institutions et entreprises impliquées dans le mouvement BDS et de la mettre à disposition publique en ligne. Il a fait plus, en ordonnant que chaque agence de l’État désinvestisse de telles entreprises qui devraient alors apporter des preuves écrites à l’appui d’une demande d’être retirées de la liste. En octobre 2015, un tribunal français a confirmé la condamnation de militants de la solidarité avec la Palestine pour avoir appelé publiquement au boycott des produits israéliens, dans ce que les militants disent être une violation des lois françaises contre les discriminations pour raisons politiques.

Saluant la lettre, le président de l’IPSC, Fatin Al Tamimi a dit : « Étant donné que les violations des droits humains par Israël continuent et même augmentent en Palestine, la menace sur le mouvement non-violent BDS de la part d’Israël et de ses alliés n’a jamais été aussi forte. Pour nous, cette déclaration de quelques uns des artistes, musiciens et sportifs les plus connus d’Irlande est bienvenue. Il est important que les Irlandais soient solidaires du peuple palestinien qui est confronté à une répression quotidienne de la part de ses occupants. En tant que Palestinien, je remercie les signataires pour leur soutien à la lutte de mon peuple pour la liberté et la justice ».

 

TEXTE COMPLET DE LA LETTRE :

Nous, soussignés, saluons la récente déclaration parue dans le Dail, du ministre des affaires étrangères et du commerce, Charles Flanagan (en service temporaire) selon laquelle la stratégie de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) destinée à faire pression sur Israël pour mettre fin à l’occupation, est un point de vue politique légitime. Il est aussi encourageant que le ministre Flanagan souligne le soutien du gouvernement à des ONG israéliennes et palestiniennes actives sur les thèmes de la justice et des droits humains.

Pour autant, cette manifestation de soutien étant exprimée, il est à la fois décevant et perturbant que lorsque ces mêmes organisations de la société civile appellent la communauté internationale à faire campagne pour BDS comme moyen de montrer la solidarité avec les Palestiniens vivant sous occupation – le gouvernement irlandais refuse de les soutenir elles ou leur campagne.

Le mouvement BDS est un mouvement mondial de citoyens dirigé par la société civile palestinienne, qui conduit et défend des campagnes BDS non-violentes comme moyen de venir à bout du régime israélien d’occupation, de colonisation et d’apartheid et d’obtenir la liberté, la justice et l’égalité pour le peuple palestinien.

Ce mouvement a la même légitimité que le mouvement anti-apartheid que le gouvernement irlandais a soutenu dans les années 1980, imposant des sanctions à l’Afrique du Sud dans des circonstance similaires en 1987.

En 1997, Nelson Mandela a dit : « l’ONU s’est positionnée fermement contre l’apartheid ; et au cours des années un consensus international a été construit, qui a aidé à mettre fin à ce système inique. Mais nous savons trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens ».

Les raisons de soutenir BDS sont largement documentées par des organisations comme Amnesty International, Défense des Enfants International, l’ONU et d’autres qui décrivent les assassinats extrajudiciaires d’Israël, la détention d’enfants, la destruction de maisons et des moyens de subsistance des habitants, le vol de la terre palestinienne et les menées routinières d’intimidation avec des grenades lacrymogènes et des balles.

C’est pour ces raisons et beaucoup d’autres que nous appelons à un boycott des produits et services israéliens, au désinvestissement des entreprises du système économique de l’occupation et à des sanctions gouvernementales contre l’État d’Israël.

Sincèrement,

Robert Ballagh

Frances Black

Mary Coughlan

Margaretta D’Arcy

Seamus Deane

Felim Egan

Jim Fitzpatrick

Honor Heffernan

Trevor Hogan

Gavin Kostick

Donal Lunny

Christy Moore

Dervla Murphy

 

Traduction SF pour BDS France

Source: Ireland Palestine Solidarity Campaign

Previous post

Un regard sur le commerce israélien des armes

Next post

BDS : discuter des questions difficiles dans un mouvement en plein essor-Omar Barghouti