Marseille : Mobilisation à l’Europride

1003476_463164053780100_338259147_n
A Marseille le 20 juillet dernier, Place Estrangin-Pastré, deux grands panneaux en lettre colorée : « Yes to Pink, No to Pink Washing » « Occupation is not Gay Friendly » et trois drapeaux palestiniens attendaient patiemment les participants à la Marche des Fiertés 2013 qui clôturait l’Europride 2013.

Difficile de décrire les réactions amicales, solidaires : pouce levés, V de la victoire, poings levés, saluts de la main et petits mots au passage : « Merci d’être là » ! « Soutien au Peuple Palestinien » et dans toutes les langues puisque de nombreuses délégations internationales étaient présentes.
Des dizaines de personnes qui demandent si elles peuvent se faire photographier devant les panneaux, ou en portant le drapeau palestinien ….et d’autres qui viennent proposer leur aide, un moment, avant de rejoindre le défilé ! Et une émotion particulière avec ce jeune homme qui porte fièrement  le drapeau puis confie « J’aurais tellement voulu voir le drapeau de mon pays aussi, je suis syrien ! »
Une réaction hostile à signaler toutefois au milieu de l’avalanche de soutien :  éructant de rage, l’individu fonce en hurlant « vous soutenez les fascistes du Hamas » puis face à l’intervention de plusieurs marcheurs invoquant la démocratie et le droit à manifester il battra piteusement en retraite en bafouant « Mais elle refuse le dialogue  » ……. sous la menace !
Il faudra particulièrement retenir le souhait maintes fois exprimé de travailler autour du « Pink-washing’ mis en place à coup d’euros et de dollars par les autorités de Tel-Aviv pour afficher une image « gay friendly » et y dissimuler les crimes à l’encontre du peuple palestinien.
Réseau Palestine Marseille



Marche des Fiertés, EuroPride : Pas de PinkWashing dans nos fiertés !

Nous avons participé ce samedi 29 juin à la marche des fiertés au sein du « cortège radical » pour affirmer que l‘égalité ne se discute et ne se divise pas, mais aussi pour insister sur la nécessité de s’opposer aux agressions fascistes comme aux tentatives de récupérations racistes des luttes féministes et/ou LGBT.

Notre appel affirmait notamment que « Parce que trans, biEs, pédés, gouines, travailleurs/ses du sexe, immigréEs, enfants d’immigréEs, indigènes, musulmanEs, juifs/ves, militantEs progressistes, nous sommes touTEs viséEs par la haine, la violence et la mort portées par l’extrême-droite, c’est touTEs ensemble qu’il faut riposter. »

Face à des participantEs à la marche des fiertés qui portaient l’étendard de « notre » République patriarcale et coloniale, nous avons entonné plusieurs fois « L’homonationalisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève ! » ou encore « Nos fiertés ne sont pas nationales, ni capitalisables, ni gouvernables ! ».

De la même manière, nous avons été fortement choquéEs lorsqu’à la fin de la marche, sur le podium de l’Inter LGBT, le groupe TYP qui assurait la soirée a été présenté comme « venant spécialement d’Israël » et « ayant mis le feu à la dernière gay pride de Tel Aviv ». Et nous sommes tout aussi choquéEs de savoir que la soirée officielle de l’Europride qui se tiendra ce samedi 13 juillet à Marseille et réunira plusieurs groupes et DJ s’intitule « Forever Tel Aviv ».

Ce qui nous choque est que soit tenu sur le podium de l’inter LGBT un discours cherchant à promouvoir une image gay friendly d’un Etat coupable de crimes contre l’humanité, et visé – comme l’a été l’Afrique du sud du temps de l’apartheid – par une campagne appellant entre autres à sanctionner économiquement l’occupation par la fin du tourisme, fût-il un tourisme estampillé LGBT …

Que l’ambiance de « la dernière gay pride de Tel Aviv » soit mentionnée sur le podium de l’inter LGBT comme ce dont sont sensés rêver tous les transbiEspédésgouines n’est pas anodin, et il convient de rappeller que le pink washing en tant que stratégie visant à donner une image « ouverte » et « démocratique » du régime de Tel Aviv en dépit de l’oppression des PalestinienNEs a été clairement élaborée par les institutions israéliennes. En 2009, The Israel Project, ONG dont l’objet est de « travailler sans relâche à la protection d’Israël en améliorant son image » a publié un dictionnaire des « mots qui marchent » appelant à insister sur l’idée que «la démocratie israélienne » respecterait les droits des femmes. L’année suivante, l’Office de tourisme de Tel Aviv investissait 90 millions de dollars en publicité à destination des LGBT. Plus récemment, les deux premiers bénéficiaires du mariage pour touTEs en France ont été invités à la dernière gay pride de Tel Aviv par la société Tel-Aviv Global and tourism de la mairie, et hébergés dans la résidence de  l’ambassade de France …

Face à ces stratégies, les queers palestinienNEs (Al-Qaws for Sexual & Gender Diversity in Palestinian Society, Aswat – Palestinian Gay Women, Palestinian Queers for BDS) refusent toute normalisation avec l’occupant israélien, et organisent leurs propres évènements en refusant de se joindre à la gay pride de Tel Aviv. Les organisations queers israéliennes, ainsi que les anticolonialistes israélienNEs du collectif Boycott from Whitin les soutiennent dans cette démarche.

Parce que nous luttons pour notre autodétermination en tant que trans, biEs, pédés, gouines, putes, freaks ou queers, nous ne pouvons que soutenir le combat des PalestinienNEs pour la réalisation de leur droit à l’autodétermination.

Nous réaffirmons notre opposition à toute forme d’homonationalisme ou de colonialisme, et nous mettons en garde l’inter LGBT et LGP Marseille (association organisatrice de l’Europride de Marseille) contre toute politique qui permettrait que nos luttes soient récupérées à des fins coloniales ou racistes.

Le P!nkBloc Paris

https://www.facebook.com/notes/pink-bloc-paris/marche-des-fiert%C3%A9s-europride-pas-de-pinkwashing-dans-nos-fiert%C3%A9s-/171684453012604

*Bien sûr, la campagne BDS (Boycott Désinvestissements et Sanctions à l’égard d’Israël) lancée par une coalition de 172 organisations palestiniennes ne vise pas le boycott ou le rejet des individus ou des groupes d’individus en fonction de leur nationalité ou de leurs origines




Des militants BDS interpellent Julien Clerc à Nîmes

Jeudi 26 juin 2013, des militants du comité BDS 30 (Campagne BDS France) et d’Europalestine sont intervenus lors du concert de Julien Clerc à Nîmes.

Dans ce bel espace des Jardins de la Fontaine, une foule nombreuse se pressait. Nous avons distribué la lettre des opposants israéliens (boycott de l’intérieur) et avions des panneaux. Le public nous a réservé un bon accueil, public divers, parfois bien au courant, parfois mal informé, quelquefois des discussions sur l’opportunité du boycott, sur les initiatives telle celle de Daniel Barenboim … mais toujours intéressantes. Peu de refus, y compris de certains élus de droite, sauf de l’un d’entre eux…

Nous étions une quinzaine. Une partie des militantEs sont entréEs avec un billet et se sont mêlés aux spectateurs. Ils sont intervenus à tour de rôle (voir la vidéo ci-dessus) pour interpeller Julien Clerc « Julien n’y va pas » et ont cherché à parler avec lui. Il a fini par réagir et dire de pauvres paroles pour justifier d’aller chanter à Tel Aviv… Au moins, il a dû en parler publiquement !
Lorsqu’il reviendra d’Israël, puissance occupante, et poursuivra sa tournée en France, nous lui demanderons ce qu’il a appris du HCR à Tel Aviv et s’il fallait ainsi cautionner la politique d’apartheid menée par cet Etat.

pour le Comité BDS30

Nicole ZIANI

alt




Procès de Perpignan : soutien et mobilisation

Compte rendu du procès des militants BDS à Perpignan, 20 juin 2012

Les militants BDS étaient nombreux à venir soutenir lors de leur procès Bernard, Jeanne et Yamina, militants de la campagne poursuivis par des plaignants tels que le « Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme » (BNVCA) pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » parce qu’ils ont participé il y a plusieurs années dans une grande surface à une action pacifique de sensibilisation au boycott des produits provenant d’Israël.

alt

Le procès a porté sur les enjeux politiques de cette inculpation dont la France a l’apanage, les militants ailleurs bénéficiant de leur liberté d’expression pour dénoncer la politique d’un Etat et appeler à sa mise au ban tout comme l’Afrique du Sud de l’Apartheid par exemple. Il n’y a aussi qu’en France qu’une ministre de l’intérieur, en l’occurrence Michèle Alliot-Marie a pu satisfaire la demande d’un lobby tel le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) en donnant l’instruction au parquet de poursuivre en justice les militant-e-s de la Campagne BDS (circulaire toujours pas retirée par la garde des sceaux actuelle Christiane Taubira

   alt

Sont intervenus comme témoins Paul Alliès (dont le témoignage peut être lu ici: http://blogs.mediapart.fr/blog/paul-allies/210613/boycott-et-critique-de-la-politique-israelienne , André Rosevègue de l’Union Juive Française pour la Paix et Michel Warchawski venu spécialement de Jérusalem, qui ont tous les trois faites de très bonnes et complémentaires interventions. Michel Warchawski a notamment rappelé, en défendant la Campagne BDS, qu’il avait reçu le prix des droits de l’Homme des mains de Christiane Taubira.

alt

Les plaignants ont expliqué qu’ils ne représentaient pas Israël, mais que la campagne BDS incitait à des actes antisémites en France. Ils se sont bien gardés d’en apporter le début d’un élément de preuve.

A l’agacement des avocats des officines sionistes, de nombreuses prises de parole se sont succédées  pendant l’après-midi au pied du tribunal, prononcées par des associations nationales ou locales, des témoins ou des accusés. Les animations autour du stand de la campagne BDS et d’autres stands du mouvement de solidarité ont sensibilisé un large public. Nous avons la conviction que la campagne BDS et les droits des Palestiniens vaincront !

Malaise chez les plaignants quand le procureur a demandé finalement… une condamnation minimale.Ce que nous voulons nous, c’est l’acquittement!

Le délibéré sera rendu le 14 août à 14h.

alt

Photos :

alt

Communiqués de soutiens :

Revue de presse :




Au Caire aussi on se mobilise contre l’Euro Espoirs en Israël!

Au Caire aussi on se mobilise contre l’Euro Espoirs en Israël !

Photos prises le 15 mars lors d’un match entre le club de Zamalek (Caire) et le Vita CLub (Kinshasa). Bravo !

alt

alt




Lancement réussi de la campagne contre l’agriculture coloniale

Ce 9 février 2013, lancement dynamique et réussi de la campagne internationale contre les sociétés agricoles israéliennes

Dans villes en France comme ailleurs dans le monde, ce samedi 9 février 2013, des militant-e-s de la Campagne BDS se sont mobilisés dans le cadre de la journée de lancement de la campagne contre l’agriculture coloniale israélienne. Cible prioritaire : l’entreprise israélienne Mehadrin.

A Villefranche au « Grand Frais »

{youtube}GYe40sbVOgs{/youtube}

A Bagnolet
{youtube}ipMiGNQ5GJw{/youtube}
Voir aussi des photos et vidéos sur la page Facebook spécifique

A Lille
{youtube}GyJ6jho0QS8{/youtube}

A Montpellier
{youtube}m14Xi9-Birs{/youtube}
A Rouen par le collectif Intifada 76
{youtube}EsSfUcm-7ig{/youtube}

A Orléans
Photo
{youtube}FDyioxVcjV8{/youtube}

{youtube}a2YJf4JCREw{/youtube}

A Strasbourg
Une action BDS ce samedi matin, où, malgré le froid vif, une douzaine de militants du Collectif Judéo  Arabe et Citoyen pour  la Palestine ont diffusé un tract devant deux magasins Simply à Neudorf.

A Marseille
plusieurs centaines de tracts distribués devant le carrefour.

A Nimes
{youtube}S02eCOW3-pA{/youtube}

Et aussi : à Belfort, Lyon




Action des comités BDSF 30 et 34 à la Direction des Douanes

En prélude à la journée internationale contre l’agriculture coloniale israélienne : Action des comités BDSF 30 & 34 à la Direction des Douanes

Midilibre.fr

Les pro-palestiniens de Montpellier mènent une opération anti-Mehadrin

Parmi les manifestants figurait le pasteur Nunez. (JEAN-MICHEL MART)

Une trentaine de militants a investi ce jeudi matin, le hall des douanes de Montpellier.« > Lire l’article

 
Dans le journal Midi Libre Papier (très gros tirage)

alt
 
Dans L’Hérault du jour :
alt

En vidéo :

{youtube}VUVQ83BMv6Q{/youtube}



Intervention lors du match de tennis France-Israël à Rouen

À Rouen, au Kindarena, du 1 au 3 février, un tournoi oppose l’équipe d’Israël à l’équipe de France de tennis.
Alors que Jo Wilfried Tsonga et Amir Weintraub s’affrontent à Rouen lors du premier simple de la rencontre de Coupe Davis opposant la France à Israël, deux pro-Palestiniens ont perturbé le match en début de deuxième set, criant des «Palestine vivra… Contre la politique raciste d’Israël !» Selon nos informations, les deux individus, évacués du court par la sécurité, ont été interpellés par la police.

COMMUNIQUE DU COLLECTIF INTIFADA 76 (vendredi 1 février 2013)

Ce vendredi 1er février 2013, le premier simple messieurs du match de coupe Davis opposant la France à Israël, se jouait au Kindarena (Palais des sports) de Rouen.

A cette occasion, et dans le cadre de la campagne BDS, le Collectif « INTIFADA 76 » a voulu protester symboliquement, mais avec détermination, contre la tenue de cette rencontre en déroulant dans les tribunes une banderole « FREE PALESTINE ».
Comme le soulignait un des commentateurs du match, et nous nous en réjouissons, « le message est bien passé ! » A bon entendeur…

Nous pensons, en effet, qu’il n’est plus possible que la France, patrie des droits de l’Homme, continue à entretenir des relations privilégiées, sur le plan économique, militaire, culturel et sportif, avec un État qui, chaque jour, bafoue le droit international, un État qui, depuis plus de 60 ans, mène une politique brutale, répressive, criminelle, visant à chasser les Palestiniens de leurs terres, un État qui pratique l’ « Apartheid » et la torture, un État qui se dit démocratique mais qui, en toute impunité, emprisonne des enfants…

C’est INACCEPTABLE ! Le boycott d’Israël, plus qu’une liberté d’opinion, est un devoir moral !

Nous pensons que les actions de boycott sont les seuls moyens pacifiques, non-violents, dont nous disposons pour faire triompher le droit et dénoncer cette politique destructrice subie par le peuple palestinien. En effet, rappelons nous, l’ « Apartheid » en Afrique du Sud, a bel et bien été vaincu grâce à un engagement déterminé, militant, dans une campagne de boycott internationale.

Vous voulez agir en solidarité avec le peuple palestinien ? C’est MAINTENANT !

Nous vous invitons, là où vous êtes, qui que vous soyez, à venir nous rejoindre afin que des voix de plus en plus nombreuses se fassent entendre et amènent nos responsables politiques à assumer enfin leurs responsabilités.

Le Collectif INTIFADA 76

alt

« Vers 11h30, ils étaient une petite quinzaine à dénoncer la tenue de la rencontre, estimant dans un tract que «ce match contribue à rendre normal une politique raciste, belliqueuse et criminelle qui mène le gouvernement israélien à l’encontre du peuple palestinien.»  » : http://www.sport24.com/tennis/coupe-davis/fil-info/manif-anti-israelienne-613312

Ce premier février, l’équipe nationale israélienne de tennis était reçue au Kindarena Rouen pour disputer un match de la coupe Davis. Le Collectif Intifada a fait entendre la voix des palestiniens. Vive la Palestine libre!


Communiqué du Front de gauche de Seine-Maritime sur le match France-Israël

Sous les balles de tennis, des balles en « plomb durci »

http://www.agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/front-de-gauche-6.jpg

À Rouen, au Kindarena, du 1 au 3 février, un tournoi opposera l’équipe d’Israël à l’équipe de France de tennis.

Tout ceci permettra d’oublier la situation de guerre dans laquelle Israël est engagée en Palestine.

Au nom de la sécurité de l’État d’Israël, où, depuis près de 60 ans, est bafoué le droit international ainsi que les décisions de l’ONU, les populations palestiniennes sont prises en otage par l’armée israélienne. L’opération « Pilier de Défense », menée en novembre 2012, a pilonné le cœur de Gaza (bilan près de 100 morts), ceci afin d’empêcher l’admission à l’ONU de la Palestine comme État non membre. Pour des raisons électoralistes, le gouvernement Netanyahou a utilisé le terrorisme d’État en assassinant le chef militaire du Hamas, favorable à la conciliation entre les 2 parties.

Israël continue et amplifie une véritable politique d’apartheid et de colonisation : il veut installer 3 000 logements nouveaux en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cette politique coloniale cantonne la population palestinienne dans la bande de Gaza et ceinture les villes de Cisjordanie dans des « réserves » emmurées.

Le Front de gauche réaffirme le droit du peuple palestinien à disposer d’un État indépendant et viable dans les frontières de 1967 avec Jérusalem Est pour capitale. Il condamne la politique belliqueuse et coloniale du gouvernement Netanyahou.

Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire
Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique, République et Socialisme, Convergences et Alternative,
Parti Communiste des Ouvriers de France, Gauche Anticapitaliste, les Alternatifs
www.placeaupeuple2012.fr




Action BDS Pays Basque

Action en supermarché le 15 décembre par BDS Soule-Mauléon-Licharre au Pays Basque

 

Ce samedi matin là, à 10h, huit personnes entrent dans le Carrefour Market et vont ramasser les produits repérés les jours précédents : avocats conditionnés en filets plastiques verts, lingettes pour bébés (Aloe Vera, Carrefour Discount, Carrefour Baby Fresh, Carrefour Baby Milk, Carrefour Baby Sensible – heureux bébés, tout ça pour leur peau douce !) et des herbes sous plastique (persil, aneth…). Elles rajoutent à ces produits clairement identifiés « importé d’Israël » quelques bouteilles de jus de fruits qu’elles soupçonnent de cacher leur origine.

Dehors trois panneaux pour B, D, S sont installés devant l’entrée.

Le tout est mis dans un caddy qui finit presque rempli. Les militants distribuent des tracts aux clients, tout est très calme et paisible.

alt




Mobilisation contre Aéromart

Plusieurs collectifs se mobilisent contre l’industrie de l’armement

A l’occasion du salon AEROMART, salon aéronautique civil et militaire réunissant à Toulouse des dizaines d’entreprises, et notamment dix entreprises israéliennes, le collectif BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) appelait à une mobilisation devant l’entrée du salon.

Ce matin 4 décembre, une centaine de manifestants s’étaient déplacés pour manifester leur opposition à la participation d’entreprises israéliennes complices indirectes des bombardements sur les populations civiles de la Bande de Gaza et de Cisjordanie. D’autres collectifs comme celui en soutien à la ZAD (Zone à défendre) de Notre Dame des Landes ou un collectif d’étudiants franco-mexicains avaient aussi appelé au rassemblement contre ce salon dans son ensemble.

Site d’Aéromart : http://www.bciaerospace.com/toulouse/index.php

Site de BDS Midi-Pyrénées : http://boycottisrael-mp.blogspot.fr/

Source : http://tvbruits.org/spip.php?article1898




Action de BDS Madrid contre un groupe de rock sponsorisé par Israël

Action de boycott du concert d’un groupe israélien parrainé par l’état sioniste à Rock Palace Madrid

Mercredi 12 décembre, BDS Madrid a organisé une action de boycott culturel face à l’entrée de la salle Rock Palace, où il allait jouer un groupe de musique israélien appelé Shoshana, qui s’est révélé être parrainé par l’Etat d’Israël.

La semaine dernière, le groupe BDS Madrid a tenu une réunion avec des responsables de la salle de Rock Palace pour faire connaître la situation en Palestine, leur expliquer la campagne mondiale BDS et leur exposerses objectifs. Dans deux autres salles de l’État espagnol, « El Arrebato » à Zaragoza  et « Carioca artiste Club » à Valence, les actions menées au sein de la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) ont réussi à convaincre les autorités d’annuler le concert de Shoshana, mais à Madrid, les organisateurs n’ont pas voulu réexaminer leur posture de normalisation de l’Etat d’Israël et d’équidistance vis-à-vis de l’occupation illégale de la Palestine. Ceci a motivé le groupe BDS de Madrid à organiser une action d’information lors de laquelle ils ont distribué des tracts et déployé des drapeaux palestiniens.

Cette action fait partie de la campagne mondiale menée par des associations de solidarité avec le peuple palestinien et de droits de l’Homme : la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), lancée en 2005 par plus de 60 organisations non gouvernementales, syndicats et associations de santé, d’éducation et de paysans de Palestine, devant l’impassibilité, la condescendance et la complicité de la communauté internationale envers Israël et ses crimes. La campagne BDS a déjà fait adhéré des personnalités de la culture comme : Massive Attack, Brian Enno, Pixies, Meg Ryan, Arundhati Roy, Ken Loach, Roger Waters (Pink Floyd), etc.
(…)

Plus d’info : http://www.kaosenlared.net/secciones/s2/solidaridad-con-palestina/item/40510-acci%C3%B3n-de-boicot-por-el-concierto-de-un-grupo-israel%C3%AD-patrocinado-por-el-estado-sionista-en-rock-palace-madrid.html

sur l’écriteau : L’art ne peut être aveugle face aux violations des droits de l’Homme

https://twitter.com/BDSMadrid




Manifestation contre le salon Aéromart à Toulouse

Ce matin, des militant-e-s de la Campagne BDS étaient rassemblés à Toulouse pour dénoncer la présence des sociétés israéliennes à la convention d’affaires « Aéromart » et les collaborations françaises (EADS, Safran, Thalès):

alt

alt
______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

alt
Manifestation contre le salon Aéromart à Toulouse mardi 4 décembre à 8h du matin devant le centre de congrès Pierre Baudis à Toulouse.

PDF - 14.3 ko

http://bds-sudouest.blogspot.fr/




Action de BDS Catalogne à Barcelone

Au magasin Imaginarium à Barcelone le 29 novembre 2012.

« Nous demandons le retrait des jouets fabriqués en Israël. Cette action  est dans le cadre de la campagne de boycott, Désinvestissement et sanctions (BDS) contre l’Etat d’Israël conduit depuis 2005 par une large majorité des organisations sociales pour pressuriser l’État d’Israël pour qu’ils mettent fin à l’occupation et la colonisation des terres arabes, le mur , respectent le principe de l’égalité de la population ayant la citoyenneté israélienne et les Palestiniens et respectent le droit au retour des réfugiés palestiniens. »

Pour plus d’informations : www.bdscatalunya.orgwww.bdsmovement.net

Vidéo de l’action hier à Barcelone contre les jouets « Fabriqué en Israël » que vend  la multinationale espagnole Imaginarium. Plusieurs solidarité catalane avec des groupes palestiniens ont participé à l’action.
« Boycottons l’apartheid israélien ! … Israël terroriste ! Imaginarium… un complice ! »




BDS au Forum Social Mondial « Palestine libre » de Porto Alegre

Le Forum Social Mondial « Free Palestine » de Porto Alegre a commencé hier matin, la délégation française composée de la CCIPPP, de BDS France, de l’UJFP, l’ATMF, la FTCR a commencé les activités. Quelques jours après les opérations israéliennes qui ont fait plus 150 morts dans la bande de Gaza, l’ambiance ici est combattante !

Voilà quelques photos de la manifestation d’ouverture :

 

alt

 

alt

alt

alt

alt

 

alt

alt

alt

alt




Action BDS au New Morning : Israël, ça groove pas !

Les membres de la Campagne BDS France présentaient des pancartes explicatives ainsi que la fameuse banderole dénonçant la colonisation grandissante en Palestine depuis plus de 60 ans. Ils ont également distribué  un tract à l’attention des spectateurs « innocents », expliquant à la fois l’enjeu politique d’un tel festival, et la personnalité pour le moins trouble du musicien israélien Idan Raichel à l’affiche ce soir là. Une vidéo en a été tirée :

De nombreux échanges ont eu lieu avec une partie du public, peu mélomane, venu assister au concert à la demande du KKL, et donc hostile à la cause palestinienne, comme on pouvait s’y attendre dans le cas d’un événement qu’on sait être éminemment politique. De tels échanges, qui étaient parfois très tendus à l’entrée de la salle, à cause de certains individus grossiers, agressifs, injurieux et d’un sionisme exacerbé.

Certains spectateurs, surtout parmi ceux arrivés plus tardivement, n’étaient là, en revanche, que pour la musique. Ceux là, bien que minoritaires, furent réceptifs à nos arguments. Certains sont même venus nous dire qu’ils ne savaient pas et que s’ils avaient su, ils ne seraient pas venus.

Cela démontre encore une fois la nécessité de diffuser le message de BDS qui, quand il est entendu, est généralement compris par le grand public. Cela démontre également le rôle de complice actif joué par le New Morning pour tromper les spectateurs en leur cachant que leur soirée sera consacrée au blanchiment de l’apartheid israélien.

La Campagne BDS France réitérera ces interventions jusqu’à ce que le boycott culturel de l’Etat israélien soit complet ou que cet Etat se conforme avec le droit international, les droits humains et les droits imprescriptibles du peuple palestinien.




Action BDS à Ramallah : 4 arrestations, dont celle de Bassem Tamimi

24.10.2012 – Quatre personnes, dont Bassem Tamimi, le chef du Comité populaire de Nabi Saleh, ont été arrêtés aujourd’hui par la police israélienne lors d’une action pacifique organisée par les Palestiniens dans un supermarché israélien près de la colonie illégale de Shaar Binyamin, au nord de Ramallah, pour appeler au boycott des produits israéliens. Deux palestiniens ont été blessés et évacués en ambulance. Pendant son arrestation, il semble que Tamimi a eu plusieurs côtes cassées. Deux des arrêtés sont des activistes internationaux pour les droits de l’homme. L’un est américain et l’autre polonais.

Vidéos de l’action ci dessous


Vers 10h ce matin, des militants palestiniens et internationaux se sont rassemblé sur le parking du supermarché Rami Levi, qui est fréquenté par des Israéliens des colonies illégales voisines. Les activistes sont entrés dans le supermarché qu’ils ont parcouru en tenant des pancartes appelant au boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) et des drapeaux palestiniens.

Action BDS à Ramallah : 4 arrestations, dont celle de Bassem Tamimi

Photo

Les manifestants ont quitté le supermarché d’eux-mêmes lorsque l’armée israélienne est arrivée sur les lieux. A la sortie, une quarantaine de policiers, de policiers des frontières et de soldats les attendaient sur le parking. Là, les autorités d’occupation ont attaqué les manifestants et tiré des grenades assourdissantes sur le groupe.

Photo

Alors que les manifestants restaient non violents, les soldats leur ont donné des coups de poing et les ont traînés par terre. Lorsque les manifestants ont tiré un Palestinien des griffes des soldats pour empêcher son arrestation, ces derniers ont pris sa canne de marche alors qu’il était au sol, et il n’a plus pu marcher sans aide. Les soldats ont lancé une grenade assourdissante à quelques mètres de la tête d’un autre Palestiniens qui était déjà inconscient suite à l’attaque des forces d’occupation.

Photo

Bassem Tamimi est le chef du Comité populaire de Nabi Saleh, un village parmi tant d’autres qui a beaucoup souffert de la création et de l’expansion des colonies illégales en Cisjordanie occupée. La colonie Halamish a été construite à moins d’un kilomètre de Nabi Saleh, volant une grande partie des terres du village, ainsi que la source qui fournissait l’eau vitale au village. Tamimi vient de passer 13 mois dans une geôle israélienne, accusé de « participer à des rassemblements illégaux ». Il a été libéré sous caution en avril dernier, pour s’occuper de sa mère âgée qui venait d’avoir une attaque cardiaque.

Photo
Bassem Tamimi arrêté

L’action d’aujourd’hui a été organisée dans le cadre de la campagne BDS pour appeler au boycott des produits israéliens.

Les manifestants arrêtés sont toujours détenus au poste de police de la colonie illégale Shaar Binyamin.

Photo

Photo

Photo

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM




Action de protestation pendant le match France-Norvège

Retransmission TV de l’ action de protestation contre la tenue de l’Euro Espoirs en Israël

Match de barrage qualificatif – 12 octobre 2012 au Stade Océane du Havre
Plusieurs personnes ont rejoint le terrain, portant une banderole où était écrit « Don’t play for apartheid » (« Ne jouez pas pour l’apartheid »).

Articles de médias traitant de l’action et de l’appel au boycott de l’Euro 2013 en Israël pendant le match France Norvège.

Signez la pétition
Plus d’infos sur www.bdsfrance.org et http://cartonrougeapartheidisrael.weebly.com/




Action en Allemagne

Déclaration de Direct Action Berlin
7 octobre 2012
http://www.facebook.com/DirectActionBerlin

Le 4 Octobre 2012, un événement de collecte de fonds en faveur du FNJ (KKL) a eu lieu à Berlin. Le FNJ est l’un des instruments les plus anciens et les plus efficaces de l’apartheid et de l’oppression sioniste en Palestine. Grâce à la création et au financement de colonies illégales, la suppression et le déplacement de la population non-juive, en achetant ou en enlevant la terre de ses habitants, le FNJ met en œuvre les idéaux sionistes de discrimination et de ségrégation « sur le terrain ». Le FNJ n’est pas « juste » une organisation officielle israélienne, il est l’un des principaux exécuteurs de la politique raciste d’Israël contre les non-juifs vivant sur son territoire.

Nous ne nous tiendrons pas tranquillement pendant que ces organisations sont financées. Nous ne voudrions pas voir de tels événements se produire sans offrir de résistance, une résistance qui est entraînée par notre solidarité avec la lutte palestinienne pour la liberté, avec la lutte du peuple des villages bédouins en cours de démolition chaque mois par le FNJ, et avec tous les militants qui risquent leur liberté et leur vie à se battre pour une existence libre et juste pour eux-mêmes et pour les autres, qui ne peuvent pas lutter contre ces combats seuls.

Considérant cela, nous avons entrepris avec d’autres militants d’interrompre et de résister à un événement que nous considérons comme prenant une part active dans les crimes de guerre et l’apartheid illégal. Notre acte de résistance était symbolique et non-violent. À notre tour, nous avons été brutalement agressés par les spectateurs, une réaction violente qui était déplacée. La réponse exagérée de la foule et de la police de Berlin, qui a répondu en poursuivant nos militants par des policiers en civil, en les arrêtant et les traitant comme des criminels, a montré une fois encore que l’Etat d’Israël et son partenaire allemand en crime ne sont pas capables de traiter la résistance pacifique. Encore une fois, les cris à l’antisémitisme ont été entendus. Résister à l’apartheid n’est pas de l’antisémitisme. Résister à des crimes de guerre n’est pas de l’antisémitisme. Critiquer Israël n’est pas de l’antisémitisme.

Nous envoyons cette action comme une salutation de solidarité avec nos frères et sœurs qui luttent pour un meilleur Moyen-Orient, et comme un signe d’encouragement pour les autres militants à travers le monde pour aller avec leur lutte juste et courageuse. Nous continuerons de résister à l’apartheid israélien, où qu’il se trouve. La Palestine sera libre.

Action directe Berlin

La vidéo de l’action:




Action en Irlande

L’IPSC tient des « Cartes postales pour la Palestine » lors de l’événement «Open House» parrainé par l’ambassade d’Israël
5 octobre 2012
http://www.ipsc.ie/press-releases/report-ipsc-hold-postcards-for-palestine-action-at-israeli-embassy-sponsored-open-house-event

alt

Pendant une sombre, froide et morne soirée à Dublin, des membres et sympathisants de la campagne Irlande-Palestine Solidarité (IPSC) ont injecté un peu de couleur vive dans le crépuscule avec des « Cartes postales pour la Palestine ». L’événement a été organisé à la dernière minute pour contrer une exposition parrainée par l’ambassade d’Israël en cours de lancement au Dublin Civic Trust sur Castle Street, le jeudi 4 Octobre, invitant les Dublinois à envoyer des cartes postales à destination de Tel Aviv. L’événement parrainé par l’État israélien, honteusement sous les auspices du festival Open House architectural, est la dernière d’une ligne d’événements culturels de propagande que l’Etat a récemment mis en scène dans ce pays, dans le cadre de leurs efforts pour blanchir l’occupation, l’apartheid et les crimes de guerre. Le ministère des Affaires étrangères israélien a déclaré explicitement qu’il considère « la culture comme un outil de hasbara [propagande] de premier rang » et ne « fait pas de distinction entre la hasbara et la culture ». Scandaleusement, l’événement a été officiellement lancé par le ministre irlandais de l’Education, Ruairi Quinn.

En réponse, l’IPSC a organisé « Cartes postales pour la Palestine » à l’extérieur, afin de rappeler à ceux qui assistent qu’aujourd’hui encore, l’Etat d’Israël mène une politique de démolitions de maisons et de construction de colonies dans les Territoires palestiniens occupés.

En plus de distribuer des centaines de tracts aux passants, IPSC invitait les personnes à écrire des cartes postales de solidarité aux familles de réfugiés des villages dépeuplés palestiniens, privés de leur droit au retour dans leur patrie. Nous avons recueilli des dizaines de cartes postales, qui seront numérisées et mises en ligne, afin que les gens de Sheikh Muwannis, Jammusin, Salame et Summeil sachent que leurs histoires ne sont pas oubliées. Plusieurs éminents architectes irlandais ont également publié une lettre dans le journal Irish Times sur la question.

En particulier, l’IPSC a été déçu par la facilitation du Dublin Civic Trust à cet événement, étant donné que sa mission inclue « la reconnaissance et la protection du patrimoine architectural de la ville […] générer une plus grande prise de conscience de Dublin sur son environnement bâti historique […] prendre connaissance de son passé tout en embrassant l’avenir » est en contradiction totale avec la possibilité d’être associé à un événement parrainé par l’Etat israélien, compte tenu de la politique impitoyable d’Israël de destruction sociale et architecturale.

En 1948, Israël a été formé par l’épuration ethnique de plus de 700.000 Palestiniens autochtones impliquant le dépeuplement forcé de 531 villes et villages et 11 quartiers urbains. Par la suite, les forces israéliennes ont délibérément rasé 70% de ces zones au sol, 22% ont été « en grande partie détruit », moins de 2% ont été détruits à peine, moins de 2% ont été pris en charge par des colons israéliens, et le statut des 5% restants est indéterminé.

En effet, contrairement à l’affirmation de l’ambassade israélienne (sur l’invitation à l’événement «Cartes postales») que Tel-Aviv « a émergé à partir des dunes de sable », la ville est, en partie, construit sur les restes de quatre villages palestiniens – Sheikh Muwannis, Jammusin , Salame et Summeil. Aujourd’hui, seulement 4% de la population de la ville sont palestiniens. Le professeur israélien Moshe Zuckerman l’a décrit ainsi: « nous avons détruit une culture, détruit une vie, détruit l’éducation, détruit ce qui était ici ».

Un tel comportement destructif n’est pas non plus reléguée dans le passé. Depuis 1967, Israël a démoli plus de 25.880 structures palestiniennes dans les territoires occupés, pour ne pas mentionner l’assaut massif sur l’infrastructure civile de Gaza pendant l’attaque de l’exercice 2008-09 « Opération Plomb Durci « , qui a aussi laissé plus de 1.400 morts. En raison de la persistance du blocus israélien de Gaza, qui comprend des restrictions sévères à l’importation de matériaux de construction, les Palestiniens ont trouvé incroyablement difficile de reconstruire leur société. Dans le même temps, Israël continue à financer la construction de colonies de peuplement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, une grave violation de la quatrième Convention de Genève, et administre un système d’apartheid et d’occupation militaire contre les Palestiniens.

En outre, les citoyens palestiniens d’Israël sont les principales cibles d’expulsions par la «gentrification» des structures historiques palestiniennes et les districts mixtes (juifs et arabes) des villes – et ce n’est nulle part plus évident qu’à Tel-Aviv. Alors que Tel-Aviv fait des appels à la tolérance, la réalité de la discrimination contre les Palestiniens indigènes à Tel-Aviv est pire aujourd’hui que jamais. Dans de larges zones de la ville, un système informel de logement et la discrimination existe qui ne serait pas déplacé dans le Sud profond des Etats-Unis dans les années 50. Par ailleurs, les Arabes bédouins dans le désert du Néguev (Naqab) subissent systématiquement des réinstallatiosn forcées, avec un village, al-Araqib, détruit plus de trois douzaines de fois.

La prétention d’Israël au pluralisme sonner creux elle aussi. En 2009, le Département d’Etat américain a noté qu’en Israël la «Loi de 1967 de protection des lieux saints s’applique aux lieux saints de tous les groupes religieux dans le pays et dans l’ensemble de Jérusalem, mais que le gouvernement ne met en œuvre la réglementation uniquement pour les sites juifs. Les lieux saints non-juifs ne bénéficient pas de la protection juridique en vertu de ce que le gouvernement ne les reconnaît pas comme des lieux saints officiels. À la fin de 2008, il y avait 137 lieux saints désignés, qui étaient tous juifs. En outre, le Gouvernement a élaboré des règlements pour n’identifier, ne protéger et ne financer que des lieux saints juifs. Alors que des sites bien connus ont une protection de facto en raison de leur importance internationale, de nombreux sites musulmans et chrétiens sont négligés, inaccessibles ou menacés par les promoteurs immobiliers et les municipalités».

Enfin, bien que l’invitation décrit Tel Aviv comme «Ville UNESCO de l’architecture », il convient de noter qu’Israël a retiré son financement pour l’UNESCO en Novembre 2011 après que l’organisation a admis la Palestine en tant que membre. Voilà pour la tolérance culturelle!

Que le Dublin Civic Trust joue à permettre à ses locaux d’être utilisés pour une journée portes ouvertes et permettre que son nom soit associé à un événement parrainé par un État avec un tel bilan catastrophique en matière de droits de l’homme et de manque de respect pour les Palestiniens sur le plan architectural, culturel et patrimoine spatial est inadmissible. En s’associant à un tel événement, ils contribuent à légitimer ces actions de propagande de la «marque Israël».

Le tract:
http://www.ipsc.ie/docs/pdf/%5B2012-10%5DNoOpenHouseApartheidLeaflet.pdf

Plusieurs éminents architectes irlandais ont publié une lettre dans le journal Irish Times sur la question:
http://www.irishtimes.com/newspaper/letters/2012/1004/1224324835696.html

La vidéo de l’action:




Lettre ouverte de l’Union Juive Française pour la Paix à Jean-Jack Queyranne

Lettre ouverte à Monsieur Jean-Jack Queyranne, Président de la région Rhône Alpes, ancien ministre

 

Le 11 juillet 2012

Monsieur le Président,

Nous voulons en premier lieu remercier la Région Rhône Alpes et vous-même pour avoir permis que se déroule dans les meilleures conditions l’Université d’été de 2012 de la solidarité internationale, et notamment son module 11 dont nous avons pris l’initiative qui a été consacré au thème : « Citoyenneté de demain : Le cas de la Palestine ». La réalisation de ce module a été un réel succès, tant en ce qui concerne la qualité des intervenants et des débats qu’en ce qui concerne le nombre et la variété des participants.

Nous tenons d’autant plus à vous remercier que, respectueux de la liberté d’expression, vous avez parrainé une manifestation malgré les désaccords que vous pouviez avoir avec des associations et des intervenants, et particulièrement sur la question d’Israël et de la Palestine.
Nous prenons au sérieux vos objections et tenons donc à vous répondre.
Nous ne pouvons être d’accord avec vous quand vous présentez Israël comme un pays « qui reste une des seules démocraties du Proche-Orient ».
Israël se veut un « Etat juif et démocratique ». C’est un oxymore. Il n’est démocratique que pour les Juifs, et oppose son caractère juif à tous les autres, et en premier lieu aux Palestiniens.
Vous ne pouvez pas ignorer l’ensemble des résolutions de l’ONU qu’Israël refuse d’appliquer. Vous ne pouvez pas ignorer l’illégalité du Mur, du blocus, de l’occupation, de l’annexion de Jérusalem Est, du plan Prawer concernant les Bédouins du Néguev.
Vous ne pouvez pas ignorer les discriminations dont sont victimes les Palestiniens en Israël même en matière de logement, d’éducation, de mariage, d’emploi, sans oublier les villages non reconnus privés d’eau et d’électricité. C’est pour cela que le concept d’apartheid à l’égard d’Israël correspond bien à la réalité.
Il ne s’agit pas de calquer l’analyse de l’apartheid sud-africain sur la situation en Israël. Il s’agit de prendre en compte la définition en Droit international du crime d’apartheid, et de constater que les discriminations dont est victime le peuple palestinien répondent à cette définition. C’est la conclusion à laquelle est parvenue la troisième session du Tribunal Russell sur la Palestine qui s’est tenue au Cap en novembre dernier, et qui a bénéficié du soutien des militants de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, au premier rang desquels le Président Nelson Mandela et Desmond Tutu. Comme le dit ce dernier, non seulement il y a apartheid, mais la situation est pire pour les Palestiniens car jamais les Blancs d’Afrique du Sud n’ont voulu nous expulser, jamais ils n’ont bombardé les Bantoustans.
Situation d’apartheid, c’est aussi la conclusion à laquelle est parvenue le groupe international d’experts sur l’accès des peuples à l’eau, groupe auquel participait le député français Jean Glavany.

Alors, il devient impossible de ne pas entendre l’appel de la société civile palestinienne. Appeler au boycott des institutions israéliennes, c’est effectivement dire aux Israéliens : vous vous mettez au ban des nations. Il n’y aura pas de paix possible au Proche Orient pour une communauté juive sans reconnaissance des torts faits au peuple palestinien.
Nous ne boycottons pas les personnes. Des Israéliens participent à nos initiatives. Mais à l’image de la campagne qui avait contribué à mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud, le boycott économique, culturel, universitaire et sportif appelle les dirigeants de la communauté internationale à mettre fin à l’impunité d’Israël dans sa violation permanente du droit international.

Voilà, Monsieur le Président, ce que nous tenions à vous dire en réponse à vos mots de bienvenue.
Et nous souhaitons que ce premier échange puisse être poursuivi. Nous sommes à votre disposition pour cela.
Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à notre indéfectible attachement au caractère universel des droits humains.

L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

alt